En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 994.31 PTS
-0.61 %
4 973.5
-0.71 %
SBF 120 PTS
3 983.59
-0.74 %
DAX PTS
11 263.32
-0.68 %
Dowjones PTS
25 170.02
-0.96 %
6 732.89
-1.95 %
1.146
+0.37 %

L'ONU en Syrie: des années d'impuissance et d'échecs

| AFP | 166 | Aucun vote sur cette news
Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, le 14 décembre 2017 à Genève en Suisse
Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, le 14 décembre 2017 à Genève en Suisse ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Avant Staffan de Mistura, qui a annoncé mercredi au Conseil de sécurité qu'il quitterait fin novembre ses fonctions "pour raisons personnelles", deux autres émissaires de l'ONU ont jeté l'éponge après des années d'efforts infructueux pour mettre fin à la guerre en Syrie.

Staffan de Mistura a organisé neuf cycles de négociations indirectes à Genève et Vienne, sans obtenir de résultats.

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a déjà fait plus de 360.000 morts, tandis que plus de la moitié de la population a été déplacée ou a dû quitter le pays.

- Kofi Annan: "J'ai fait de mon mieux" -

Le 23 février 2012, l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan est nommé "émissaire conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe sur la crise en Syrie".

Kofi Annan, envoyé spécial de la Ligue arabe et de l'ONU pour la Syrie, le 20 juillet 2012 dans son bureau au siège de l'ONU à Genève en Suisse
Kofi Annan, envoyé spécial de la Ligue arabe et de l'ONU pour la Syrie, le 20 juillet 2012 dans son bureau au siège de l'ONU à Genève en Suisse ( FABRICE COFFRINI / AFP/Archives )

Il se rend à plusieurs reprises à Damas pour y rencontrer le président Bachar al-Assad. Il propose aux belligérants un plan de paix en six points, appuyé par le Conseil de sécurité et prévoyant une cessation des combats et une transition politique.

Mais le 2 août, Kofi Annan démissionne après plusieurs mois d'efforts infructueux, fustigeant le manque de soutien des grandes puissances à sa mission.

"J'ai fait de mon mieux", déclare-t-il, mais "la militarisation croissante sur le terrain et le manque évident d'unité au sein du Conseil de sécurité, ont fondamentalement changé les circonstances pour l'exercice effectif de mon rôle".

"Je n'ai pas reçu tous les soutiens que la cause méritait. (...) Il y a des divisions au sein de la communauté internationale", affirme-t-il, faisant référence implicitement au blocage au Conseil de sécurité de trois résolutions sur la Syrie par un veto de Moscou et Pékin depuis le début de la crise.

Depuis 2011, Moscou a recouru à 12 veto à l'ONU pour protéger son allié syrien des pressions occidentales.

- Lakhdar Brahimi: "Très triste de quitter" -

Le 17 août 2012, l’ex-ministre algérien des Affaires étrangères Lakhdar Brahimi accepte de prendre le relais de Kofi Annan comme envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie.

Lakhdar Brahimi, envoyé spécial pour la Syrie, à Paris le 11 décembre 2017
Lakhdar Brahimi, envoyé spécial pour la Syrie, à Paris le 11 décembre 2017 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Début septembre, il prend officiellement ses fonctions et appelle "toutes les parties à cesser la violence", tout en jugeant que le gouvernement assume "une plus grande responsabilité" dans l'arrêt des hostilités.

En janvier, puis en février 2014, il organise à Genève les premières négociations directes entre gouvernement et opposition, sous la houlette des Etats-Unis et de la Russie. Mais il bute sur le refus catégorique de Damas de discuter du sort d’Assad.

Le 13 mai, M. Brahimi démissionne après moins de deux ans d'efforts infructueux.

Il se dit "très triste de quitter son poste, et la Syrie, dans une si mauvaise situation". Il qualifie la situation en Syrie de "très difficile mais pas désespérée" et affirme "qu'il n'y a pas de raison de baisser les bras".

Sa démission, accueillie avec satisfaction par le régime syrien, qui l'accusait de prendre le parti de l'opposition, était attendue depuis qu'il avait affirmé que la tenue d'une présidentielle en plein conflit en juin en Syrie, et la réélection attendue de Bachar al-Assad, sonneraient le glas de ses efforts.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2018

Lundi 19 novembreAucune publication attendue Mardi 20 novembre Aucune publication attendueMercredi 21 novembre ALTICE EUROPE L'opérateur propriétaire de SFR publiera ses résultats du troisième…

Publié le 19/11/2018

Dans le sillage du marché, PSA Groupe pointe en légère baisse (-0?4% à 19?7 euros), et résiste plutôt bien à la chute de Renault qui s'effondre de...

Publié le 19/11/2018

Orange Business Services, qui accompagne déjà les villes dans la gestion et la gouvernance de leurs données, annonce - à l'occasion du salon des...

Publié le 19/11/2018

Dans l’attente d’informations précises émanant de Carlos Ghosn, Président-Directeur Général de l’entreprise, les Administrateurs consultés expriment leur attachement à la défense de…