En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 655.46 PTS
+0.22 %
5 645.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 461.53
+0.24 %
DAX PTS
12 468.53
+0.47 %
Dowjones PTS
27 219.52
+0.14 %
7 892.95
-0.31 %
1.107
+0.09 %

L'Indonésie bloque internet en Papouasie pour contenir les émeutes

| AFP | 435 | 1 par 1 internautes
Des policiers dispersent la foule de manifestants à Timika, dans la province indonésienne de Papouasie, le 21 août 2019
Des policiers dispersent la foule de manifestants à Timika, dans la province indonésienne de Papouasie, le 21 août 2019 ( SEVIANTO PAKIDING / AFP/Archives )

Le gouvernement indonésien a confirmé jeudi avoir bloqué l'accès à internet dans sa province de Papouasie secouée par des émeutes depuis le début de la semaine, craignant que la propagation de contenus racistes en ligne n'alimente les troubles.

Plusieurs villes sont le théâtre de manifestations qui ont dégénéré par endroits en émeutes avec des bâtiments officiels incendiés et des heurts avec la police dans cette région pauvre située à l'extrême est de l'archipel indonésien.

L'arrestation pendant le week-end à Surabaya, sur l'île de Java, de 43 étudiants papous et des injures à caractère raciste dont ils ont été la cible ont provoqué un mouvement de colère en Papouasie.

Les autorités ont commencé par demander aux opérateurs mobile un ralentissement des réseaux internet, invoquant le besoin de combattre les infox ou les commentaires provocateurs et racistes contre les Papous, issus de plusieurs ethnies mélanésiennes, avant de bloquer la fourniture d'internet mobile.

"Ce matin l'accès internet était complètement bloqué", a indiqué à l'AFP Ferdinandus Setu, porte-parole du ministère des Télécommunications.

"Il y avait un très grand nombre de contenus racistes et provocateurs en ligne (...) qui est devenu viral", a-t-il expliqué.

Les trois opérateurs desservant la région ont coopéré au blocage de l'internet mobile, même s'il était toujours possible de se connecter par le wifi ou par d'autres moyens.

Amnesty International a critiqué le blocage d'internet, le qualifiant de "consternante attaque contre la liberté d'expression".

"Ce n'est pas le moment (d'exercer) une censure", a estimé Usman Hamid, directeur exécutif de l'organisation de défense des droits de l'homme à Jakarta.

"Ces tensions ne sont pas une excuse pour empêcher les gens d'échanger des informations et de s'exprimer pacifiquement", a-t-il ajouté.

Le calme semblait revenu jeudi dans la province après l'arrivée de renforts de quelque 1.200 policiers et militaires. Quarante-cinq manifestants ont été arrêtés et le ministre chargé de la Sécurité Wiranto est arrivé sur place mercredi soir avec les commandants en chef de la police et de l'armée.

Dans la capitale Jakarta, une manifestation en faveur de l'indépendance de la Papouasie a rassemblé plus d'une centaine de manifestants près du palais présidentiel.

Les manifestations en Indonésie
Les manifestations en Indonésie ( / AFP )

"Les étudiants papous sont traités comme des citoyens de seconde zone", a déclaré à l'AFP un étudiant, Mika Dabe.

A Sorong, qui a été particulièrement touchée par les émeutes, le ministre chargé de la Sécurité Wiranto a déclaré jeudi devant la presse que "l'unité de l'Indonésie" n'était "pas négociable". "La négativité ne doit pas nous diviser", a-t-il ajouté.

La région riche en ressources naturelles qui abrite quelque 3 millions d'habitants connaît une rébellion indépendantiste sporadique contre la mainmise du gouvernement indonésien.

La Papouasie s'est déclarée indépendante en 1961, mais l'Indonésie en a pris le contrôle par la force en 1963 et l'a officiellement annexée en 1969 après un référendum d'autodétermination controversé.

De nombreux Papous réclament l'indépendance, à l'instar de la Papouasie Nouvelle-Guinée, autre moitié de cette grande île qui l'a obtenue en 1975 après avoir été une colonie australienne.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/09/2019

REOF Holding détient plus de plus de 60% du capital...

Publié le 13/09/2019

Orby TV s'appuie sur la couverture en bande Ku d'Eutelsat 117 West A sur les Etats-Unis pour la diffusion de son service de télévision par satellite...

Publié le 13/09/2019

Immobilière Dassault a publié au titre de son premier semestre un résultat net de 11,85 millions d’euros contre 10,68 millions un an plus tôt. Le cash-flow courant (hors variation du BFR)…

Publié le 13/09/2019

Les revenus locatifs du 1er semestre 2019 d'Immobilière Dassault se sont élevés à 10,3 ME, en hausse de 55,2% parrapport au 1er semestre 2018...

Publié le 13/09/2019

Alstom se redresse de 2,2% à 38,29 euros ce vendredi dans un marché actif, après avoir trébuché hier de 4,9% à 37,45 euros à l'annonce des conditions...