5 411.65 PTS
+0.46 %
5 411.5
+0.46 %
SBF 120 PTS
4 312.36
+0.40 %
DAX PTS
13 136.89
+0.10 %
Dowjones PTS
24 386.03
+0.00 %
6 393.89
+0.78 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

L'exode des Rohingyas de Birmanie: une tragédie qui se répète

| AFP | 70 | Aucun vote sur cette news
Des réfugiés rohingyas à bord d'un camion pour atteindre un camp de réfugiés à Teknaf, le 2 octobre 2017 au Bangladesh
Des réfugiés rohingyas à bord d'un camion pour atteindre un camp de réfugiés à Teknaf, le 2 octobre 2017 au Bangladesh ( FRED DUFOUR / AFP )

La fuite d'un demi-million de Rohingyas vers le Bangladesh, chassés par les violences de l'armée birmane, rappelle les deux précédents exodes de cette minorité musulmane, en 1978 et 1991, mais les dépasse par son ampleur.

Ces deux drames, selon les dépêches de l'AFP de l'époque, se sont déroulés selon un scénario similaire: des persécutions sanglantes, une fuite massive, un exil dramatique avant un retour compliqué.

- Campagne de répression en 1978 -

Au printemps, quelque 200.000 Rohingyas, en majorité des femmes, vieillards et enfants trouvent refuge au Bangladesh. Ils fuient le nord de la province d'Arakan (actuel Etat Rakhine) dans l'ouest birman où ils sont établis, certains depuis plusieurs générations.

Une vaste opération de contrôle d'identité des musulmans, lancée quelques semaines plus tôt par le pouvoir militaire birman, avait tourné à la campagne de répression.

Les Rohingyas sont considérés comme des immigrants illégaux en Birmanie à majorité bouddhiste où ils sont dénommés "Bengalis".

Le drame se noue à l'abri des caméras dans ce qui est alors l'un des pays les plus fermés au monde.

L'AFP rapporte des témoignages recueillis par les autorités du Bangladesh faisant état de viols et de tortures.

Le 6 mai 1978, le ministre des Affaires étrangères de ce pays "a précisé que plus de 70.000 ressortissants birmans avaient été expulsés de leur pays et s'étaient réfugiés au Bangladesh pour échaper aux +atrocités+ commises contre cette minorité éthnique".

Pour les autorités birmanes, ces départs massifs sont à mettre sur le compte de "la peur et l'ignorance" entretenues par des leaders religieux auprès de la population.

Les treize camps de fortune installés près de la ville portuaire de Cox's Bazar, dans le sud-est du Bangladesh, sont vite débordés.

En juillet, à l'issue de difficiles négociations, un accord est trouvé entre Dacca et Rangoun sur le rapatriement des réfugiés. Mais sa mise en oeuvre est ralentie par les stricts critères imposés par la Birmanie qui ont pour conséquence de séparer les familles. Effectué sous la supervision du Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), le retour des Rohingyas ne s'achèvera qu'en décembre 1979.

Selon le HCR, plus de 10.000 réfugiés Rohingyas dont près de 6.750 enfants sont morts durant leur exode. L'agence de l'ONU mettra en cause le gouvernement du Bangladesh, accusé d'avoir "créé une famine artificiellement". La malnutrition aggravée par une épidémie de rougeole a fait des ravages.

- Nouvelles persécutions en 1991 -

La situation des Rohingyas n'a cessé de se dégrader. En 1982, la promulgation d'une loi sur la nationalité les a laissés apatrides.

Au printemps 1991, une nouvelle campagne de répression à l'encontre des musulmans est lancée alors que la junte au pouvoir est aux prises avec des manifestations violentes notamment de moines et d'étudiants. De leur côté, les Rohingyas ont engagé une épreuve de force avec Rangoun pour obtenir leur autonomie au sein de la fédération birmane.

Dans une dépêche de l'AFP datée de décembre 1991, le chef des réfugiés musulmans au Bangladesh Mohammad Yunus dénonce des cas de "torture, de viol, d'assassinat, de pillage et de destruction de villages" dans la province d'Arakan.

Fuyant les persécutions de la junte militaire, des dizaines de milliers de musulmans vont affluer durant des mois dans la région de Cox's Bazar.

Dans les camps ouverts par les autorités de Rangoun à la frontière avec le Bangladesh, la situation est tout aussi dramatique. En janvier 1992, plusieurs centaines --de 500 à 700 selon les témoignages-- de Rohingyas meurent axphyxiés tant les camps sont surpeuplés.

En avril 1992, relate l'AFP, dans une lettre transmise en secret à des diplomates en visite en Arakan, des Rohingyas racontent être forcés à travailler comme porteurs sous peine d'être exécutés par les soldats birmans. Les musulmans sont "traités comme des animaux par les soldats", sont systematiquement chassés de leurs terres qui sont ensuite confiées à des bouddhistes.

Cette visite en Arakan, organisée par la junte, a tourné au fiasco lorsque des officiers des renseignements militaires birmans, habillés en civil, ont entrepris de tabasser des villageois qui tentaient de parler aux visiteurs.

Alors que les conditions de leur rapatriement font l'objet d'âpres discussions entre Dacca et Rangoun, des manifestations de Rohingyas opposés à leur rapatriement éclatent.

En 1991-1992, entre 250.000 et 280.000 Rohingyas ont connu l'exode. Certains sont ensuite rentrés en Birmanie, poussés dehors par Dacca. Le HCR doute du "caractère volontaire" de ces retours.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

MC DONALD'S CORP constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call 9542S émis…

Publié le 12/12/2017

Thales a remporté un contrat de 37 millions de dollars pour équiper l’armée américaine de nouveaux terminaux radios tactiques. Thales livrera des radios IMBITR 2 canaux (pour « Improved MBITR…

Publié le 12/12/2017

Blackstone, un fonds d'investissement américain devrait acquérir 10% du capital de Logicor, un spécialiste des parcs logistiques, pourtant cédé au fonds souverain chinois le 2 juin dernier selon…

Publié le 12/12/2017

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a déclaré conforme le projet d'OPA de Schneider Electric sur IGE+XAO tel qu'il a été annoncé le 8 novembre. Schneider Electric, qui ne détient pour…

CONTENUS SPONSORISÉS