En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 786.17 PTS
-
4 792.50
-
SBF 120 PTS
3 809.47
-
DAX PTS
10 891.79
+0.33 %
Dowjones PTS
24 065.59
+0.65 %
6 669.64
+1.97 %
1.140
-0.06 %

Journalistes de Reuters condamnés en Birmanie: les grandes étapes de l'affaire

| AFP | 151 | Aucun vote sur cette news
Les journalistes birmans de Reuters Kyaw Soe Oo (g) et Wa Lone (d), escortés par la police après leur condamnation à la prison, le 3 septembre 2018 à Rangoun
Les journalistes birmans de Reuters Kyaw Soe Oo (g) et Wa Lone (d), escortés par la police après leur condamnation à la prison, le 3 septembre 2018 à Rangoun ( Ye Aung THU / AFP/Archives )

Voici les dates-clés de l'affaire des deux journalistes birmans de Reuters, condamnés de nouveau en appel à sept ans de prison pour détention de secrets d’Etat alors qu’ils enquêtaient sur le massacre de musulmans rohingyas par l'armée en Birmanie.

Arrestation

Le 12 décembre 2017, Wa Lone, aujourd'hui âgé de 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, sont conviés par des fonctionnaires de police à un dîner dans un restaurant de Rangoun. Plusieurs documents leur sont remis au cours du repas.

Immédiatement après il sont interpellés, en vertu d'une loi sur les secrets d'Etat, pour s'être procurés des documents relatifs aux opérations de l'armée contre la minorité musulmane rohingya.

Pendant plusieurs jours, les deux hommes sont portés disparus. Ils affirmeront par la suite avoir été interrogés à plusieurs reprises, cagoulés et privés de sommeil.

Massacre

Le 19 décembre 2017, l'armée birmane annonce avoir retrouvé dix Rohingyas dans une fosse commune à Inn Din, un village du nord de l'Etat Rakhine, épicentre de la répression à l'encontre de la minorité musulmane.

Militaires condamnés

Le 10 janvier 2018, l'armée déclare que des membres des forces de sécurité sont impliqués dans ce massacre, reconnaissant pour la première fois des assassinats extrajudiciaires à l'encontre des Rohingyas depuis la nouvelle vague de violences de 2017, ciblée contre cette communauté apatride.

Dans un rapport publié quelques jours plus tard sur les exactions commises à Inn Din, l'agence de presse Reuters affirment que ses deux reporters ont été arrêtés car ils enquêtaient dessus.

Amal Clooney, avocate des droits de l'homme et épouse de l'acteur américain George Clooney, rejoint l'équipe de la défense quelques semaines plus tard.

Témoin gênant

Le 20 avril 2018, un policier, Moe Yan Naing, assure qu'un officier supérieur a ordonné de "piéger" l'un des deux journalistes lors de la soirée au restaurant. L'accusation tentera de rendre ce témoignage irrecevable, mais le tribunal décidera de le conserver.

"Parodie de justice"

Le 3 septembre 2018, les deux reporters sont condamnés à sept ans de prison, un jugement qui suscite l'indignation à travers le monde.

Les organisations de défense de la liberté de la presse, les Nations unies et de nombreux pays occidentaux, aux premiers rangs desquels les Etats-Unis, la France ou le Royaume-Uni, réclament leur acquittement et leur libération dénonçant "une parodie de justice".

Le 11 janvier 2019, leur condamnation est confirmée en appel.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/01/2019

  JCDecaux remporte un nouveau contrat de mobilier urbain publicitaire analogique et digital pour 11 ans à Rotterdam     Paris, le 15 janvier 2019 - JCDecaux SA (Euronext…

Publié le 15/01/2019

Ce brevet renforce la propriété intellectuelle mondiale de Tedopi en immuno-oncologie...

Publié le 15/01/2019

Communiqué financier Tremblay-en-France, le 15 janvier 2019 Aéroports de Paris SA   Aéroports de Paris SA prend acte du refus d'homologation de ses tarifs de redevances…

Publié le 15/01/2019

Le groupe se prépare à accélérer son développement  et à déployer son offre pour l'Industrie 4.0   Paris, le 15 janvier 2019 - Lectra renforce son Comité…

Publié le 15/01/2019

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…