5 349.82 PTS
-0.14 %
5 340.0
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 260.54
-0.32 %
DAX PTS
13 034.15
-0.26 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Jérusalem: une semaine violente à l'esplanade des Mosquées

| AFP | 191 | Aucun vote sur cette news
Des fidèles musulmans fuient les gaz lacrymogènes envoyés par les forces israéliennes, à Jérusalem, le 21 juillet 2017
Des fidèles musulmans fuient les gaz lacrymogènes envoyés par les forces israéliennes, à Jérusalem, le 21 juillet 2017 ( AHMAD GHARABLI / AFP )

Huit personnes sont mortes dans une flambée de violences engendrée par l'installation par Israël de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, qui a déclenché la colère des Palestiniens. Rappel des développements:

Fermeture de l'esplanade des Mosquées

Le 14 juillet, trois Arabes israéliens tuent par balles deux policiers israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, avant d'être pourchassés et abattus sur l'esplanade des Mosquées.

Israël assure que les armes utilisées avaient été cachées sur l'esplanade et prend la décision exceptionnelle de fermer pendant deux jours l'accès au troisième lieu saint de l'islam.

Cette décision suscite la colère des Palestiniens et de la Jordanie, gardienne des lieux saints de Jérusalem.

Détecteurs de métaux

Le 15 juillet, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu décide de faire installer des détecteurs de métaux aux entrées de ce site et en annonce la réouverture pour le lendemain.

Le 16 juillet, l'esplanade des Mosquées rouvre au public mais les fidèles musulmans refusent d'y entrer en raison de ces nouvelles mesures de sécurité. En signe de protestation, des centaines de personnes effectuent leurs prières à l'extérieur du site.

Affrontements

A partir du 16 juillet, des heurts quotidiens ont lieu entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes, à Jérusalem-Est mais aussi en Cisjordanie occupée. Les fidèles musulmans continuent de ne pas aller prier sur l'esplanade des Mosquées.

Le 20 juillet, le président turc Recep Tayyip Erdogan se joint aux dirigeants palestiniens pour demander à Israël de retirer les détecteurs de métaux.

Mais le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, après consultations avec des responsables de sécurité, maintient ce dispositif en place.

Violences meurtrières

Le 21 juillet, jour de la grande prière hebdomadaire, la police israélienne interdit aux hommes de moins de 50 ans d'accéder à la vieille ville.

Des centaines de personnes participent à la prière du vendredi près des portes de la vieille ville.

Des violents heurts éclatent ensuite à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée. Au moins trois Palestiniens sont tués et des centaines d'autres blessés.

En soirée, un Palestinien pénètre dans une maison de la colonie de Neve Tsuf, au nord-ouest de Ramallah, et tue à coups de couteau trois Israéliens avant d'être lui-même blessé par balles.

Le président palestinien Mahmoud Abbas annonce que les contacts avec Israël sont "gelés" tant que les nouvelle mesures de sécurité sur l'esplanade des Mosquées ne sont pas annulées.

Conseil de sécurité

Le 22 juillet, les affrontements se poursuivent à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupée, ponctués par la mort de deux Palestiniens, dont un tué dans l'explosion du cocktail Molotov qu'il manipulait.

Le 23 juillet, une roquette tirée de Gaza, territoire palestinien où le Hamas est au pouvoir, touche une zone non habitée selon l'armée israélienne.

Des responsables israéliens se réunissent dans l'optique de trouver une éventuelle solution alternative aux détecteurs de métaux.

La flambée de violences à Jérusalem doit être au menu le lundi 24 juillet d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU, qui veut étudier "la façon dont les appels à la désescalade peuvent être soutenus".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le marché parisien va-t-il enchainer une troisième séance consécutive de repli ? On en prend le chemin ce matin puisque le CAC40 perd...

Publié le 15/12/2017

Après le rebond récent

Publié le 15/12/2017

Relativement atténué cette année, le thème de la consolidation du secteur des télécoms en Europe fait son retour avec l'annonce, faite ce matin, du projet de rapprochement entre T-Mobile NL et…

Publié le 15/12/2017

Nexans aligne une troisième séance de forte baisse à l'ouverture, en repli de 1,5% à 47,8 euros...

Publié le 15/12/2017

AssurCopro, leader français du courtage en assurance à destination des copropriétés, acquiert le cabinet INSOR. Il s’agit de la troisième opération significative de croissance externe…

CONTENUS SPONSORISÉS