En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.00 %
4 785.0
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.00 %
DAX PTS
10 788.09
-
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.143
+0.38 %

Jérusalem: les développements depuis la décision de Trump

| AFP | 406 | Aucun vote sur cette news
Un drapeau palestinien accroché à des ballons lors d'une manifestation à Jérusalem, le 16 décembre 2017
Un drapeau palestinien accroché à des ballons lors d'une manifestation à Jérusalem, le 16 décembre 2017 ( AHMAD GHARABLI / AFP )

Principaux développements depuis la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, qui a déclenché la colère des Palestiniens, des manifestations dans le monde musulman et une réprobation quasi unanime de la communauté internationale.

La décision du président américain a provoqué des manifestations et violences quotidiennes dans les Territoires palestiniens qui se sont soldées par la mort de huit Palestiniens.

- Onde de choc -

Le 6 décembre, le président américain affirme que "les vieux défis nécessitent une nouvelle approche". "Il est temps d'officiellement reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël", déclare-t-il, passant outre aux mises en garde venues de toutes parts et marquant une rupture avec ses prédécesseurs. Il ordonne de préparer le transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le président palestinien Mahmoud Abbas juge que les Etats-Unis sapent "délibérément tous les efforts de paix" et abandonnent leur rôle historique de "sponsor du processus de paix". Le mouvement islamiste palestinien Hamas juge que l'annonce ouvre "les portes de l'enfer" pour les intérêts américains dans la région.

L'initiative américaine suscite une vague de réprobation dans le monde entier, à l'exception d'Israël, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue un "jour historique".

Le 7 décembre, des Palestiniens affrontent des soldats israéliens et brûlent le portrait de Donald Trump. En Cisjordanie occupée, des confrontations opposent jeunes palestiniens et soldats israéliens. Une grève générale est largement suivie en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, appelle à une nouvelle intifada.

Mahmoud Abbas et le roi Abdallah de Jordanie affirment que toute mesure modifiant le statu quo sur Jérusalem est "invalide".

- 'Colère' -

Le 8 décembre, les Palestiniens sont appelés à un "jour de colère" à Jérusalem, en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza. Ils affrontent par milliers les soldats et policiers israéliens. Des heurts font deux morts et des dizaines de blessés.

Des dizaines de milliers de personnes manifestent dans plusieurs pays arabes et musulmans.

A l'ONU, les ambassadeurs de France, Royaume-Uni, Italie, Suède et Allemagne affirment que cette décision "n'est pas conforme aux résolutions du Conseil de sécurité" et "ne favorise pas la perspective de paix". L'ambassadrice américaine Nikki Haley répète que M. Trump n'a "pas pris position sur les limites ou les frontières".

Le 9 décembre, deux membres du Hamas périssent dans des raids menés par l'aviation israélienne en riposte à des tirs de roquettes venus de la bande de Gaza.

Le Fatah du président Abbas appelle les Palestiniens à "poursuivre la confrontation et à l'élargir".

Réunis au Caire, les ministres arabes des Affaires étrangères estiment que les Etats-Unis se sont "retirés comme parrains et intermédiaires du processus de paix".

Le 10 décembre, le président turc Recep Tayyip Erdogan affirme que son pays "n'abandonnera pas Jérusalem à la merci d'un Etat terroriste qui tue des enfants". M. Netanyahu rétorque qu'il n'a "pas de leçon de moralité à recevoir d'un dirigeant (...) qui bombarde les Kurdes et aide des terroristes".

- Jérusalem-Est -

Le 13 décembre, des leaders musulmans appellent le monde à reconnaître Jérusalem-Est comme capitale d'un Etat palestinien, à l'issue d'un sommet extraordinaire de l'Organisation de la Coopération islamique (OCI) à Istanbul.

Mahmoud Abbas affirme qu'il n'y aura "ni paix, ni stabilité" sans que la partie arabe occupée de la ville sainte ne soit reconnue comme capitale palestinienne.

A Ryad, le roi Salmane déclare que les Palestiniens ont le droit de faire de Jérusalem-Est la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Le 15 décembre, quatre Palestiniens sont tués dans des heurts avec les forces israéliennes, lors d'une nouvelle journée de mobilisation.

Le 17 décembre, Recep Tayyip Erdogan espère que la Turquie ouvrira bientôt une ambassade à Jérusalem-Est en tant que capitale d'un Etat palestinien.

- Veto américain à l'ONU -

Le 18 décembre, Les Etats-Unis mettent leur veto à une résolution de l'ONU condamnant leur reconnaissance unilatérale de Jérusalem, un texte approuvé par leurs quatorze partenaires au Conseil de sécurité.

L'Autorité palestinienne juge le veto "inacceptable". Benjamin Netanyahu dit "merci" aux Etats-Unis.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/12/2018

Paris, le 8 décembre 2018, 13h00 COMMUNIQUE de presse Eramet prend des mesures correctives dans le cadre d'une revue des processus qualité au sein de sa branche…

Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 10/12/2018

Basel, 10 December 2018 - Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY) today announced that at its December meeting the Board of Directors (BoD) of Roche Holding Ltd decided on first…

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN