En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 407.38 PTS
-0.18 %
5 410.50
-0.11 %
SBF 120 PTS
4 330.63
-0.10 %
DAX PTS
12 689.24
+0.02 %
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.164
-0.03 %

Iran: 1978, année de révolte avant la chute du chah

| AFP | 596 | Aucun vote sur cette news
Discours de l'ayatollah Ruhollah Khomeiny à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle avant son retour à Téhéran, le 31 janvier 1979
Discours de l'ayatollah Ruhollah Khomeiny à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle avant son retour à Téhéran, le 31 janvier 1979 ( Marcel BINH / AFP/Archives )

Il y a 40 ans, en janvier 1978, des premières manifestations dans la ville sainte de Qom lancent en Iran le processus révolutionnaire qui aboutira au départ du chah, un an plus tard.

- Tout commence à Qom -

Le 7 janvier 1978, le quotidien gouvernemental Ettelaat publie un article diffamatoire contre le chef spirituel des chiites iraniens, Ruhollah Khomeiny, l'accusant entre autres d'être un agent britannique. Cet opposant au chah Mohammad Reza Pahlavi est en exil depuis novembre 1964.

Les 8 et 9 janvier, des étudiants en théologie manifestent en soutien à Khomeiny à Qom, au sud de Téhéran: des dizaines de personnes tuées par les forces de l'ordre, selon l'opposition, six selon un bilan officiel.

- Heurts sanglants -

Le 18 février, une cérémonie organisée à la mémoire des victimes de Qom dégénère en émeutes à Tabriz (nord-ouest). L'armée intervient, faisant une centaine de morts, selon l'opposition, neuf morts et près de 200 blessés, selon un bilan officiel.

Les 9 et 10 mai, des émeutes éclatent notamment à Qom après un appel de grands chefs religieux à une journée de deuil national.

- Appel à renverser le chah -

Début juin, 800 étudiants internes de l'université de Téhéran sont expulsés. Un ordre de grève générale lancé par la hiérarchie chiite est suivi à Qom, Tabriz et Ispahan (centre).

Le 18 juin, l'ayatollah Khomeiny appelle à renverser le chah.

En juillet-août, des émeutes éclatent à travers le pays. Un attentat dans un cinéma d'Abadan (sud) fait entre 400 et 500 morts. gouvernement et opposition se rejettent la responsabilité.

Fin août, le pouvoir fait des premières concessions aux religieux, fermant des casinos et interdisant les jeux. D'autres concessions suivront, mais sans parvenir à arrêter le mouvement.

- 'Vendredi noir' à Téhéran -

Le 4 septembre, entre 200.000 et 500.000 personnes manifestent à Téhéran à l'appel de la hiérarchie chiite pour réclamer le retour de Khomeiny.

Le 8, "vendredi noir" à Téhéran: le gouvernement décrète la loi martiale dans douze villes dont Téhéran et dénonce un "complot financé et dirigé par des forces étrangères". Des milliers de manifestants se rassemblent à Téhéran et se heurtent à l'armée (110 morts selon un bilan officiel, plus de 1.000 morts selon l'opposition).

- Khomeiny près de Paris -

L'ayatollah Ruhollah Khomeiny dans le jardin de sa maison  à Neauphle-le-Château, dans la banlieue parisienne, le 4 juin 1978
L'ayatollah Ruhollah Khomeiny dans le jardin de sa maison à Neauphle-le-Château, dans la banlieue parisienne, le 4 juin 1978 ( Joel ROBINE, Joel ROBINE / AFP/Archives )

Le 6 octobre, l'ayatollah Khomeiny, expulsé d'Irak, s'installe à Neauphle-le-Château dans la banlieue parisienne.

C'est de là qu'il conduira la phase finale de sa lutte contre le chah en appelant les Iraniens, sur des cassettes distribuées sous le manteau, à renverser la monarchie.

- Emeutes -

Le 5 novembre, des dizaines de milliers de jeunes, étudiants et lycéens, déferlent à Téhéran. Ils incendient tous les symboles du régime.

Plus de cent banques sont détruites, les plus grands cinémas incendiés ainsi que le siège de la Savak (police politique), des grands magasins calcinés, des compagnies aériennes saccagées.

- Manifestations de masse -

Les 10 et 11 décembre, pour des fêtes religieuses, l'armée laisse le centre de Téhéran à plus d'un million et demi de personnes chaque jour. Les femmes voilées de noir s'y joignent en grand nombre, ainsi que des enfants.

"Mort au chah", "Khomeiny est notre chef", "U.S. Go home", scandent les manifestants.

- Grèves -

Le 24 décembre, la ville sainte de Machhad (nord-est) est paralysée par une grève générale.

Le 27, toutes les exportations pétrolières sont interrompues. Plus de 4.000 ouvriers de l'industrie pétrolière démissionnent pour s'opposer aux menaces gouvernementales de procès devant une cour martiale pour faits de grève.

Le 28, les secteurs-clés de l'économie -pétrole, douane, banques et aviation civile- sont paralysés par les grèves.

- 'Le chah est parti' -

Le chah Mohammad Reza Pahlavi à Persepolis, le 17 octobre 1971
Le chah Mohammad Reza Pahlavi à Persepolis, le 17 octobre 1971 ( - / AFP/Archives )

Le 16 janvier 1979, sous la pression de la rue et à la demande des Américains, le chah part en exil, signant la fin du régime impérial et le proche avènement de la République islamique.

"Le chah est parti", titrent les grands quotidiens. Des centaines de milliers de personnes envahissent les rues de Téhéran. Pour la première fois depuis des mois, les véhicules de l'armée s'étaient retirés de la capitale.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Le titre a buté contre sa moyenne mobile à 50 jours et la borne haute de Bollinger sur un graphique journalier. Le RSI ne parvient pas à dépasser les 50. Retour de la pression vendeuse attendue.…

Publié le 20/07/2018

Covivio (Foncière des régions) gagne 0,23% à 88,30 euros au lendemain de ses résultats du premier semestre. Sur cette période, l’EPRA Earnings a progressé de 5% à 192 millions d’euros,…

Publié le 20/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/07/2018

Dans des volumes étoffés, Ateme s'effondre de 10,5% à 15 euros...

Publié le 20/07/2018

Gecina a relevé son objectif de résultat récurrent net par action pour 2018, à +8% contre +3% à +6% attendu jusqu’alors. La foncière peut se le permettre en raison des tendances favorables…