En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Espagne: Rajoy et Puigdemont, les deux protagonistes de la crise catalane

| AFP | 309 | Aucun vote sur cette news
Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy et le président régional catalan Carles Puigdemont le 21 août 2017 à Barcelone
Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy et le président régional catalan Carles Puigdemont le 21 août 2017 à Barcelone ( PASCAL GUYOT / AFP/Archives )

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy et le président régional catalan Carles Puigdemont sont les principaux protagonistes du bras de fer opposant Madrid aux indépendantistes catalans.

- Mariano Rajoy -

Président du Parti populaire (PP, conservateur) depuis 13 ans, Mariano Rajoy est le chef du gouvernement espagnol depuis 2011.

Souvent surnommé le survivant de la politique, ce Galicien de 62 ans a l'habitude de temporiser, dans une sorte de guerre d'usure de ses adversaires.

Il est ainsi parvenu à entamer un second mandat, en novembre 2016, après avoir laissé la gauche se déchirer, alors que l'Espagne était restée dix mois sans gouvernement.

M. Rajoy avait remporté les législatives avec 33% des voix, en se targuant d'avoir sorti l'Espagne de la crise économique, au prix de mesures d'austérité impopulaires, et en faisant campagne sur l'unité de l'Espagne menacée.

Dépourvu de majorité parlementaire, il gouverne avec le soutien de la formation libérale Ciudadanos (Citoyens), née en 2005 à Barcelone pour lutter contre le séparatisme.

Son parti n'est que la cinquième force politique en Catalogne (8,5% aux régionales de 2015, 13% aux législatives de 2016) et ne détient qu'une seule mairie.

On y reproche en particulier à M. Rajoy d'avoir mené bataille contre le nouveau Statut d'autonomie de la Catalogne, approuvé en 2006 par le Parlement espagnol. Ce statut accordait des compétences élargies aux autorités régionales et, dans son préambule, définissait la Catalogne comme "nation" à l'intérieur de l'Etat espagnol.

Saisie par le PP, la Cour constitutionnelle avait partiellement annulé ce statut en 2010, un épisode vécu comme une humiliation par de nombreux Catalans.

Ses détracteurs accusent M. Rajoy d'avoir laissé pourrir la question catalane et alimenté l'indépendantisme, en faisant la sourde oreille aux revendications et manifestations pacifiques.

Il est farouchement opposé à tout référendum d'autodétermination de la région, faisant valoir qu'il serait contraire à la Constitution et que tous les Espagnols doivent être consultés quand l'unité du pays est en jeu.

- Carles Puigdemont -

Ancien journaliste de 54 ans, Carles Puigdemont milite pour l'indépendance de la Catalogne depuis sa jeunesse.

Il a été propulsé en janvier 2016 à la présidence de sa région, en remplacement d'Artur Mas dont le profil de récent converti au séparatisme, la corruption de son parti et les politiques d'austérité avaient braqué les indépendantistes d'extrême gauche.

Membre du même parti conservateur que M. Mas, M. Puigdemont a été maire de la ville catalane de Girone et président de l'Association des municipalités pour l'indépendance. Il siège depuis 2006 au parlement régional.

Réputé têtu, M. Puigdemont a toujours plaidé que la Catalogne était "une nation ayant le droit à décider de son avenir" et réclamé un référendum d'autodétermination légal.

Une partie des Catalans lui sait gré d'avoir tenu sa promesse d'organiser un référendum, interdit, le 1er octobre, émaillé de violences policières. Résultat proclamé et invérifiable: "90,18%" de "oui" à une République catalane, avec 43% de participation.

Mais toute une autre partie des Catalans crie à "l'escroquerie démocratique" destinée à légitimer une déclaration unilatérale d'indépendance envers et contre tous. Beaucoup lui reprochent d'avoir créé sa propre réalité et tourné le dos à la Catalogne non indépendantiste.

Il fait l'objet d'une enquête pour "désobéissance", "prévarication" et "malversation de deniers publics" pour l'organisation du référendum interdit.

Sa détermination ne semble pas entamée par la pression des milieux économiques et du gouvernement espagnol, au risque d'être un jour arrêté par la police.

Le 10 octobre, il avait proposé de suspendre la déclaration unilatérale d'indépendance en assurant vouloir ainsi permettre la négociation avec Madrid et une éventuelle médiation internationale. Jeudi, il a informé le gouvernement espagnol que la Catalogne n'avait pas déclaré l'indépendance mais pourrait le faire si Madrid poursuivait la "répression", notamment en suspendant l'autonomie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…