En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-0.34 %
4 808.50
-0.04 %
SBF 120 PTS
3 821.84
-0.29 %
DAX PTS
10 918.62
-0.12 %
Dowjones PTS
24 332.80
+0.52 %
6 711.21
+0.64 %
1.139
-0.04 %

Eric Drouet, "gilet jaune" déterminé et controversé

| AFP | 474 | 2 par 2 internautes
Eric Drouet à sa sortie de garde à vue à Paris, le 3 janvier 2019
Eric Drouet à sa sortie de garde à vue à Paris, le 3 janvier 2019 ( Bertrand GUAY / AFP )

Sa détermination galvanise des "gilets jaunes" autant qu'elle exaspère les autorités : initiateur de la première mobilisation du 17 novembre, Éric Drouet, chauffeur routier de Seine-et-Marne, est devenu un des visages du mouvement social, mais son intransigeance suscite la controverse.

Célébré par le leader des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui exprime sa "fascination" pour sa "sage et totale détermination", il a une nouvelle fois été projeté sous le feu médiatique avec son interpellation mercredi soir, la deuxième en onze jours, lors d'une marche dans Paris. Il est sorti libre jeudi en fin de journée de sa garde à vue, qu'il a qualifiée de "politique".

Il avait déjà été interpellé le 22 décembre durant "l'acte VI" des "gilets jaunes" dans la capitale, et sera jugé le 5 juin pour "port d'arme prohibé", en l'occurrence un bâton.

Sollicité par les médias et le gouvernement, Éric Drouet se défend d'être un leader du mouvement mais ses prises de parole, qu'il diffuse lors de Facebook Live souvent réalisées depuis la cabine de son camion, sont très écoutées. Pour beaucoup, ce père de famille de 33 ans de Melun est le garant de l'indépendance du mouvement contre les instrumentalisations et récupérations politiques.

C'est lui qui avait créé l'événement Facebook "Blocage national contre la hausse des carburants" le 17 novembre, sans savoir qu'il déclencherait un mouvement de contestation inédit, qui a précipité Emmanuel Macron dans la plus grave crise de son mandat.

"L'idée, c'est faire différemment de ce qui s'est passé auparavant", expliquait-il quelques jours avant cet acte fondateur, en appelant à "ne plus se laisser diriger et subir" : "On n'a aucune décision sur ce qui se passe, ça se passe une fois tous les cinq ans et ça s'arrête là. (...) On se retrouve à être dirigé par des gens qui n'ont pas notre vie, nos problèmes."

Après le succès de cette journée inaugurale, il appellera à un "acte 2" sur les Champs-Elysées, marqué par des barricades et des affrontements avec les forces de l'ordre. Face aux réponses jugées insatisfaisantes des autorités et malgré les débordements violents, il multipliera les appels de weekend en weekend. "Il ne faut pas lâcher", martèle-t-il.

Canal historique

Comme Priscillia Ludosky, autre figure historique plus discrète, Éric Drouet s'affirme "totalement apolitique" et assume un simple rôle de "porte-parole" chargé de relayer les demandes qui remontent des ronds-points.

Mais ses prises de position tranchées suscitent controverses et interrogations.

Quand l'exécutif cherchait des représentants avec qui dialoguer, il a publiquement fustigé l'absence de légitimité et les "ambitions personnelles" de ceux qui, comme Benjamin Cauchy ou Jacline Mouraud, appelaient à saisir la main tendue du gouvernement. Ces derniers se sont déclarés "libres" et "constructifs", en opposition à l'attitude "radicale" et "extrémiste" de Drouet et du +canal historique+ qui prônait le rapport de forces.

Il a également été accusé d'appeler au putsch lorsque, lors d'un débat où on lui avait demandé ce qu'il comptait faire si la manifestation arrivait devant l'Élysée, il avait répondu : "On rentre dedans". "J'ai jamais dit que je voulais aller à l'Élysée pour tout casser mais pour se faire entendre. (...) C'était pour le symbole", s'était-il défendu le lendemain.

Il a depuis pris ses distances avec les médias, qu'il accuse de partialité.

Mais même via Facebook, les polémiques continuent autour du personnage, à qui l'on prête des affinités politiques à l'extrême gauche ou à l'extrême droite. Il avait notamment diffusé des propos complotistes d'un autre "gilet jaune", Maxime Nicolle, affirmant que la France allait céder son siège au Conseil de sécurité de l'Onu dans le cadre du Pacte de Marrakech sur les migrations.

"Je ne suis pas fasciné par quelqu'un qui, semble-t-il, assume d'avoir voté aux deux tours (de la présidentielle) pour Marine Le Pen", a lâché mercredi Benoît Hamon. "Non je n'est pas voter (sic) FN et même si je l'aurais fait c'est pas la question du jour !! On est tous d'horizon différent et c'est bien notre force !!", a répliqué Drouet sur Facebook.

Autour d'un petit noyau de "gilets jaunes", il affirme oeuvrer "sans intérêt personnel" à faire plier le gouvernement pour "la famille" des gilets jaunes.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

5 prix lors des European Contact Center & Customer Service Awards (ECCCSA) dans 4 pays européens...

Publié le 17/01/2019

Martha Bejar, experte américaine dans le domaine des logiciels, est nommée en tant qu'administratrice indépendante de Neopost Paris, le 17 janvier 2019 Neopost, leader…

Publié le 17/01/2019

Fee et Covage ont signé le 17 janvier 2019 un partenariat qui permettra à Free de proposer son offre de Fibre optique sur les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) dans les territoires couverts par…

Publié le 17/01/2019

Fnac Darty annonce être en négociations exclusives avec le Groupe Lagardère, en vue de l’acquisition de Billetreduc.com par sa filiale France Billet, spécialiste de la billetterie culturelle et…

Publié le 17/01/2019

Compagnie des Alpes vient de réaliser son point d’activité au titre de son premier trimestre de l’exercice 2018-2019. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié…