En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 033.62 PTS
-0.70 %
5 076.50
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 021.97
-0.81 %
DAX PTS
11 353.67
-0.52 %
Dowjones PTS
25 289.27
+0.83 %
6 890.45
+1.78 %
1.133
+0.14 %

Deux mois de contestation sociale en Irak

| AFP | 211 | Aucun vote sur cette news
Manifestant irakien devant le consulat d'Iran incendié à Bassora, le 7 septembre 2018
Manifestant irakien devant le consulat d'Iran incendié à Bassora, le 7 septembre 2018 ( Haidar MOHAMMED ALI / AFP )

L'Irak fait face depuis deux mois à un mouvement de contestation sociale, né dans la province pétrolière de Bassora contre la corruption et la vétusté des services publics.

La contestation sociale a fait 27 morts depuis juillet.

- Premier décès -

Le 8 juillet, des dizaines de personnes manifestent dans la province méridionale de Bassora pour réclamer des emplois pour les jeunes et de meilleurs services. Un manifestant est tué.

La province de Bassora est la plus riche du pays en pétrole, mais elle est l'une des moins dotées en infrastructures.

Les manifestations se poursuivent, les protestataires fermant certaines routes ou tentent de prendre d'assaut des bâtiments publics.

Le 12, le ministre du Pétrole Jabbar al-Luaibi affirme que les manifestants ont tenté de pénétrer dans des raffineries, dans un champ pétrolier, et ont mis le feu à certains bâtiments.

- Les manifestations s'étendent dans le sud -

Le lendemain, des centaines de personnes manifestent dans le centre-ville de Bassora, devant le siège du conseil provincial, encadrées par un important dispositif de sécurité.

A Najaf (centre), des dizaines de personnes envahissent la salle d'attente de l'aéroport où s'étaient déployées les forces de l'ordre. A Nassiriya, dans la province de Zi Qar, plusieurs manifestants et policiers sont blessés.

Irak
Irak ( / AFP )

La plus haute autorité chiite d'Irak, l'ayatollah Ali Sistani, apporte son soutien aux manifestants, tout en les appelant à éviter les désordres.

- Promesses, mais nouveaux morts -

Le 14 juillet, deux manifestants sont tués par balles dans la province méridionale de Missane, selon les services de secours.

Des manifestants tentent de mettre le feu au siège de la puissante organisation Badr -soutenue et armée par l'Iran- à Bassora, provoquant des heurts avec les forces de sécurité. Les autorités décrètent un couvre-feu nocturne dans la province.

Le Premier ministre Haider al-Abadi annonce une allocation d'environ 3 milliards de dollars pour la province, outre des promesses d'investissement dans l'habitat, les écoles et les services.

Mais le 15, deux nouveaux manifestants sont tués à Samawa (province de Mouthanna, sud) par des tirs devant le siège du gouvernorat. A Bassora, des heurts entre forces de sécurité et protestataires font 50 blessés, principalement des manifestants.

M. Abadi dénonce les actes violents contre les biens publics et les forces de l'ordre. Il appelle les services de sécurité "à se tenir en alerte", mais leur ordonne "de ne pas faire usage de balles réelles sur des manifestants non armés".

- La contestation gagne Bagdad -

Le 20 juillet, un civil est "mortellement touché par balles" à Diwaniyah (sud), selon une source médicale. Ces balles ont été tirées par un garde du siège de l'organisation Badr devant lequel manifestaient des centaines de personnes.

La grogne gagne Bagdad, où des centaines de manifestants sont dispersés à coup de canons à eau et de gaz lacrymogènes alors qu'ils tentaient d'entrer dans la zone verte ultra-sécurisée où siègent les autorités.

Le 27, quelques centaines de personnes scandent à Bagdad "Non à la corruption" et "Iran, dehors!". Ils conspuent les dirigeants "voleurs" et "corrompus".

- Des responsables renvoyés -

Le 29 juillet, le ministre de l'Electricité Qassem al-Fahdaoui est suspendu, "en raison de la détérioration du secteur de l'électricité".

Le 31, la Cour suprême suspend le versement des retraites des anciens députés. Le Premier ministre contestait une loi votée par les députés sortants par laquelle ils s'attribuaient des avantages jugés exorbitants.

Le 9 août, quatre directeurs généraux au ministère de l'Electricité sont démis.

- Nouveaux troubles -

Le 2 septembre, des centaines de manifestants bloquent différents points stratégiques de la province.

Le 4, six manifestants sont tués à Bassora selon un responsable local, journée la plus sanglante depuis le début de la grogne sociale qui repart de plus belle sur fond de grave crise sanitaire.

Le 7, dans la nuit, trois obus s'abattent sur la Zone verte où siègent les autorités à Bagdad. Le grand ayatollah Ali Sistani dénonce "le mauvais comportement des hauts dirigeants".

Des centaines de manifestants mettent le feu au consulat iranien à Bassora, lors d'une nouvelle soirée de protestations.

Le 8, quatre roquettes s'abattent dans l'enceinte de l'aéroport de Bassora.

En cinq jours, 12 manifestants ont été tués, et de nombreux sièges d'institutions publiques ou de partis ont été incendiés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2018

Le groupe Moulinvest poursuit le déploiement de son plan d'investissement Horizon 2020 portant sur la modernisation des équipements et infrastructures de production selon le calendrier prévu...

Publié le 15/11/2018

LYON, France et CAMBRIDGE, Mass., 15 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- ERYTECH Pharma (Euronext Paris : ERYP - Nasdaq : ERYP), société biopharmaceutique de stade clinique développant des…

Publié le 15/11/2018

Une performance encourageante tenant aux multiples initiatives engagées par Musée Grévin pour renforcer son attractivité...

Publié le 15/11/2018

En données publiées, le chiffre d'affaires est en hausse de +35% !

Publié le 15/11/2018

  Information relative au nombre d'actions et de droits de vote prévue par l'article 223-16 du règlement général de l'Autorité des marchés…