En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
-
4 892.0
-
SBF 120 PTS
3 901.62
-
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.89 %
1.137
-0.03 %

Des centaines de Kurdes syriens manifestent contre la présence turque à Afrine

| AFP | 546 | Aucun vote sur cette news
Des Kurdes de Syrie manifestent contre ce qu'ils disent être des changements démographiques générés par l'occupation turque de la région d'Afrine, le 26 mai 2018 à Qamichli
Des Kurdes de Syrie manifestent contre ce qu'ils disent être des changements démographiques générés par l'occupation turque de la région d'Afrine, le 26 mai 2018 à Qamichli ( Delil souleiman / AFP )

Des centaines de personnes ont manifesté samedi à Qamichli, dans le nord-est de la Syrie, à l'appel des autorités kurdes syriennes pour demander le retrait de l'armée turque de la région d'Afrine (nord-ouest).

Les forces turques et leurs supplétifs rebelles syriens ont pris la région d'Afrine aux Kurdes en mars, après une offensive militaire de deux mois qui a contraint des dizaines de milliers de personnes à trouver refuge ailleurs.

Depuis, des milliers de personnes déplacées par les combats dans d'autres régions de la Syrie en guerre, comme la Ghouta orientale, près de Damas, se sont installées dans la ville d'Afrine, partiellement vidée de ses habitants.

Les Kurdes de Syrie assurent qu'il s'agit là d'une volonté de changer la démographie de la région.

Ces derniers ont établi une administration autonome dans les territoires qu'ils contrôlent, à laquelle Afrine était d'ailleurs rattachée avant sa prise par la Turquie.

A Qamichli, les manifestants ont notamment brandi le drapeau jaune, vert et rouge des régions kurdes syriennes et des pancartes indiquant: "Non à l'occupation turque".

"Va-t-en, va-t-en Erdogan, meurtrier, meurtrier Erdogan", ont scandé certains vivement opposés au président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Notre peuple a été contraint de partir (d'Afrine) et des combattants d'autres zones (de Syrie) ont été amenés là pour y vivre", a indiqué Ghassan Juli, habitant de Qamichli de 38 ans. C'est un "désastre".

Selon les Nations unies, environ 135.000 personnes ont choisi de rester dans la région d'Afrine, dont un tiers dans la ville du même nom.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, qui a coûté la vie à plus de 350.000 personnes, la moitié de la population syrienne a été contrainte de quitter son foyer, soit environ 11 millions de personnes.

La guerre s'est complexifiée au fil des ans pour se transformer en un conflit impliquant des puissances étrangères, des groupes jihadistes et des milices.

La Turquie intervient en Syrie depuis l'été 2016, avec l'aide de groupes rebelles syriens, officiellement pour lutter contre le groupe Etat islamique (EI) et une milice kurde syrienne (YPG, Unités de protection du peuple) qu'elle considère comme "terroriste" mais qui est alliée aux Occidentaux dans la lutte contre l'EI en Syrie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…