5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Corée du Nord : les étapes-clés des programmes balistique et nucléaire

| AFP | 301 | Aucun vote sur cette news
Des Sud-Coréens regardent sur un écran de télévision la trajectoire d'un nouveau tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon, le 15 septembre 2017 dans une gare à Séoul
Des Sud-Coréens regardent sur un écran de télévision la trajectoire d'un nouveau tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon, le 15 septembre 2017 dans une gare à Séoul ( JUNG Yeon-Je / AFP )

Rappel des étapes-clés des programmes balistique et nucléaire de la Corée du Nord, qui vient de procéder mardi à un tir de missile balistique, le premier depuis la mi-septembre, selon l'état-major sud-coréen.

- Les débuts, à la fin des années 1970 -

Le Nord commence à travailler à la fin des années 1970 sur une version du missile soviétique Scud-B (portée de 300 km), avec un premier essai en 1984.

Entre 1987 et 1992, Pyongyang met au point des missiles de longue portée dont le Taepodong-1 (2.500 km) et le Taepodong-2 (6.700 km).

En 1989, des photos satellite américaines dévoilent l'existence d'un centre nucléaire à Yongbyon, au nord de Pyongyang.

- 1994 : accord avec Washington -

En octobre 1994, accord bilatéral entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, qui s'engage à démanteler son programme nucléaire militaire en échange de la construction de réacteurs civils. Cet accord intervient trois mois après le décès de Kim Il-Sung, remplacé par son fils, Kim Jong-Il.

Fin 2002, Washington accuse Pyongyang de poursuivre un programme secret en vue d'obtenir de l'uranium hautement enrichi. La Corée du Nord expulse les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) puis se retire du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

- 2006 : premier essai -

Le 9 octobre 2006, Pyongyang qui avait mis fin en mars 2005 au moratoire sur les missiles de longue portée, procède à son premier essai nucléaire. Le Conseil de sécurité de l'ONU vote des sanctions économiques et commerciales, dont le champ sera élargi et qui seront renforcées à plusieurs reprises.

En février 2007, Pyongyang accepte de démanteler son programme nucléaire et d'accueillir des inspecteurs de l'AIEA, en échange d'un million de tonnes de carburant et de son retrait de la liste des Etats qualifiés de terroristes par Washington.

- 2009 : deuxième et troisième essais -

En avril 2009, Pyongyang quitte les négociations à Six (les deux Corée, la Chine, la Russie, les Etats-Unis, le Japon) entamées en août 2003, puis réactive son programme nucléaire. Le 25 mai, deuxième essai nucléaire souterrain.

En décembre 2011, Kim Jong-Un succède à son père. Un troisième essai nucléaire est effectué en février 2013.

- 2016 : ogive miniaturisée -

Le 6 janvier 2016, quatrième essai nucléaire souterrain. La Corée du Nord affirme avoir testé une bombe à hydrogène, ce qui est mis en doute par les spécialistes.

En août, pour la première fois, le Nord tire directement un missile balistique dans la zone économique maritime du Japon. Le 9 septembre, les autorités annoncent avoir réalisé leur cinquième essai nucléaire portant sur une ogive miniaturisée susceptible d'équiper un missile.

- 2017 : une portée inédite -

En juillet 2017, le Nord tire deux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui semblent mettre à sa portée une bonne partie du continent américain.

Le président Donald Trump menace d'envoyer "le feu et la colère" sur le Nord, Pyongyang répond le 29 août en tirant un missile balistique au-dessus du Japon.

Le 3 septembre, sixième essai nucléaire, de loin le plus puissant et qui concerne selon les autorités nord-coréennes une bombe H suffisamment petite pour équiper un missile.

Le 15 septembre, moins d'une semaine après l'adoption par l'ONU d'une 8e série de sanctions, la Corée du Nord tire un missile balistique au-dessus du Japon, à une distance de 3.700 km de son territoire, selon Séoul.

Le 20 novembre, Washington qualifie officiellement d'"Etat soutenant le terrorisme" ce pays qui avait déjà figuré sur la liste noire américaine de 1988 à 2008.

Le 28 novembre, la Corée du Nord effectue un nouveau tir de missile balistique, annonce Séoul. Le missile a été tiré vers l'est à partir de la province du sud Pyongan, selon l'agence sud-coréenne de presse Yonhap.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

La procédure de désintéressement s'est close le 14 décembre

Publié le 15/12/2017

Avec la nomination de Marie-Christine Levet le Conseil d'administration de SoLocal Group "marque la volonté d'accélérer le développement de SoLocal Group sur le digital"...

Publié le 15/12/2017

La société française de reciblage publicitaire Criteo a plongé de 27% en trois séances sur le Nasdaq. La société est plombé par la nouvelle politique anti-cookies d'Apple.

Publié le 15/12/2017

Le Conseil d'administration de Fnac Darty est présidé par Jacques Veyrat...

CONTENUS SPONSORISÉS