En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Cinq choses à savoir sur la crise anglophone au Cameroun

| AFP | 831 | Aucun vote sur cette news
Cameroun
Cameroun ( Valentina BRESCHI / AFP )

Le Cameroun, qui élit son président le 7 octobre, connaît des violences quasi-quotidiennes dans ses deux régions anglophones, un legs de l'histoire mouvementée de cette ancienne colonie allemande, divisée après la Première Guerre mondiale entre Français et Britanniques.

Les séparatistes armés ont promis que le scrutin n'aurait pas lieu dans les zones anglophones.

- Legs de 14-18

Après la défaite de l'Allemagne en 1918, la Société des Nations (SDN, ancêtre de l'ONU), place les quatre cinquièmes du Kamerun allemand sous tutelle française, et la partie occidentale bordant le Nigeria sous tutelle britannique.

La partie française devient indépendante en 1960. Un an plus tard, une partie du Cameroun sous tutelle britannique (le nord majoritairement musulman) opte pour son rattachement au Nigeria et l'autre partie pour son rattachement au Cameroun francophone, pour former une République fédérale à partir du 1er octobre 1961.

En 1972, un référendum met fin au fédéralisme.

- Minorité anglophone

Très largement francophone, le Cameroun comprend dix régions dont deux majoritairement anglophones, le Nord-Ouest (capitale: Bamenda) et le Sud-Ouest (capitale: Buea). Les anglophones représentent environ 20% des 23 millions d'habitants.

Les autorités vantent la réalité du bilinguisme, avec l'ouverture d'établissements scolaires bilingues anglais/français. Le pays est membre de la Francophonie et du Commonwealth.

Néanmoins, beaucoup d'anglophones se considèrent marginalisés voire discriminés et dénoncent un partage inéquitable de la richesse.

A la télévision d'État CRTV, certaines éditions du journal alternent l'anglais et le français, mais globalement le français prédomine dans les programmes.

- "Unité" contestée

Dans les années 1990, les revendications anglophones se multiplient en faveur d'un référendum d'indépendance. En 2001, des manifestations interdites lors du 40e anniversaire de l'unification dégénèrent, avec plusieurs morts et des leaders séparatistes arrêtés.

Les tensions actuelles ont commencé en novembre 2016, avec les revendications d'enseignants déplorant la nomination de francophones dans les régions anglophones, ou de juristes rejetant la suprématie du droit romain au détriment de la "Common Law" anglo-saxonne.

Les leaders de la contestation demandent en majorité un retour au fédéralisme et, pour une minorité, l'indépendance et la proclamation d'un nouvel Etat, "l'Ambazonie".

L'exécutif, emmené par le président Paul Biya (depuis 1982) et son Premier ministre, anglophone, opposent une fin de non-recevoir à ces deux revendications.

- Répression et violences

Dès décembre 2016, des manifestations en zone anglophone, réprimées par la police, se soldent par des premiers morts civils. D'autres suivront lors de protestations, durement réprimées par les forces de l'ordre.

Le 17 janvier 2017, plusieurs leaders anglophones à la tête des revendications sont arrêtés et accusés d'"actes de terrorisme". Paul Biya lève les poursuites en août.

Entre janvier et mars, internet est coupé en zone anglophone.

Le 1er octobre, au moins 17 personnes sont tuées en marge d'une proclamation symbolique d'indépendance par des séparatistes. "Nous ne sommes plus les esclaves du Cameroun", déclare le "président" auto-proclamé d'Ambazonie, Sisiku Ayuk Tabe.

Fin 2017, une frange radicale et séparatiste de la minorité anglophone prend les armes. Eparpillés en divers groupes, ils s'en prennent aux forces de sécurité ainsi qu'aux symboles de l'administration comme les écoles, qu'ils incendient. Ils enlèvent également policiers, fonctionnaires et hommes d'affaires, parfois étrangers.

Les séparatistes accusent le gouvernement d'avoir "militarisé" les régions anglophones.

- 2018, année présidentielle

En avril 2018, le Social Democratic Front (SDF), principal parti d'opposition, estime que la crise a "dégénéré en guerre civile ouverte".

Les combats entre soldats et séparatistes sont devenus quasi-quotidiens, faisant 170 morts parmi les membres des forces de sécurité et "au moins 400 civils", selon le centre d'analyse International Crisis Group (ICG). Environ 200.000 personnes ont été contraintes à fuir de chez elles.

Amnesty International, qui dénonce une escalade des violences, appelle les autorités à enquêter de façon "urgente" et "indépendante" sur les crimes commis par les forces de l'ordre ou par les séparatistes en zone anglophone.

A 85 ans, dont presque 36 au pouvoir, Paul Biya est candidat à un septième mandat présidentiel le 7 octobre.

Les séparatistes armés ont promis que le scrutin n'aurait pas lieu dans les régions anglophones. Depuis la mi-septembre, des départs massifs de populations sont constatés dans ces régions de crainte d'une intensification des combats.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...