En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

A Nice, les blessures toujours à vif des familles cassées par l'attentat

| AFP | 314 | Aucun vote sur cette news
Un mémorial de fortune en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 18 juillet 2016
Un mémorial de fortune en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 18 juillet 2016 ( Valery HACHE / AFP/Archives )

"L'attentat, c'est juste le début d'une série d'épreuves", confie un père endeuillé. Un an après l'attaque au camion bélier qui a fait 86 morts et 450 blessés à Nice le soir du 14 juillet, les blessures sont toujours à vif.

Arrivé sur la Promenade des Anglais huit minutes après le passage du poids lourd qui a foncé sur la foule, Thierry Vimal a vu sa fille de 12 ans mourir sous ses yeux à l'hôpital.

Depuis, dit-il, "il y a une déformation du temps, et même de l'espace. Le fait que l'été revienne avec ses odeurs et ses couleurs, ça me remet dedans, c'est comme si ça s'était passé il y a 15 jours ou la semaine dernière".

Deux personnes se serrent dans les bras devant un mémorial en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 17 juillet 2016
Deux personnes se serrent dans les bras devant un mémorial en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 17 juillet 2016 ( Valery HACHE / AFP/Archives )

"Quand on me parle de reconstruction, je me demande laquelle? Ca arrive à des gens qui ont les mêmes emmerdes que les autres, et ça suramplifie les problèmes familiaux et professionnels", ajoute-t-il.

Ecrivain et auteur, sa société a fait un chiffre d'affaires dérisoire depuis un an. Sa compagne enseignante n'a pas repris le travail.

Vendredi, date anniversaire du deuil et jour de commémoration en présence du président de la République, il a choisi l'absence, avec sa compagne et son autre fille de 10 ans.

"J'aurais aimé être là, mais de toute façon, je n'aurais pas tenu la journée", dit-il, évoquant la fatigue après "une succession de décisions à prendre et d'événements complètement inattendus ou déstabilisants".

L'autopsie, à son insu, du corps de sa fille a été un choc. Les discussions avec son autre fille, "sur la vie, la mort, le terrorisme, la géopolitique, l'argent, l'au-delà", presque un réconfort.

"Les gens ont une image irréelle de la douleur. L'attentat, c'est juste le choc de base", dit-il.

- 'Quelque chose s'est cassé' -

Au moins 3.000 personnes, comme lui, ont été suivies psychologiquement à Nice depuis l'attentat, dont plus d'un millier d'enfants, selon les spécialistes.

Une femme apprend la mort de son petit-fils, à Nice, le 16 juillet 2016
Une femme apprend la mort de son petit-fils, à Nice, le 16 juillet 2016 ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

Les blessés physiques, ceux qui ont été opérés et suivis à Nice, sont "guéris pour la plupart", indique le Pr Pascal Boileau. "Entre 10 et 20 patients sont toujours en rééducation. Après, il y a de gros traitements sur le plan psychologique car il y a beaucoup de séquelles".

"On a encore en consultation des enfants qui dessinent des scènes violentes où l'on peut voir des personnages coupés, des pistolets, des feux d'artifice avec des gens allongés dessous, ou des enfants tout en noir sur la Promenade", détaille le Pr Florence Askenazy, chef du service de psychiatrie de l'enfant à l'hôpital Lenval. Un petit garçon n'a pas pris un centimètre en un an.

Au centre hospitalier de Nice, le Pr Michel Benoit a vu de nouveaux patients consulter tardivement, "entre cinq et dix toutes les semaines", parfois pour une attestation médicale.

"Beaucoup n'ont pas vu venir le camion, à cause de la musique et de la foule, et beaucoup doivent leur salut au hasard ou à un réflexe parce qu'ils ont tourné la tête", observe-t-il.

Indemnes, les rescapés ont été traumatisés par la peur ou la vue des corps mutilés.

Un mémorial improvisé en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 15 juillet 2016
Un mémorial improvisé en hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 15 juillet 2016 ( GIUSEPPE CACACE / AFP/Archives )

Les images s'estompent mais "ils se plaignent de ne pas fonctionner comme avant, ils disent que quelque chose s'est cassé, qu'on ne réparera pas", conclut-il.

Dans la chambre de sa fille disparue, Thierry n'a touché à rien: "On a ouvert les tiroirs pour donner des trucs à ses copines. Mais débarrasser ses affaires, c'est quand même un assez gros morceau. C'est la mise en place de l'après, et on n'en est pas du tout là."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/07/2018

Le président cubain Miguel Díaz-Canel (c) à l'Assemblée nationale, le 21 juillet 2018 à La Havane ( Jorge BELTRAN / AFP )Cuba débat d'une nouvelle Constitution qui autorisera…

Publié le 22/07/2018

Photo fournie par l'agence de l'immigration indonésienne le 21 juillet 2018 du Français Michaël Blanc (d) et de sa mère Hélène Le Touzey (2e d) escortés par des agents de l'immigration à…

Publié le 22/07/2018

Combinaison de photos réalisée le 20 juillet 2018, Michael Cohen, ex-avocat personnel de Donald Trump à gauche et le président américain à droite ( MARK WILSON, NICHOLAS KAMM / GETTY IMAGES…

Publié le 21/07/2018

Alexandre Benalla (g) accompagne le président Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet à Paris ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP/Archives )Le séisme de l'affaire Benalla n'a pas fini de…

Publié le 21/07/2018

Neymar, avec son fils Davi Lucca, accorde un entretien à l'AFP, le 21 juillet 2018 à Praia Grande, près de Sao Paulo ( Miguel SCHINCARIOL / AFP )"Je ne voulais plus voir de ballon devant moi,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…