En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.51 PTS
+0.67 %
5 282.0
+1.00 %
SBF 120 PTS
4 196.33
+0.66 %
DAX PTS
12 011.04
+0.49 %
Dowjones PTS
25 585.69
+0.37 %
7 300.96
-0.10 %
1.120
+0.00 %

Des sources d'espoir et des échecs dans la protection

| AFP | 284 | Aucun vote sur cette news
Photo prise le 1er août 2018 d'une femelle panda,  Huan Huan, au zoo de Beauval dans le centre de la France
Photo prise le 1er août 2018 d'une femelle panda, Huan Huan, au zoo de Beauval dans le centre de la France ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )

Le panda géant, le thon rouge en Méditerranée: ces espèces, un temps en danger, ont vu leur situation s'améliorer grâce à des mesures de protection. A l'inverse, des coraux, des requins ou des arbres sont très mal en point.

Victimes de l'action humaine, jusqu'à un million d'espèces animales et végétales seraient menacées d'extinction, selon un projet de rapport de l'ONU sur la biodiversité présenté à Paris dans le cadre de la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

Voici quelques motifs d'espoir, mais aussi des échecs, dans la protection de la nature:

Le panda géant

Depuis 2016, ce Trésor national en Chine n'est plus "en danger" d'extinction sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le gouvernement chinois a multiplié les efforts pour sauver cet ursidé, en replantant des forêts de bambous et en finançant des zoos du monde entier. Le panda géant, devenu un emblème des espèces à protéger, reste toutefois "vulnérable" avec moins de 2.000 individus dans la nature.

Le gypaète barbu

Plumes d'un vautour au Parc zoologique de Paris, le 12 avril 2019
Plumes d'un vautour au Parc zoologique de Paris, le 12 avril 2019 ( Philippe LOPEZ / AFP/Archives )

Ce vautour, qui peut atteindre trois mètres d'envergure, avait presque disparu en France au début du XXe siècle, comme dans d'autres pays d'Europe.

Depuis une trentaine d'années, il fait l'objet d'un programme de réinsertion dans plusieurs massifs montagneux français qui a permis de faire monter sa population à environ 60 couples mais elle reste fragile.

Le thon rouge

Le thon rouge, dont raffolent les gourmets japonais, a été victime de surpêche pendant des décennies en Méditerranée et dans l'Atlantique jusqu'à ce que la perspective de voir l'une de ses trois espèces ajoutée à la liste des espèces menacées de l'ONU pousse le monde la pêche à agir. Des quotas drastiques et des mesures de protection ont été adoptées, ce qui a permis aux stocks de poissons de se reconstituer.

Grenouille aquatique de Sehuencas

Jusqu'à peu, cet amphibien était condamné à la disparition, avec un seul mâle connu restant, dénommé Roméo, qui se morfondait au Muséum d'histoire naturelle de Cochabamba. Mais une levée de fonds lancée par ses gardiens pour la Saint-Valentin a permis de financer une expédition scientifique et de découvrir une femelle au fin fond de la forêt bolivienne. Reste à Roméo et Juliette à se reproduire.

Cèdre

Le réchauffement climatique menace l'emblème du Liban, en favorisant la prolifération d'un insecte qui ronge les aiguilles de cet arbre. Pour y faire face, le ministère de l'Agriculture a lancé fin 2012 un ambitieux programme de plantation de 40 millions de cèdres d'ici 2030. L'arbre, dont certains specimens sont pluricentenaires, est classé "vulnérable" par l'UICN.

Les coraux

Récif corallien en mer Rouge dans le parc naturel égyptien de Ras Mohammed au sud du Sinaï, le 5 septembre 2018
Récif corallien en mer Rouge dans le parc naturel égyptien de Ras Mohammed au sud du Sinaï, le 5 septembre 2018 ( EMILY IRVING-SWIFT / AFP/Archives )

Les récifs coralliens ne couvrent que 0,2% de la superficie des océans, mais réunissent environ 30% des espèces marines connues à ce jour. Ils sont menacés par les aménagements portuaires et touristiques, la pêche à l'explosif ou au cyanure, la pollution, des espèces invasives, le réchauffement des eaux qui entraîne leur blanchiment ou encore l'acidification des océans.

Selon un rapport du Giec, même si le réchauffement climatique était limité à 1,5°C --mission impossible selon des scientifiques--, entre 70 et 90% sont voués à la disparition.

Les requins

Présents dans les océans depuis 400 millions d'années, des requins sont menacés, victimes de l'appétit humain pour leur chair et leurs ailerons. Sur 58 espèces de raies et de requins évaluées, 17 sont classées à risque d'extinction, selon l'UICN.

Une tortue géante des Galapagos

En 2012 mourrait"George le solitaire", à l'âge de 90 ans, dernier représentant de l'espèce de tortue géante terrestre Chelonoidis abigdoni qui vivait sur une des îles des Galapagos, dans l'océan Pacifique. Elle a été décimée par les pirates et les boucaniers qui ont écumé l'archipel dès le XVIIIe siècle.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

Liée essentiellement à la présence de Valérian et la Cité des mille planètes dans le line-up de l'exercice précédent...

Publié le 24/05/2019

Rallye annonce qu’il a été mis fin avec date d’effet au 24 mai 2019 au contrat de liquidité conclu avec Rothschild Martin Maurel. Au jour de cette résiliation, les moyens suivants figuraient…

Publié le 24/05/2019

Europacorp a dévoilé un chiffre d’affaires 2018/2019 (exercice clos le 31 mars) de 148,7 millions d'euros (hors activités cédées), soit une baisse de 33% par rapport à l’exercice 2017/2018,…

Publié le 24/05/2019

Les principales causes sont la baisse des cours du zinc et du plomb

Publié le 24/05/2019

NEOPOSTLe spécialiste de l'affranchissage du courrier publiera après Bourse son chiffre d'affaires du premier trimestre.source : AOF