En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 403.41 PTS
-0.16 %
5 423.00
+0.20 %
SBF 120 PTS
4 329.99
-0.16 %
DAX PTS
12 358.87
+0.00 %
Dowjones PTS
25 309.86
+0.48 %
7 447.95
+0.63 %
1.134
-0.52 %

Cinq choses à savoir sur la mégafusion Bayer-Monsanto

| AFP | 261 | Aucun vote sur cette news
Cinq repères sur les
Cinq repères sur les "noces du diable" attendues entre les groupes Bayer et Monsanto ( Patrik STOLLARZ / AFP/Archives )

De l'histoire controversée de Bayer et Monsanto aux conséquences de leur fusion pour les agriculteurs, voici cinq repères sur les "noces du diable" attendues jeudi entre les deux groupes.

- Aspirine et héroïne -

Bayer, fondé en Allemagne en 1863, a inventé l'aspirine mais aussi vendu de l'héroïne au début du XXe siècle, alors utilisé comme substitut à la morphine... et comme remède contre la toux. Pendant la Seconde guerre mondiale, Bayer fait partie tout comme son compatriote BASF du conglomérat chimique IG Farben, tristement célèbre pour avoir fourni aux nazis le Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz.

Le groupe a grossi au fil des années et des acquisitions et emploie désormais près de 100.000 personnes pour un chiffre d'affaires de 41 milliards d'euros l'an dernier.

- Agent Orange -

Créé en 1901 à Saint-Louis, dans le Missouri, Monsanto a d'abord produit de la saccharine, un puissant édulcorant, puis s'est lancé dans l'agrochimie à partir des années 1940. Son défoliant appelé "Agent Orange", connu pour ses funèbres trainées arc-en-ciel, a été utilisé comme arme de destruction massive par l'armée américaine au Vietman.

Son herbicide vedette et controversé, le Roundup, est lancé en 1976, et Monsanto met au point dans les années 1980 la première cellule de plante génétiquement modifiée avant de se spécialiser dans les OGM.

Le groupe emploie 20.000 employés à travers le monde et réalise environ 15 milliards de dollars de recettes annuelles.

- Un prétendant patient -

Alors que l'agriculture se prépare à nourrir une population de plus en plus nombreuse, Bayer lorgnait depuis longtemps sur l'américain Monsanto et ses semences OGM capables de résister aux plus puissants pesticides.

Moins connue, mais tout aussi séduisante aux yeux de Bayer, la filiale Climate Corp fournit aux agriculteurs des données numériques précises permettant d'exploiter au mieux leurs champs.

Mais Monsanto a joué les difficiles et Bayer a dû relever trois fois son offre avant que son rival américain ne cède en 2016, pour un montant de 128 dollars par action.

Ce rachat, le plus important par une firme allemande à l'étranger, a coûté particulièrement cher à Bayer: outre le montant faramineux de la transaction, le groupe a dû céder à BASF une partie de ses activités agrochimiques pour satisfaire les autorités de la concurrence.

- Au revoir 'Monsatan' -

Espérant éviter l'hostilité que suscite dans le monde la seule évocation de Monsanto, Bayer a décidé d'abandonner ce nom après son opération de rachat.

Parfois appelée "Monsatan" ou "Mutanto" par ses détracteurs, la firme de Saint-Louis est aussi bien mise en cause pour les OGM que pour les effets du glyphosate, principe actif du Roundup, dont le caractère cancérogène fait l'objet d'études contradictoires.

Le gouvernement français s'est récemment engagé à cesser d'utiliser cette substance d'ici 2021, sans pour autant inscrire l'interdiction dans la loi.

L'ONG "les amis de la Terre", a rebaptisé la fusion Bayer-Monsanto "les noces du diable" et a prévenu qu'avec ou sans l'étiquette Monsanto, sa vigilance restait de mise.

- Et pour les agriculteurs ? -

Après la fusion des américains Dow et DuPont et le rachat du suisse Syngenta par le chinois ChemChina, trois énormes groupes contrôlent désormais les deux tiers du marché global des semences et pesticides.

Cette concentration fait redouter une pression accrue sur les prix de vente aux agriculteurs.

Seule garantie formalisée par Bayer, qui continuera par ailleurs à développer les herbicides ou pesticides de Monsanto: le groupe ne commercialisera pas de variétés OGM en Europe.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/08/2018

L'international français avait exprimé, à plusieurs reprises, sa volonté d'obtenir un temps de jeu plus régulier...

Publié le 14/08/2018

Innelec Multimedia a réalisé un chiffre d’affaires de 14,2 millions d’euros au titre de son premier trimestre 2018/2018 (clos fin juin). Ce chiffre est en baisse de 7,2% à données publiées et…

Publié le 14/08/2018

Net recul de l'activité caoutchouc, en raison de la baisse des prix.

Publié le 14/08/2018

SII a enregistré au cours de 1er trimestre de l'exercice 2018/2019 un chiffre d'affaires de 147,61 ME, en croissance de 13,9%...

Publié le 14/08/2018

En juillet 2018, le trafic de Paris Aéroport est ressorti en hausse de 3,7% par rapport au mois de juillet 2017, avec 10,4 millions de passagers accueillis, dont 7,2 millions à Paris-Charles de…