5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
-
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Tarkett : Bons résultats opérationnels au premier semestre 2017 : Croissance organique de 3,0% - Marge d'EBITDA ajusté stable à 11,8%

| GlobeNewswire | 192 | Aucun vote sur cette news
Tarkett : Bons résultats opérationnels au premier semestre 2017 : Croissance organique de 3,0% - Marge d'EBITDA ajusté stable à 11,8%
Credits  ShutterStock.com

 

Bons résultats opérationnels au premier semestre 2017 :

Croissance organique de 3,0%

Marge d'EBITDA ajusté stable à 11,8%

                                                                                                                                                Paris, le 26 juillet 2017

 

Points clés

 

  • Chiffre d'affaires de 1 364 MEUR, soit +5,1% versus S1 2016, dont croissance organique de +3,0%(1) 
  • Forte activité organique dans les segments CEI, APAC & Amérique latine (+7,2%), Sport (+5,3%) et EMEA (+4,2%)
  • EBITDA ajusté(2) de 160 MEUR (+5,9%) et marge de 11,8% (versus 11,7% au S1 2016)
  • Résultat net(3) de -98 MEUR, pénalisé par une provision de 150 MEUR dotée dans le cadre de la procédure en cours devant l'Autorité de la concurrence française
  • Forte amélioration du ratio endettement net / EBITDA ajusté : 1,3x versus 1,8x à fin juin 2016

(1) Croissance organique : à périmètre et à taux de change constants (A noter : dans la CEI, les augmentations de prix destinées à compenser les fluctuations des devises ne sont pas incluses dans la croissance organique. Celle-ci reflète donc uniquement les effets volume et mix). Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.

(2) EBITDA ajusté : les ajustements comprennent les dépenses liées aux restructurations, aux acquisitions et certains autres éléments non-récurrents. Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.

(3) Résultat net part du Groupe.

 

Le chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants a progressé de 3,0% au premier semestre 2017. Le segment CEI, APAC & Amérique latine affiche une croissance soutenue (+7,2%) notamment grâce à des volumes en hausse et une amélioration du mix dans les pays de la CEI. Le segment Sport est bien orienté sur le S1 (+5,3%). Le segment EMEA voit ses ventes progresser de +4,2%. Seul le segment Amérique du Nord (-1,6%) reste pénalisé par une base de comparaison élevée l'an dernier. A l'exception d'EMEA, tous les segments ont contribué à l'accélération de la croissance organique au deuxième trimestre (+3,2%) par rapport à un T1 en hausse de +2,8%. Le segment EMEA a été affecté par un effet jours ouvrés négatif de l'ordre de -4,0% sur le deuxième trimestre.

 

Les ventes ont crû de 5,1% vs. S1 2016 en données publiées. Les taux de change ont eu un impact positif de +2,0% grâce à l'appréciation du dollar et du rouble par rapport à l'euro compensant le repli de la livre sterling. L'acquisition des actifs d'AlternaScapes, spécialiste de la distribution et de l'installation de gazon synthétique à usage paysager situé en Floride, représente un effet périmètre mineur (+0,1%).

 

L'EBITDA ajusté a atteint 160 MEUR vs. 151 MEUR au S1 2016 et la marge d'EBITDA ajusté s'établit à 11,8% vs. 11,7% au S1 2016. Le segment CEI, APAC & Amérique latine voit son EBITDA ajusté progresser fortement, grâce à une bonne performance de la CEI tant sur les prix de vente que sur les volumes et la productivité. L'EBITDA ajusté du segment Sport bénéficie d'un règlement exceptionnel de 12 M$ dans le cadre de l'exécution d'un jugement en notre faveur à l'encontre de la société AstroTurf. En revanche, l'EBITDA ajusté en EMEA et en Amérique du Nord recule principalement du fait de la hausse du coût des matières premières et de l'effet négatif de certaines devises en EMEA. Pour l'ensemble du Groupe, l'impact défavorable de ces hausses de prix matières s'est élevé à 13 MEUR. Par ailleurs, les gains de productivité ont atteint 18 MEUR.

 

Le résultat net part du Groupe ressort à -98 MEUR, compte tenu d'une provision de 150 MEUR constituée dans le cadre de la procédure en cours devant l'Autorité de la concurrence française. Le 25 juillet 2017, le Groupe a signé un procès-verbal de transaction avec les services d'instruction. Cette transaction, ainsi que le montant définitif de la sanction encourue, seront soumis à la décision finale du Collège de l'Autorité de la concurrence.

 

Commentant ces résultats, Michel Giannuzzi, Président du Directoire, a déclaré :

 

« Après un bon début d'année, la progression des ventes s'est accélérée au deuxième trimestre. Nous avons su tirer parti de la reprise économique dans les pays de la CEI où la croissance s'est confirmée et la profitabilité s'est fortement améliorée. L'inflation du prix des matières premières nous a pénalisés au premier semestre. Nous sommes confiants dans la bonne tenue de nos marchés pour le reste de l'année. »

 


 

Chiffres clés

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Variation (en %)

Chiffre d'affaires

Dont croissance organique(1) 

1 364,0

 

1 298,1

 

+5,1%

+3,0%

EBITDA ajusté(2)

% du chiffre d'affaires

160,3

11,8%

151,4

11,7%

+5,9%

 

Résultat net part du Groupe (non-ajusté)

(97,9)

45,2

nm

Cash-flow opérationnel net(3)

(21,5)

(55,3)

 

Endettement net / EBITDA ajusté(4)

1,3x

1,8x

 

(1) Croissance organique : à périmètre et à taux de change constants (A noter : dans la CEI, les augmentations de prix destinées à compenser les fluctuations des devises ne sont pas incluses dans la croissance organique. Celle-ci reflète donc uniquement les effets volume et mix). Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.

(2) EBITDA ajusté : les ajustements comprennent les dépenses liées aux restructurations, aux acquisitions et certains autres éléments non-récurrents. Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.

(3) Calculé comme la trésorerie liée à l'exploitation moins les investissements courants [investissements en immobilisations corporelles et incorporelles, à l'exclusion de la construction des nouvelles usines ou de sites de distribution et des acquisitions de sociétés ou d'activités].

(4) Sur les douze derniers mois.

 

Chiffre d'affaires par segment

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Variation (en %)

Dont croissance organique(1)

EMEA

481,3

471,6

+2,1%

+4,2%

Amérique du Nord

412,7

411,1

+0,4%

-1,6%

CEI, APAC & Amérique latine

275,7

234,9

+17,4%

+7,2%

Sport

194,3

180,5

+7,6%

+5,3%

Total Groupe

1 364,0

1 298,1

+5,1%

+3,0%

 

EBITDA ajusté(2) par segment

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Marge S1 2017
(en % du CA )

Marge S1 2016
(en % du CA )

EMEA

68,5

74,8

14,2%

15,9%

Amérique du Nord

51,7

59,3

12,5%

14,4%

CEI, APAC & Amérique latine

40,2

24,8

14,6%

10,6%

Sport

23,0

18,2

11,8%

10,1%

Frais centraux non alloués

(23,1)

(25,7)

-

-

Total Groupe

160,3

151,4

11,8%

11,7%

(1) Croissance organique : à périmètre et à taux de change constants (A noter : dans la CEI, les augmentations de prix destinées à compenser les fluctuations des devises ne sont pas incluses dans la croissance organique. Celle-ci reflète donc uniquement les effets volume et mix).  Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.

(2) EBITDA ajusté : les ajustements comprennent les dépenses liées aux restructurations, aux acquisitions et certains autres éléments non-récurrents. Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.


Commentaires par segment

 

Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA)

 

Le chiffre d'affaires à périmètre et taux de change constants a progressé de +4,2% au premier semestre, dont +1,5% au deuxième trimestre malgré un effet jours ouvrés défavorable (de l'ordre de -4,0% au T2). Les pays nordiques et l'Europe du Sud (Italie, Espagne et Portugal) ont réalisé un premier semestre particulièrement dynamique. La France poursuit sa reprise et le Royaume-Uni est en progression. L'Allemagne et les Pays-Bas sont également en croissance. Bien qu'en hausse sur le deuxième trimestre, le Moyen-Orient reste en retrait sur le premier semestre.

 

La catégorie des dalles vinyle haut de gamme (LVT) affiche toujours une forte dynamique dans les secteurs résidentiel et commercial.

 

Les ventes ont progressé de +2,1% en données publiées, impactées par l'évolution défavorable des taux de change (principalement la livre sterling).

 

La marge d'EBITDA ajusté s'est établie à 14,2% contre 15,9% au S1 2016, pénalisée par la hausse des coûts des matières premières et l'incidence négative des principales devises de la zone.

 

 

Amérique du Nord

 

En Amérique du Nord, les ventes ont reculé de -1,6% en organique sur le premier semestre 2017, pénalisées par une base de comparaison élevée. Le premier semestre de 2016 avait en effet bénéficié d'éléments ponctuels, et notamment de projets importants dans la moquette commerciale et d'un effet de stockage chez un nouveau client dans l'activité de sols résilients. Par ailleurs, une certaine faiblesse de l'activité moquette commerciale se fait toujours ressentir dans les secteurs des bureaux et de la santé.

 

Les dalles vinyle haut de gamme (LVT) conservent une belle croissance et restent pour Tarkett une catégorie de développement importante.

 

En données publiées, les ventes ont légèrement augmenté de +0,4% en raison de l'appréciation du dollar américain par rapport à l'euro.

 

La marge d'EBITDA ajusté a reculé à 12,5% contre 14,4% au S1 2016, impactée par des prix matières en hausse et le léger retrait des volumes de vente. Des hausses de prix de vente ont été annoncées au cours du deuxième trimestre 2017 dont l'impact se fera ressentir progressivement dans la seconde partie de l'année.

 

 

CEI, APAC & Amérique latine

 

La croissance organique s'élève à +7,2% au premier semestre (hors hausses de prix de vente dans la CEI). Dans les pays de la CEI, cette forte croissance est portée par des volumes en progression au deuxième trimestre ainsi que par l'amélioration du mix produit sur le semestre.

Les ventes dans la zone Asie-Pacifique se sont améliorées sur le premier semestre de l'année grâce au dynamisme de l'Asie du Sud-Est. Dans un contexte économique difficile, l'Amérique latine affiche un retrait de ses ventes, malgré un deuxième trimestre légèrement positif.

 

En données publiées, les ventes ont fortement progressé de +17,4% grâce au renforcement du rouble et du real brésilien sur la période.

 

En Russie, la stratégie d'adaptation des prix de vente à l'évolution des taux de change a été poursuivie sur le deuxième trimestre de l'année. Après une période de promotions démarrée en décembre 2016, les prix de vente dans le vinyle ont été revus à la baisse au cours du T2 de 5% à 15% en fonction des produits (par rapport au niveau de prix avant promotions en novembre 2016).

 

La marge d'EBITDA ajusté a augmenté de 400 points de base pour atteindre 14,6% contre 10,6% au S1 2016. La réévaluation du rouble et de certaines devises de la CEI, partiellement compensée par les baisses de prix de vente, a donné lieu à un impact positif de 7,5 MEUR sur l'EBITDA ajusté. Les optimisations de coûts ayant été mises en oeuvre ces dernières années dans la zone CEI ainsi que l'amélioration des volumes et du mix produit ont également contribué à ce net rebond.

Par ailleurs, la progression des volumes en Asie-Pacifique a permis à la zone d'améliorer sa profitabilité, tandis que l'Amérique latine a été légèrement pénalisée par le retrait de ses ventes.

 

 

Sport

 

Le segment Sport enregistre une bonne croissance organique de +5,3% au S1 2017, portée par la hausse des projets « clé-en-main » qui comprennent la facturation des travaux de génie civil. Plusieurs projets prestigieux ont été remportés au deuxième trimestre de cette année, tels que le stade Camp Nou du FC Barcelone ou le stade du FC Liverpool en gazon hybride (GrassMaster®).

 

En données publiées, les ventes ont crû de +7,6%, grâce à l'appréciation du dollar américain par rapport à l'euro.

 

La marge d'EBITDA ajusté, qui a atteint 11,8% contre 10,1% en S1 2016, a bénéficié du règlement en notre faveur d'un montant de 12 M$ dans le cadre de l'exécution du jugement à l'encontre de la société AstroTurf, suite à une plainte pour violation de brevet. Par ailleurs, la part importante des projets « clé-en-main » (dont la partie génie civil génère une marge plus faible) ainsi que la hausse du prix des matières premières ont pesé sur la profitabilité.

 

 

 

Résultat net part du Groupe

 

Les frais centraux non alloués aux segments ont légèrement diminué à 23,1 MEUR (vs. 25,7 MEUR au S1 2016).

 

Tarkett a décidé de provisionner la somme de 150 MEUR dans les comptes arrêtés au 30 juin 2017 dans le cadre de la procédure en cours devant l'Autorité de la concurrence française. Cette procédure fait suite à une enquête menée depuis mars 2013 à l'encontre de plusieurs fabricants de revêtements de sols résilients sur le marché français et concerne des pratiques anciennes dont l'origine remonte à 1990. Le 25 juillet 2017, le Groupe a signé un procès-verbal de transaction avec les services d'instruction. Cette transaction, ainsi que le montant définitif de la sanction encourue, seront soumis à la décision finale du Collège de l'Autorité de la concurrence. Cette provision non récurrente fait l'objet d'un ajustement de l'EBITDA et de l'EBIT.

 

En conséquence, les ajustements à l'EBIT sont passés de -11,3 MEUR au S1 2016 à -164,2 MEUR au S1 2017.

 

Le résultat financier s'établit à -12,2 MEUR (vs. -11,3 MEUR au S1 2016). La diminution des intérêts sur dettes financières a été compensée par des pertes de change plus importantes. Le taux effectif d'impôt hors dotation de la provision de 150 MEUR (non déductible fiscalement) s'établit à 30,9% contre 36,6% au S1 2016.

 

 

Une structure de bilan solide

 

Le cash-flow opérationnel s'est amélioré à -21,5 MEUR contre -55,3 MEUR au premier semestre 2016, bien que négatif compte tenu de la saisonnalité. Le besoin en fonds de roulement a diminué (+131 MEUR vs. +157 MEUR au S1 2016) malgré la hausse de l'activité. Les dépenses d'investissements courants se sont maintenues à 45 MEUR, soit 3,3% des ventes nettes.

 

L'endettement net s'est réduit de 137 MEUR par rapport à fin juin 2016 (à 431 MEUR), permettant l'amélioration du ratio d'endettement à 1,3 fois l'EBITDA ajusté des douze derniers mois au 30 juin 2017 (1,8 x à fin juin 2016).

 

 

Perspectives

 

Les bonnes tendances de marché en EMEA et en Sport devraient se poursuivre sur le reste de l'année.

 

Dans la zone CEI, les bonnes performances du premier semestre constituent un très bon début d'année et la reprise de l'économie devrait continuer.

 

L'Amérique du Nord devrait retrouver de la croissance sur le second semestre.

 

L'impact négatif de l'inflation du coût des matières premières sur l'EBITDA ajusté sur l'ensemble de l'année 2017 pourrait se situer entre 25 MEUR et 35 MEUR (contre 10 MEUR à 20 MEUR précédemment estimé sur la base des prix de début d'année).

 

Tarkett confirme les objectifs financiers du plan stratégique 2020 et, doté d'un bilan très solide, continue sa recherche d'opportunités de croissance externe créatrices de valeur pour ses clients et ses actionnaires.

 

 

 

Les comptes consolidés audités pour le premier semestre 2017 sont accessibles sur le site web de Tarkett. La conférence analystes aura lieu le jeudi 27 juillet 2017 à 11h00, heure de Paris et un service de webcast audio (en live puis en différé en anglais) ainsi que la présentation des résultats seront disponibles sur le site www.tarkett.com.

 

Calendrier financier - les publications ont lieu après bourse                                   

  • 24 octobre 2017 : résultats financiers du troisième trimestre - communiqué de presse après bourse et conférence téléphonique le lendemain matin

 

 

 

À propos de Tarkett

Avec un chiffre d'affaires de plus de 2,7 milliards d'euros en 2016, Tarkett est un leader mondial des solutions innovantes de revêtements de sol et de surfaces sportives. Offrant une large gamme de solutions intégrant des sols vinyles, linoléum, caoutchouc, moquettes, parquets et stratifiés, gazons synthétiques et pistes d'athlétisme, le Groupe sert ses clients dans plus de 100 pays dans le monde. Avec 12 500 collaborateurs et 34 sites industriels, Tarkett vend 1,3 million de mètres carrés de revêtement de sol chaque jour, à destination des hôpitaux, des écoles, de l'habitat, des hôtels, des bureaux ou commerces et des terrains de sport. Engagé en faveur du développement durable, le Groupe a mis en place une stratégie d'éco-innovation et promeut l'économie circulaire. Tarkett est coté sur le marché réglementé d'Euronext (compartiment A, code ISIN FR0004188670, code mnémonique : TKTT) et figure dans les indices suivants : SBF 120, CAC Mid 60. www.tarkett.com  

 

Relations Investisseurs

Tarkett - Jacques Bénétreau - jacques.benetreau@tarkett.com

Tarkett - Alexandra Baubigeat Boucheron - alexandra.baubigeatboucheron@tarkett.com

 

Contact presse

Tarkett - Véronique Bouchard Bienaymé - communication@tarkett.com

Brunswick - tarkett@brunswickgroup.com - Tél. : +33 (0) 1 53 96 83 83

 

 

Avertissement

Le Conseil de surveillance de Tarkett réuni le 26 juillet 2017, a examiné les états financiers consolidés du Groupe au 30 juin 2017. L'examen limité des comptes a été effectué et le rapport des commissaires aux comptes sur les états financiers a été émis.

 

Ce communiqué peut contenir des estimations et/ou des informations prospectives. Elles ne constituent pas des prévisions relatives aux résultats de Tarkett ou à d'autres indicateurs de performance, mais plutôt des tendances ou des objectifs, selon le cas. Ces informations sont par nature sujettes à des risques et incertitudes, dont la plupart ne sont pas sous le contrôle de Tarkett, dont notamment les risques décrits dans le document de référence de Tarkett déposé le 21 mars 2017 et disponible sur le site internet (www.tarkett.com). Ces risques et incertitudes incluent ceux décrits ou identifiés dans le document de référence déposé à l'AMF à la section « Facteurs de Risques ». Ces informations ne constituent pas des garanties quant aux performances futures de Tarkett, qui peuvent différer de manière significative. Tarkett ne s'engage pas à publier de mise à jour de ces informations en vue de tenir compte d'événements ou de circonstances postérieurs à la date de publication du communiqué.



Annexes


Chiffre d'affaires trimestriel par segment

 

En millions d'euros

T1 2017

T1 2016

Variation (en %)

Dont croissance organique(1)

EMEA

243,4

232,4

+4,7%

+7,0%

Amérique du Nord

190,3

187,2

+1,6%

-2,1%

CEI, APAC & Amérique latine

121,3

103,5

+17,2%

+2,0%

Sport

56,7

53,2

+6,6%

+3,6%

TOTAL

611,7

576,3

+6,1%

+2,8%

 

En millions d'euros

T2 2017

T2 2016

Variation (en %)

Dont croissance organique(1)

EMEA

237,9

239,3

-0,5%

+1,5%

Amérique du Nord

222,4

223,9

-0,7%

-1,3%

CEI, APAC & Amérique latine

154,4

131,4

+17,4%

+11,3%

Sport

137,6

127,3

+8,0%

+5,9%

TOTAL

752,3

721,8

+4,2%

+3,2%

 

EBITDA ajusté(2) Groupe par trimestre

 

En millions d'euros

2017

2016

Marge 2017

(% du CA)

Marge 2016

(% du CA)

T1

51,5

45,0

8,4%

7,8%

T2

108,8

106,5

14,5%

14,8%

 

Chiffre d'affaires semestriel par segment

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Variation (en %)

Dont croissance organique(1)

EMEA

481,3

471,6

+2,1%

+4,2%

Amérique du Nord

412,7

411,1

+0,4%

-1,6%

CEI, APAC & Amérique latine

275,7

234,9

+17,4%

+7,2%

Sport

194,3

180,5

+7,6%

+5,3%

TOTAL

1 364,0

1 298,1

+5,1%

+3,0%

 

EBITDA ajusté(2) semestriel par segment

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Marge S1 2017
(en % du CA)

Marge S1 2016
(en % du CA)

EMEA

68,5

74,8

14,2%

15,9%

Amérique du Nord

51,7

59,3

12,5%

14,4%

CEI, APAC & Amérique latine

40,2

24,8

14,6%

10,6%

Sport

23,0

18,2

11,8%

10,1%

Frais centraux non alloués

(23,1)

(25,7)

-

-

TOTAL

160,3

151,4

11,8%

11,7%

 

(1) Croissance organique : à périmètre et à taux de change constants (A noter : dans la CEI, les augmentations de prix destinées à compenser les fluctuations des devises ne sont pas incluses dans la croissance organique. Celle-ci reflète donc uniquement les effets volume et mix). Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.

(2) EBITDA ajusté : les ajustements comprennent les dépenses liées aux restructurations, aux acquisitions et certains autres éléments non-récurrents. Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.


Compte de résultat consolidé simplifié

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Chiffre d'affaires

1 364,0

1 298,1

EBITDA ajusté(1)

% du chiffre d'affaires

160,3

11,8%

151,4

11,7%

Dépréciation et amortissements

(59,8)

(59,6)

Ajustements à l'EBIT

(164,2)

(11,3)

Résultat d'exploitation (EBIT)

% du chiffre d'affaires

(63,7)

nm

80,5

6,2%

Résultat financier

(12,2)

(11,3)

Résultat avant impôts

(74,6)

70,9

Impôt sur le résultat

Taux d'impôt effectif(2)

(22,9)

30,9%

(25,3)

36,6%

Résultat net part du Groupe

(97,9)

45,2

Résultat de base par action

-EUR1,55

EUR0,71

 

  1. EBITDA ajusté : les ajustements comprennent les dépenses liées aux restructurations, aux acquisitions et certains autres éléments non-récurrents. Voir définition des indicateurs alternatifs de performance en fin de document.
  2. Hors dotation de la provision de 150 MEUR (non déductible fiscalement) au S1 2017.

 


 

Définition des indicateurs alternatifs de performance

(non définis par les normes IFRS)

 

Le groupe Tarkett utilise les indicateurs financiers non définis par les normes IFRS suivants :

  • Croissance organique
  • EBITDA ajusté
  • Cash-flow opérationnel net

 

Ces indicateurs sont calculés ainsi :

  • Croissance organique :
    • Cet indicateur mesure l'évolution du chiffre d'affaires net par rapport à la même période de l'année précédente, hors effet de change et hors variations de périmètre.
    • L'effet change est obtenu en appliquant les taux de change de l'année précédente aux ventes de l'année en cours et en calculant la différence avec les ventes de l'année en cours. Il comprend également l'effet des ajustements de prix dans les pays de la CEI destinés à compenser l'évolution des devises locales par rapport à l'euro.
    •  L'effet périmètre est constitué :
      • des ventes de l'année en cours réalisées par les entités non présentes dans le périmètre de consolidation sur la même période de l'année précédente, et ce jusqu'à leur date anniversaire d'intégration ;
      • de la réduction des ventes liée aux activités cédées, non présentes dans le périmètre de consolidation de l'année en cours mais intégrées dans les ventes de la même période de l'année précédente, et ce jusqu'à la date anniversaire de la cession.

 

L'évolution des ventes nettes de l'année se décompose ainsi :

 

En millions d'euros

2017

2016

Variation

(en %)

Dont effet change

Dont effet périmètre

Dont croissance organique

Total Groupe - T1

611,7

576,3

+6,1%

+3,3%

0,0%

+2,8%

Total Groupe - T2

752,2

721,8

+4,2%

+0,9%

+0,1%

+3,2%

Total Groupe - S1

1 364,0

1 298,1

+5,1%

+2,0%

+0,1%

+3,0%

 

  • EBITDA ajusté :
    • Résultat d'exploitation avant dépréciations et dotations aux amortissements et retraité des produits et charges suivants :
      • coûts de restructuration visant à accroître la rentabilité future du Groupe,
      • plus-values et moins-values réalisées sur des cessions significatives d'actifs,
      • provisions et reprises de provision pour perte de valeur,
      • coûts relatifs aux regroupements d'entreprises et aux restructurations juridiques,
      • dépenses liées aux rémunérations en actions,
      • autres éléments ponctuels, considérés comme non-récurrents par nature.
    • La note 3.1 des Annexes aux comptes consolidés présente le tableau de passage du Résultat d'exploitation à l'EBITDA ajusté ainsi que la répartition des ajustements par nature.
       
  • Cash-flow opérationnel net :
    • Trésorerie liée à l'exploitation moins les investissements courants.
    • Les investissements courants sont définis comme les investissements en immobilisations corporelles et incorporelles, à l'exclusion de la construction des nouvelles usines ou de sites de distribution et des acquisitions de sociétés ou d'activités.

 

Le cash-flow opérationnel net annuel se décompose ainsi :

 

En millions d'euros

30 juin 2017

30 juin 2016

Trésorerie liée à l'exploitation

23,4

(10,7)

Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles

(45,5)

(43,9)

Retraitement des investissements non courants

0,6

(0,7)

Cash-flow opérationnel net

(21,5)

(55,3)

 



Copyright GlobeNewswire

Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien :
http://hugin.info/159910/R/2123221/809739.pdf

Information réglementaire
Ce communiqué de presse est diffusé par Nasdaq Corporate Solutions. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.



 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS