5 128.81 PTS
-0.06 %
5 130.00
-0.01 %
SBF 120 PTS
4 101.84
-0.01 %
DAX PTS
12 222.37
-0.06 %
Dowjones PTS
21 899.89
+0.90 %
5 873.33
+1.50 %
Nikkei PTS
19 434.64
+0.26 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

REXEL : RESULTATS DU 2E TRIMESTRE ET DU 1ER SEMESTRE 2017 (non-audités)

| GlobeNewswire | 118 | Aucun vote sur cette news
REXEL : RESULTATS DU 2E TRIMESTRE ET DU 1ER SEMESTRE 2017 (non-audités)
Credits  ShutterStock.com

                                       

  

RESULTATS DU 2ème TRIMESTRE ET DU 1er SEMESTRE 2017 (non audités)

AMÉLIORATION SÉQUENTIELLE DE LA CROISSANCE DES VENTES A JOURS CONSTANT AU T2

AMÉLIORATION DE L'EBITA AJUSTÉ AU S1

OBJECTIFS FINANCIERS ANNUELS CONFIRMÉS

 

CHIFFRE D'AFFAIRES DE 6 665,9MEUR AU S1, EN HAUSSE DE 2,4% EN DONNÉES PUBLIÉES

  • Croissance organique de 2,4%, incluant un effet calendaire positif de 0,7% et un effet favorable du cuivre de 1,1%
  • En données comparables et à nombre de jours constant, ventes en hausse de 1,7% dont :
    • Europe : +2,4%, bénéficiant d'une croissance accélérée en France à la fin du S1
    • Amérique du Nord : +1,6%, soutenu par l'amélioration de l'environnement au Canada ces derniers mois
    • Asie-Pacifique : -1,6%, la forte croissance en Chine ayant été compensée par la baisse des volumes en Asie du Sud-Est

EBITA ADJUSTÉ A 284,9MEUR AU S1, EN HAUSSE DE 3,6% PAR RAPPORT AU S1 2016

  • Amélioration de la marge brute, en hausse de 5 points de base à 24,5% des ventes
  • Amélioration de la marge d'EBITA ajusté, en hausse de 10 points de base à 4,3% des ventes
  • Effet de levier opérationnel neutralisé par l'investissement pour soutenir la croissance aux États-Unis,
    la baisse des volumes en Asie du Sud-Est et des effets temporaires en France et au Royaume-Uni.

FORTE AUGMENTATION DE L'EBITA PUBLIÉ, EN HAUSSE DE 11,9%

OBJECTIFS FINANCIERS ANNUELS CONFIRMÉS

 

Chiffres clés1

T2 2017

Variation

S1 2017

Variation

Ventes

3 342,8 MEUR

 

6 665,9 MEUR

 

En données publiées

 

-0,2%

 

+2,4%

En données comparables et à nbre de jours courant

 

+0,1%

 

+2,4%

En données comparables et à nbre de jours constant

 

+2,8%

 

+1,7%

EBITA ajusté

149,9 MEUR

-1,0%

284,9 MEUR

+3,6%

En pourcentage des ventes

4,5%

 

4,3%

 

Variation en points de base

stable

 

+10bps

 

EBITA publié

147,5 MEUR

+0,3%

292,0 MEUR

+11,9%

Résultat opérationnel

102,6 MEUR

-19,0%

232,4 MEUR

+5,8%

Résultat net

33,7 MEUR

-40,9%

96,4 MEUR

+0,7%

Résultat net récurrent

71,6 MEUR

-7,3%

139,3 MEUR

+4,0%

Free cash-flow avant intérêts et impôts

130,1 MEUR

vs. 188,1 MEUR

(76,5) MEUR

vs. (6,8) MEUR

Dette nette en fin de période

2 306,7 MEUR

-3,1%

2 306,7 MEUR

-3,1%

1 cf. définition dans la section "Glossaire" de ce document

 

Patrick BERARD, Directeur Général, déclare :

"La performance de Rexel au 2ème trimestre et au 1er semestre est conforme à notre stratégie : la croissance des ventes à nombre de jours constant s'est accélérée dans nos principaux pays européens ainsi qu'en Amérique du Nord au cours du 1er semestre. Nous nous concentrons actuellement sur le plan d'action présenté lors de la Journée investisseurs 2017, et nous commençons déjà à en voir les bénéfices.

Comme prévu, l'EBITA ajusté a progressé de 3,6% au 1er semestre de 2017, malgré l'impact des investissements pour stimuler la croissance des ventes aux États-Unis, une forte concurrence dans l'activité Câble en France et l'inflation des coûts au Royaume-Uni en raison des fluctuations de change.

Nous nous attendons à ce que la deuxième partie de l'année soit soutenue par la poursuite de l'accélération de la croissance des ventes dans nos principaux pays où nous voyons des signes de reprise, notamment en France et aux États-Unis.

Notre performance au 1er semestre et nos attentes pour le reste de l'année nous permettent de confirmer nos objectifs financiers annuels, tels qu'annoncés le 13 février."

ANALYSE DES RESULTATS AU 30 JUIN 2017

  • Les états financiers au 30 juin 2017 ont été arrêtés par le Conseil d'administration qui s'est tenu le 28 juillet 2017. Ils ont fait l'objet d'une revue limitée par les commissaires aux comptes.
  • Les termes suivants : Ventes organiques, EBITA, EBITA ajusté, EBITDA, Résultat net récurrent, Flux de trésorerie disponible et Dette nette sont définis dans la section « Glossaire » de ce document.
  • Sauf mention contraire, tous les commentaires sont faits en base comparable et ajustée et, pour ce qui concerne le chiffre d'affaires, à nombre de jours constant.

 

VENTES

Au T2, les ventes ont été en légère baisse (-0,2%) en données publiées par rapport au T2 2016 et en hausse de 2,8% en données comparables et à nombre de jours constant, reflétant une amélioration séquentielle dans les 3 zones géographiques

Au S1, les ventes ont été en hausse de 2,4% en données publiées par rapport au S1 2016 et en hausse de 1,7% en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, Rexel a enregistré des ventes de 3 342,8 millions d'euros, en baisse de 0,2% en données publiées et en hausse de 2,8% en données comparables et à nombre de jours constant, incluant un effet favorable de 1,1% lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre.

La baisse de 0,2% des ventes en données publiées incluait :

  • Un effet de change positif net de 2,2MEUR (+0,1% des ventes du S1 2016), principalement lié à l'appréciation du dollar américain contre l'euro, partiellement compensée par la dépréciation de la livre sterling;
  • Un effet négatif net des variations de périmètre de consolidation de 12,9MEUR (-0,4% des ventes de l'année dernière), principalement dû à la cession des opérations en Pologne, Slovaquie et aux Pays Baltes ;
  • Un effet calendaire négatif de 2,6%.

Au 1er semestre, Rexel a enregistré des ventes de 6 665,9 millions d'euros, en hausse de 2,4% en données publiées et en hausse de 1,7% en données comparables et à nombre de jours constant, incluant un effet favorable de 1,1% lié aux variations du prix des câbles à base de cuivre.

La hausse de 2,4% des ventes en données publiées incluait :

  • Un effet de change positif net de 39,3MEUR (+0,6% des ventes du S1 2016), principalement lié à l'appréciation des dollars américain et canadien contre l'euro, partiellement compensée par la dépréciation de la livre sterling;
  • Un effet négatif net des variations de périmètre de consolidation de 38,9MEUR (-0,6% des ventes de l'année dernière), principalement dû à la cession des opérations en Pologne, Slovaquie et aux Pays Baltes ;
  • Un effet calendaire positif de 0,7%.

 

Europe (54% des ventes du Groupe) : +3,6% au T2 et +2,4% au S1 en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, les ventes en Europe ont diminué de 2,6% en données publiées, incluant un effet calendaire négatif de 4,3%, un effet net de variation du périmètre de consolidation négatif de 0,6% (pour 11,5MEUR) et un effet de change négatif de 1,3% (pour 23,5MEUR, principalement dus à la dépréciation de la livre sterling contre l'euro). En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont été en hausse de 3,6%.

Les ventes ont progressé dans la plupart de nos marchés, tirées par un environnement globalement favorable :

  • En France (36% des ventes de la région), elles ont progressé de 4,7%, avec des tendances s'améliorant au cours du trimestre, principalement tirées par l'activité résidentielle et tertiaire ;
  • Les ventes en Scandinavie (13% des ventes de la région) ont été en hausse de 4,3%, bénéficiant d'une forte croissance de 12,9% en Suède ;
  • En Allemagne (11% des ventes de la région), les ventes ont augmenté de 2,4%, principalement en raison des ventes à l'industrie (notamment de câbles) ;
  • Au Bénélux (9% des ventes de la région), la croissance des ventes a été solide dans les deux pays : +9,3% en Belgique et +15,4% aux Pays-Bas grâce aux ventes d'équipements photovoltaïques.

En revanche, les ventes ont été en recul dans certains marchés :

  • Au Royaume-Uni (12% des ventes de la région), les ventes ont reculé de 0,9%. Cela représente néanmoins une amélioration séquentielle par rapport au T1 2017 (-3,2%). Cette amélioration reflète la fin de l'impact négatif des ventes d'équipements photovoltaïques (PV). Au T2 2017, l'impact du PV a été neutre contre -1,3% au T1 2017 ;
  • En Suisse (6% des ventes de la région), les ventes ont reculé de 2,4%, affectées par des conditions de marché qui continuent d'être défavorables et un environnement compétitif.

  

Amérique du Nord (36% des ventes du Groupe) : +1,9% au T2 et +1,6% au S1 en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, les ventes en Amérique du Nord ont progressé de 3,3% en données publiées, incluant un effet calendaire négatif de 0,3%, un effet de change positif de 1,7% (pour 20,0MEUR, dus à l'appréciation du dollar américain contre l'euro) et un effet négatif net des variations de périmètre de consolidation de 0,1MEUR.

  • Les Etats-Unis (79% des ventes de la région) ont affiché des ventes en hausse de 1,0% en données comparables et à nombre de jours constant, grâce à :
    • Une accélération de la croissance des ventes organiques, en particulier dans l'activité Proximité, compensant les tendances négatives dans l'activité Projet ;
    • Concernant l'activité Projet, bien que l'activité pétrolière et gazière ait eu une croissance à deux chiffres, nous avons été impacté par le non-renouvellement d'un contrat éolien et par des perturbations dans la chaîne d'approvisionnement d'un fournisseur important.

·         Le Canada (21% des ventes de la région), a renoué avec la croissance, avec des ventes en hausse de 5,3% en données comparables et à nombre de jours constant, reflétant :

  • Une amélioration séquentielle principalement attribuable au momentum du marché final tertiaire ainsi qu'aux bonnes ventes de produits d'automatisation au 2ème trimestre ;
  • Une forte demande dans l'éolien au T2 (contribuant à 3,0% de la croissance des ventes), notamment grâce à un grand projet de parc éolien ;
  • Une situation morose dans l'industrie pétrolière et gazière, reflétant néanmoins une amélioration, les ventes à l'industrie pétrolière et gazière reculant de 11% au T2 par rapport à - -26% au T1 2017 et -23% au T4 2016.

 

Asie-Pacifique (10% des ventes du Groupe) : +1,4% au T2 et -1,6% au S1 en données comparables et à nombre de jours constant

Au 2ème trimestre, les ventes en Asie-Pacifique ont progressé de 0,3% en données publiées, incluant un effet calendaire négatif de 2,3% et un effet de change positif de 1,7% (pour 5,6MEUR, principalement dus à l'appréciation du dollar australien contre l'euro). En données comparables et à nombre de jours constant, les ventes ont progressé de 1,4% reflétant des situations contrastées :

·         En Asie (51% des ventes de la région), les ventes ont baissé de 3,1% en données comparables et à nombre de jours constant, tirées par la Chine mais fortement affectées par l'Asie du Sud-Est.

  • La Chine (74% de l'Asie) a affiché une croissance solide avec des ventes en hausse de 16,9% en données comparables et à nombre de jours constant, aidée par une base de comparaison plus facile (-18,1% au T2 2016) et reflétant l'augmentation des ventes de produits et solutions d'automatisation industrielle ;
  • En Asie du Sud-Est (18% de l'Asie), les ventes ont diminué de 31,8% en données comparables et à nombre de jours constant, reflétant principalement la baisse des ventes à l'industrie pétrolière et gazière ;
  • Les ventes dans le reste de l'Asie (8% de l'Asie) ont augmenté de 6,5% en données comparables et à nombre de jours constant, avec l'Inde en hausse de 34,3% et le Moyen Orient en baisse de 21,7%, en raison d'une forte baisse des ventes à l'industrie pétrolière et gazière.
  • Dans la zone Pacifique (49% des ventes de la région), les ventes ont été en léger recul (-0,3%) en données comparables et à nombre de jours constant.
    • En Australie (82% de la zone Pacifique), les ventes ont progressé de 2,1% en données comparables et à nombre de jours constant, reflétant une amélioration séquentielle (+0,8% au T1 2017) ; les fortes ventes au marché final résidentiel, étant partiellement compensées par une moindre activité de projets ;
    • En Nouvelle-Zélande (18% de la zone Pacifique), les ventes ont reculé de 9,6% en données comparables et à nombre de jours constant, en raison d'une base de comparaison très difficile (+7,2% au T2 2016) et de contrats retardés.

 

RENTABILITE

Amélioration de la marge brute à 24,5% des ventes

Amélioration de la marge d'EBITA ajustée de 4,3%, en hausse de 10 points de base

EBITA publié en hausse de 11,9% par rapport au S1 2016

Au premier semestre, la marge brute du groupe a progressé de 5 points de base, à 24,5% des ventes. Les opex
(y compris amortissement), ont représenté 20,2% du chiffre d'affaires, en amélioration de 5 points de base.

  • En Europe, la marge brute s'établit à 27,1% des ventes, stable par rapport au S1 2016, grâce à l'effet positif de la stratégie de concentration des fournisseurs qui compense la pression provenant principalement d'effets temporaires en France (environnement concurrentiel dans le câble) et au Royaume-Uni (retards dans l'augmentation des prix). Les frais administratifs et commerciaux (y compris amortissements) s'élèvent à 21,3% des ventes, en progression de 10 points de base grâce à un strict contrôle des coûts.
  • En Amérique du Nord, la marge brute s'établit à 22,4% des ventes, soit une amélioration de 20 points de base par rapport à l'année précédente, provenant à la fois des États-Unis et du Canada. Cette progression a été plus que compensée par les frais administratifs et commerciaux (y compris amortissements) qui se sont détériorés de 40 points de base, impactés par les investissements pour la croissance future (ouvertures d'agences et de comptoirs et actions commerciales).
  • En Asie-Pacifique, la marge brute s'est élevée à 17,9% des ventes, soit une détérioration de 60 points de base par rapport à l'année précédente, impactée par la baisse enregistrée en Asie en raison d'une mauvaise performance en Asie du Sud-Est. Les frais administratifs et commerciaux (y compris amortissements) se sont élevés à 17,7% des ventes, une détérioration de 40 points de base, principalement due à des créances douteuses en Asie au 1er trimestre.
  • Au niveau Holding, les frais administratifs et commerciaux (y compris amortissements) se sont élevés à à 5,7 millions d'euros, en baisse de 62,0%, grâce au strict contrôle des coûts et également aidés par un ajustement non-récurrent lié au plan d'actions de performance (long term incentives).

 

En conséquence, la marge d'EBITA ajusté du semestre s'est établie à 4,3% des ventes, contre 4,2% des ventes au S1 2016. Cette amélioration nette reflète :

  • Une marge d'EBITA ajusté stable en Europe, à 5,7% des ventes contre 5,6% au 1er semestre 2016 ;
  • Une marge d'EBITA ajusté plus faible en Amérique du Nord, s'établissant à 3,4% des ventes par rapport à 3,6% au 1er semestre 2016 ;
  • Une marge d'EBITA ajusté plus faible en Asie-Pacifique, s'établissant à 0,2% des ventes par rapport à 1,2% au 1er semestre 2016.

L'EBITA publié du premier semestre s'est établi à 292,0 millions d'euros, en hausse de 11,9% par rapport à l'année dernière.

 

RESULTAT NET

Résultat net stable

Résultat net récurrent en hausse de 4,0%

 

Le résultat opérationnel au S1 s'est établi à 232,4MEUR, en hausse de 5,8% par rapport à l'année dernière.

  • L'amortissement des actifs incorporels résultant de l'allocation du prix d'acquisition s'est élevé à 9,7MEUR (contre 9,2MEUR au S1 2016).
  • Les autres produits et charges ont représenté une charge nette de 49,9MEUR (contre une charge nette de 32,0MEUR au S1 2016). Ils comprenaient :
    • 13,9MEUR de coûts de restructuration (contre 23,0MEUR au S1 2016),
    • 12,8MEUR de charge de dépréciation des écarts d'acquisition relative aux opérations en Finlande,
    • 20,4MEUR de perte sur cessions d'actifs et cessation d'activité en Asie du Sud-Est.

 

Les charges financières nettes au S1 se sont élevées à 63,3MEUR (contre 76,9MEUR au S1 2016). Chacun des deux semestres incluait des charges relatives à des opérations de refinancement. Le S1 2016 incluait une charge nette de 10,0MEUR relative au paiement anticipé d'une ligne obligataire de 650MEUR émise en 2013 et portant coupon à 5,125%. Le S1 2017 incluait une charge nette de 6,3MEUR, relative au paiement anticipé du solde de la ligne obligataire en dollars américains, émise en 2013 et portant coupon à 5,250%. Retraitées de ces charges liées aux refinancements, les charges financières nettes ont baissé de 66,9MEUR au S1 2016 à 57,0MEUR au S1 2017. Cette évolution reflète principalement une dette moyenne inférieure ainsi qu'un taux effectif d'intérêt moyen réduit. Au S1 2017, le taux d'intérêt effectif moyen a baissé de 50 points de base à 3,2% de la dette brute (contre 3,7% au S1 2016).

L'impôt sur le revenu au S1 a représenté une charge de 72,7MEUR contre 47,0MEUR au S1 2016. L'augmentation est principalement attribuable à la hausse du bénéfice avant impôts ainsi qu'à des charges non déductibles d'impôt issues de la dépréciation des écarts d'acquisition et de la cession d'actifs. Le taux d'imposition effectif s'est établi à 43,0% (contre 32,9% au S1 2016).

En conséquence, le résultat net publié a progressé de 0,7%, s'établissant à 96,4MEUR (contre 95,8 million d'euros au S1 2016).

Le résultat net récurrent au S1 s'est élevé à 139,3MEUR, en hausse de 4,0% par rapport à 134.0 million d'euros au S1 2016 (Cf. annexe 2).

 

STRUCTURE FINANCIERE

Légère amélioration de la dette nette

Ratio d'endettement à 3,3x au 30 juin, inférieur aux covenants bancaires

Au 1er semestre, le free cash-flow des opérations poursuivies avant intérêts et impôts a été un flux négatif de 76,5MEUR (contre un flux négatif de 6,8MEUR au S1 2016). Ce flux net comprenait :

  • Des dépenses d'investissement brutes de 51,4MEUR (contre 53,4MEUR au S1 2016),
  • Un flux négatif de 320,3MEUR dû à la variation du besoin en fonds de roulement (contre un flux négatif de 224,4MEUR au S1 2016). En données comparables et ajustées, le besoin en fonds de roulement en pourcentage des ventes a augmenté de 90 points de base, passant de 10,8% au 30 juin 2016 à 11,7% au 30 juin 2017. Cette augmentation reflète la hausse des stocks pour soutenir une offre plus large/profonde et l'ouverture d'agences/comptoirs, comme indiqué durant la journée investisseurs 2017. De plus, l'augmentation des stocks est également expliquée par un meilleur momentum des ventes dans les principales régions géographiques.

Au 30 juin 2017, la dette nette s'établissait à 2 306,7MEUR, en baisse de 73,5MEUR par rapport aux 2 380,2MEUR de dette nette à la fin juin 2016.

Elle incluait :

  • 51,8MEUR de frais financiers versés sur le semestre,
  • 63,5MEUR d'impôts sur le revenu versés sur le semestre,
  • (4,2)MEUR d'investissements financiers net versés sur le semestre,
  • 63,9MEUR d'effet de change favorable sur le semestre.

 

Au 30 juin 2017, le ratio d'endettement (Dette financière nette / EBITDA), calculé selon les termes du contrat de crédit senior, s'est établi à 3,3x contre 3,2x au 30 juin 2016, en-dessous de notre covenant et traduisant l'effet de saisonnalité habituel. Rexel confirme son engagement de ne pas excéder 3.0x à la fin de l'année.

Rexel bénéficie d'une structure financière solide avec une flexibilité financière élevée, une marge de manoeuvre confortable au regard de son covenant bancaire et une maturité moyenne de sa dette de 4,2 ans, sans échéance significative avant juin 2022.

 

PERSPECTIVES

La performance de Rexel au premier semestre et les perspectives de poursuite d'accélération de la croissance des ventes pour la seconde partie de l'année permettent au Groupe de confirmer ses objectifs financiers annuels, tels qu'annoncés le 13 février :

  • Rexel vise une reprise de la croissance organique, avec des ventes en progression à un chiffre et inférieure à 5% (en données comparables et à nombre de jours constant), après deux années de recul ;
    • En outre, Rexel vise une croissance de l'EBITA ajusté d'au moins 5% et inférieure à 10% ;
    • Enfin, Rexel vise un ratio d'endettement (Dette nette/EBITDA, calculé selon les termes du contrat de crédit Senior) inférieur à 3 fois au 31 décembre 2017.

NB : Les impacts estimés par trimestre (i) des effets calendaires par géographie, (ii) des variations de périmètre de consolidation et (iii) des effets de change (basés sur des hypothèses de taux moyens sur le reste de l'année pour les principales devises du Groupe) sont présentés en détail en annexe 5.

 

CALENDRIER

27 octobre 2017                               Résultats du 3ème trimestre et des 9 mois

 

INFORMATION FINANCIERE

Le rapport financier au 30 juin 2017 est disponible sur le site web de Rexel (www.rexel.com) dans la rubrique

« Information réglementée » et a été déposé auprès de l'Autorité des Marchés Financiers.

Une présentation des résultats du 2ème trimestre et du 1er semestre 2017 est également disponible sur le site web de Rexel.

 

AU SUJET DU GROUPE REXEL

Rexel, expert mondial de la distribution professionnelle multicanale de produits et services pour le monde de l'énergie, est présent sur trois marchés : résidentiel, tertiaire et industriel. Le Groupe accompagne ses clients pour leur permettre de gérer au mieux leurs activités en leur offrant une large gamme de produits, solutions et services durables et innovants, dans les domaines des équipements techniques, des automatismes et de la gestion de l'énergie. Présent dans 32 pays, à travers un réseau d'environ 2 000 agences, Rexel compte plus de 27 000 collaborateurs. Son chiffre d'affaires a atteint 13,2 milliards d'euros en 2016.

Rexel est coté sur le marché Eurolist d'Euronext Paris (compartiment A, symbole RXL, code ISIN FR0010451203) et figure dans les indices suivants : SBF 120, CAC Mid 100, CAC AllTrade, CAC AllShares, FTSE EuroMid, STOXX600. Rexel fait également partie des indices ISR suivants : FTSE4Good, STOXX® (STOXX® Global ESG Impact, STOXX® Low Carbon indices Global, Europe et EURO), Ethibel Sustainability Index Excellence Europe et du Dow Jones Sustainability Index Europe, grâce à sa performance en matière de responsabilité sociale d'entreprise. Pour plus d'information : www.rexel.com

 

CONTACTS

 

ANALYSTES FINANCIERS / INVESTISSEURS

Ludovic DEBAILLEUX

+33 1 42 85 76 12

ludovic.debailleux@rexel.com

Florence MEILHAC

+33 1 42 85 57 61

florence.meilhac@rexel.com


PRESSE

Elsa LAVERSANNE

+33 1 42 85 58 08

elsa.laversanne@rexel.com

Brunswick: Thomas KAMM

+33 1 53 96 83 92

tkamm@brunswickgroup.com

 

GLOSSAIRE

 ORGANIC SALES, sauf mention contraire, est défini comme des ventes sur une base réelle.

 EBITA PUBLIE (Earnings Before Interest, Taxes and Amortization) est défini comme le résultat opérationnel avant amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre de l'affectation du prix des acquisitions et avant autres produits et charges.

 L'EBITA AJUSTE est défini comme l'EBITA retraité de l'estimation de l'effet non récurrent des variations du prix des câbles à base de cuivre.

 EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization) est défini comme le résultat opérationnel avant amortissements et avant autres produits et charges.

 RESULTAT NET RECURRENT est défini comme le résultat net ajusté de l'effet non récurrent du cuivre, des autres produits et autres charges, des charges financières non récurrentes, déduction faite de l'effet d'impôt associé aux éléments ci-dessus.

 FLUX NET DE TRÉSORERIE DISPONIBLE est défini comme la variation de trésorerie nette provenant des activités opérationnelles, diminuée des investissements opérationnels nets.

ENDETTEMENT FINANCIER NET est défini comme les dettes financières diminuées de la trésorerie et des équivalents de trésorerie. La dette nette inclut les dérivés de couverture.

ANNEXES

 Pour consulter les annexes, merci d'ouvrir le fichier PDF en cliquant sur le lien en toute fin de communiqué.



Copyright GlobeNewswire

Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien :
http://hugin.info/143564/R/2124230/810589.pdf

Information réglementaire
Ce communiqué de presse est diffusé par Nasdaq Corporate Solutions. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.



 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 01/08/2017

Paris, le 1er août 2017 RÉSULTATS[1] DU DEUXIÈME TRIMESTRE ET DU PREMIER SEMESTRE 2017 DU GROUPE BPCE   Dynamique commerciale soutenue de l'ensemble des métiers Un…

Publié le 01/08/2017

Paris, le 1er août 2017 Résultats du 2T17 et 1S17   PROGRESSION de 9% DES REVENUS à plus de 2,4 MdEUR au 2T17 HAUSSE du RÉSULTAT NET PUBLIÉ de 28% à 487 MEUR au…

Publié le 28/07/2017

    Le 28 juillet 2017       RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2017 : RCI BANK AND SERVICES POURSUIT SA CROISSANCE ET ANNONCE UNE HAUSSE DE 16,7% DE SES NOUVEAUX FINANCEMENTS…

Publié le 27/07/2017

    Communiqué de presse Paris, le 27 juillet…

Publié le 26/07/2017

Sword Group Résultats du 2ème trimestre 2017 Chiffre d'affaires : 42,8 MEUR en ligne avec le budget Rentabilité : 15,5 % (EBITDA margin) supérieure au budget Sword Group…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/08/2017

Métamorphose en cours

Publié le 23/08/2017

La bourse de Paris digère son rebond de la veille et se stabilise

Publié le 23/08/2017

A l'image de l'ensemble du secteur européen des médias, M6 (-1%) et surtout TF1 (-3,8%) sont chahutés après l'avertissement du numéro un mondial de la...

Publié le 23/08/2017

Les valeurs des médias et de la communication cotées à Paris broient du noir après la contreperformance du n°1 mondial de la publicité WPP : TF1 perd 3,52%, Publicis 3,22%, JCDecaux 1,21%, M6…

Publié le 23/08/2017

KLM (groupe Air France KLM) a reçu ce matin son dixième Boeing 787-9 Dreamliner...

CONTENUS SPONSORISÉS