5 372.38 PTS
+0.08 %
5 371.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 288.39
+0.13 %
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 457.64
+0.04 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Ipsos : premier semestre 2017

| GlobeNewswire | 146 | Aucun vote sur cette news
Ipsos : premier semestre 2017
Credits  ShutterStock.com

 

 

 

Premier semestre 2017

 

Un semestre sans relief apparent

***

Chiffre d'affaires : 833,8 millions d'euros
Croissance organique + 0,1 %
Nouveaux Services + 18 %

Résultat net ajusté + 9,0 %

 

Paris, 26 juillet 2017 - Le chiffre d'affaires d'Ipsos au premier semestre 2017 est de 833,8 millions d'euros, très proche du niveau des 833,6 millions d'euros publié au titre du premier semestre 2016. Les effets de change, légèrement positifs pour 0,5 % et de périmètre négatifs pour 0,6 % s'annulent à peu près. La croissance organique d'Ipsos, pour la période de référence, est de 0,1 %. Toutes ces données sont illustratives d'une activité stable, sans tendance claire.

 

Cela étant, des évolutions importantes sont à l'oeuvre et peuvent s'analyser de quatre angles de vue différents.

 

  1. La composante « Nouveaux Services », ces activités nouvelles qu'Ipsos a déployées à partir de 2014 et qui reflètent les approches innovantes mises en oeuvre pour mesurer mieux, plus vite et ainsi aider les clients à comprendre davantage leurs marchés continuent de progresser à un rythme élevé. Avec une croissance organique de 18 %, ils représentent ce semestre plus de 12 % du chiffre d'affaires, contre 7 % en 2014. Par comparaison, les approches plus traditionnelles subissent les conséquences d'efforts de productivité, liées entre autres à la poursuite de la transition vers une plus grande digitalisation des systèmes de collecte de données et aussi à la recherche d'une simplification accrue des protocoles de recherche.
     
  2. Certains marchés émergents, notamment en Asie-Pacifique et en Europe de l'Est, sont très contributifs de croissance à l'inverse d'autres zones plus difficiles, comme le Moyen-Orient ou le Brésil. De la même façon, au sein des marchés développés, certains pays comme le Royaume-Uni maintiennent un taux de croissance élevé alors que d'autres comme la France sont affectés par des événements spécifiques. L'activité à Paris n'a pas été bonne au premier semestre, les très longs processus électoraux et les incertitudes qu'ils engendrent rendant peu évidente la réalisation dans la même période d'études sur les produits, les marques, ou les communications commerciales. Au total, l'écart de croissance entre pays développés et pays émergents est redevenu important à 5 %. L'activité diminue de 1,3 % parmi les premiers alors qu'elle progresse de 3,3 % chez les seconds.
     
  3. Certains marchés sont spécialement affectés par le décalage constaté entre le volume des ventes enregistrées à un moment donné et le degré d'avancement dans l'exécution des programmes qui permettent de les comptabiliser dans le chiffre d'affaires effectivement reconnu. La transformation du mix des services vendus par Ipsos, déjà notée à la fin du premier trimestre et qui se traduit par l'accroissement du poids de grands programmes plus longs à exécuter, au détriment d'interventions plus courtes et plus ad-hoc a ses avantages, notamment de faciliter l'optimisation du travail des équipes. Elle a, pour conséquence négative, de retarder le moment où le niveau de chiffre d'affaires s'aligne sur le niveau du carnet de commande. À fin juin, les ventes d'Ipsos restent largement positives, pas très loin de l'objectif

    annuel de 3 %, à taux de change et périmètre constants. Le décalage avec l'évolution du chiffre d'affaires publié (+0,1 %) est notable et équivalent à celui constaté à la fin du premier trimestre. Nous anticipons une progression sensible du chiffre d'affaires d'Ipsos au second semestre, surtout là où le décalage est très important, entre autres en Amérique du Nord et dans les activités liées à la mesure des médias et de la communication publicitaire.

     
  4. La situation de la clientèle évolue elle aussi. Les entreprises intervenant dans le secteur de la grande consommation qui ont, jusqu'à une date récente, été les utilisateurs les plus importants, les plus globaux et, à certains égards, les plus innovants des services des sociétés d'étude de marché, sont questionnées sur leur capacité à croître et, en même temps, à améliorer leurs performances financières. Elles sont affectées par la vive concurrence d'acteurs locaux ou plus spécifiques et bien sûr, mobilisées par leurs propres processus de digitalisation. Dans ces conditions, leur souci légitime est de faire mieux tout en réduisant leurs dépenses. D'un côté, les entreprises de la grande consommation, surtout les plus grandes d'entre-elles, sont d'excellentes candidates à une utilisation systématique des nouvelles approches de recherche développées par Ipsos et d'autres. En même temps, les moyens qu'elles consacrent aux dépenses marketing sont en réduction, parfois de façon sensible. Au total, au premier semestre 2017, l'activité d'Ipsos avec ses clients du secteur de la grande consommation a diminué de 5 %, alors qu'elle a progressé significativement avec d'autres secteurs de clientèle tels que les laboratoires pharmaceutiques ou les institutions financières.

 

 

Évolution de l'activité par région et lignes de métier

 

 

Contribution au Chiffre d'affaires consolidé par zone géographique
(en millions d'euros)

1er semestre

2017

1er semestre 2016

Évolution 2017/2016

Croissance organique

Europe, Moyen Orient et Afrique

360,4

360,0

0,1 %

3 %

Amériques

318,5

330,4

- 3,6 %

- 5 %

Asie-Pacifique

154,9

143,1

8,2 %

6 %

Chiffre d'affaires semestriel

833,8

833,6

0,0 %

0,1 %

 

 

Contribution au Chiffre d'affaires consolidé par ligne de métier
(en millions d'euros)

1er semestre 2017

1er semestre 2016

Évolution 2017/2016

Croissance organique

Études Médias et Expression des marques

177,7

182,7

- 2,8 %

- 3 %

Études Marketing

444,0

447,8

- 0,9 %

- 0,5 %

Études d'Opinion et Recherche sociale

92,5

85,8

7,8 %

9 %

Études pour la gestion de la Relation Client / Salarié

119,7

117,2

2,1 %

1 %

Chiffre d'affaires semestriel

833,8

833,6

0,0 %

0,1 %

 

 

 

Performances financières

 

Compte de résultat résumé

 

En millions d'euros

S1 2017

S1 2016

Variation

S1 2017 / S1 2016

Chiffre d'affaires

833,8

833,6

  0,0 %

Marge brute

544,2

545,0

 - 0,1 %

Marge brute / CA

65,3 %

65,4 %

-

Marge opérationnelle

50,7

53,8

- 5,7 %

Marge opérationnelle / CA

6,1 %

6,5 %

-

Autres charges et produits non courants / récurrents

(7,9)

8,7

-

Charge de financement

(9,7)

(10,2)

  - 5,2 %

Impôts

(7,9)

(12,4)

- 36,3 %

Résultat net ajusté*
part du groupe

36,0

33,0

9,0 %

* Le résultat net ajusté est calculé avant les éléments non monétaires liés à l'IFRS 2 (rémunérations en actions), avant l'amortissement des incorporels liés aux acquisitions (relations clients), avant les impôts différés passifs relatifs aux goodwills dont l'amortissement est déductible dans certains pays et avant l'impact net d'impôts des autres produits et charges non courants.


La marge brute (qui se calcule en retranchant du chiffre d'affaires des coûts directs variables et externes liés à l'exécution des contrats) s'établit à 65,3 % contre 65,4 % au premier semestre 2016 (et 65,1 % pour l'ensemble de l'année 2016). Son évolution est à relier au poids des grands contrats qui est plus important sur ce semestre et dont les marges brutes sont souvent plus basses (ce qui ne présage en rien du niveau de marge opérationnelle de ces contrats). La poursuite de la digitalisation de la collecte de données et de la croissance des Nouveaux Services génère à l'inverse des marges brutes plus élevées.

 

En ce qui concerne les coûts d'exploitation, la masse salariale est en hausse de 0,6 %, les effectifs du groupe étant en progression de 1,5 % principalement dans les pays émergents, soit un personnel permanent de 16 845 au 30 juin 2017.

 

Le coût des rémunérations variables en action est stable à 5,1 millions d'euros.

 

Les frais généraux sont maîtrisés et diminuent de 1,9 %, notamment en raison d'économies de coûts de loyers.

 

Au total, les coûts opérationnels enregistrent des charges supplémentaires en relation avec le programme New Way pour lequel Ipsos a prévu 5 millions d'euros d'investissements supplémentaires courants en
2017 : 2,3 millions d'euros ont été dépensés au premier semestre 2017.

 

Les autres charges et produits opérationnels incluent principalement des effets de change transactionnels sur les postes du compte d'exploitation, qui sont négatifs de 2 millions d'euros sur le semestre alors qu'ils étaient positifs pour 1,3 millions d'euros au premier semestre 2016.

 

Au total, la marge opérationnelle du Groupe s'établit à 50,7 millions d'euros, soit un taux de 6,1 % rapporté au chiffre d'affaires, une baisse de 40 points de base par rapport à la même période de l'an dernier, en raison d'un volume de revenus stable et de l'investissement dans le programme New Way. Il est rappelé ici, qu'en raison de la saisonnalité de l'activité, la marge opérationnelle du premier semestre n'est pas indicative de celle de l'ensemble de l'année.

 

En dessous de la marge opérationnelle, les dotations aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions concernent la partie des écarts d'acquisition affectée aux relations clients au cours des 12 mois suivant la date d'acquisition et faisaient l'objet d'un amortissement au compte de résultat selon les normes IFRS sur plusieurs années. Cette dotation s'élève à 2,4 millions d'euros contre 2,5 millions précédemment.

 

Le solde du poste autres charges et produits non courants et non récurrents s'établit à - 7,9 millions d'euros contre un produit net de 8,7 millions d'euros l'an dernier. Il prend en compte des éléments à caractère inhabituel non liés à l'exploitation et inclut les coûts d'acquisition ainsi que les coûts liés aux plans de restructuration en cours.

Il enregistrait en particulier, au premier semestre 2016, un produit net de 15,4 millions d'euros en relation avec le remboursement reçu d'Aegis en février 2016 pour solde de tout compte des litiges qui étaient nés suite à l'acquisition de Synovate réalisée en 2011. Par ailleurs, des dépenses de restructuration et de rationalisation dont certaines liées au programme New Way ont été constatées pour un total de 6,7 millions d'euros. 

 

Les charges de financement. La charge d'intérêt nette s'élève à 9,7 millions d'euros contre 10,2 millions d'euros, en baisse de 5,2 % en raison de la baisse de ses conditions de crédit.

 

Impôts. Le taux effectif d'imposition au compte de résultat en norme IFRS s'établit à 26,8 % contre 25,6 % l'an dernier. Il intègre, comme par le passé, une charge d'impôts différés passifs de 1,3 millions d'euros (contre une charge de 2,1 millions au premier semestre 2016) qui vient annuler l'économie d'impôts réalisée grâce à la déductibilité fiscale des amortissements d'écarts d'acquisition dans certains pays, alors même que cette charge d'impôts différés ne serait due qu'en cas de cession des activités concernées, et qui est par conséquent retraitée dans le résultat net ajusté.

 

Le Résultat net, part du Groupe, s'établit à 21,6 millions d'euros contre 35,2 millions au premier semestre 2016, la variation étant pour l'essentiel liée au profit exceptionnel de 15,4 millions d'euros enregistré dans le poste « autres charges et produits non courants et non récurrents ».

 

Le Résultat net ajusté, part du Groupe, qui est l'indicateur pertinent et constant utilisé pour la mesure de la performance, s'établit à 36,0 millions d'euros en progression de 9,0 % par rapport au premier semestre 2016.

 

La structure financière

 

Flux nets de trésorerie libre. La capacité d'autofinancement s'établit à 56,6 millions d'euros en ligne avec l'évolution du résultat d'exploitation.

- Le besoin en fonds de roulement connait une variation positive de 7,4 millions d'euros.

- Les investissements courants en immobilisations corporelles et incorporelles, principalement constitués d'investissements informatiques, sont stables à 7,7 millions d'euros.

 

En ce qui concerne les investissements non courants, Ipsos a investi 5,4 millions d'euros sur le semestre dans son programme d'acquisition, procédant notamment au rachat de minoritaires dans une société américaine et dans certains pays émergents (Amérique centrale notamment). 

 

Par ailleurs, Ipsos a encaissé 3,8 millions d'euros en relation avec les levées de son plan de stock option IPF 2020, la dilution potentielle des 156 344 actions souscrites ayant pu être compensée par l'annulation d'un même nombre d'actions propres parmi celles rachetées en 2016.

 

Il est rappelé qu'Ipsos a investi en 2016 dans son programme de rachat d'actions notamment 65 millions d'euros en novembre 2016 dans le contexte du rachat d'un bloc de titres à sa holding de contrôle
LT Participations, opération préalable à la Fusion entre Ipsos et LT Participations intervenue le 29 décembre 2016.

 

Au 30 juin 2017, Ipsos possède 1 580 596 actions propres (3,6 % de son capital) affectés à la livraison de ses plans d'association de ses salariés.

 
Les
capitaux propres s'établissent à 892 millions d'euros au 30 juin 2017 contre 939 millions publiés au 31 décembre 2016, après déduction des 36,4 millions d'euros de dividendes mis en paiement le 5 juillet 2017.

 

Les dettes financières nettes s'élèvent à 494 millions d'euros au 30 juin 2017 contre 544 millions d'euros au 31 décembre 2016, grâce à la bonne génération de flux de trésorerie d'exploitation mentionnée ci-dessus. 

Le ratio d'endettement net est de 55,4 % contre 58,0 % au 31 décembre 2016.

 

Position de liquidité. La trésorerie en fin de semestre s'établit à 123 millions d'euros contre 127 millions d'euros au 31 décembre 2016, assurant une bonne position de liquidité à Ipsos qui dispose par ailleurs de plus de 300 millions d'euros de lignes de crédit disponibles.

 

 

PERSPECTIVES 2017

 

Ipsos intervient dans un marché en croissance : la demande d'informations et d'analyses en provenance des entreprises et des institutions publiques pour bien mesurer et bien comprendre la Société, le marché et in fine les personnes, ne faiblit pas. Ce marché est aussi en transformation car aujourd'hui, grâce à l'utilisation de nouvelles avancées du côté des sciences humaines, des modèles statistiques, des technologies et des savoir-faire, il est possible de mieux maîtriser l'information. C'est en utilisant la puissance de ces sciences et de ces technologies mais aussi la compétence de ses équipes et ceci en pleine confiance qu'Ipsos s'engage dans une nouvelle étape : celle où il pourra, de façon légitime, proposer à ses clients de les accompagner dans leur effort de compréhension juste, clair, accessible et complet de leurs propres marchés.

 

Grâce au programme New Way qui s'achève, comme prévu, à la fin de cette année, Ipsos a fait la démonstration que, grâce à l'innovation et, en l'occurrence, à la mise en oeuvre de Nouveaux Services, une société importante, déjà installée, pouvait tenir son rang et conserver la confiance de ses clients.

 

Le programme « Total Understanding » dont le principe et l'existence ont été rendus publics il y a déjà quelques mois va prendre le relais. Il s'appuie sur les enseignements du New Way. Il est, aussi, plus ambitieux. Son objectif est qu'Ipsos, à terme, puisse proposer à ses clients tous les moyens qui leur permettent de bien comprendre les comportements, les réactions, les aspirations de leur environnement, des marchés dans lesquels ils interviennent et des gens auxquels ils s'adressent. C'est à ce prix qu'une entreprise peut bâtir des positions concurrentielles gagnantes et aussi vérifier que les moyens qu'elle a décidé de mettre en oeuvre sont efficaces.

 

C'est en ayant la capacité de déployer une diversité suffisante de solutions d'investigation, d'analyses et de reporting, qu'Ipsos s'affirmera non seulement comme un fournisseur d'informations fiables et pertinentes mais également comme un partenaire dans la maîtrise des informations indispensables à la réussite des idées les plus novatrices et à la mise en oeuvre des plans les plus ambitieux.

 

Les contours précis du plan « Total Understanding » seront communiqués à l'occasion de la présentation des résultats annuels d'Ipsos en février 2018. D'ici là, les équipes d'Ipsos s'assureront de bien finir l'exercice 2017.

 

Pour atteindre l'objectif de 3 % de croissance organique en 2017 ainsi qu'il a été publié en début d'année, il serait nécessaire que les entreprises internationales du secteur de la grande consommation qui comptent parmi les plus anciens et plus importants clients d'Ipsos retrouvent leurs niveaux historiques moyens d'activité au deuxième semestre 2017.

 

Un autre scénario serait que l'activité de ces mêmes entreprises (avec Ipsos) se dégrade davantage ce qui conduirait le taux de croissance d'Ipsos entre 1 et 2 %.

 

Le premier scénario (le plus optimiste) est peu vraisemblable parce qu'il suppose que ces entreprises soient déjà adaptées à la « nouvelle donne », à ces nouveaux marchés plus fragmentés et volatiles et qu'Ipsos ait eu aussi le temps d'ajuster son offre de services à leurs nouveaux besoins.

 

Le second scénario (le plus pessimiste) est également peu vraisemblable car il supposerait une dégradation supplémentaire des ventes au second semestre additionnée à une persistance de certains décalages entre le niveau des ventes et le niveau de chiffre d'affaires reconnu.

En outre, la base de comparaison 2016/2017 sera plus favorable au deuxième semestre, notamment vers la fin de l'exercice.

 

Ceci dit, quel que soit le scénario, que la croissance soit en dessous de 2 % ou au-dessus de 2 %, la marge opérationnelle sera comme annoncée en progression légère par comparaison avec 2016.

 

 

 

Annexes

  • Compte de résultat consolidé
  • État de la situation financière
  • État des flux de trésorerie consolidés

 

 

Une plaquette complète des états financiers consolidés
est disponible sur le site
www.ipsos.com/en/investisseurs

 

 

La présentation de l'activité et des résultats du premier semestre 2017

sera disponible le 27 juillet sur le site www.ipsos.com/en/investisseurs

 

 

 

GAME CHANGERS

« Game Changers » est la signature publicitaire d'Ipsos.

Chez Ipsos, nous sommes passionnément curieux à propos des individus, des marchés, des marques et de la société. Nous aidons nos clients à naviguer plus vite et plus aisément dans un monde en profonde mutation.

Nous leur apportons l'inspiration nécessaire à la prise de décisions stratégiques.

Nous leur délivrons sécurité, simplicité, rapidité et substance.

Nous sommes des Game Changers.

 

Ipsos est coté sur l'Eurolist de NYSE-Euronext.

La société qui fait partie du SBF 120 et de l'indice Mid-60 est également éligible au SRD.

 

Code ISIN FR0000073298, Reuters ISOS.PA, Bloomberg IPS:FP

www.ipsos.com

 

 

Compte de résultat consolidé

 

Comptes semestriels au 30 juin 2017

 

en milliers d'euros

30/06/2017

30/06/2016

31/12/2016

Chiffre d'affaires

833 794

833 599

1 782 691

Coûts directs

(289 583)

(288 589)

(622 244)

Marge brute

544 211

545 010

1 160 446

Charges de personnel - hors rémunération en actions

(374 309)

(372 135)

(751 754)

Charges de personnel - rémunération en actions *

(5 104)

(5 039)

(9 991)

Charges générales d'exploitation

(111 727)

(113 873)

(220 646)

Autres charges et produits opérationnels

(2 355)

(180)

2 026

Marge opérationnelle

50 716

53 784

180 080

Dotations aux amortissements des incorporels liés aux acquisitions *

(2 405)

(2 451)

(4 786)

Autres charges et produits non courants

(7 973)

8 742

143

Quote-part dans les résultats des entreprises associées

 69

(48)

(46)

Résultat opérationnel

40 407

60 026

175 391

Charges de financement

(9 682)

(10 217)

(20 811)

Autres charges et produits financiers *

(1 134)

(1 188)

(475)

Résultat net avant impôts

29 591

48 621

154 105

Impôts - hors impôts différés sur amortissement du goodwill

(6 622)

(10 286)

(37 765)

Impôts différés sur amortissement du goodwill *

(1 308)

(2 162)

(6 582)

Impôt sur les résultats

(7 930)

(12 447)

(44 347)

Résultat net

21 660

36 174

109 758

Dont part du Groupe

21 558

35 179

106 897

Dont part des minoritaires

 103

 995

2 861

Résultat net part du Groupe par action de base  (en euros)

0,50

0,78

2,40

Résultat net part du Groupe par action dilué (en euros)

0,50

0,77

2,36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat net ajusté *

36 380

34 260

124 945

Dont Part du Groupe

36 031

33 047

121 657

Dont Part des minoritaires

349

1 213

3 288

Résultat net ajusté, part du groupe par action

0,84

0,73

2,73

Résultat net ajusté dilué, part du groupe par action

0,83

0,72

2,69

* ajusté des éléments non monétaires liés à l'IFRS 2 (rémunération en actions), de l'amortissement des incorporels liés aux acquisitions (relations clients), des impôts différés passifs relatifs aux goodwills dont l'amortissement est déductible dans certains pays et de l'impact net d'impôts des autres produits et charges non courants et impacts non monétaires sur variations de puts en autres charges et produits financiers.

 

 


État de la situation financière

 

Comptes semestriels au 30 juin 2017

 

en milliers d'euros

30/06/2017

30/06/2016

31/12/2016

ACTIF

 

 

 

Goodwills

1 198 102

1 241 637

1 259 193

Autres immobilisations incorporelles

 64 624

 74 455

 71 489

Immobilisations corporelles

 32 834

 34 225

 35 517

Participation dans les entreprises associées

  557

  206

  207

Autres actifs financiers non courants

 20 001

 16 938

 22 547

Impôts différés actifs

 18 724

 13 884

 18 184

Actifs non courants

1 334 842

1 381 345

1 407 138

Clients et comptes rattachés

 524 548

 552 754

 624 406

Impôts courants

 26 670

 21 442

 15 204

Autres actifs courants

 87 408

 88 286

 78 677

Instruments financiers dérivés

 2 898

 6 804

 3 399

Trésorerie et équivalents de trésorerie

 123 082

 126 686

 164 892

Actifs courants

 764 606

 795 972

 886 579

TOTAL ACTIF

2 099 448

2 177 318

2 293 717

 

 

 

 

en milliers d'euros

30/06/2017

30/06/2016

31/12/2016

PASSIF

 

 

 

Capital

 11 109

 11 334

 11 109

Primes d'émission

 516 275

 540 201

516 489

Actions propres

(41 547)

(808)

(55 905)

Autres réserves

472 063

417 092

492 737

Ecarts de conversion

 (82 611)

(56 785)

(44 819)

Capitaux propres - part du Groupe

 875 289

 911 034

 919 612

Intérêts minoritaires

 17 412

 20 569

 19 805

Capitaux propres

 892 701

 931 603

 939 417

Emprunts et autres passifs financiers non courants

 540 539

 582 792

 626 152

Provisions non courantes

 9 150

 7 465

 9 230

Provisions pour retraites

 28 154

 25 592

 28 029

Impôts différés passifs

 97 122

 97 897

 100 432

Autres passifs non courants

 21 663

 40 291

 21 159

Passifs non courants

696 629

 754 037

 785 002

Fournisseurs et comptes rattachés

 226 417

 230 578

 262 865

Emprunts et autres passifs financiers courants

 79 717

 53 230

 86 662

Impôts courants

 4 586

 6 059

 11 104

Provisions courantes

 8 685

 10 147

 9 664

Autres passifs courants

 190 713

 191 663

 199 005

Passifs courants

 510 118

 491 677

 569 300

TOTAL PASSIF

2 099 448

2 177 318

2 293 717

 


État des flux de trésorerie consolidés

 

Comptes semestriels au 30 juin 2017

 

en milliers d'euros

 30/06/2017

 30/06/2016

31/12/2016

OPERATIONS D'EXPLOITATION

 

 

 

RESULTAT NET

21 660

36 174

109 758

Eléments sans incidence sur la capacité d'autofinancement

 

 

 

Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles

12 796

12 754

25 970

Résultat net des sociétés mises en équivalence, nets des dividendes reçus

(69)

 48

 46

Moins-value (plus-value) sur cessions d'actifs

(118)

 203

2 481

Variation nette des provisions

 25

(15 537)

  (12 702)

Rémunération en actions

4 747

4 893

9 737

Autres produits et charges calculés

(109)

 14

 978

Frais d'acquisition de sociétés consolidées

 132

1 184

1 325

Charge de financement

9 682

10 217

20 811

Charge d'impôt

7 930

12 447

44 347

CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT AVANT CHARGES DE FINANCEMENT ET IMPOT

56 676

62 398

202 752

Variation du besoin en fonds de roulement

7 383

26 191

22 819

Intérêts financiers nets payés

(9 715)

(9 623)

(20 351)

Impôts payés

(24 707)

(15 838)

 

(38 046)

FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DE L'EXPLOITATION

29 637

63 128

167 174

OPERATIONS D'INVESTISSEMENT

 

 

 

Acquisitions d'immobilisations corporelles et incorporelles

(7 850)

(8 136)

(17 631)

Produits des cessions d'actifs corporels et incorporels

 200

879

133

Augmentation / (diminution) d'immobilisations financières

1 024

(374)

(1 070)

Acquisitions de sociétés et d'activités consolidés nettes de trésorerie acquise

-

22 425

23 900

FLUX DE TRESORERIE AFFECTES AUX OPERATIONS D'INVESTISSEMENT

(6 627)

14 794

5 332

OPERATIONS DE FINANCEMENT

 

 

 

Augmentation / (Réduction) de capital

-

-

(225)

(Achats) / Ventes nets d'actions propres

3 790

(6 163)

(85 050)

Augmentation / (diminution) des emprunts à long terme

(57 170)

(63 561)

(1 688)

Augmentation / (diminution) des découverts bancaires

(338)

1 672

 491

Rachats d'intérêts minoritaires

(5 441)

(32 283)

(33 312)

Dividendes versés aux actionnaires de la société mère

-

-

(36 358)

Dividendes versés aux minoritaires des sociétés intégrées

 -

(465)

(431)

FLUX DE TRESORERIE PROVENANT DES OPERATIONS DE FINANCEMENT

(59 159)

(100 801)

 
  (156 575)

 

VARIATION NETTE DE LA TRESORERIE

(36 149)

(22 879)

15 932

Incidence des variations des cours des devises sur la trésorerie

(5 662)

(2 010)

(2 615)

TRESORERIE A L'OUVERTURE

164 892

151 576

151 576

TRESORERIE A LA CLOTURE

123 082

126 686

164 892

 

 


Copyright GlobeNewswire

Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien :
http://hugin.info/143536/R/2123078/809814.pdf

Information réglementaire
Ce communiqué de presse est diffusé par Nasdaq Corporate Solutions. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.



 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/10/2017

Netbooster a vu ses résultats passer dans le rouge au premier semestre, avec un perte nette part du groupe de 1,5 million d'euros à comparer avec un bénéfice de 0,6 million un an plus tôt. Ils…

Publié le 18/10/2017

Sur le premier trimestre de l'exercice 2017/2018, le chiffre d'affaires de Damartex est de 167,6 ME, en croissance de +13,7% à taux réels par rapport...

Publié le 17/10/2017

Richemont cède 0,17% à 88,20 francs suisses après la publication inattendue de ses résultats semestriels préliminaires. Selon les règles de la Bourse suisse, une société doit avertir le…

Publié le 17/10/2017

Rémy Cointreau réalise un chiffre d'affaires de 544,4 millions d'euros au cours du 1er semestre 2017-18, en croissance publiée de 6%...

Publié le 13/10/2017

Le résultat net part du groupe de Focus Home Interactive est ressorti à 2,6 millions au 30 juin 2017, en hausse de 61%. Le résultat d’exploitation de l’éditeur de jeux vidéo a suivi la même…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Orège a annoncé ses comptes pour le 1er semestre 2017 clos fin juin...

Publié le 20/10/2017

                                               Communiqué de Presse   Voisins le Bretonneux, le 17 octobre 2017   Activité…

Publié le 20/10/2017

Paypal évolue sur ses plus hauts depuis son entrée en Bourse en juillet 2015. L’action du spécialiste du paiement en ligne progresse de 4,89% à 70,58 dollars à la faveur d’une performance…

Publié le 20/10/2017

  DESCRIPTIF PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS AUTORISE PAR L'ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DES ACTIONNAIRES DU 27 JUIN 2017   Paris, le 20 octobre 2017   Conformément aux…

Publié le 20/10/2017

WORLDLINELe spécialiste des systèmes de paiements publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.source : AOF

CONTENUS SPONSORISÉS