En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 210.96 PTS
+0.29 %
5 209.00
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 133.89
+0.32 %
DAX PTS
11 489.73
+0.58 %
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
-0.38 %
1.134
+0.03 %

CREDIT AGRICOLE SA : Résultats du quatrième trimestre et de l'année 2018

| GlobeNewswire | 408 | Aucun vote sur cette news
CREDIT AGRICOLE SA : Résultats du quatrième trimestre et de l'année 2018
Credits Tupungato  ShutterStock.com

Montrouge, le 14 février 2019

Résultats du quatrième trimestre et de l'année 2018

Très bons résultats, solides et équilibrés

Crédit Agricole S.A.

RNPG[1] publié

T4 : 1 008 mEUR
x2,6 T4/T4
 2018 : 4 400 mEUR
+20,6% 2018/2017

PNB publié

T4 : 4 853 mEUR
+4,3% T4/T4
2018 : 19 736 mEUR
+5,9% 2018/2017

Ratio CET1 non phasé

11,5%
stable au T4, largement supérieur à l'objectif du PMT (11%)

  • Environnement moins favorable au T4, en particulier pour les activités liées aux marchés
  • RNPG1 sous-jacent[2] élevé et en forte croissance : T4 1 067 mEUR, +21,6% T4/T4 ; 2018 : 4 405 mEUR, +12,2% 2018/2017
  • ROTE2 2018 12,7% ; bénéfice par action2 : T4 0,33 EUR, +24,2% T4/T4 ; 2018 1,39 EUR, +13,8% 2018/2017 ;
  • Dividende proposé à l'Assemblée Générale en hausse de +9,5% 2018/2017 à 0,69 EUR
  • Haut niveau d'activité et de résultats de tous les pôles métiers en 2018, malgré l'effet de marché défavorable au T4 pour la gestion d'actifs et les activités de marchés
  • Bonne maîtrise des coûts : effet de ciseaux2 hors FRU[3] positif > 1 pp 2018/2017, dans la plupart des métiers ;
    CoEx
    2 en amélioration de 0,7 pp 2018/2017 à 62,1%
  • Niveau toujours très bas et en baisse du coût du risque de crédit : 23 pb[4] (-6 pb T4/T4) ; provision pour risques juridiques non allouée de 75 mEUR au T4
  • Objectifs 2019 du PMT[5] déjà atteints pour le RNPG, le ROTE et le CET1 ; nouveau PMT 2022 présenté le 6 juin 2019

Groupe Crédit Agricole*

RNPG1 publié

T4 : 1 571 mEUR
+70,3% T4/T4
2018 : 6 844 mEUR
+4,7% 2018/2017

PNB publié

T4 : 8 110 mEUR
+0,8% T4/T4
2018 : 32 839 mEUR
+2,3% 2018/2017

Ratio CET1 non phasé

15,0%
+10pb au T4
550 pb au-dessus du P2R
[6]

  • Forte hausse du RPNG publié liée à un effet de base favorable, en particulier la surtaxe d'impôt au T4-17
  • RNPG1 sous-jacent2 2018 : 6 849 mEUR, -3,8% 2018/2017 après forte hausse du FRU3, effet périmètre négatif et légère hausse du coût du risque ; T4 : 1 626 mEUR, -3,9% T4/T4
  • Coût du risque de crédit toujours à un très bas niveau à 18 pb4
  • Caisses régionales (IFRS) : effet négatif de la valorisation des portefeuilles au T4 et forte hausse du coût du risque liée à des reprises de provisions collectives en 2017, mais hausse des revenus d'activité et stabilisation des revenus d'intérêt

* Crédit Agricole S.A. et Caisses régionales à 100%.

 

Ce communiqué de presse commente les résultats de Crédit Agricole S.A. ainsi que ceux du Groupe Crédit Agricole, qui regroupe les entités de Crédit Agricole S.A. et les Caisses Régionales du Crédit Agricole, lesquelles détiennent 56,3% de Crédit Agricole S.A. Les éléments spécifiques qui, retraités des différents soldes intermédiaires auxquels ils se rapportent, permettent de calculer les résultats sous-jacents, sont détaillés en p. 16 et suivantes de ce communiqué. Un rapprochement entre le compte de résultat publié et le compte de résultat sous-jacent se trouve en p. 21 et suivante pour le Groupe Crédit Agricole et en p. 18 et suivante pour Crédit Agricole S.A..

Crédit Agricole S.A.

Résultats élevés et en forte croissance en 2018 et au T4

  • Objectifs du PMT atteints avec un an d'avance : RNPG 2018 sous-jacent 4,4 MdsEUR (+12,2% 2018/17), ROTE[7] sous-jacent 12,7% (objectifs : 4,2 MdsEUR et >10% respectivement) ;
  • Présentation du nouveau Plan à Moyen Terme 2022 le 6 juin 2019 ;
  • Forte croissance 2018/2017 : +12,2% (BPA +13,9%), contribution positive de tous les pôles ;
  • T4 : RNPG sous-jacent supérieur à 1 MdEUR (1 067 mEUR, +21,6% T4/T4) malgré un environnement défavorable aux activités liées aux marchés (Gestion d'actifs, BFI/Marchés) ;

Maîtrise confirmée des coûts

  • 2018/17 : nouvelle amélioration de l'efficacité opérationnelle : effet de ciseaux >+1 pp, nouvelle amélioration de 0,7 pp du CoEx sous-jacent hors FRU ;
  • T4 : hausse contenue à +0,8% malgré l'effet périmètre des 3 banques italiennes, CoEx sous-jacent 65,9%

Nouvelle amélioration de la qualité de crédit

  • Forte baisse du coût du risque de crédit -23,4% 2018/17 et -26,6% T4/T4 ; coût du risque sur encours : 23 pb (-6 pb 2018/17), baisse du ratio de douteux (2,8%, -0,4pp déc./déc.), hausse du ratio de couverture (74,3%, +7pp déc./déc.) ;
  • T4 : provision pour risque juridique non alloué -75 mEUR (pôle Activités hors métiers)

Solidité financière : ratio CET1 11,5%, dividende 0,69 EUR par action en numéraire

  • Ratio CET1 non phasé 11,5%, au-dessus de la cible de 11% du PMT, stable au T4 ;
  • Génération de capital par le résultat conservé : +14 pb, mais impact de la baisse des réserves OCI : -13 pb ;
  • Emplois pondérés stables /fin sept., la baisse en organique compensant des effets réglementaires.

 

Le Conseil d'administration de Crédit Agricole S.A., réuni sous la présidence de Dominique Lefebvre le 13 février 2019, a examiné les comptes du quatrième trimestre et de l'ensemble de l'exercice 2018.

 

Au quatrième trimestre 2018, le résultat net part du Groupe publié atteint 1 008 millions d'euros, en forte hausse (x2,6) par rapport au quatrième trimestre 2017 (387 millions d'euros), qui avait vu notamment la prise en charge des effets de la Loi de finance en France à savoir une surtaxe d'impôt (-256 millions d'euros net du remboursement de la taxe sur dividende) et la revalorisation des impôts différés pour prendre en compte la baisse prévue du taux d'impôt sur les sociétés en France et aux Etats-Unis (-128 millions d'euros).

Les éléments spécifiques de ce trimestre sont peu nombreux et ont eu un effet net limité, négatif de -59 millions d'euros, sur le résultat net part du Groupe. Ils comprennent surtout l'amende notifiée par l'autorité de la concurrence italienne (AGCM) à FCA Bank[8], dont l'effet de -67 millions d'euros ce trimestre tient compte de provisions antérieures sur ce dossier. Les autres éléments spécifiques sont de montants beaucoup plus modestes et se compensent en partie (voir détail p. 16). Au quatrième trimestre 2017, les éléments spécifiques avaient été beaucoup plus substantiels, notamment à cause des effets des mesures décidées par la Loi de finance 2018 en France mentionnés plus haut : ils avaient affecté le résultat net part du Groupe à hauteur de -490 millions d'euros, dont -403 millions d'euros au titre des ajustements fiscaux. Le trimestre avait également été marqué par la comptabilisation du badwill lié à la consolidation des trois banques italiennes, pour +312 millions d'euros (+408 millions d'euros avant minoritaires) et en contrepartie la dépréciation de l'intégralité des survaleurs sur les entités polonaises pour -222 millions d'euros. Les autres éléments spécifiques du trimestre comprenaient les coûts d'intégration de Pioneer et des trois banques italiennes, pour un total de -54 millions d'euros en résultat net part du Groupe, l'amende Echanges Images Chèques pour -58 millions d'euros et les éléments de volatilité comptable récurrents[9] pour -65 millions d'euros.

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent du quatrième trimestre 2018 atteint 1 067 millions d'euros, en progression de +21,6% par rapport au quatrième trimestre 2017.

Le bénéfice par action sous-jacent atteint 0,33 euro par action, en hausse de +24,2% par rapport au quatrième trimestre 2017. L'actif net tangible par action (non réévalué, hors réserves OCI, avant déduction du dividende à verser) atteint 12,0 euros par action, en hausse de +6,8% par rapport à fin décembre 2017 et de +7,2% par rapport au 1er janvier 2018 (y compris l'impact d'IFRS9 de -0,04 euros par action), dont +3,1% au quatrième trimestre 2018.

 

Table 1.          Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. au T4-2018 et au T4-2017

En mEUR

T4-18
publié

T4-17
publié

Var. T4/T4
publié

T4-18
sous-jacent

T4-17
sous-jacent

Var. T4/T4
sous-jacent

       

Produit net bancaire

4 853

4 651

+4,3%

4 814

4 810

+0,1%

Charges d'exploitation hors FRU

(3 213)

(3 268)

(1,7%)

(3 175)

(3 150)

+0,8%

FRU

-

-

ns

-

-

ns

Résultat brut d'exploitation

1 641

1 384

+18,6%

1 640

1 659

(1,2%)

Coût du risque

(246)

(335)

(26,6%)

(246)

(335)

(26,6%)

Coût du risque juridique

(75)

-

ns

(75)

-

ns

Sociétés mises en équivalence

7

50

(85,3%)

74

69

+7,2%

Gains ou pertes sur autres actifs

56

13

x 4,2

56

16

x 3,4

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

186

(100,0%)

-

-

(100,0%)

Résultat avant impôt

1 383

1 299

+6,5%

1 450

1 410

+2,8%

Impôt

(222)

(703)

(68,4%)

(221)

(387)

(42,9%)

Rés. net des activ. arrêtées ou
en cours de cession

(0)

(23)

ns

(0)

(23)

ns

Résultat net

1 161

573

x 2

1 229

1 000

+22,9%

Intérêts minoritaires

(154)

(186)

(17,4%)

(162)

(123)

+31,9%

Résultat net part du Groupe

1 008

387

x 2,6

1 067

878

+21,6%

Bénéfice par action (EUR)

0,31

0,09

x 3,3

0,33

0,26

+24,2%

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

66,2%

70,2%

-4,1 pp

65,9%

65,5%

+0,4 pp

 

 

La forte croissance du résultat net part du Groupe sous-jacent a été obtenue malgré un environnement beaucoup moins favorable qu'au quatrième trimestre 2017 et aux trois premiers trimestres de 2018, notamment pour les activités liées aux marchés de capitaux, en particulier les métiers de Gestion d'actifs et de fortune ainsi que la Banque de marchés et d'investissement. Ce sont les seuls métiers dont la contribution baisse par rapport au quatrième trimestre 2017. Les autres pôles font plus que compenser cette contre-performance, grâce à une bonne croissance des revenus sous-jacents, des effets de ciseaux très positifs dans la plupart des métiers moins sensibles à l'environnement de marchés et la baisse du coût du risque de crédit dans tous les métiers de financement. Le pôle Grandes clientèles bénéficie même, comme les deux trimestres précédents, de reprises nettes de provisions. A noter que le Groupe a décidé de doter une provision juridique non allouée de 75 millions d'euros au quatrième trimestre 2018, enregistrée dans le pôle Activités hors métiers. La forte amplification de la croissance entre le résultat avant impôt et le résultat net part du Groupe, en chiffres publiés comme sous-jacent, s'explique par une forte baisse de la charge d'impôt, en publié notamment à cause de la charge exceptionnelle qui avait affecté le quatrième trimestre 2017 et a été classée en éléments spécifiques, en sous-jacent grâce à une part de résultats plus importante réalisée dans les autres pays que la France, au taux d'impôt plus bas, ainsi qu'à différents effets de l'intégration fiscale portant sur l'ensemble de l'exercice 2018 mais comptabilisés au quatrième trimestre.

Compte tenu de leur caractère non significatif sur le résultat net part du Groupe, les effets périmètre et change ne sont pas détaillés ce trimestre. A noter cependant que l'intégration des trois banques italiennes, qui n'avaient été consolidées qu'à partir de la fin décembre 2017, constitue un effet périmètre sur les revenus, les charges et les provisions, qui ne peut cependant plus être calculé après la fusion des entités juridiques au troisième trimestre 2018.

 

L'analyse du compte de résultat au quatrième trimestre 2018 est détaillée ci-dessous.

 

Le produit net bancaire sous-jacent atteint 4 814 millions d'euros, stable (+0,1%) grâce à une bonne résistance des pôles exposés à l'environnement de marché défavorable et à la croissance des autres métiers, en particulier les Assurances (+6,0%), la Banque de proximité en Italie (+17,5%, grâce notamment à l'effet d'intégration des trois banques), les autres Banques de proximité à l'international (+7,2%), le Crédit-bail et affacturage (+7,8%) et le Crédit à la consommation (+1,7%). La Gestion d'actifs et la Banque de marchés et d'investissement sont les deux métiers qui ont été le plus touchés par l'environnement de marché. Amundi a ainsi connu une baisse de -18,2%/-134 millions d'euros de ses revenus par rapport au quatrième trimestre 2017, notamment à cause de la forte baisse des commissions de surperformance (-75,1%/-61 millions d'euros) et des produits financiers (variation de -50 millions d'euros entre les deux périodes), les commissions de gestion sur encours baissant quant à elles plus modérément de -2,9%. La Banque de marché et d'investissement, présente essentiellement sur les marchés de dette, en activités de conseil et d'origination actions, a enregistré une baisse de -29,3% de ses revenus, du fait de volumes en baisse sur le crédit (les émissions obligataires en euros[10] sont en baisse de ­12%), plus satisfaisants sur le change et les swaps, et d'une pression sur les marges clientèle. A signaler également un impact défavorable de la FVA (Fair Value Adjustment). En revanche, les activités de Financements du pôle Grandes clientèles voient leurs revenus rester quasi stables (-0,7%) malgré une base de comparaison élevée au quatrième trimestre 2017, le dernier trimestre de 2018 venant clôturer une excellente année pour ces activités (revenus +7,6% en 2018 par rapport à 2017) aussi bien en Banque commerciale qu'en Financements structurés. LCL a quant à lui connu une légère baisse de ses revenus par rapport au quatrième trimestre 2017, de -0,6%/-5 millions d'euros, stables hors commissions de renégociations et de remboursements anticipés, et incluant des dépréciations de participations sans lesquelles les revenus auraient augmenté.

Parmi les évolutions notables de l'activité des métiers au quatrième trimestre, on peut noter :

  • une activité crédit toujours dynamique en Banque de proximité dans les marchés domestiques du Groupe, avec une croissance toujours forte par rapport au 31 décembre 2017 des encours de crédits aux entreprises pour LCL (+11%) et en crédits à l'habitat : +6,6% pour LCL et +10% pour CA Italia ; à noter que ce dernier chiffre est à périmètre comparable puisque les encours des trois banques acquises fin 2017 étaient déjà consolidés au 31 décembre 2017 ; ces banques enregistrent depuis leur intégration une forte hausse séquentielle de leur production : le nombre d'octrois de crédits à l'habitat progresse de +29% au quatrième trimestre par rapport au troisième, il a doublé par rapport au premier trimestre ;
  • une collecte nette du pôle Gestion d'épargne et Assurances contrastée au trimestre : si l'activité d'Epargne-Retraite de l'Assurance a connu une collecte nette dynamique et en augmentation par rapport aux trimestres précédents, à +2,1 milliards d'euros dont +1,3 milliards d'euros/62% en unités de compte (69% sur l'ensemble de l'année), la Gestion de fortune est plus modeste à +0,6 milliard d'euros et surtout la Gestion d'actifs est en décollecte nette de -6,5 milliards d'euros, concentrée sur la clientèle institutionnelle, le Retail affichant une collecte nette positive de +0,5 milliard d'euros ; cette décollecte s'explique par un environnement particulièrement difficile sur tous les marchés ce trimestre, illustré par un effet marché sur les encours gérés de -43,7 milliards d'euros sur les trois derniers mois de l'année, annulant complètement l'effet de la très bonne collecte nette d'Amundi sur l'ensemble de l'année 2018, soit +42,0 milliards d'euros dont +36,3 milliards d'euros en actifs moyen-long terme ; le métier Assurances poursuit également sa forte croissance des primes en dommages, à +7,9%, le portefeuille de contrats ayant augmenté de +5,4% sur un an, ou 700 000 contrats en net ;
  • une bonne croissance de l'activité en Services financiers spécialisés : le crédit à la consommation a dépassé les +10 milliards d'euros de production de crédits gérés tous les trimestres en 2018, y compris +11,2 milliards d'euros au quatrième trimestre ; les encours gérés progressent donc de +7,2% par rapport à fin décembre 2017, à 88,5 milliards d'euros, tirés par les partenariats automobiles (+11,2%) et les réseaux du Groupe ; les encours bruts consolidés de crédit-bail progressent quant à eux de +3,1% sur la même période, à 14,6 milliards d'euros, notamment à l'international à +10%, le chiffre d'affaires factoré augmentant lui de +4,1% au quatrième trimestre 2018 par rapport au même trimestre en 2017 ;
  • un bon niveau d'activité en Banque de financement, avec une forte hausse de la Banque commerciale tirée par toutes les lignes produits et une activité soutenue sur les Financements structurés dans la ligne des précédents trimestres ; à noter qu'une nouvelle fois ce trimestre cette bonne activité ne se traduit pas par une hausse des encours pondérés, qui sont même en baisse par rapport à fin septembre hors un changement réglementaire[11], grâce à une bonne activité de syndication et de transfert de risque : en application de son modèle Distribute to Originate ; la Banque de financement a enregistré un taux de redistribution primaire moyen de 39% sur les douze derniers mois, stable par rapport à 2017 et en hausse de +13 points par rapport à 2013, année d'intensification de cette politique.

Depuis la dernière publication trimestrielle la filiale de crédit à la consommation en Italie Agos a étendu son partenariat avec Banco BPM, donnant à Agos accès à la distribution de crédits dans le réseau de Banca Popolare di Milano, fusionnée avec Banco Popolare pour créer Banco BPM, la troisième banque du pays. Un accord de distribution avec l'ensemble du réseau de Banco BPM pour 15 ans devrait être signé à la clôture de cet accord prévue avant le 30 septembre 2019.

Les autres faits marquants sont détaillés dans la partie de ce communiqué sur le Groupe Crédit Agricole.

La stabilité du produit net bancaire dans un environnement plus difficile au quatrième trimestre s'accompagne d'une bonne maîtrise des charges, qui ne progressent en sous-jacent que de +0,8% par rapport au quatrième trimestre 2017. A noter que cette hausse, de +25 millions d'euros entre les deux périodes, est plus qu'expliquée par le pôle AHM (Activités Hors Métiers), dont les coûts augmentent de +68 millions d'euros entre les deux périodes du fait d'investissements en monétiques et dans les systèmes d'informations, charges supplémentaires qui sont largement refacturées en produit net bancaire d'AHM aux autres métiers. Les charges d'exploitation sous-jacentes des pôles métiers du Groupe sont donc en baisse de -1,5%, malgré l'effet périmètre des trois banques italiennes et les provisions pour primes « Macron » (15 millions d'euros pour l'ensemble du groupe Crédit Agricole SA). Tous les pôles métiers participent à la baisse à l'exception de la Banque de proximité à cause de CA Italia qui enregistre l'effet périmètre des trois banques.

La baisse du résultat brut d'exploitation sous-jacent est donc limitée à -1,2% par rapport au quatrième trimestre 2017. Le coefficient d'exploitation sous-jacent ressort à 65,9%.

Le coût du risque est en forte baisse, de -26,6% par rapport au quatrième trimestre 2017 à un niveau très bas (246 millions d'euros contre 335 millions d'euros au quatrième trimestre 2017), cette baisse venant de quasiment tous les métiers exposés aux risques de crédit (seuls LCL et le Crédit-bail et Affacturage sont en légère progression de respectivement +8 millions d'euros et +2 millions d'euros). La Banque de proximité en Italie poursuit sa baisse (-14,0%) et la Banque de financement est à nouveau ce trimestre en situation de reprise nette de provisions, liée aux provisions Buckets 1 et 2 (IFRS9) alors que les provisions spécifiques sont à un très bas niveau. Cela reflète une nouvelle amélioration des indicateurs de risque de crédit (taux de douteux, taux de couverture) dans tous les métiers exposés. Le coût du risque de crédit sur encours[12] du groupe Crédit Agricole S.A. baisse de -6 points de base par rapport au quatrième trimestre 2017, à 23 points de base. Il reste stable de trimestre à trimestre pour LCL (17 points de base) et le Crédit à la consommation (118 points de base), mais poursuit sa baisse pour la Banque de proximité en Italie (CA Italia, 67 points de base). Le taux de douteux du groupe Crédit Agricole SA baisse de -0,4 points par rapport à fin décembre 2017 à 2,8% et le taux de couverture gagne +7,0 points à 74,3%.

Il a été décidé de doter ce trimestre dans le pôle AHM une provision pour risque juridique non allouée à des risques spécifiques de 75 millions d'euros.

La contribution sous-jacente des sociétés mises en équivalence progresse de +7,2% à 74 millions d'euros, reflet de la forte hausse de la profitabilité des partenariats automobiles en Crédit à la consommation et des joint ventures asiatiques en Gestion d'actifs.

Le résultat net sur cession d'actifs atteint 56 millions d'euros ce trimestre contre seulement 16 millions d'euros au quatrième trimestre 2017, notamment chez LCL : 47 millions d'euros sur la cession de deux immeubles d'exploitation.

Le résultat sous-jacent[13] avant impôt, activités cédées et minoritaires est donc en hausse de +2,8%, à 1 450 millions d'euros. La charge d'impôt est en revanche en forte baisse de -42,9%, conséquence notamment de l'ajustement du taux d'impôt annuel sur ce dernier trimestre de l'année et d'une progression plus forte du résultat dans des pays à plus faible imposition qu'en France. Le résultat net avant minoritaires sous-jacent progresse donc de +22,9%. Les intérêts minoritaires augmentent de +31,9%, soit +39 millions d'euros, venant essentiellement du pôle AHM à cause de l'effet en 2017 de la première consolidation de Fireca, une filiale déficitaire détenue à 50% par Crédit Agricole S.A., effet en partie compensé par le rachat des minoritaires dans CACEIS en décembre dernier. Le résultat net part du Groupe sous-jacent progresse donc de +21,6% par rapport au quatrième trimestre 2017 à 1 067 millions d'euros.

 

Sur l'ensemble de 2018, le résultat net part du Groupe publié est de 4 400 millions d'euros, contre 3 649 millions d'euros en 2017, soit une progression de +20,6%.

Les éléments spécifiques pour l'ensemble de l'année 2018 ont eu un effet quasi nul de -5 millions d'euros sur le résultat net part du Groupe publié. Les éléments du quatrième trimestre déjà mentionnés supra ont en effet plus que compensé l'effet de ceux des neuf premiers mois de 2018, soit un impact positif de +54 millions d'euros, dont l'ajustement du montant du badwill constaté lors de l'acquisition des trois banques italiennes à hauteur de +66 millions d'euros, les frais d'intégration de Pioneer à hauteur de -14 millions d'euros (-30 millions avant impôts et intérêts minoritaires) ainsi que des éléments de volatilité comptable récurrents pour +3 millions d'euros (+2 millions d'euros avant impôt). Les éléments spécifiques pour l'ensemble de l'année 2017 avaient eu un impact de -276 millions d'euros sur le résultat net part du Groupe. Par rapport à ceux, nombreux et très négatifs, du quatrième trimestre 2017 déjà mentionnés supra, les éléments spécifiques des neuf premiers mois de 2017 avaient impacté le résultat net part du Groupe pour +214 millions d'euros. Il s'agissait des soultes de Liability management pour +26 millions d'euros (+39 millions d'euros avant impôt), de l'impact de la cession de la participation dans BSF pour +114 millions d'euros et dans Eurazeo pour +107 millions d'euros, et des éléments de volatilité comptable récurrents, à savoir le spread émetteur pour -69 millions d'euros (-121 millions d'euros avant impôt), le DVA pour -39 millions d'euros (-61 millions d'euros avant impôt), les couvertures de portefeuilles de prêts en Grandes clientèles pour -34 millions d'euros (-53 millions d'euros avant impôt) et les provisions épargne logement pour +166 millions d'euros (+256 millions d'euros avant impôt). Le détail pour les deux périodes se trouve en p. 16 de ce communiqué.

A noter que depuis le 1er janvier 2018 et le passage à IFRS9, l'effet du spread émetteur sur la valorisation des passifs à la juste valeur est comptabilisé directement en capitaux propres, sans impact sur les fonds propres prudentiels. En part du Groupe, cet effet est de +193 millions d'euros au quatrième trimestre 2018 et de +397 millions d'euros sur l'ensemble de l'année 2018.

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent augmente lui de +12,2% par rapport à celui de l'ensemble de l'année 2017, à 4 405 millions d'euros, au-dessus de l'objectif fixé dans le cadre du Plan à Moyen Terme Ambitions 2020 (4,2 milliards d'euros), qui est donc atteint avec un an d'avance.

 

Le bénéfice par action sous-jacent atteint 1,39 euro par action, en hausse de +13,8% par rapport à celui de l'ensemble de l'année 2017.

Le Conseil d'Administration de Crédit Agricole SA proposera à l'Assemblée générale du 21 mai 2019 le versement d'un dividende par action de 0,69 euros par action, entièrement en numéraire, supérieur au plancher fixé depuis le troisième trimestre 2016 de 0,60 euros par action et en progression de +9,5% par rapport à celui versé au titre de 2017. Le taux de distribution ressort à 50% du résultat par action publié comme sous-jacent.

Le ROTE[14] (retour sur fonds propres part du Groupe hors incorporels) sous-jacent atteint 12,7% sur l'ensemble de l'année de 2018, en forte progression de +1,6 points de pourcentage par rapport à 2017 grâce à une amélioration du RONE dans la plupart des métiers.

 

Table 2.          Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. en 2018 et 2017

En mEUR

2018
publié

2017
publié

Var. 2018/2017
publié

2018
sous-jacent

2017
sous-jacent

Var. 2018/2017
sous-jacent

       

Produit net bancaire

19 736

18 634

+5,9%

19 694

18 772

+4,9%

Charges d'exploitation hors FRU

(12 287)

(11 961)

+2,7%

(12 228)

(11 785)

+3,8%

FRU

(301)

(242)

+24,5%

(301)

(242)

+24,5%

Résultat brut d'exploitation

7 147

6 431

+11,1%

7 165

6 745

+6,2%

Coût du risque

(1 002)

(1 307)

(23,4%)

(1 002)

(1 307)

(23,4%)

Coût du risque juridique

(80)

(115)

(30,8%)

(75)

(115)

(34,8%)

Sociétés mises en équivalence

256

728

(64,9%)

323

523

(38,3%)

Gains ou pertes sur autres actifs

89

6

x 15,5

89

14

x 6,5

Variation de valeur des écarts d'acquisition

86

186

(54,1%)

-

0

(100,0%)

Résultat avant impôt

6 496

5 929

+9,6%

6 500

5 859

+10,9%

Impôt

(1 466)

(1 733)

(15,4%)

(1 471)

(1 433)

+2,7%

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(3)

20

ns

(3)

20

ns

Résultat net

5 027

4 216

+19,2%

5 026

4 447

+13,0%

Intérêts minoritaires

(627)

(568)

+10,5%

(620)

(521)

+18,9%

Résultat net part du Groupe

4 400

3 649

+20,6%

4 405

3 925

+12,2%

Résultat net part du Groupe par action (EUR)

1,39

1,12

+23,6%

1,39

1,22

+13,8%

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

62,3%

64,2%

-1,9 pp

62,1%

62,8%

-0,7 pp

 

 

Cette performance reflète une bonne progression du produit net bancaire sur l'ensemble de l'année, une très bonne maîtrise des coûts et la baisse du coût du risque.

Le produit net bancaire sous-jacent augmente de +4,9% par rapport à 2017. Le pôle Grandes clientèles a pâti au quatrième trimestre de l'environnement de marché plus difficile, sa baisse étant concentrée sur ce trimestre et dans le métier de Banque de marché et d'investissement, dont le produit net bancaire sous-jacent est en baisse de -16,1%/-378 millions d'euros en 2018 par rapport à 2017. Celui de LCL est quasi stable, à -0,4%/-13 millions d'euros à cause de dépréciations de participations au quatrième trimestre. Tous les autres métiers du Groupe connaissent une hausse de leurs revenus, souvent très forte : Gestion d'actifs +11,1%, Gestion de Fortune +7,5%, Banque de proximité en Italie +13,4% (ces trois métiers ayant bénéficié d'un effet périmètre), Assurance +9,3%, Crédit-bail et affacturage 5,7%, BFI/Banque de financement +7,6%.

Les charges d'exploitation sous-jacentes sont en hausse de +3,8%, hors contribution au Fonds de résolution unique (FRU). Cette dernière est en forte augmentation, de +24,5% à 301 millions d'euros en 2018 contre 242 millions d'euros en 2017 (essentiellement au premier semestre des deux périodes). Grâce à l'effet de ciseaux positif, de +1,1 point de pourcentage en sous-jacent hors FRU, le coefficient d'exploitation sous-jacent hors FRU s'améliore de 0,7 point de pourcentage, à 62,1%.

Le coût du risque de crédit, hors provisions juridiques non allouées, baisse de -23,4%/-306 millions d'euros par rapport à 2017. Cette baisse s'explique essentiellement par le pôle Grandes clientèles (effet de +267 millions d'euros avant impôt entre les deux périodes), les reprises nettes du pôle en 2018 (+64 millions d'euros) se comparant à des dotations nettes (-203 millions d'euros) en 2017, notamment pour la Banque de financement (effet de +285 millions d'euros). Les évolutions des autres contributeurs se compensent pratiquement : légères hausses pour les Services financiers spécialisés (+6,1%/+27 millions d'euros) et LCL (+7,5%/+15 millions d'euros), mais baisse pour la Banque de proximité à l'international (-16,7%/-72 millions d'euros), aussi bien en Italie que sur les autres zones.

A noter que le Groupe a décidé de doter une provision juridique non allouée de 75 millions d'euros en 2018 (au quatrième trimestre) contre 115 millions d'euros en 2017.

La baisse des résultats des sociétés mises en équivalence en sous-jacent de -38,3%/-200 millions d'euros s'explique par la déconsolidation de BSF et dans une moindre mesure d'Eurazeo, à hauteur de -249 millions d'euros. Retraité de cet élément, on retrouve la croissance des joint ventures en Gestion d'actifs et Crédit à la consommation. A noter que les sociétés mises en équivalence ne contribuent plus qu'à hauteur de 7% au résultat net part du Groupe sous-jacent, contre 13% en 2017 (et près d'un tiers en 2015). L'augmentation de la part du résultat intégré globalement constitue une évolution majeure dans la simplification du groupe Crédit Agricole S.A. et l'amélioration du contrôle du cash, permettant une meilleure couverture du dividende.

Le résultat avant impôt sous-jacent progresse de +10,9% et atteint 6 500 millions d'euros. La charge d'impôt progresse elle de +2,7%, en lien avec la croissance plus forte du résultat avant impôt dans des pays à taux d'imposition plus faibles. Le résultat net est en hausse de +13,0%, et la hausse plus forte des minoritaires (+18,9%), notamment à cause de la forte hausse de la contribution d'Amundi après l'intégration de Pioneer, ramène la progression du résultat net part du Groupe sous-jacent à +12,2%, à 4 405 millions d'euros.

Hors la forte progression du FRU, le résultat net part du Groupe aurait augmenté de +12,8%.

 

Au quatrième trimestre 2018, la solvabilité de Crédit Agricole S.A est restée très solide, avec un ratio Common Equity Tier 1 (CET1) non phasé[15] de 11,5% à fin décembre 2018, stable par rapport à fin septembre 2018 malgré l'effet adverse de la baisse des marchés sur les réserves OCI[16] (-13 points de base). Cet effet a presque compensé la génération de capital du trimestre (+14 points de base), après déduction des coupons d'Additional Tier 1 courus sur le trimestre et de la prise en compte du dividende proposé à l'assemblée générale du 21 mai prochain de 0,69 euro par action. La stabilité des emplois pondérés sur le trimestre, à 307 milliards d'euros, cache des évolutions réglementaires défavorables pour +4 milliards d'euros/-15 points de base de ratio, liées aux premiers effets de la revue des modèles par le superviseur unique (TRIM) pour +1 milliard d'euros/-3 points de base et à l'anticipation de Bâle 4 sur les risques opérationnels non financiers[17] (méthode standard obligatoire), pour +3 milliard d'euros/-12 points de base. Hors ces deux effets réglementaires, les encours pondérés liés à l'activité sont en baisse. Les risques de marché sont eux stables malgré la volatilité des marchés, la VaR[18] étant restée quasiment stable sur le trimestre, à 5,1 millions d'euros en moyenne contre 4,9 millions d'euros en moyenne au troisième trimestre 2018.

Le ratio de levier phasé[19] s'établit à 4,0% à fin décembre 2018 selon l'Acte Délégué adopté par la Commission européenne. Le ratio de levier phasé moyen intra trimestriel ressortant lui à 3,7% au quatrième trimestre 2018.

Le ratio LCR moyen sur douze mois de Crédit Agricole S.A. s'élève à 133,3%[20] à fin décembre 2018, soit à un niveau supérieur à l'objectif du Plan à Moyen Terme de plus de 110%.

Sur l'ensemble de l'année 2018, Crédit Agricole S.A. a émis 14,1 milliards d'euros d'instruments de dette moyen-long terme, soit 2,1 milliards d'euros de plus que le plan de financement annuel (118%). Il a levé 7,3 milliards d'équivalent euros de dette senior préférée (non collatéralisée) et de dette senior collatéralisée et 6,8 milliards d'équivalent euros en Tier 2 et dette senior non préférée, dont 5,2 milliards d'euros de cette dernière catégorie.

 

*              *

 

*

 

Commentant ces résultats et l'activité du groupe Crédit Agricole S.A. au quatrième trimestre et sur l'année 2018, Philippe Brassac, Directeur Général, a déclaré : « En 2018, les métiers de Crédit Agricole S.A. ont dépassé avec un an d'avance les principaux objectifs du Plan à Moyen Terme. C'est la preuve de la robustesse de son modèle de banque universelle, socle d'une relation globale et durable. Le Groupe est bien armé pour faire face à la montée des incertitudes, illustrée au quatrième trimestre par un environnement de marché nettement plus défavorable. Cette solidité et les progrès accomplis collectivement avec les Caisses régionales dans le projet client du Groupe sont des atouts pour le prochain Plan à Moyen Terme qui sera dévoilé le 6 juin au siège de Crédit Agricole SA, Evergreen»

Groupe Crédit Agricole

Le résultat net publié 2018 du Groupe Crédit Agricole est de 6,8 milliards d'euros, en hausse de +4,7% par rapport à 2017. Retraité des éléments spécifiques, notamment en 2017 la surtaxe exceptionnelle d'impôt en France, il ressort également à 6,8 milliards d'euros, en baisse de -3,8%. Le bon niveau de la conquête clientèle sur l'ensemble de l'année, notamment en Banque de proximité en France et en Italie (1,8 millions de nouvelles entrées en relation) et la poursuite des efforts de ventes croisées ont permis de compenser l'effet négatif prolongé des taux bas, une croissance économique molle en Europe et un environnement de marché défavorable au quatrième trimestre, pour dégager une croissance des revenus sous-jacents. Les investissements de développement et surtout la hausse de la contribution au Fonds de résolution unique (FRU) et du coût du risque par rapport à une base faible en 2017, expliquent cependant la légère baisse du résultat avant impôt et du résultat net part du Groupe sous-jacent (-3,8%). Les Caisses régionales confirment la stabilisation de leurs revenus d'activité, mais leurs résultats souffrent des effets de l'environnement de marché sur leurs revenus de portefeuille et d'un quasi triplement de leur coût du risque par rapport aux reprises de provisions collectives de 2017. Les mêmes tendances se retrouvent sur le trimestre pour le Groupe et les Caisses régionales, amplifiées par une génération de revenus sous-jacents plus difficile compte tenu du contexte de marché. La solidité financière s'est encore appréciée au quatrième trimestre avec une hausse du ratio CET1 non phasé de +0,1 point de pourcentage à 15,0%, supérieur de 550 points de base aux exigences du régulateur[21].

 

Dans la ligne de son Plan à moyen terme (PMT) « Ambition Stratégique 2020 », le Groupe bénéficie de son modèle économique stable, diversifié et rentable pour soutenir une croissance organique dans tous ses métiers, notamment grâce aux synergies entre les métiers spécialisés et les réseaux de distribution et maintenir un haut niveau d'efficacité opérationnelle tout en dégageant des marges de manoeuvre pour ses investissements de développement.

Sur l'ensemble de l'année 2018, les faits marquants suivants doivent être pris en compte :

  • l'intégration des trois banques italiennes acquises fin 2017 par CA Italia - CR Rimini, CR Cesena, CR San Miniato - a été finalisée par la fusion de chacune des entités juridiques avec CA Italia et les migrations informatiques ; l'optimisation des coûts et les efforts de ventes croisées ont commencé à porter leurs fruits et la hausse sur un an des revenus du nouvel ensemble est désormais supérieure à celle des coûts au quatrième trimestre, alors que la baisse du coût du risque se confirme ;
  • la première année pleine d'intégration de Pioneer après son acquisition par Amundi le 3 juillet 2017 a permis de dégager 110 millions d'euros de synergies de coûts, soit 63% de la cible révisée de 175 millions d'euros en 2020, et l'essentiel des coûts d'intégration, soit 192 millions d'euros, a été comptabilisé en 2017 et 2018 ; cette intégration a permis à Amundi de mieux supporter encore l'environnement défavorable de marché du quatrième trimestre ;
  • CA Assurances (CAA) a concrétisé sa nouvelle stratégie d'extension de sa distribution à des partenaires à l'international en dehors du Groupe Crédit Agricole en signant deux accords de partenariat en bancassurance : tout d'abord avec Credito Valtellinese (Creval, 1 million de clients) en Italie, concrétisé par l'acquisition à 100% du courtier d'assurance de Creval, un accord de distribution exclusif pour 15 ans des produits épargne et prévoyance de CA Vita; filiale italienne à 100% de CAA, et une prise de participation par CAA de 5% dans le capital de Creval ; puis avec le renforcement de son partenariat en assurance dommages avec la banque portugaise Novo Banco en vue d'augmenter sa participation dans la filiale commune GNB Seguros de 50% à 75% par le rachat de la participation de 25% de l'assureur portugais Seguradoras Unidas ;
  • CA Consumer Finance (CACF) a annoncé un partenariat avec le groupe bancaire Bankia en Espagne (8,1 millions de clients), afin de créer une joint venture dans le pays qui étendra la présence européenne de CACF et fournira aux clients de Bankia des produits de financement personnel conçus par CACF ; dans le même métier du crédit à la consommation, Agos a également renouvelé et étendu son partenariat avec Banco BPM, qui lui donne désormais accès à la distribution de crédits dans le réseau de Banca Popolare di Milano, fusionnée avec Banco Popolare pour créer Banco BPM, la troisième banque du pays ; un accord de distribution avec l'ensemble du réseau de Banco BPM pour 15 ans devrait être signé à la clôture de cet accord avant le 30 septembre 2019 ;
  • En Gestion de fortune, l'acquisition de 94,1% de la banque privée italienne Banca Leonardo a été finalisée le 3 mai ; elle apporte 5,1 milliards d'euros d'encours gérés au métier ;
  • la note senior long terme du Groupe et de ses principales filiales a été relevée d'un cran le 19 octobre dernier par S&P Global Ratings de A à A+ avec une perspective stable, l'agence saluant l'amélioration du profil de risque du Groupe et sa capacité de résilience même dans un environnement moins favorable pour ses activités ;
  • les résultats des stress tests de l'EBA (Autorité Bancaire Européenne), publiés le 2 novembre dernier, démontrent la solidité de la situation financière et des métiers du Groupe Crédit Agricole, dont le ratio CET1 même dans le scénario adverse, à 10,2%, resterait très au-dessus du SREP (P2R) de 9,5%, sans jamais être soumis à des restrictions de distribution ;
  • dans le cadre du règlement du litige avec l'OFAC, les autorités américaines (l'United States Attorney's Office for the District of Columbia et le District Attorney of the County of New York) ont décidé le 19 octobre 2018 d'abandonner les poursuites pénales qui avaient été différées pour trois ans selon les accords conclus par CACIB et ces autorités (Deferred prosecution agreement) en octobre 2015 ; les autorités ont reconnu que CACIB s'était acquitté de l'ensemble des obligations qui lui étaient fixées par ces accords, lesquels sont désormais parvenus à leur terme ; les autorités américaines ont ainsi reconnu les améliorations apportées au programme de conformité de CACIB, qui demeure pleinement engagé dans la poursuite du renforcement de ses procédures et de ses contrôles internes en matière de respect des sanctions économiques internationales.

 

Sur l'ensemble de l'année 2018, le résultat net part du Groupe publié progresse de +4,7% à 6 844 millions d'euros. La base de comparaison du résultat publié en 2017 était affectée par des éléments spécifiques très substantiels, pour -587 millions d'euros en résultat net part du Groupe, dont -671 liés aux fortes charges fiscales non récurrentes du quatrième trimestre 2017, -83 en coûts d'intégration de Pioneer et des trois banques italiennes, -123 de soultes payées dans des opérations de restructuration du refinancement du Groupe et des Caisses régionales, -98 d'amende liée aux échanges d'images-chèques ainsi que -153 de variation de spread émetteur, et en contrepartie +131 de variations sur les écarts d'acquisition (badwill des trois banques italiennes, net de la dépréciation de l'écart d'acquisition en Pologne) et +205 de plus-values sur les cessions de BSF et Eurazeo. Les autres éléments se compensaient à peu près. Sur l'ensemble de l'année 2018, les éléments spécifiques se compensent pour un effet net en résultat net part du Groupe de seulement -5 millions d'euros (voir détail des éléments spécifiques pour toutes les périodes en p 17).

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent baisse en 2018 de -3,8% par rapport à 2017, de -2,4% hors la très forte hausse du FRU (+36,2% à 389 millions d'euros). A noter que si un calcul à périmètre constant n'est plus possible après la fusion des entités juridiques des trois banques italiennes, l'effet périmètre sur l'ensemble de l'année est négatif sur la croissance : les cessions et déconsolidations de BSF et d'Eurazéo ont fait perdre une contribution au résultat net part du Groupe de +203 millions d'euros, alors que la contribution de Pioneer à réintégrer (consolidation au second semestre seulement en 2017) n'a eu un effet positif sur la croissance sur un an que de +75 millions d'euros et que les trois banques italiennes et Banca Leonardo, dans leur premier exercice d'intégration, n'ont pas encore une contribution positive significative.

Le produit net bancaire sous-jacent est en hausse de +1,5%, les charges d'exploitation sous-jacentes hors FRU augmentent de +2,7% et le coût du risque de crédit (hors dotations aux provisions juridiques non allouées de 115 millions d'euros en 2017 et de 75 millions d'euros en 2018 dotée au quatrième trimestre) augmente de +6,8%. Le résultat avant impôt sous-jacent est donc en légère baisse de -3,3% à 10 123 millions d'euros, et le résultat net part du Groupe sous-jacent de -3,8% à 6 849 millions d'euros.

 

Table 3.          Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole en 2018 et 2017

En mEUR

2018
publié

2017
publié

Var. 2018/2017
publié

2018
sous-jacent

2017
sous-jacent

Var. 2018/2017
sous-jacent

       

Produit net bancaire

32 839

32 108

+2,3%

32 813

32 315

+1,5%

Charges d'exploitation hors FRU

(21 065)

(20 626)

+2,1%

(21 006)

(20 450)

+2,7%

FRU

(389)

(285)

+36,2%

(389)

(285)

+36,2%

Résultat brut d'exploitation

11 385

11 197

+1,7%

11 418

11 580

(1,4%)

Coût du risque

(1 640)

(1 536)

+6,8%

(1 640)

(1 536)

+6,8%

Coût du risque juridique

(80)

(115)

(30,8%)

(75)

(115)

(34,8%)

Sociétés mises en équivalence

266

732

(63,7%)

333

527

(36,9%)

Gains ou pertes sur autres actifs

87

5

x 17,2

87

16

x5,6

Variation de valeur des écarts d'acquisition

86

186

(54,1%)

-

0

(100,0%)

Résultat avant impôt

10 105

10 470

(3,5%)

10 123

10 472

(3,3%)

Impôt

(2 733)

(3 479)

(21,5%)

(2 743)

(2 912)

(5,8%)

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(3)

20

ns

(3)

20

ns

Résultat net

7 369

7 010

+5,1%

7 377

7 580

(2,7%)

Intérêts minoritaires

(525)

(474)

+10,6%

(527)

(456)

+15,5%

Résultat net part du Groupe

6 844

6 536

+4,7%

6 849

7 122

(3,8%)

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

64,1%

64,2%

-0,1 pp

64,0%

63,3%

+0,7 pp

 

 

 

Au quatrième trimestre 2018, le résultat net part du Groupe publié du Groupe Crédit Agricole ressort à 1 571 millions d'euros, contre 922 millions d'euros au quatrième trimestre 2017, soit +70,3% sur un an.

Les éléments spécifiques sont peu nombreux ce trimestre et ils ont eu un effet net limité sur le résultat net part du Groupe : -55 millions d'euros en résultat net part du Groupe. Ils comprennent les coûts d'intégration de Pioneer chez Amundi et des trois banques italiennes chez CA Italia pour -21 millions d'euros (-38 avant impôts et intérêts minoritaires), le complément de provision pour l'amende infligée à FCA Bank par l'autorité de la concurrence italienne pour -67 millions d'euros (en Sociétés mises en équivalence), ainsi que le solde net des éléments de volatilité comptable récurrents pour +33 millions d'euros. Au quatrième trimestre 2017, les éléments spécifiques avaient affecté le résultat net part du Groupe à hauteur de -770 millions d'euros, dont -671 liés aux fortes charges fiscales non récurrentes, -57 en coûts d'intégration de Pioneer et des trois banques italiennes, -98 d'amende liée aux échanges d'images-chèques ainsi que  -62 de variation de spread émetteur et +131 de variations sur les écarts d'acquisition (badwill des trois banques italiennes net de la dépréciation de l'écart d'acquisition en Pologne). Les autres éléments se compensaient à peu près (voir détail des éléments spécifiques pour toutes les périodes en p. 17).

Hors ces éléments spécifiques, le résultat net part du Groupe sous-jacent[22] atteint 1 626 millions d'euros, en baisse de -3,9% par rapport au quatrième trimestre 2017.

 

Table 4.          Résultats consolidés du Groupe Crédit Agricole au T4-2018 et au T4-2017

En mEUR

T4-18
publié

T4-17
publié

Var. T4/T4
publié

T4-18
sous-jacent

T4-17
sous-jacent

Var. T4/T4
sous-jacent

       

Produit net bancaire

8 110

8 045

+0,8%

8 064

8 235

(2,1%)

Charges d'exploitation hors FRU

(5 478)

(5 459)

+0,3%

(5 440)

(5 342)

+1,8%

FRU

-

-

ns

-

-

ns

Résultat brut d'exploitation

2 632

2 586

+1,8%

2 624

2 893

(9,3%)

Coût du risque

(499)

(423)

+18,0%

(499)

(423)

+18,0%

Coût du risque juridique

(75)

-

ns

(75)

-

ns

Sociétés mises en équivalence

10

49

(78,9%)

77

68

+13,1%

Gains ou pertes sur autres actifs

48

5

x 8,9

48

8

x 5,7

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

186

(100,0%)

-

-

(100,0%)

Résultat avant impôt

2 116

2 404

(12,0%)

2 175

2 547

(14,6%)

Impôt

(416)

(1 294)

(67,9%)

(412)

(704)

(41,4%)

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(0)

(23)

(99,9%)

(0)

(23)

(99,9%)

Résultat net

1 700

1 087

+56,4%

1 763

1 821

(3,2%)

Intérêts minoritaires

(130)

(165)

(21,4%)

(137)

(129)

+6,4%

Résultat net part du Groupe

1 571

922

+70,3%

1 626

1 692

(3,9%)

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

67,5%

67,9%

-0,3 pp

67,5%

64,9%

+2,6 pp

 

 

Au quatrième trimestre, le produit net bancaire sous-jacent baisse de -2,1% par rapport au quatrième trimestre 2017, à 8 064 millions d'euros. Alors que le périmètre de Crédit Agricole S.A. est stable pour cette ligne du compte de résultat (voir supra), la baisse pour le Groupe s'explique par l'effet défavorable de l'environnement de marché sur les portefeuilles de placement des Caisses régionales. Leurs revenus d'activité sont en revanche en hausse de +2,2%, confirmant le point d'inflexion identifié au troisième trimestre de 2018.

Les charges d'exploitation sous-jacentes hors contribution au FRU sont en hausse modérée, à +1,8% par rapport au quatrième trimestre 2017, sous l'effet principalement du changement de périmètre pour Crédit Agricole S.A. avec l'intégration des trois banques italiennes, et pour les Caisses régionales de la poursuite des investissements de développement et des « primes Macron »[23] (45 millions d'euros, soit 60 millions d'euros pour l'ensemble du Groupe Crédit Agricole). Le coefficient d'exploitation sous-jacent ressort à 67,5%. Le résultat brut d'exploitation sous-jacent baisse de -9,3% par rapport au quatrième trimestre 2017.

Le coût du risque de crédit est en forte hausse (+18,0%), à 499 millions d'euros contre 423 millions d'euros au quatrième trimestre 2017. Cette hausse provient uniquement des Caisses régionales, qui avaient enregistré au quatrième trimestre 2017 des reprises de provisions collectives en anticipation du passage à IFRS9. Le coût du risque sur encours reste cependant très bas pour les Caisses, à 14 points de base23. Le coût du risque de crédit sur encours du Groupe Crédit Agricole reste à un niveau bas, à 18 points de base[24], stable par rapport au quatrième trimestre 2017 comme au troisième trimestre 2018. Le taux d'encours douteux est en baisse de -0,3 points par rapport à fin décembre 2017 à 2,4%, et le taux de couverture progresse de 4,8 points à 84,8%.

A noter que le Groupe a décidé de doter une provision juridique non allouée de 75 millions d'euros en 2018 (au quatrième trimestre) contre 115 millions d'euros en 2017.

Le résultat net sur cession d'actifs atteint 48 millions d'euros ce trimestre contre seulement 8 millions d'euros au quatrième trimestre 2017, notamment chez LCL : +47 millions d'euros sur la cession de deux immeubles d'exploitation.

En ajoutant la contribution des sociétés mises en équivalence, en hausse de +13,1%/+9 millions d'euros à 77 millions d'euros, et malgré la contribution positive de ces trois derniers éléments, le résultat avant impôt sous-jacent baisse de -14,6% par rapport au quatrième trimestre 2017, à 2 175 millions d'euros.

La baisse de la charge d'impôt sous-jacente (-41.4%) et l'absence de contribution des activités arrêtées (qui était négative au quatrième trimestre 2017) modèrent la baisse au niveau du résultat net part du Groupe sous-jacent, soit -3,9% à 1 626 millions d'euros.

 

Les Caisses régionales poursuivent le développement du modèle de Banque universelle de proximité. Les encours de collecte, à 692 milliards d'euros, sont en progression de +2,7% sur un an. Cette croissance est portée par une bonne progression de la collecte bilan : 434 milliards d'euros d'encours à fin décembre 2018, soit +5,0% en un an. Sa croissance continue d'être tirée par les dépôts à vue (+8,6% en un an) ainsi que les Livrets A (+9,9%). La collecte hors bilan (258 milliards d'euros) enregistre une baisse modérée de -1,0%, pénalisée par le contexte de marché difficile au quatrième trimestre, qui a impacté les encours conservés de valeurs mobilières (-8,2% par rapport à décembre 2017). Les encours d'assurance vie croissent de +1,9%, portés par la progression des encours des contrats multi-supports (+3 milliards d'euros, soit +1,8%) et des contrats en unités de compte (part des UC dans les encours +6,1% par rapport à décembre 2017).

Les encours de crédits enregistrent une hausse de +6,7% par rapport au 31 décembre 2017 à 487 milliards d'euros. La croissance des encours est portée par toutes les catégories de crédits : à l'habitat (+7,8% par rapport au 31 décembre 2017) aux entreprises (+10,4%) et à la consommation (+8,5%).

Ces progressions sont associées à la conquête de nouveaux clients avec plus de 1,3 million d'entrées en relation depuis le début de l'année, y compris BforBank. Le lancement d'EKO en décembre 2017, offre d'entrée de gamme commune à toutes les Caisses régionales, a permis d'attirer de nouveaux prospects (70% des entrées en relations) et près de 80 000 clients ont ouvert un compte depuis le lancement, soit 8% des ouvertures de comptes sur la période, en ligne avec le segment de clientèle plus particulièrement visé par l'offre : 37% des entrées en relation ont été initiées sur internet.

Ce développement commercial participe de façon significative à la croissance des métiers de Crédit Agricole S.A., dont elles distribuent un grand nombre de produits en tant que premier réseau de distribution du Groupe et premier réseau de banque de proximité en France.

Sur l'année 2018, la contribution des Caisses régionales au résultat net part du Groupe sous-jacent du Groupe Crédit Agricole s'établit à 2 403 millions d'euros, en baisse de -21,9% par rapport à 2017. Cette baisse s'explique par la baisse du produit net bancaire sous-jacent, de -1,9%, liée à la moindre performance des revenus de portefeuille de placement des Caisses régionales et au contexte de taux d'intérêt bas ; leurs revenus d'activité connaissent une baisse plus modérée de -0,9% par rapport à 2017. Les charges d'exploitation hors FRU progressent quant à elles de +2,0%, de +1,5% en excluant les « primes Macron » (45 millions d'euros). Cette progression s'explique par les investissements de développement. Le coefficient d'exploitation sous-jacent hors FRU ressort à 66,3%. Enfin, le coût du risque est quasiment multiplié par 3 sur un an, soit +416 millions d'euros, reflétant les importantes reprises de provisions collectives en 2017 en anticipation du passage à IFRS 9. Le coût du risque sur encours reste à un niveau très bas, 14 points de base, reflet d'un taux de créances douteuses stable à 2% des encours bruts de crédit clientèle et d'un taux de couverture à 100%. Le résultat avant impôt sous-jacent est donc en baisse de -19,2%, à 3 688 millions d'euros, et le résultat net part du Groupe sous-jacent de -21,9%.

Au quatrième trimestre 2018, la contribution au résultat net part du Groupe sous-jacent des Caisses régionales s'établit à 537 millions d'euros, en baisse de -29,7% par rapport au quatrième trimestre 2017. Cette baisse s'explique par des conditions de marché difficiles, qui ont impacté le produit net bancaire, en baisse de -4,0% par rapport au quatrième trimestre 2017, mais les revenus d'activité sont en hausse de +2,2%, ainsi que par le même effet de base sur le coût du risque que sur l'ensemble de l'année (fortes reprises de provisions collectives en 2017 liées au passage à IFRS 9).

 

La performance des autres métiers du Groupe Crédit Agricole est détaillée dans la partie Crédit Agricole S.A. de ce communiqué.

 

Sur le trimestre, le Groupe Crédit Agricole a encore amélioré le haut niveau de sa solidité financière, avec un ratio Common Equity Tier 1 (CET1) non phasé[25] de 15,0%, en hausse de +0,1  points de pourcentage par rapport à fin septembre 2018. Ce ratio présente un coussin substantiel de 550 points de base par rapport à l'exigence réglementaire SREP applicable au Groupe Crédit Agricole au 1er janvier 2019, fixé par la BCE à 9,5%.

Le ratio TLAC s'établit 21,4% au 31 décembre 2018, hors dette senior préférée éligible, en légère hausse par rapport à fin septembre 2018 (21,2%) et en hausse par rapport à fin décembre 2017 (20,6%). Ce ratio est 190 points de base au-dessus de l'exigence minimale de 2019 hors coussin contracyclique, soit 19,5%, sans prendre en compte la dette senior préférée, qui serait éligible à hauteur de 2,5% selon le calcul réglementaire. L'objectif de ratio TLAC de 22% d'ici 2019, hors dette senior préférée éligible, est confirmé, avec un objectif de ratio CET1 de 15,5% à 16% et 6% à 6,5% de dette senior non préférée et d'instruments Tier 2 et Additional Tier 1. Le Groupe a émis 6,8 milliards d'équivalents euros de Tier 2 et dette senior non préférée sur l'année 2018.

Le ratio MREL s'établit à environ 12,4% au 31 décembre 2018, dont 8,4% hors dette senior préférée éligible. Le Groupe Crédit Agricole a été notifié le 8 juin 2018 du niveau d'exigence minimale incluant les dettes seniors préférées éligibles, d'application immédiate. Le Groupe Crédit Agricole respecte ce niveau minimum au 31 décembre 2018.

Le ratio de levier phasé[26] ressort à 5,4%, stable par rapport à fin septembre 2018.

La situation de liquidité du Groupe Crédit Agricole est solide. Le bilan cash bancaire du Groupe, à 1 238 milliards d'euros au 31 décembre 2018, fait apparaître un excédent de ressources stables par rapport aux emplois stables supérieur à 100 milliards d'euros, l'objectif du Plan à Moyen Terme. L'excédent de ressources stables finance le portefeuille de titres HQLA (High Quality Liquid Assets) généré par l'exigence LCR (Liquidity Coverage Ratio) des activités clientèle ou liées à la clientèle. Ces titres (109 milliards d'euros) couvrent plus de trois fois l'endettement court terme net des dépôts banques centrales. Les réserves de liquidité, incluant les plus-values et les décotes liées au portefeuille de titres, s'élèvent à 272 milliards d'euros au 31 décembre 2018.

Les émetteurs du Groupe Crédit Agricole ont émis sur le marché l'équivalent de 34,1 milliards d'euros de dette à moyen-long terme sur l'ensemble de 2018, contre l'équivalent de 36,1 milliards d'euros sur l'ensemble de 2017. Par ailleurs, le Groupe Crédit Agricole a placé 4,4 milliards d'euros d'obligations dans les réseaux de ses banques de proximité (Caisses régionales, LCL et CA Italia). Crédit Agricole S.A. a émis un total de 14,1 milliards d'euros en 2018, soit 41% du total émis par tous les émetteurs du Groupe, dépassant ainsi de 2,1 milliards d'euros son programme d'émissions pour 2018.

 

*              *

 

*

 

Commentant ces résultats et l'activité du Groupe pour l'exercice 2018, Dominique Lefebvre, Président de SAS Rue La Boétie et Président du Conseil d'administration de Crédit Agricole S.A., a indiqué : « en 2018, le Groupe Crédit Agricole a continué à servir ses clients en se mettant au service de tous, au quotidien, dans une logique d'universalité et de proximité. Il a réussi à convaincre de la pertinence de son offre de produits et services un nombre toujours croissant de nouveaux clients, dans tous ses territoires. Face à un environnement plein d'incertitudes, il démontre une solidité financière sans faille et des résultats de haut niveau, fruits d'une stratégie qui a montré sa pertinence. Cette rentabilité et cette solidité lui permettent d'être à l'écoute de toutes les parties prenantes : premier financeur de l'économie française, premier assureur de la personne en France, premier gestionnaire d'actifs en Europe, il soutient l'économie, l'entrepreneuriat et l'innovation, au plus près des personnes, des projets et des territoires dans lesquels il opère, tâche de promouvoir la finance inclusive à travers des offres et des services adaptés, à un coût abordable, et se mobilise pour la transition énergétique. »

Responsabilité Sociétale et Environnementale
de l'Entreprise

 

Crédit Agricole confirme sa position de n°1 des arrangeurs de green bonds

Selon le dernier classement de Dealogic, Crédit Agricole CIB confirme en 2018 son rang de n°1 mondial en tant que teneur de livres dans les émissions d'obligations vertes, sociales et durables (green bonds). En Chine, la banque a participé à 80 % des émissions de ces obligations chinoises à l'international depuis janvier 2017. Avec une part de marché de 6,9% en 2018, Crédit Agricole CIB, engagée de longue date en faveur de la finance verte, s'est une nouvelle fois hissée au premier rang mondial. En 2019 CACIB contribuera à renforcer la dynamique de ces instruments de lutte contre le réchauffement climatique.

 

Par ailleurs, Crédit Agricole a complété, fin 2018, son leadership mondial en obligations vertes avec une émission inaugurale d'1 milliard d'euros pour financer ses engagements dans la transition énergétique. Cette émission de Crédit Agricole S.A., structurée par Crédit Agricole CIB, crée un cadre pour permettre de refinancer des projets en faveur du climat portés par toutes les entités du Groupe qui ont adhéré, sur tous les territoires en France et à l'international.

 

Transition énergétique

Cinq ans après sa création, FEIH (Futures Energies Investissements Holding), détenue à 50/50 par Engie et Crédit Agricole Assurances, a triplé son portefeuille de départ et atteint désormais 1,5 gigawatts de capacités solaires et éoliennes en France. CAA conforte ainsi sa présence dans les infrastructures de la transition énergétique, un secteur dans lequel il est le premier investisseur institutionnel en France.

 

Egalité des chances et insertion des jeunes

Dans le cadre de son engagement sociétal, le Crédit Agricole ouvre ses portes aux élèves des collèges Réseau d'Education Prioritaire (REP+ ou REP) pour leur permettre de trouver un stage de qualité. Pilotée conjointement par les Caisses régionales, Crédit Agricole S.A. et la Fédération Nationale du Crédit Agricole, cette opération s'inscrit dans une stratégie d'inclusion sociale, financière et numérique. Elle vise, pour le Groupe, à accueillir 750 collégiens de troisième scolarisés dans des établissements Réseau d'Education Prioritaire. Cela représente 5% de l'effort national demandé par le Gouvernement aux entreprises du secteur privé. Les premiers stagiaires ont été accueillis, en janvier 2019, par les équipes de Crédit Agricole S.A. sur le campus de Montrouge.

 


 

Annexe 1 - Eléments spécifiques, Crédit Agricole S.A. et Groupe Crédit Agricole 

 

Table 5.          Crédit Agricole S.A. - Eléments spécifiques, T4-18 et T4-17, 2018 et 2017

  

T4-18

T4-17

 

2018

2017

En mEUR

 

Impact
brut*

Impact en
RNPG

Impact
brut*

Impact en
RNPG

 

Impact
brut*

Impact en
RNPG

Impact
brut*

Impact en
RNPG

Spread émetteurs (AHM)

 

-

-

(95)

(62)

 

-

-

(216)

(131)

DVA (GC)

 

15

11

(5)

(4)

 

22

16

(66)

(42)

Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)

 

17

12

(4)

(2)

 

23

17

(57)

(36)

Provisions Epargne logement (LCL)

 

1

1

2

1

 

(1)

(1)

65

40

Provisions Epargne logement (AHM)

 

6

4

3

2

 

(3)

(2)

156

103

Soulte Liability management (AHM)

 

-

-

-

-

 

-

-

39

26

Amende Echange Images Chèques

 

-

-

(59)

(58)

 

-

-

(59)

(58)

Total impact en PNB

 

39

28

(158)

(123)

 

41

30

(138)

(100)

Coûts d'intégration Pioneer (GEA)

 

(27)

(14)

(77)

(32)

 

(56)

(29)

(135)

(60)

Coûts d'intégration 3 banques italiennes (BPI)

 

(11)

(6)

(41)

(22)

 

(2)

(1)

(41)

(22)

Total impact en Charges

 

(38)

(20)

(117)

(54)

 

(59)

(30)

(176)

(82)

Amende BCE (AHM)

 

 

 

-

-

 

(5)

(5)

-

-

Total impact Prov. risque juridique non allouées

 

 

 

-

-

 

(5)

(5)

-

-

Cession Eurazeo (AHM)

 

-

-

(4)

(4)

 

-

-

103

103

Cession BSF (GC)

 

-

-

(15)

(15)

 

-

-

102

99

Amende FCA Bank (SFS)

 

(67)

(67)

-

-

 

(67)

(67)

-

-

Total impact en Mises en équivalence

 

(67)

(67)

(19)

(19)

 

(67)

(67)

205

203

Variation des écarts d'acquisition (AHM)

 

-

-

186

91

 

86

66

186

91

Total impact variation des écarts d'acquisition

 

-

-

186

91

 

86

66

186

91

Surtaxe IS

 

 

-

 

(326)

 

 

-

 

(326)

Remboursement taxe dividende 3%

 

 

-

 

69

 

 

-

 

69

Revalorisation impôts différés

 

 

-

 

(128)

 

 

-

 

(128)

Total impact en Impôts

 

 

-

 

(384)

 

 

-

 

(384)

Coûts d'acquisition CA Italie (BPI)

 

-

-

(3)

(2)

 

-

-

(8)

(4)

Total impact en Gains/pertes nets sur autres actifs

 

-

-

(3)

(2)

 

-

-

(8)

(4)

Impact total des retraitements

 

(66)

(59)

(111)

(490)

 

(4)

(5)

70

(276)

Gestion de l'épargne et Assurances

 

(27)

(14)

(77)

(147)

 

(56)

(29)

(135)

(176)

Banque de proximité-France

 

1

1

(19)

(118)

 

(1)

(1)

44

(79)

Banque de proximité-International

 

(11)

(6)

(44)

(23)

 

(2)

(1)

(49)

(26)

Services financiers spécialisés

 

(67)

(67)

-

43

 

(67)

(67)

-

43

Grandes Clientèles

 

32

23

(24)

(108)

 

45

33

(21)

(67)

Activités hors métiers

 

6

4

51

(136)

 

78

59

231

28

* Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires

 

 

 

Table 6.          Groupe Crédit Agricole - Eléments spécifiques T4-18 et T4-17, 2018 et 2017

 

 

T4-18

T4-17

 

2018

2017

En mEUR

 

Impact
brut*

Impact en
RNPG

Impact
brut*

Impact en
RNPG

 

Impact
brut*

Impact en
RNPG

Impact
brut*

Impact en
RNPG

Spread émetteurs (AHM)

 

-

-

(104)

(62)

 

-

-

(249)

(153)

DVA (GC)

 

15

11

(5)

(4)

 

22

16

(66)

(43)

Couvertures de portefeuilles de prêts (GC)

 

17

13

(4)

(2)

 

23

17

(57)

(37)

Provisions Epargne logement (LCL)

 

1

1

2

2

 

(1)

(1)

65

43

Provisions Epargne logement (AHM)

 

6

4

3

2

 

(3)

(2)

156

103

Provisions Epargne logement (CR)

 

7

4

15

10

 

(15)

(10)

220

144

Ajustement du coût des passifs (CR)

 

-

-

-

-

 

-

-

(218)

(148)

Soulte Liability management (AHM)

 

-

-

-

-

 

-

-

39

26

Amende Echange Images Chèques

 

-

-

(98)

(98)

 

-

-

(98)

(98)

Total impact en PNB

 

46

33

(190)

(152)

 

26

21

(207)

(164)

Coûts d'intégration Pioneer (GEA)

 

(27)

(14)

(77)

(33)

 

(56)

(29)

(135)

(58)

Coûts d'intégration 3 banques italiennes (BPI)

 

(11)

(7)

(41)

(24)

 

(2)

(0)

(41)

(24)

Total impact en Charges

 

(38)

(21)

(117)

(57)

 

(59)

(29)

(176)

(83)

Amende BCE (AHM)

 

-

-

-

-

 

(5)

(5)

-

-

Total impact Prov. risque juridique non allouées

 

-

-

-

-

 

(5)

(5)

-

-

Cession Eurazeo (AHM)

 

-

-

(4)

(4)

 

-

-

103

103

Cession BSF (GC)

 

-

-

(15)

(15)

 

-

-

102

102

Amende FCA Bank (SFS)

 

(67)

(67)

-

-

 

(67)

(67)

-

-

Total impact en Mises en équivalence

 

(67)

(67)

(19)

(19)

 

(67)

(67)

205

205

Variation des écarts d'acquisition (AHM)

 

-

-

186

131

 

86

74

186

131

Total impact variation des écarts d'acquisition

 

-

-

186

131

 

86

74

186

131

Surtaxe IS

 

-

(343)

 

 -

-

 -

(343)

Remboursement taxe dividende 3%

 

-

79

 

 -

-

 -

79

Revalorisation impôts différés

 

-

(407)

 

 -

-

 -

(407)

Total impact en Impôts

 

-

(671)

 

 -

-

 -

(671)

Coûts d'acquisition CA Italie (BPI)

 

-

-

(3)

(2)

 

-

-

(11)

(6)

Total impact en Gains ou pertes nets sur autres actifs

 

-

-

(3)

(2)

 

-

-

(11)

(6)

Impact total des retraitements

 

(59)

(55)

(143)

(770)

-

(19)

(5)

(2)

(587)

Gestion de l'épargne et Assurances

 

(27)

(14)

(77)

(153)

 

(56)

(29)

(135)

(178)

Banque de proximité-France

 

8

5

(42)

(427)

 

(16)

(10)

8

(400)

Banque de proximité-International

 

(11)

(7)

(44)

(26)

 

(2)

(0)

(51)

(30)

Services financiers spécialisés

 

(67)

(67)

-

43

 

(67)

(67)

-

43

Grandes Clientèles

 

32

24

(24)

(111)

 

45

34

(21)

(68)

Activités hors métiers

 

6

4

43

(95)

 

78

67

198

48

* Impacts avant impôts et avant intérêts minoritaires

  

 

 

 


Annexe 2 - Crédit Agricole S.A. : Compte de résultat détaillé, publié et sous-jacent

 

 

Table 7.          Crédit Agricole S.A. - Passage du résultat publié au sous-jacent, T4-18 et T4-17

En mEUR

T4-18
publié

Eléments spécifiques

T4-18
sous-jacent

T4-17
publié

Eléments spécifiques

T4-17
sous-jacent

Var. T4/T4
publié

Var. T4/T4
sous-jacent

         

Produit net bancaire

4 853

39

4 814

4 651

(158)

4 810

+4,3%

+0,1%

Charges d'exploitation hors FRU

(3 213)

(38)

(3 175)

(3 268)

(117)

(3 150)

(1,7%)

+0,8%

FRU

-

-

-

-

-

-

ns

ns

Résultat brut d'exploitation

1 641

1

1 640

1 384

(275)

1 659

+18,6%

(1,2%)

Coût du risque

(246)

-

(246)

(335)

-

(335)

(26,6%)

(26,6%)

Coût du risque juridique

(75)

-

(75)

-

-

-

ns

ns

Sociétés mises en équivalence

7

(67)

74

50

(19)

69

(85,3%)

+7,2%

Gains ou pertes sur autres actifs

56

-

56

13

(3)

16

x 4,2

x 3,4

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

186

186

0

(100,0%)

(100,0%)

Résultat avant impôt

1 383

(66)

1 450

1 299

(111)

1 410

+6,5%

+2,8%

Impôt

(222)

(1)

(221)

(703)

(316)

(387)

(68,4%)

(42,9%)

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(0)

-

(0)

(23)

-

(23)

ns

ns

Résultat net

1 161

(67)

1 229

573

(427)

1 000

x 2

+22,9%

Intérêts minoritaires

(154)

8

(162)

(186)

(64)

(123)

(17,4%)

+31,9%

Résultat net part du Groupe

1 008

(59)

1 067

387

(490)

878

x 2,6

+21,6%

Bénéfice par action (EUR)

0,31

(0,02)

0,33

0,09

(0,17)

0,26

x 3,3

+24,2%

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

66,2%

 

65,9%

70,2%

 

65,5%

-4,1 pp

+0,4 pp

 

 


 

 

 

Table 8.          Crédit Agricole S.A. - Passage du résultat publié au sous-jacent, 2018 et 2017

En mEUR

2018
publié

Eléments spécifiques

2018
sous-jacent

2017
publié

Eléments spécifiques

2017
sous-jacent

Var. 2018/2017
publié

Var. 2018/2017
sous-jacent

         

Produit net bancaire

19 736

41

19 694

18 634

(138)

18 772

+5,9%

+4,9%

Charges d'exploitation hors FRU

(12 287)

(59)

(12 228)

(11 961)

(176)

(11 785)

+2,7%

+3,8%

FRU

(301)

-

(301)

(242)

-

(242)

+24,5%

+24,5%

Résultat brut d'exploitation

7 147

(18)

7 165

6 431

(314)

6 745

+11,1%

+6,2%

Coût du risque

(1 002)

-

(1 002)

(1 307)

-

(1 307)

(23,4%)

(23,4%)

Coût du risque juridique

(80)

(5)

(75)

(115)

-

(115)

(30,8%)

(34,8%)

Sociétés mises en équivalence

256

(67)

323

728

205

523

(64,9%)

(38,3%)

Gains ou pertes sur autres actifs

89

-

89

6

(8)

14

x 15,5

x 6,5

Variation de valeur des écarts d'acquisition

86

86

-

186

186

0

(54,1%)

(100,0%)

Résultat avant impôt

6 496

(4)

6 500

5 929

70

5 859

+9,6%

+10,9%

Impôt

(1 466)

5

(1 471)

(1 733)

(300)

(1 433)

(15,4%)

+2,7%

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(3)

-

(3)

20

-

20

ns

ns

Résultat net

5 027

2

5 026

4 216

(230)

4 447

+19,2%

+13,0%

Intérêts minoritaires

(627)

(7)

(620)

(568)

(46)

(521)

+10,5%

+18,9%

Résultat net part du Groupe

4 400

(5)

4 405

3 649

(276)

3 925

+20,6%

+12,2%

Bénéfice par action (EUR)

1,39

(0,00)

1,39

1,12

(0,10)

1,22

+23,4%

+13,8%

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

62,3%

 

62,1%

64,2%

 

62,8%

-1,9 pp

-0,7 pp

 

 


Annexe 3 - Crédit Agricole S.A. : Résultats par pôle

 

Table 9.          Crédit Agricole S.A. - Résultats par pôle, T4-18 et T4-17

 T4-18 (publié) 

En mEUR

GEA

BP (LCL)

BPI

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

1 470

842

704

690

1 210

(63)

4 853

Charges d'exploitation hors FRU

(724)

(597)

(467)

(356)

(813)

(256)

(3 213)

FRU

-

-

-

-

-

-

-

Résultat brut d'exploitation

746

245

237

335

397

(319)

1 641

Coût du risque

(22)

(63)

(84)

(99)

26

(5)

(246)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

(75)

(75)

Sociétés mises en équivalence

10

-

-

(2)

(1)

1

7

Gains ou pertes nets sur autres actifs

(1)

47

14

(0)

(0)

(3)

56

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

-

-

-

-

Résultat avant impôt

733

230

167

233

422

(401)

1 383

Impôts

(176)

(87)

(39)

(40)

(79)

199

(222)

Rés. net des activités abandonnées

(0)

-

-

-

-

-

(0)

Résultat net

558

142

127

194

343

(202)

1 161

Intérêts minoritaires

(60)

(6)

(32)

(40)

(6)

(10)

(154)

Résultat net part du Groupe

498

136

96

154

337

(213)

1 008

 

 T4-17 (publié) 

En mEUR

GEA

BP (LCL)

BPI

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

1 560

827

617

671

1 305

(329)

4 651

Charges d'exploitation hors FRU

(830)

(613)

(449)

(372)

(816)

(188)

(3 268)

FRU

-

-

-

-

-

-

-

Résultat brut d'exploitation

730

215

168

299

489

(517)

1 384

Coût du risque

(24)

(55)

(104)

(102)

(37)

(13)

(335)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

-

-

Sociétés mises en équivalence

9

-

-

58

(15)

(1)

50

Gains ou pertes nets sur autres actifs

4

6

(4)

(0)

10

(3)

13

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

0

-

-

186

186

Résultat avant impôt

719

165

60

255

447

(347)

1 299

Impôts

(242)

(144)

(19)

(25)

(263)

(9)

(703)

Rés. net des activités abandonnées

(8)

-

(0)

(15)

-

-

(23)

Résultat net

468

21

41

216

184

(356)

573

Intérêts minoritaires

(67)

(1)

(12)

(30)

(9)

(67)

(186)

Résultat net part du Groupe

401

20

28

186

174

(423)

387

 

 

Table 10.       Crédit Agricole S.A. - Résultats par pôle, 2018 et 2017

 2018 (publié) 

En mEUR

GEA

BP (LCL)

BPI

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

5 778

3 433

2 732

2 769

5 368

(344)

19 736

Charges d'exploitation hors FRU

(2 833)

(2 363)

(1 716)

(1 363)

(3 169)

(842)

(12 287)

FRU

(3)

(28)

(22)

(17)

(170)

(62)

(301)

Résultat brut d'exploitation

2 941

1 043

994

1 389

2 030

(1 249)

7 147

Coût du risque

(17)

(220)

(358)

(467)

64

(5)

(1 002)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

(80)

(80)

Sociétés mises en équivalence

47

-

-

187

0

21

256

Gains ou pertes nets sur autres actifs

(3)

50

14

1

14

13

89

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

-

-

86

86

Résultat avant impôt

2 969

873

650

1 110

2 108

(1 213)

6 496

Impôts

(774)

(288)

(185)

(244)

(550)

576

(1 466)

Rés. net des activités abandonnées

(1)

(1)

-

(0)

-

-

(3)

Résultat net

2 193

584

465

866

1 557

(638)

5 027

Intérêts minoritaires

(285)

(26)

(124)

(128)

(30)

(35)

(627)

Résultat net part du Groupe

1 908

558

341

738

1 528

(672)

4 400

 

 2017 (publié) 

En mEUR

GEA

BP (LCL)

BPI

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

5 263

3 492

2 482

2 721

5 332

(656)

18 634

Charges d'exploitation hors FRU

(2 706)

(2 427)

(1 547)

(1 393)

(3 099)

(789)

(11 961)

FRU

(3)

(15)

(10)

(14)

(139)

(61)

(242)

Résultat brut d'exploitation

2 555

1 050

924

1 314

2 094

(1 505)

6 431

Coût du risque

(25)

(204)

(429)

(440)

(203)

(6)

(1 307)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

(115)

-

(115)

Sociétés mises en équivalence

33

-

-

241

277

177

728

Gains ou pertes nets sur autres actifs

4

6

(12)

(1)

13

(4)

6

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

0

-

-

186

186

Résultat avant impôt

2 567

851

483

1 114

2 065

(1 152)

5 929

Impôts

(647)

(338)

(152)

(230)

(710)

344

(1 733)

Rés. net des activités abandonnées

21

-

0

(1)

-

-

20

Résultat net

1 942

513

331

883

1 355

(808)

4 216

Intérêts minoritaires

(222)

(25)

(97)

(118)

(48)

(58)

(568)

Résultat net part du Groupe

1 720

488

234

766

1 307

(865)

3 649

 

 


Annexe 4 - Groupe Crédit Agricole : Compte de résultat détaillé, publié et sous-jacent

 

 

Table 11.       Groupe Crédit Agricole - Passage du résultat publié au sous-jacent, T4-18 et T4-17

En mEUR

T4-18
pulié

Eléments spécifiques

T4-18
sos-jacent

T4-17
publié

Eléments spécifiques

T4-17
sous-jacent

Var. T4/T4
publié

Var. T4/T4
sous-jacent

         

Produit net bancaire

8 110

46

8 064

8 045

(190)

8 235

+0,8%

(2,1%)

Charges d'exploitation hors FRU

(5 478)

(38)

(5 440)

(5 459)

(117)

(5 342)

+0,3%

+1,8%

FRU

-

-

-

-

-

-

ns

ns

Résultat brut d'exploitation

2 632

8

2 624

2 586

(307)

2 893

+1,8%

(9,3%)

Coût du risque

(499)

-

(499)

(423)

-

(423)

+18,0%

+18,0%

Coût du risque juridique

(75)

-

(75)

-

-

-

ns

ns

Sociétés mises en équivalence

10

(67)

77

49

(19)

68

(78,9%)

+13,1%

Gains ou pertes sur autres actifs

48

-

48

5

(3)

8

x 8,9

x 5,7

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

186

186

0

(100,0%)

(100,0%)

Résultat avant impôt

2 116

(59)

2 175

2 404

(143)

2 547

(12,0%)

(14,6%)

Impôt

(416)

(3)

(412)

(1 294)

(591)

(704)

(67,9%)

(41,4%)

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(0)

-

(0)

(23)

-

(23)

(99,9%)

(99,9%)

Résultat net

1 700

(63)

1 763

1 087

(734)

1 821

+56,4%

(3,2%)

Intérêts minoritaires

(130)

8

(137)

(165)

(36)

(129)

(21,4%)

+6,4%

Résultat net part du Groupe

1 571

(55)

1 626

922

(770)

1 692

+70,3%

(3,9%)

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

67,5%

 

67,5%

67,9%

 

64,9%

-0,3 pp

+2,6 pp

 

 


 

 

 

Table 12.       Groupe Crédit Agricole - Passage du résultat publié au sous-jacent, 2018 et 2017

En mEUR

2018
publié

Eléments spécifiques

2018
sous-jacent

2017
publié

Eléments spécifiques

2017
sous-jacent

Var. 2018/2017
publié

Var. 2018/2017
sous-jacent

         

Produit net bancaire

32 839

26

32 813

32 108

(207)

32 315

+2,3%

+1,5%

Charges d'exploitation hors FRU

(21 065)

(59)

(21 006)

(20 626)

(176)

(20 450)

+2,1%

+2,7%

FRU

(389)

-

(389)

(285)

-

(285)

+36,2%

+36,2%

Résultat brut d'exploitation

11 385

(32)

11 418

11 197

(383)

11 580

+1,7%

(1,4%)

Coût du risque

(1 640)

-

(1 640)

(1 536)

-

(1 536)

+6,8%

+6,8%

Coût du risque juridique

(80)

(5)

(75)

(115)

-

(115)

(30,8%)

(34,8%)

Sociétés mises en équivalence

266

(67)

333

732

205

527

(63,7%)

(36,9%)

Gains ou pertes sur autres actifs

87

-

87

5

(11)

16

x 17,2

x 5,6

Variation de valeur des écarts d'acquisition

86

86

-

186

186

0

(54,1%)

(100,0%)

Résultat avant impôt

10 105

(19)

10 123

10 470

(2)

10 472

(3,5%)

(3,3%)

Impôt

(2 733)

10

(2 743)

(3 479)

(567)

(2 912)

(21,5%)

(5,8%)

Rés. net des activ. arrêtées ou en cours de cession

(3)

-

(3)

20

-

20

n.m.

n.m.

Résultat net

7 369

(8)

7 377

7 010

(569)

7 580

+5,1%

(2,7%)

Intérêts minoritaires

(525)

3

(527)

(474)

(18)

(457)

+10,6%

+15,5%

Résultat net part du Groupe

6 844

(5)

6 849

6 536

(587)

7 123

+4,7%

(3,8%)

Coefficient d'exploitation hors FRU (%)

64,1%

 

64,0%

64,2%

 

63,3%

-0,1 pp

+0,7 pp

 


Annexe 5 - Groupe Crédit Agricole : Résultats par pôle

 

Table 13.       Groupe Crédit Agricole - Résultats par pôles, T4-18 et T4-17

 

T4-18 (publié) 

En mEUR

CR

LCL

BPI

GEA

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

3 235

841

730

1 469

690

1 210

(66)

8 110

Charges d'exploitation hors FRU

(2 236)

(597)

(488)

(724)

(356)

(813)

(266)

(5 478)

FRU

-

-

-

-

-

-

-

-

Résultat brut d'exploitation

1 000

244

243

745

335

397

(331)

2 632

Coût du risque

(250)

(63)

(84)

(22)

(99)

26

(8)

(499)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

-

(75)

(75)

Sociétés mises en équivalence

4

-

-

10

(2)

(1)

-

10

Gains ou pertes nets sur autres actifs

(9)

47

14

(1)

(0)

(0)

(3)

48

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

-

-

-

-

-

Résultat avant impôt

745

229

173

732

233

422

(418)

2 116

Impôts

(204)

(87)

(41)

(175)

(40)

(79)

210

(416)

Rés. net des activités abandonnées

-

-

-

(0)

-

-

-

(0)

Résultat net

541

142

132

557

194

343

(208)

1 700

Intérêts minoritaires

0

0

(26)

(57)

(40)

1

(8)

(130)

Résultat net part du Groupe

541

142

106

500

154

344

(216)

1 571

 

 

T4-17 (publié) 

 

En mEUR

CR

LCL

GEA

BPI

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

3 341

827

1 560

647

671

1 302

(303)

8 045

Charges d'exploitation hors FRU

(2 153)

(613)

(830)

(470)

(372)

(816)

(206)

(5 459)

FRU

-

-

-

-

-

-

-

-

Résultat brut d'exploitation

1 188

215

730

177

299

486

(509)

2 586

Coût du risque

(86)

(55)

(24)

(104)

(102)

(37)

(14)

(423)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

-

-

-

Sociétés mises en équivalence

2

-

9

-

58

(15)

(4)

49

Gains ou pertes nets sur autres actifs

(8)

6

4

(4)

(0)

10

(2)

5

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

0

-

-

186

186

Résultat avant impôt

1 095

165

719

69

255

444

(343)

2 404

Impôts

(635)

(145)

(242)

(21)

(25)

(262)

36

(1 294)

Rés. net des activités abandonnées

-

-

(8)

(0)

(15)

-

-

(23)

Résultat net

460

20

468

48

216

182

(307)

1 087

Intérêts minoritaires

0

(0)

(63)

(12)

(30)

(6)

(54)

(165)

Résultat net part du Groupe

460

20

405

36

186

176

(361)

922

 

 

Table 14.       Groupe Crédit Agricole - Résultats par pôles, 2018 et 2017

 

2018 (publié) 

En mEUR

CR

LCL

BPI

GEA

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

13 040

3 433

2 835

5 770

2 769

5 370

(377)

32 839

Charges d'exploitation hors FRU

(8 657)

(2 363)

(1 790)

(2 833)

(1 363)

(3 169)

(890)

(21 065)

FRU

(87)

(28)

(22)

(3)

(17)

(170)

(62)

(389)

Résultat brut d'exploitation

4 296

1 042

1 023

2 934

1 389

2 031

(1 329)

11 385

Coût du risque

(634)

(220)

(359)

(17)

(467)

64

(8)

(1 640)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

-

(80)

(80)

Sociétés mises en équivalence

12

-

-

47

187

0

19

266

Gains ou pertes nets sur autres actifs

(1)

50

14

(3)

1

14

13

87

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

-

-

-

86

86

Résultat avant impôt

3 673

872

678

2 961

1 110

2 109

(1 299)

10 105

Impôts

(1 280)

(288)

(191)

(773)

(244)

(551)

594

(2 733)

Rés. net des activités abandonnées

-

(1)

-

(1)

(0)

-

-

(3)

Résultat net

2 393

583

487

2 186

866

1 559

(705)

7 369

Intérêts minoritaires

(0)

0

(101)

(271)

(128)

2

(27)

(525)

Résultat net part du Groupe

2 393

583

386

1 916

738

1 560

(732)

6 844

 

 

2017 (publié) 

En mEUR

CR

LCL

GEA

BPI

SFS

GC

AHM

Total

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Produit net bancaire

13 277

3 491

5 255

2 594

2 721

5 328

(558)

32 108

Charges d'exploitation hors FRU

(8 487)

(2 427)

(2 706)

(1 624)

(1 393)

(3 099)

(890)

(20 626)

FRU

(43)

(15)

(3)

(10)

(14)

(139)

(61)

(285)

Résultat brut d'exploitation

4 746

1 049

2 546

960

1 314

2 089

(1 509)

11 197

Coût du risque

(218)

(204)

(25)

(433)

(440)

(203)

(12)

(1 536)

Coût du risque juridique

-

-

-

-

-

(115)

-

(115)

Sociétés mises en équivalence

6

-

33

-

241

277

175

732

Gains ou pertes nets sur autres actifs

(5)

6

4

(7)

(1)

13

(4)

5

Variation de valeur des écarts d'acquisition

-

-

-

0

-

-

186

186

Résultat avant impôt

4 529

851

2 559

520

1 114

2 060

(1 164)

10 470

Impôts

(1 772)

(338)

(647)

(159)

(230)

(709)

375

(3 479)

Rés. net des activités abandonnées

-

-

21

0

(1)

-

-

20

Résultat net

2 758

513

1 933

361

883

1 352

(788)

7 010

Intérêts minoritaires

(0)

(0)

(209)

(80)

(118)

(21)

(47)

(474)

Résultat net part du Groupe

2 757

513

1 724

281

766

1 331

(835)

6 536

 

 


Annexe 6 - Méthodes de calcul du bénéfice par action, de l'actif net par action et du ROTE

 

Table 15.       Crédit Agricole S.A. - Calcul du bénéfice par action, de l'actif net par action et du ROTE

(en mEUR)

 

T4-18

T4-17

 

Var. T4/T4

Var. 2018/2017

Résultat net part du Groupe - publié

 

1 008

387

 

x 2,6

+20,6%

- Intérêts sur AT1 y compris frais d'émission, avant IS

 

(127)

(125)

 

+1,2%

-2,5%

RNPG attribuable aux actions ordinaires - publié

[A]

881

262

 

x 3,4

+23,9%

Nombre d'actions moyen, hors titres d'auto-contrôle (m)

[B]

2 863,0

2 844,0

 

+0,7%

+0,4%

Résultat net par action  - publié

[A]/[B]

0,31 EUR

0,09 EUR

 

x 3,3

+23,4%

RNPG sous-jacent

 

1 067

878

 

+21,6%

+12,2%

RNPG sous-jacent attribuable aux actions ordinaires

[C]

940

752

 

+25,0%

+14,2%

Résultat net par action - sous-jacent

[C]/[B]

0,33 EUR

0,26 EUR

 

+24,2%

+13,8%

 

(en mEUR)

 

31/12/2018

01/01/2018

Capitaux propres - part du Groupe

 

58 811

57 135

- Emissions AT1

 

(5 011)

(4 999)

- Réserves latentes AFS - part du Groupe

 

(1 696)

(2 709)

- Projet distribution de dividende sur résultat annuel*

 

(1 975)

(1 802)

Actif net non réévalué (ANC) attrib. aux actions ord.

[D]

50 129

47 625

- Écarts d'acquisition & incorporels** - part du Groupe

 

(17 843)

(17 672)

ANC tangible non réévalué (ANT) attrib. aux actions ord.

[E]

32 286

29 954

Nombre d'actions, hors titres d'auto-contrôle (fin de période, m)

[F]

2 862,1

2 844,0

ANC par action, après déduction du dividende à verser (EUR)

[D]/[F]

17,5 EUR

16,7 EUR

+ Dividende à verser (EUR)

[H]

0,69 EUR

0,63 EUR

ANC par action, avant déduction du dividende (EUR)

 

18,2 EUR

17,4 EUR

ANT par action, après déduction du dividende à verser (EUR)

[G]=[E]/[F]

11,3 EUR

10,5 EUR

ANT par action, avt déduct. du divid. à verser (EUR)

[G]+[H]

12,0 EUR

11,2 EUR

* dividende proposé par le Conseil d'administration et en attente de versement

 

 

 

** y compris les écarts d'acquisition dans les participations ne donnant pas le contrôle

 

 

 

(en mEUR)

 

 

2018

2017

Résultat net part du Groupe attribuable aux actions ordinaires

[H]

 

3 957

3 194

AN tangible moyen non réévalué attrib. aux actions ordin.***

[J]

 

31 120

31 182

ROTE publié (%)

[H]/[J]

 

12,7%

10,2%

RNPG sous-jacent attribuable aux actions ordin. (annualisé)

[I]

 

3 962

3 471

ROTE sous-jacent (%)

[I]/[J]

 

12,7%

11,1%

*** y compris hypothèse de distribution du résultat en cours de formation

 

 

 

 

 

 


 

Avertissement

L'information financière de Crédit Agricole S.A. et du Groupe Crédit Agricole pour le quatrième trimestre et l'ensemble de l'année 2018 est constituée de ce rapport financier trimestriel et de la présentation et du communiqué de presse attachés, disponibles sur le site https://www.credit-agricole.com/finance/finance/publications-financieres.

Ce rapport peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l'information sur les tendances. Ces données ne constituent pas des prévisions au sens du règlement européen n°809/2004 du 29 avril 2004 (chapitre 1, article 2, § 10).

Ces éléments sont issus de scenarii fondés sur un certain nombre d'hypothèses économiques dans un contexte concurrentiel et réglementaire donné. Par nature, ils sont donc soumis à des aléas qui pourraient conduire à la non-réalisation des projections et résultats mentionnés.

De même, les informations financières reposent sur des estimations notamment lors des calculs de valeur de marché et des montants de dépréciations d'actifs.

Le lecteur doit prendre en considération l'ensemble de ces facteurs d'incertitudes et de risques avant de fonder son propre jugement.

Normes applicables et comparabilité

Les chiffres présentés au titre de la période de six mois close au 30 juin 2018 ont été établis en conformité avec le référentiel IFRS tel qu'adopté par l'Union européenne et applicable à cette date, et avec la réglementation prudentielle en vigueur à ce jour. Ces informations financières ne constituent pas des états financiers pour une période intermédiaire, tels que définis par la norme IAS 34 « Information financière intermédiaire » et n'ont pas été auditées.

Note : Les périmètres de consolidation des groupes Crédit Agricole S.A. et Crédit Agricole n'ont pas changé de façon matérielle depuis l'enregistrement auprès de l'AMF du Document de Référence 2017 comprenant les informations réglementées pour le Groupe Crédit Agricole.

La somme des valeurs contenues dans les tableaux et analyses peut différer légèrement du total en raison de l'absence de gestion des arrondis.

Les tableaux de comptes de résultat de ce rapport font apparaître les intérêts minoritaires (« participations ne donnant pas le contrôle » dans les états financiers) avec un signe négatif, de sorte que la ligne « résultat net part du Groupe » s'obtient en additionnant algébriquement la ligne « résultat net » et la ligne « intérêts minoritaires ».

Depuis le 1er janvier 2017, la société Calit a été transférée du pôle Services financiers spécialisés (Crédit Agricole Leasing & Factoring) vers le pôle Banque de proximité en Italie. Les données historiques n'ont pas fait l'objet d'un proforma.

Depuis le 3 juillet 2017, la société Pioneer Investments a été intégrée dans le périmètre de consolidation du Groupe Crédit Agricole en tant que filiale d'Amundi. Les données historiques n'ont pas fait l'objet d'un proforma.

Depuis le 26 septembre 2017, Banque Saudi Fransi est sortie du périmètre de consolidation du Groupe Crédit Agricole après la cession de la majorité de la participation (16,2% sur les 31,1% détenus avant la cession). Cette filiale était consolidée par mise en équivalence. Les données historiques n'ont pas fait l'objet d'un proforma.

Depuis le 21 décembre 2017, Cassa di Risparmio (CR) di Cesena , CR di Rimini et CR di Miniato ont été intégrées dans le périmètre de consolidation du Groupe Crédit Agricole en tant que filiales de Credit Agricole Italie. Les données historiques n'ont pas fait l'objet d'un proforma.

Depuis le 26 décembre 2017, la participation de Crédit Agricole S.A. dans CACEIS a augmenté de 85% à 100%, conséquence de l'acquisition de la participation de 15% que détenait Natixis dans cette société avant cette date.

Depuis le 3 mai 2018, Banca Leonardo a été intégrée dans le périmètre de consolidation du Groupe Crédit Agricole en tant que filiale de Indosuez Wealth Management. Les données historiques n'ont pas fait l'objet d'un proforma.

Les charges d'intégration de Pioneer Investments des premier et troisième trimestres 2017 ont été reclassées en éléments spécifiques, contrairement au traitement adopté initialement lors de ces deux publications. Le résultat net part du Groupe sous-jacent pour ces deux trimestres a donc été ajusté.


Agenda financier

  • 15 mai 2019          Publication des résultats du premier trimestre 2019
  • 21 mai 2019          Assemblée générale à Metz
  • 6 juin 2019            Présentation du nouveau PMT à Montrouge
  • 2 août 2019           Publication des résultats du deuxième trimestre et du premier semestre 2019
  • 8 novembre 2019   Publication des résultats du troisième trimestre 2019

Contacts

Contacts presse crédit agricole

Charlotte de Chavagnac         + 33 1 57 72 11 17                                charlotte.dechavagnac@credit-agricole-sa.fr

Olivier Tassain                           + 33 1 43 23 25 41                                olivier.tassain@credit-agricole-sa.fr

Caroline de Cassagne             + 33 1 49 53 39 72                                caroline.decassagne@ca-fnca.fr

Contacts relations investisseurs crédit agricole s.a

Investisseurs institutionnels    + 33 1 43 23 04 31                                investor.relations@credit-agricole-sa.fr

Actionnaires individuels          + 33 800 000 777                                  credit-agricole-sa@relations-actionnaires.com

                                                      (numéro vert France uniquement)


Cyril Meilland, CFA                   + 33 1 43 23 53 82                                cyril.meilland@credit-agricole-sa.fr

 

Investisseurs actions :

Letteria Barbaro-Bour              + 33 1 43 23 48 33                                letteria.barbaro-bour@credit-agricole-sa.fr

Oriane Cante                             + 33 1 43 23 03 07                                oriane.cante@credit-agricole-sa.fr

Emilie Gasnier                           + 33 1 43 23 15 67                                emilie.gasnier@credit-agricole-sa.fr

Ibrahima Konaté                       + 33 1 43 23 51 35                                ibrahima.konate@credit-agricole-sa.fr

Vincent Liscia                            + 33 1 57 72 38 48                                vincent.liscia@credit-agricole-sa.fr

Annabelle Wiriath                     + 33 1 43 23 55 52                                annabelle.wiriath@credit-agricole-sa.fr

 

Investisseurs crédit et agences de notation :

Caroline Crépin                         + 33 1 43 23 83 65                                caroline.crepin@credit-agricole-sa.fr

Laurence Gascon                     + 33 1 57 72 38 63                                laurence.gascon@credit-agricole-sa.fr

Marie-Laure Malo                     + 33 1 43 23 10 21                                marielaure.malo@credit-agricole-sa.fr

 

 

Tous nos communiqués de presse sur : www.credit-agricole.com - www.creditagricole.info

 

 

Crédit_Agricole

 

Groupe Crédit Agricole

 

créditagricole_sa

 



[1]    Résultat net part du Groupe

[2]    Sous-jacent, hors éléments spécifiques. cf. p. 16 et suivantes pour plus de détails sur les éléments spécifiques et p. 26 pour le calcul du ROTE

[3]    Contribution au Fonds de Résolution Unique (FRU)

[4]    Moyenne des quatre derniers trimestres glissants, annualisé

[5]    Plan à moyen terme ; le PMT 2020 a été publié en mars 2016 et fixait des objectifs financiers jusqu'en 2019.

[6]    Selon Exigence P2R 2019 proforma notifiée par la BCE à 9,5% (hors coussins contra cycliques)

[7]    Voir calcul du ROTE p. 26; en tenant compte des coupons d'AT1 déduits directement des capitaux propres part du Groupe ; calcul du RONE des pôles et métiers selon la même méthode

[8]    Voir le communiqué de presse publié le 9 janvier 2019

[9]    DVA (Debit Valuation Adjustment), couverture de portefeuille de prêts, provisions épargne logement, voir détail p. 16.

[10] Teneur de livres, ensemble des émissions internationales investment grade en euro, monde (Source Refinitiv 31/12/2018)

[11] Voir les commentaires sur la solvabilité p. 8

[12] Moyenne sur les quatre derniers trimestres des provisions sur encours de crédits, annualisées

[13] Cf. p. 16 pour plus de détails sur les éléments spécifiques de Crédit Agricole S.A.

[14] Voir détails du calcul du ROTE (retour sur fonds propres hors incorporels) et du RONE (retour sur fonds propres normalisés) des métiers en p. 26.

[15] Y compris le résultat conservé de l'année 2018

[16] Other comprehensive income, qui enregistrent les plus ou moins-values latentes sur titres dans les capitaux propres

[17] Revue de la modélisation des risques opérationnels non financiers entraînant une hausse des emplois pondérés au titre du risque opérationnel. Cette hausse constitue un palier dans la mise en oeuvre de la finalisation de Bâle 3 (« Bâle 4 ») qui n'autorisera à l'avenir qu'une méthode standard.

[18] Value at risk, calculée sur un jour / intervalle de confiance de 99%.

[19] Le ratio de levier atteint 4,2% à cette date, sous réserve de la délivrance par la BCE de l'autorisation d'exonérer les expositions liées à la centralisation des dépôts à la Caisse des Dépôts et Consignations, pour tenir compte de l'arrêt T - 758/16 du Tribunal de l'Union Européenne en date du 13 juillet 2018.

[20] Ratio LCR (Liquidity Coverage Ratio) moyen sur 12 mois ; les numérateurs et dénominateurs du ratio s'élèvent respectivement à 174,1 milliards d'euros et 130,6 milliards d'euros pour Crédit Agricole S.A.

[21] Selon Exigence P2R 2019 proforma notifiée par la BCE à 9,5% (hors coussin contra cyclique)

[22] Sous-jacent, hors éléments spécifiques. Cf. p. 16 et suivantes pour plus de détails sur les éléments spécifiques

[23] Primes exceptionnelles décidées par le gouvernement, qui peuvent être versées, sous conditions de plafond de revenu fiscal, aux salariés des sociétés françaises et non imposables pour le salarié ni soumises à charges sociales pour le salarié comme l'employeur.

[24] Moyenne sur les quatre derniers trimestres des provisions sur encours de crédits, annualisées

[25] Y compris résultat conservé du premier semestre 2018

[26] Le ratio de levier atteint 5,6% à cette date sous réserve de la délivrance par la BCE de l'autorisation d'exonérer les expositions liées à la centralisation des dépôts à la Caisse des Dépôts et Consignations, pour tenir compte de l'arrêt T-758/16 du Tribunal de l'Union Européenne en date du 13 juillet 2018.


Copyright GlobeNewswire

Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien :
http://hugin.info/143652/R/2234986/879703.pdf

Information réglementaire
Ce communiqué de presse est diffusé par West Corporation. L'émetteur est seul responsable du contenu de ce communiqué.



 ■
Les recommandations diffusées sur le site Bourse Direct sont des recommandations d'investissement à caractère général soumises aux dispositions législatives et réglementaires applicables aux communications à caractère promotionnel. Elles ne constituent en aucun cas un conseil personnalisé. Le client reconnaît et assure donc seul la responsabilisé de ses actes de gestion et des conséquences des positions prises ou non.
Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Les marchés actions européens évoluent en hausse à l’approche de la mi-séance, soutenus par des espoirs sur le commerce international. A ce sujet, Donald Trump recevra le vice-Premier ministre…

Publié le 22/02/2019

Le CAC40 teste de nouveau ses sommets de plus de 4 mois, au-dessus des 5...

Publié le 22/02/2019

Telecom Italia (TIM) grimpe de 3,02% à 0,54 euro en Bourse, après avoir annoncé un plan stratégique 2019-2021, qui marque, selon le groupe, « une discontinuité par rapport au passé ». Au…

Publié le 22/02/2019

La publication de très bonne facture d'Edenred offre au titre l'une des premières positions du SRD...

Publié le 22/02/2019

Airbus Friedrichshafen triple sa surface d'intégration...