En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
-
5 436.00
-
SBF 120 PTS
4 340.58
-
DAX PTS
12 661.54
-
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.63 %
Nikkei PTS
22 898.64
+0.89 %

Les lycéens de Terminale face à l'inscription en fac: "génération crash-test"

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
Des lycéens passent une épreuve du baccalauréat à Strasbourg, le 15 juin 2017
Des lycéens passent une épreuve du baccalauréat à Strasbourg, le 15 juin 2017 ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

Moins de deux mois avant l'ouverture de la nouvelle plateforme d'inscription dans l'enseignement supérieur, qui remplacera APB, les élèves de Terminale sont "dans le flou" mais pas trop inquiets: "Ca ne peut pas être pire que l'an dernier!", veulent-ils croire.

"On est la génération crash-test", s'exclame en riant Laure, 17 ans, venue avec sa classe de Terminale ES au Salon de l'éducation, qui s'est déroulé à la fin de la semaine dernière à Paris. APB (pour plateforme d'admission post-bac), c'est fini, mais les jeunes --et leurs professeurs-- "ne sont pas vraiment sûrs de savoir comment cela va désormais se passer", selon la jeune fille.

"On est dans le flou, mais pas trop inquiets. Ca va changer mais pas totalement. Il va toujours falloir s'inscrire sur une plateforme et le calendrier est à peu près le même que les années précédentes", souligne Victor, 17 ans, en Terminale générale, venu de Plaisir (Yvelines) avec sa classe.

L'été dernier, les premières vagues de réponses transmises par la plateforme d'admission post-bac ont laissé sur le carreau plusieurs milliers de bacheliers pourtant désireux d'entamer des études supérieures. Une hausse due en partie à une augmentation démographique des candidats (près de 40.000 supplémentaires).

Après plusieurs semaines de concertation avec les acteurs du monde éducatif, la ministre de l'Enseignement supérieure Frédérique Vidal a redessiné les modalités d'entrée à l'université, pour supprimer le tirage au sort et améliorer le taux de réussite en première année à la fac, des mesures qui s'apparentent selon ses opposants à "une sélection déguisée".

Son projet de loi est présenté mercredi en conseil des ministres.

Quelques éléments de ce projet de loi ont été intégrés par les visiteurs du Salon sondés par l'AFP: tirage au sort supprimé pour les filières qui disposent de moins de places que de candidats --remplacé par un examen des dossiers--, inscription de dix voeux maximum contre 24 l'an dernier, pas de classement des vœux.

- "Il est où mon avenir ?" -

"On nous dit qu'il n'y aura pas vraiment de sélection. Mais il y en aura quand même un peu puisqu'ils vont regarder les dossiers", pointe Victor, qui trouve ça "plus juste" pour les élèves travailleurs et motivés mais rappelle aussi que "certains se révèlent après le bac".

L'arrêt du tirage au sort, Louhane, 17 ans, s'en félicite. Et pour cause, bachelière ES en 2017, avec un an d'avance, elle fait partie des "naufragés d'APB". Les IUT et BTS auxquels elle avait postulé l'ont recalée, de même que la filière universitaire non sélective qu'elle avait inscrite, suite au tirage au sort.

La jeune fille décide alors de partir en Angleterre, "pour ne pas perdre son temps", avant de tenter sa chance pour des formations dont la rentrée est décalée en janvier. Elle se renseigne au Salon, accompagnée par sa mère. "Je me suis fait éjecter une fois, je ne suis pas totalement rassurée", déclare-t-elle avec une petite grimace.

"De toute façon, ça ne peut pas être pire que l'an dernier", assure Morgane, en Terminale scientifique, dans un lycée de Seine-et-Marne.

Sur le stand de "coaching orientation" du magazine l'Etudiant, on note que "les parents sont en fait plus stressés que leurs enfants". "Chaque année, on a des lycéens qui n'ont toujours aucune idée de ce qu'ils veulent faire, à quelques jours de la fermeture de la plateforme", soupire une des jeunes femmes à l'accueil, qui ne souhaite pas être citée.

Dans la cohue qui se presse devant les stands, une lycéenne joue des coudes. "Il est où, mon avenir?", lance-t-elle sous les rires de ses camarades.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/07/2018

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 17 juillet 2018 ( NICHOLAS KAMM / AFP )Le président américain Donald Trump a tenté mardi de limiter les dégâts causés par sa…

Publié le 17/07/2018

Le président du Sénat Gérard Larcher lors du défilé du 14-Juillet 2018 à Paris ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )Les divergences latentes entre députés et sénateurs LR sur la réforme…

Publié le 17/07/2018

Le président Emmanuel Macron reçoit les principaux leaders syndicaux et patronaux pour aborder les questions sociales, le 17 juillet 2018 à l'Elysée, à Paris ( Jean-Francois Badias / POOL/AFP…

Publié le 17/07/2018

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (C) signe un accord de libre-échange avec le président du Conseil européen Donald Tusk (G) et le président de la Commission européenne Jean-Claude…

Publié le 17/07/2018

Après la Chine, le président du Conseil européen Donald Tusk (C) et le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (G) sont attendus au Japon ( Ng Han Guan / POOL/AFP )Les dirigeants…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...