En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 116.79 PTS
-
5 097.50
-0.90 %
SBF 120 PTS
4 103.77
-
DAX PTS
11 589.21
-1.07 %
Dowjones PTS
25 379.45
-1.27 %
7 116.09
-2.23 %
1.145
-0.01 %

Les lycéens de Terminale face à l'inscription en fac: "génération crash-test"

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Des lycéens passent une épreuve du baccalauréat à Strasbourg, le 15 juin 2017
Des lycéens passent une épreuve du baccalauréat à Strasbourg, le 15 juin 2017 ( FREDERICK FLORIN / AFP/Archives )

Moins de deux mois avant l'ouverture de la nouvelle plateforme d'inscription dans l'enseignement supérieur, qui remplacera APB, les élèves de Terminale sont "dans le flou" mais pas trop inquiets: "Ca ne peut pas être pire que l'an dernier!", veulent-ils croire.

"On est la génération crash-test", s'exclame en riant Laure, 17 ans, venue avec sa classe de Terminale ES au Salon de l'éducation, qui s'est déroulé à la fin de la semaine dernière à Paris. APB (pour plateforme d'admission post-bac), c'est fini, mais les jeunes --et leurs professeurs-- "ne sont pas vraiment sûrs de savoir comment cela va désormais se passer", selon la jeune fille.

"On est dans le flou, mais pas trop inquiets. Ca va changer mais pas totalement. Il va toujours falloir s'inscrire sur une plateforme et le calendrier est à peu près le même que les années précédentes", souligne Victor, 17 ans, en Terminale générale, venu de Plaisir (Yvelines) avec sa classe.

L'été dernier, les premières vagues de réponses transmises par la plateforme d'admission post-bac ont laissé sur le carreau plusieurs milliers de bacheliers pourtant désireux d'entamer des études supérieures. Une hausse due en partie à une augmentation démographique des candidats (près de 40.000 supplémentaires).

Après plusieurs semaines de concertation avec les acteurs du monde éducatif, la ministre de l'Enseignement supérieure Frédérique Vidal a redessiné les modalités d'entrée à l'université, pour supprimer le tirage au sort et améliorer le taux de réussite en première année à la fac, des mesures qui s'apparentent selon ses opposants à "une sélection déguisée".

Son projet de loi est présenté mercredi en conseil des ministres.

Quelques éléments de ce projet de loi ont été intégrés par les visiteurs du Salon sondés par l'AFP: tirage au sort supprimé pour les filières qui disposent de moins de places que de candidats --remplacé par un examen des dossiers--, inscription de dix voeux maximum contre 24 l'an dernier, pas de classement des vœux.

- "Il est où mon avenir ?" -

"On nous dit qu'il n'y aura pas vraiment de sélection. Mais il y en aura quand même un peu puisqu'ils vont regarder les dossiers", pointe Victor, qui trouve ça "plus juste" pour les élèves travailleurs et motivés mais rappelle aussi que "certains se révèlent après le bac".

L'arrêt du tirage au sort, Louhane, 17 ans, s'en félicite. Et pour cause, bachelière ES en 2017, avec un an d'avance, elle fait partie des "naufragés d'APB". Les IUT et BTS auxquels elle avait postulé l'ont recalée, de même que la filière universitaire non sélective qu'elle avait inscrite, suite au tirage au sort.

La jeune fille décide alors de partir en Angleterre, "pour ne pas perdre son temps", avant de tenter sa chance pour des formations dont la rentrée est décalée en janvier. Elle se renseigne au Salon, accompagnée par sa mère. "Je me suis fait éjecter une fois, je ne suis pas totalement rassurée", déclare-t-elle avec une petite grimace.

"De toute façon, ça ne peut pas être pire que l'an dernier", assure Morgane, en Terminale scientifique, dans un lycée de Seine-et-Marne.

Sur le stand de "coaching orientation" du magazine l'Etudiant, on note que "les parents sont en fait plus stressés que leurs enfants". "Chaque année, on a des lycéens qui n'ont toujours aucune idée de ce qu'ils veulent faire, à quelques jours de la fermeture de la plateforme", soupire une des jeunes femmes à l'accueil, qui ne souhaite pas être citée.

Dans la cohue qui se presse devant les stands, une lycéenne joue des coudes. "Il est où, mon avenir?", lance-t-elle sous les rires de ses camarades.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/10/2018

Des tradeurs à la bourse de New York, le 16 octobre 2018 ( SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )La Bourse de New York a terminé en nette baisse jeudi, les investisseurs, déjà…

Publié le 18/10/2018

Le leader de la France insoumise (LFI) et député Jean-Luc Mélenchon quitte les locaux de la police anti-corruption après une audition, le 18 octobre 2018 à Nanterre, près de Paris ( Alain…

Publié le 18/10/2018

Des touristes au pied du Sacré-Coeur à Montmartre, le 25 février 2018 à Paris ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )Douze millions de visiteurs par an, des loyers qui flambent, des peintres victimes…

Publié le 16/10/2018

L'actrice de films pornographiques Stormy Daniels et le président des Etats Unis Donald Trump ( Ethan Miller, Olivier Douliery / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )Le président des Etats-Unis…

Publié le 16/10/2018

Vue aérienne de la rivière le Doubs, à Villers-le-Lac dans l'est de la France le 12 octobre 2018 ( Sebastien Bozon / AFP/Archives )Si le Sud de la France a connu un épisode d'inondations…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

A l'occasion de l'acquisition, Infologic-Santé a changé de dénomination sociale et s'appelle désormais Dedalus C&G...

Publié le 18/10/2018

La livraison des premiers logements et espaces publics est prévue au 1er trimestre 2021...

Publié le 18/10/2018

La nouvelle offre commune s'appuiera sur la plateforme Moovapps, adaptée aux spécificités métier de Fives dans le cadre du programme Your Platform de Visiativ....

Publié le 18/10/2018

Le montant de l'investissement total s'élève à 41 ME...

Publié le 18/10/2018

L'objet de cette joint-venture est de développer et commercialiser une plateforme phygitale communautaire...