En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 912.5
-1.16 %
SBF 120 PTS
3 926.82
-1.29 %
DAX PTS
11 071.78
-1.54 %
Dowjones PTS
24 587.62
-1.72 %
6 553.48
-1.35 %
1.139
-0.52 %

Etudes de santé: 50 ans de "numerus clausus"

| AFP | 442 | Aucun vote sur cette news
Etudes de santé : numerus clausus
Etudes de santé : numerus clausus ( Simon MALFATTO / AFP )

Conséquence méconnue de mai 68, le "numerus clausus" a créé une sélection à l'entrée des études médicales, dont les conséquences sont très éloignées des objectifs de départ.

Dans les années 1960, le nombre d'étudiants en médecine augmente brusquement: de 35.000 en 1963, à 60.000 en 1967.

Trop, pour certains syndicats de médecins libéraux, qui réclament un concours sélectif à la fin de la première année, avec le soutien de l'Ordre.

Une revendication à la fois élitiste, en réaction à mai 68, mais aussi corporatiste, les praticiens installés redoutant une concurrence débridée.

Le gouvernement y voit en outre un moyen détourné de limiter les dépenses de santé, faisant le pari que la demande de soins diminuera en fonction de l'offre.

En novembre 1968, la loi d'orientation de l'enseignement supérieur accorde à l'exécutif le pouvoir de fixer chaque année "le nombre des étudiants (...) admis à entrer en deuxième année" de médecine et dentaire.

Censés tenir compte "des besoins de la population" et "de la nécessité de remédier aux inégalités géographiques", ces quotas entrent en vigueur en 1971.

Au départ, ils restent stables, autour de 8.600 places en médecine et 1.900 en dentaire. Puis chutent de 60% de 1977 à 1992 et ne remontent qu'au tournant du siècle.

Dans le même temps, les dépenses de santé passent de 5% à 8% de la richesse nationale (PIB) et l'on se met à redouter une pénurie de médecins, ce qui signe l'échec de cette politique malthusienne.

Les pouvoirs publics ont depuis drastiquement relevé ces "numerus clausus", qui ont presque retrouvé leurs niveaux d'origine, sans empêcher l'apparition de déserts médicaux.

D'autres quotas ont été instaurés pour les sages-femmes (1977) et les pharmaciens (1980), dont les contingents ont également été restreints mais dans une moindre mesure, avant de rebondir, jusqu'à dépasser aujourd'hui leurs effectifs initiaux.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

Suite à la procédure judiciaire visant Carlos Ghosn au Japon, Renault assure que « toutes les procédures de gouvernance sont opérationnelles, permettant au groupe Renault de poursuivre le cours…

Publié le 20/11/2018

      COMMUNIQUÉ DE…

Publié le 20/11/2018

Encore près de 3% du capital pour AQR

Publié le 20/11/2018

Bic annonce avoir reçu de la part de Tahe Outdoors une offre d'achat pour sa filiale Bic Sport, spécialisée dans les sports de glisse nautique, pour une valeur comprise entre 6 et 9 millions…

Publié le 20/11/2018

Airbus a décroché une commande additionnelle de 17 A320neo auprès de la compagnie britannique easyJet. Cette dernière a en effet converti des droits d’achat en commande ferme. Cela porte sa…