En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
-
SBF 120 PTS
4 340.39
-
DAX PTS
12 384.49
-
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.02 %

Zones défavorisées: les agriculteurs organisent des blocages à Orléans, Vierzon, Pau, Auch

| AFP | 533 | Aucun vote sur cette news
Manifestation d'agriculteurs contre le projet de nouvelle carte des zones défavorisées devant la préfecture de Bourges le 12 février 2018
Manifestation d'agriculteurs contre le projet de nouvelle carte des zones défavorisées devant la préfecture de Bourges le 12 février 2018 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )

Pau, Auch, autoroutes A10 et A71 près d'Orléans et Vierzon: les agriculteurs ont multiplié mardi les blocages avec leurs tracteurs pour protester contre le projet de nouvelle carte des zones défavorisées, avec l'intention de faire "durer" le mouvement.

A Pau, une centaine de tracteurs environ ont été positionnés dans la matinée à trois entrées de la rocade, perturbant fortement la circulation. Une opération escargot avait déjà été organisée la semaine dernière.

"Nous réclamons le classement d'une partie de nos territoires de coteaux en zone défavorisée, ce qui n'est pas encore le cas", a expliqué à l'AFP Bernard Layre, le président de la FDSEA des Pyrénées-Atlantiques.

"Le président de la République va beaucoup trop vite. La dernière carte remonte à 1976, on a attendu 40 ans et maintenant nous sommes dans la précipitation", a-t-il insisté. "Nous ceinturons la ville de Pau, demain on recommencera! Des points de chute sont prévus pour garer les tracteurs. On s'organise, tout est prévu pour durer!", a-t-il ajouté.

Dans le Loiret, les agriculteurs provoquaient encore mardi soir des bouchons de plusieurs kilomètres sur les autoroutes A10 et A71 dans le secteur d'Orléans, ne laissant passer les véhicules qu'au compte-goutte, sur une file, après avoir distribué des tracts aux automobilistes.

Les agriculteurs manifestent avec leurs tracteurs le 12 février 2018 à Levet
Les agriculteurs manifestent avec leurs tracteurs le 12 février 2018 à Levet ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )

Les agriculteurs, dont le barrage filtrant a été mis en place lundi à la bifurcation des deux autoroutes, sont restés sur les lieux toute la nuit et ont l'intention d'y rester "au moins jusqu'à la réunion prévue mercredi matin au ministère de l'Agriculture", a dit à l'AFP le président de la FDSEA du Loiret, Cédric Benoist.

Dans le Cher, des agriculteurs ont aussi mis en place mardi soir un barrage filtrant sur l'autoroute A71, au niveau de la sortie de Vierzon centre, dans les deux sens de circulation, a indiqué Vinci Autoroutes. La circulation sur cette portion de l'autoroute se fait sur deux voies dans le sens Orléans–Vierzon et sur une voie dans le sens Vierzon–Orléans, a précisé le concessionnaire d'autoroutes.

Les blocages persistaient aussi mardi à Auch, pour le deuxième jour consécutif, sur les quatre ronds-points principaux de la ville. La circulation était très fortement perturbée dans et autour de la préfecture du Gers. Des barrages filtrants ont été finalement levés en milieu de matinée, selon la préfecture.

"On s'y relaie jour et nuit", a affirmé le président de la FDSEA 32, Christian Cardona, joint par l'AFP.

Des blocages avec des engins agricoles sur l'A10 et l'A83 étaient aussi signalés par la Sécurité routière aux entrées de Niort, dans les Deux-Sèvres, l'un des départements les plus touchés par le projet de remodelage des zones défavorisées.

Lundi, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a estimé qu'il fallait "encore travailler" sur la nouvelle carte des zones défavorisées simples, qui doit bientôt être remise par le ministère de l'Agriculture au président de la République.

Le 25 janvier, lors de la présentation de ses voeux au monde agricole, le président Emmanuel Macron avait promis des mesures d'accompagnement et un délai de sortie de deux à trois ans pour ceux qui seraient exclus de cette aide européenne.

La nouvelle carte est appelée à remplacer au 1er janvier 2019 la carte actuelle, qui date de 1976. Elle détermine notamment le versement de l'indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) hors montagne, une aide à laquelle est consacré chaque année un peu plus d'un milliard d'euros.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…