En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
+0.05 %
5 467.50
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 386.46
+0.05 %
DAX PTS
12 374.66
+0.19 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.19 %
1.176
+0.13 %

Zone euro: l'inflation stable en septembre, déception pour la BCE

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne lors d'une conférence de presse à Francfort, le 7 septembre 2017
Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne lors d'une conférence de presse à Francfort, le 7 septembre 2017 ( Daniel ROLAND / AFP/Archives )

L'inflation en zone euro est restée stable en septembre, décevant les analystes qui attendaient une petite accélération, alors que la BCE songe à diminuer progressivement sa politique de soutien à l'économie, selon des chiffres publiés vendredi.

Selon une première estimation de l'Office européen des statistiques Eurostat, l'inflation dans les 19 pays ayant adopté le monnaie unique s'est stabilisée à 1,5% en septembre, soit comme en août.

Ce chiffre est moins bon que ce qu'attendaient les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur une légère remontée de l'inflation en zone euro en septembre à 1,6%, se rapprochant de l'horizon des 2% souhaité par la Banque centrale européenne.

Une inflation très légèrement inférieure à 2,0% sur un an est considérée par la BCE comme un signe de bonne santé de l'économie, car cela correspond selon elle à la définition de la stabilité des prix.

Lors de sa réunion le 26 octobre prochain, la BCE veut décider du maintien l'an prochain de son soutien à l'activité économique de la zone euro.

Sur fond de reprise économique, elle pourrait en effet commencer à "recalibrer" à la baisse son vaste programme de rachats d'obligations lancé en 2015, baptisé "QE" et destiné à soutenir la croissance et les prix. Le programme est conduit actuellement au rythme de 60 milliards d'euros par mois.

"L'inflation atone dans la zone euro requiert un grand exercice d'équilibre de la part de la BCE. La réunion d'octobre sera probablement l'un des plus grands exercices d'équilibre de son histoire", a commenté Peter Vanden Houte, analyste de la banque néerlandaise ING.

"D'un côté, la Banque centrale va devoir faire des annonces allant dans le sens d'une diminution (...). De l'autre, elle va devoir essayer d'éviter que les marchés interprètent ces annonces comme trop +bellicistes+, ce qui pourraient alors conduire à un resserrement prématuré des conditions de crédits", a-t-il ajouté.

Pour son collègue Jack Allen, de Capital Economics, "l'inflation plus faible qu'attendu en septembre ne va pas dissuader la BCE de faire une annonce sur la baisse de ses achats d'obligation l'an prochain".

L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac, qui exclut par conséquent les produits particulièrement volatils) était de 1,1% en septembre, contre 1,2% en août et juillet.

Un chiffre aussi décevant pour les analystes qui tablaient sur une inflation sous-jacente inchangée à 1,2%.

La BCE a récemment prévenu s'attendre à un parcours en "V" de l'inflation dans les mois à venir. Elle prédit ainsi une inflation plus basse début 2018 à cause de l'impact négatif des variations des prix de l'énergie et des denrées alimentaires.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Le résultat net, qui intègre désormais un IS à taux plein en raison de la fin en 2017 des déficits reportables, atteint 0,94 ME en croissance de +310,3%...

Publié le 25/09/2018

Pour l'exercice 2018, le Groupe DOM Security maintient sa prévision de chiffre d'affaires de 180 ME hors croissance externe...

Publié le 25/09/2018

Le groupe reste optimiste pour la poursuite de son exercice...

Publié le 25/09/2018

Au 30 juin 2018, les capitaux propres s'élèvent à 11,71 ME...

Publié le 25/09/2018

Le résultat net des entreprises consolidées s'élève à 10,9 ME sur le 1er semestre...