En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Zimbabwe: redresser l'économie, priorité des priorités

| AFP | 314 | Aucun vote sur cette news
Des Zimbabwéens font la queue devant une banque à Harare, le 20 novembre 2017
Des Zimbabwéens font la queue devant une banque à Harare, le 20 novembre 2017 ( ZINYANGE AUNTONY / AFP )

A 76 ans, Chareka Mutungwazi a passé une nouvelle nuit devant son bureau de banque. Comme tant d'autres Zimbabwéens, il n'en peut plus de vivre dans un pays ruiné par les politiques erratiques de l'ex-président Robert Mugabe.

"Il fallait que je dorme dans la queue si je voulais être sûr de toucher mon argent", explique ce retraité croisé par l'AFP sur un trottoir de la capitale Harare. Assis inconfortablement, il peste: "après 55 ans de travail, c'est comme être de retour au boulot!"

Dans cette banque, faute de liquidités, les retraits sont plafonnés à 20 dollars. Un peu plus loin, une autre a fixé la limite à 10 dollars.

Charles Mutimhairi, 35 ans, propriétaire d'une papeterie à Harare, y attend patiemment son tour en commentant la fin des trente-sept ans de règne de Robert Mugabe, poussé à la démission mardi par l'armée, la rue et son parti.

L'arrivée au pouvoir d'Emmerson Mnangagwa, qui sera investi vendredi président, suscite "des espoirs", reconnaît-il. Attention, met-il toutefois en garde, "il faut de vrais changements, ça veut dire créer un environnement stable pour attirer de nouveaux investissements, de l'argent et créer des emplois".

La crise financière n'est qu'un des nombreux maux dont soufre le pays, qui se débat avec une croissance atone, une inflation rampante et un chômage de masse.

M. Mnangagwa a promis mercredi, dans son premier discours depuis sa désignation, de s'attaquer à ces problèmes. "Nous voulons la croissance de notre économie, nous voulons des emplois", a-t-il lancé, sans plus de détails.

Sa tache s'annonce titanesque.

Longtemps pourtant, le Zimbabwe fut un modèle de réussite en Afrique, au point d'être surnommé le "grenier à blé" du continent.

A son arrivée au pouvoir en 1980, Robert Mugabe a mis sur pied un système d'éducation et de santé solide, ménagé les intérêts de la minorité blanche et stabilisé le pays.

Des Zimbabwéens attendent devant une banque à Harare le 15 novembre 2017, soucieux de récupérer leur argent alors que le pays est en pleine tourmente politique
Des Zimbabwéens attendent devant une banque à Harare le 15 novembre 2017, soucieux de récupérer leur argent alors que le pays est en pleine tourmente politique ( - / AFP )

Mais en 2000, il a lâché les vétérans de la guerre d'indépendance contre les fermiers blancs. Plus de 4.000 d'entre eux ont quitté le pays dans la précipitation et la violence. Le secteur agricole s'est effondré, entraînant dans son sillage toute l'économie.

- 'Vagabonds' -

Le régime a alors eu recours à la planche à billets pour financer ses dépenses, entraînant une hyperinflation vertigineuse, se comptant en milliards de pour cent.

En 2009, il a dû renoncer à la monnaie locale pour adopter le dollar américain et le rand sud-africain. Fin 2016, il a lancé une nouvelle devise pour tenter de ralentir la fuite des dollars vers l'étranger. Mais ces "billets d'obligation" n'ont pas produit les effets espérés.

Robert Mugabe a "fait de nous des vagabonds", résume le député d'opposition James Maridadi.

"L'économie va se rétablir grâce au camarade Mnangagwa", espère pourtant Berry Makiyi, 35 ans, un ingénieur en électricité favorable au nouvel homme fort, qui lui conseille de s'attaquer "d'abord à la crise financière".

"Il devrait également essayer d'avoir une meilleure politique en matière d'investissement, de se montrer plus souple sur les règles d'indigénisation", ajoute-t-il.

Les lois dites "d'indigénisation" ont été votées en 2007 pour contraindre les entreprises étrangères à céder la majorité de leurs parts à des investisseurs locaux. Sans être pleinement appliquées, elles ont rendu très frileux les investisseurs étrangers.

Ancien ministre de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa, 75 ans, est considéré par la communauté internationale "comme plus ouvert aux réformes", souligne la société d'analyse économique BMI Research.

Des Zimbabwéens inquiets attendent devant une banque à Harare de pouvoir récupérer leur argent, le 15 novembre 2017
Des Zimbabwéens inquiets attendent devant une banque à Harare de pouvoir récupérer leur argent, le 15 novembre 2017 ( - / AFP )

"Nous avons plus de raison d'être optimiste sur un retour du Zimbabwe auprès des investisseurs internationaux au cours des deux prochaines années", ajoute dans une note BMI, qui ne croit toutefois pas possible de résoudre la crise financière dès 2018.

Pourtant le temps presse. "Si le pays s'effondre, les militaires ne seront pas payés et il y aura un risque de nouveau coup d'Etat", relève l'analyste Derek Matyszak de l'Institut pour les études de sécurité (ISS). "Il faudra donc faire vite et bien".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/11/2018

Pierre & Vacances a dévoilé ses résultats 2017/2018 (octobre 2017-septembre 2018). Le groupe de tourisme a accusé une perte nette de 45,9 millions d'euros contre une perte nette de 56,7 millions…

Publié le 24/09/2018

Le projet de budget 2019 présenté ce matin par le gouvernement français met l’accent sur la baisse des prélèvements. 6 milliards d’euros seront ainsi rendus aux ménages l’année prochaine…

Publié le 19/09/2018

Efforts accrus en 'R&D'

Publié le 18/09/2018

  Gestion de la Relation Client / CRM : une priorité pour ORAPI Group   Entretien avec Charline Lamy, Chef de projet CRM       En quoi consiste votre…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...