5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Yellen et Draghi évitent de parler de politique monétaire à Jackson Hole

| AFP | 513 | 3 par 2 internautes
La présidente de la Fed Janet Yellen à Washington, le 12 juillet 2017
La présidente de la Fed Janet Yellen à Washington, le 12 juillet 2017 ( JIM WATSON / AFP/Archives )

La présidente de la Fed Janet Yellen et son homologue de la BCE Mario Draghi ont soigneusement évité le sujet de la politique monétaire lors de leurs interventions au séminaire de Jackson Hole mais cela n'a pas empêché l'euro de décoller.

Mme Yellen s'est livrée à un plaidoyer en faveur du maintien de la régulation financière mise en place après la crise de 2008/09 et aujourd'hui menacée par l'administration du président américain Donald Trump.

M. Draghi a, lui, mis en garde contre le protectionnisme et également contre les risques d'un affaiblissement de la régulation.

Mais il n'a livré aucune indication sur le calendrier qu'il observera pour mettre fin à la politique d'assouplissement quantitatif. Cela a profité à l'euro qui a décollé en passant au dessus du seuil de 1,19 dollar et grimpant à un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis 2015.

Face aux velléités de l'administration Trump de battre en brèche la régulation financière mise en place depuis la crise de 2008/09, Mme Yellen a prévenu que "tout ajustement dans le cadre réglementaire devrait être modeste et préserver l'augmentation de la résilience des grandes institutions financières et des banques qui découle des réformes mises en place ces dernières années".

Elle n'a toutefois pas cité spécifiquement le président américain et la politique de son administration. Son mandat expire en février et elle devra être reconduite, ou non, par Donald Trump.

M. Draghi a de son côté rappelé que "nous avons récemment constaté les dangers de l'ouverture des marchés financiers combinée à une régulation insuffisante".

Il a prévenu qu'"avec une politique monétaire très accommodante sur le plan international, les régulateurs devraient se méfier de rallumer les cendres des conditions qui ont conduit à la crise", estimant que "pour les grandes économies, les changements dans la régulation nationale ont des conséquences internationales".

Les deux banquiers centraux se sont accordés également pour estimer que l'économie mondiale se portait beaucoup mieux et ont fait part de leur optimisme.

- Optimisme -

"La reprise mondiale s'affirme", a déclaré M. Draghi alors que Mme Yellen a estimé que "nous avons des raisons d'espérer que le système financier et l'économie affronteront moins de crises et s'en remettront plus rapidement(..)".

Elle a toutefois mis en garde contre tout "optimisme excessif" des marchés.

Hors les mouvements de l'euro, ces réflexions n'ont pas eu d'impact sur les marchés financiers.

"La présidente de la Fed n'a rien dit dans son discours sur la politique monétaire mais cela a pesé sur le dollar en maintenant élevée l'incertitude sur le fait de savoir si la Fed va ou non encore remonter ses taux d'intérêt cette année", a souligné Joseph Manimbo, analyste chez Western Union.

Le séminaire de Jackson Hole, une station alpestre dans le Wyoming, réunit chaque année les responsables des banques centrales.

C'est là qu'en 2014, Mario Draghi avait indiqué qu'il envisageait de suivre l'exemple de la Fed pour mener une politique "d'assouplissement quantitatif" (en clair, inonder les marchés de liquidités) pour relancer l'économie de la zone euro.

Si la Fed y a maintenant mis fin, les marchés attendent des signaux de la BCE sur le calendrier de son propre retrait qui passera par la réduction progressive des achats d'obligations, de l'ordre actuellement de 60 milliards d'euros par mois.

Tant la Fed que la BCE se retrouvent désormais avec des bilans hypertrophiés (4.500 milliards de dollars pour la Fed, 2.300 milliards d'euros pour la BCE) qu'elles doivent, dans le cas de la Fed réduire et celui de la BCE arrêter d'accroître.

Mécaniquement, une telle opération équivaut à un resserrement des conditions de crédit car cela réduit les liquidités disponibles sur les marchés financiers.

Dans le cas de la Fed, Janet Yellen et les différentes communications de la banque centrale laissent présager le début prochain de la réduction de son bilan, peut-être dès septembre.

Dans le cas de la BCE, Mario Draghi garde ses cartes encore bien cachées, suscitant les interrogations des marchés.

"Avec aucune indication sur un changement de la politique monétaire actuelle, les marchés vont maintenant regarder vers la réunion (de la BCE) du 7 septembre. Les attentes sur un calendrier de la BCE ne vont que se renforcer et Draghi devra y répondre", a souligné dans une note Carsten Brzeski de ING.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS