En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 932.10 PTS
+0.46 %
4 916.0
+0.30 %
SBF 120 PTS
3 901.62
+0.00 %
DAX PTS
10 929.43
-
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.138
+0.12 %

William Saurin s'apprête à boucler une année de croissance

| AFP | 535 | Aucun vote sur cette news
Usine du groupe de plats cuisinés William Saurin le 20 décembre 2016 à Saint Thibault des Vignes (Seine-et-Marne)
Usine du groupe de plats cuisinés William Saurin le 20 décembre 2016 à Saint Thibault des Vignes (Seine-et-Marne) ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

Près d'un an après le décès de la dirigeante de sa holding, le groupe de plats cuisinés William Saurin a indiqué vendredi qu'il se portait bien et qu'il était sur le point de boucler une année 2017 en croissance.

"Le marché des plats cuisinés appertisés (en conserve) est en décroissance, mais William Saurin est en croissance", a indiqué vendredi le directeur du marketing de ce pôle de marques, qui s'est retrouvé malgré lui, dans la tourmente, après la découverte d'anomalies dans les comptes de son ancienne holding financière, Financière Turenne Lafayette (FTL).

Après le décès fin novembre 2016 de sa dirigeante Monique Piffaut, un audit avait mis au jour le maquillage des comptes de FTL pendant au moins 10 ans, avec des sommes portant sur 250 à 300 millions d'euros de fausses factures, selon la presse.

L'enquête est toujours en cours, mais en dépit du démantèlement du groupe, vendu par pôles d'activité, et la reprise des plats cuisinés et des marques les plus emblématiques (William Saurin, mais aussi les couscous Garbit, notamment) par la holding Cofigeo, la gouvernance n'a pas changé et les équipes ont poursuivi leur travail.

Usine du groupe de plats cuisinés William Saurin le 20 décembre 2016 à Saint Thibault des Vignes (Seine-et-Marne)
Usine du groupe de plats cuisinés William Saurin le 20 décembre 2016 à Saint Thibault des Vignes (Seine-et-Marne) ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

Si le marché du plat cuisiné appertisé a en effet reculé de 0,7% en volume en 2017 à fin octobre, William Saurin progressait dans le même temps de 2,8%, gagnant 1,1 point de part de marché.

En 2016, les produits appertisés représentaient encore 53,7% des plats cuisinés en volume, mais les produits du rayon frais gagnent doucement du terrain, selon Philippe Lalère, directeur du marketing de William Saurin.

S'ils ne connaissent pas la dégringolade des plats surgelés, qui, selon M. Lalère, perdent chaque année 5 à 6 points de parts de marché par an, depuis 2013 et le scandale alimentaire de la viande de cheval, les plats appertisés perdent aussi un peu de terrain.

William Saurin, qui emploie 1.000 personnes en France (hors intérimaires) et réalise 280 millions d'euros de chiffre d'affaires, souhaite "inverser cette tendance", selon M. Lalère.

Usine du groupe de plats cuisinés William Saurin le 20 décembre 2016 à Saint Thibault des Vignes (Seine-et-Marne)
Usine du groupe de plats cuisinés William Saurin le 20 décembre 2016 à Saint Thibault des Vignes (Seine-et-Marne) ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

Après avoir noué en avril dernier un partenariat avec Gault et Millau, la marque, qui fêtera l'an prochain son 120e anniversaire, compte profiter de l'occasion pour dépoussiérer son image.

Dans cette optique, elle lance "une bourse à l'innovation", en partenariat avec la FoodTech, un réseau d'entrepreneurs de la région Bourgogne/Franche-Comté.

Le lauréat de ce concours, qui recevra une dotation de 20.000 euros, sera présenté lors du prochain salon de l'Agriculture.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Partouche a affiché, au titre de son quatrième trimestre de son exercice, un chiffre d’affaires en repli de 2,9% à 99,2 millions d’euros. Sur la période, le Produit Brut des Jeux (PBJ)…

Publié le 13/12/2018

A l’occasion de son "Investor Day", Plastic Omnium a assuré qu'il portera au cours de la période 2019-2021 une attention particulière à la génération de free cash-flow. L’enveloppe…

Publié le 13/12/2018

Après la mise en examen le 25 avril 2018 de deux de ses dirigeants et donc de "manière purement mécanique" la holding Bolloré annonce avait été mise en examen hier "pour les mêmes motifs et…

Publié le 13/12/2018

Veolia se voit confier la gestion des déchets des 72 communes des territoires de Lunéville à Baccarat et du Pays du Sânon, dans le cadre d'un contrat...

Publié le 13/12/2018

Les territoires de Lunéville à Baccarat et du Pays du Sânon confient à Veolia la gestion des déchets de leurs 72 communes. D’un montant de 65 millions d’euros pour une durée de 10 ans, ce…