En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 393.74 PTS
-
5 399.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 326.90
-
DAX PTS
12 219.02
-
Dowjones PTS
26 405.76
+0.61 %
7 490.32
-0.05 %
1.168
+0.05 %

Whirlpool: l'inspection du travail refuse le licenciement de salariés protégés

| AFP | 265 | Aucun vote sur cette news
Manifestation de salariés de  l'usine de sèche-linge Whirlpool d'Amiens contre la délocalisation du site, le 14 mai 2017
Manifestation de salariés de l'usine de sèche-linge Whirlpool d'Amiens contre la délocalisation du site, le 14 mai 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

L'inspection du travail a refusé le licenciement de salariés protégés (représentants syndicaux ou délégués du personnel) de l'usine de sèche-linge Whirlpool d'Amiens, symbole des délocalisations industrielles, considérant que le motif économique n'était pas établi, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

L'inspection du travail a notamment considéré que Whirlpool était un groupe "sain financièrement", "réalisant des profits" et que "la perte de parts de marché" de l'entreprise n'était pas "avérée", peut-on lire dans une des lettres recommandées envoyées aux salariés et que l'AFP a pu consulter.

Dans ce courrier daté du 31 juillet, les inspecteurs du travail ajoutent: "la délocalisation de l'usine d'Amiens dans un pays à bas coûts n'est pas réalisée dans le but de sauvegarder la compétitivité du groupe".

Ainsi, ils ont estimé que "la réalité du motif économique" n'était "pas établie", et ont donc refusé d'autoriser les licenciements de ces salariés protégés, leur licenciement étant soumis à l'autorisation de l'inspection du travail.

"23 salariés ont reçu ce courrier et au total 25 personnes devraient être concernées", a affirmé à l'AFP Frédéric Chantrelle, délégué syndical CFDT.

L'entreprise peut contester cette décision dans un délai de deux mois. Contactée par l'AFP, elle n'avait pas encore réagi en début de soirée.

"Cette décision est évidemment de très bonne augure pour tous les salariés qui ont saisi le conseil des prud'hommes d'Amiens puisque l'inspection du travail estime que, même après les réformes Macron de libéralisation du licenciement économique, les suppressions de postes chez Whirlpool n'ont pas de motif valable", a réagi l'avocat des ex-salariés, Me Fiodor Rilov.

L'usine qui employait 246 salariés a fermé le 31 mai et sa production délocalisée à Lodz en Pologne. La société WN du Picard Nicolas Decayeux a toutefois repris 186 salariés.

Soixante avaient préféré s'orienter vers des projets personnels ou des départs à la retraite ou n'avaient pas trouvé d'accord avec le repreneur.

Le site employait encore 300 personnes en CDI à l'annonce de la fermeture en janvier 2017, 250 intérimaires en quasi-temps plein et une centaine de personnes chez le sous-traitant pour les plastiques Prima-France, en attente d'un repreneur.

Le groupe américain avait justifié la fermeture au nom de "la sauvegarde de la compétitivité" dans un contexte "de plus en plus concurrentiel".

La lutte des salariés, alors en grève, s'était invitée dans la campagne présidentielle 2017 avec une passe d'armes sur place entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen durant l'entre-deux-tours.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/09/2018

Suresnes, le 19 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) prend acte du jugement rendu le 18 septembre 2018 par le Tribunal de Grande Instance de Béthune…

Publié le 19/09/2018

Noxxon Pharma, société biopharmaceutique développant principalement des traitements contre le cancer ciblant le microenvironnement tumoral, annonce...

Publié le 19/09/2018

      Aujourd'hui, lors de son « Investor Day » annuel, Ageas a dévoilé son plan stratégique triennal pour la période 2019-2021, baptisé Connect21. Ce nouveau…

Publié le 19/09/2018

Osmozis, opérateur de réseaux WiFi multi-services dédiés à l'hôtellerie de plein air en Europe, annonce le lancement d'OsmoRelax, le premier...

Publié le 19/09/2018

Horizontal Software, éditeur de logiciels de nouvelle génération, remporte plusieurs contrats pour déployer son nouveau module d'évaluation des...