En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 521.71 PTS
-0.12 %
5 506.00
-0.27 %
SBF 120 PTS
4 344.59
-0.14 %
DAX PTS
12 274.57
-0.53 %
Dowjones PTS
26 764.14
+0.17 %
7 741.64
+0.17 %
1.139
+0.20 %

Whirlpool d'Amiens: malgré la "claque", les salariés de WN veulent "garder espoir"

| AFP | 341 | 5 par 1 internautes
Des salariés de WN, repreneur de l'ex-usine Whirlpool d'Amiens placé en redressement judiciaire, discutent avec des journalistes, le  le 29 mai 2019
Des salariés de WN, repreneur de l'ex-usine Whirlpool d'Amiens placé en redressement judiciaire, discutent avec des journalistes, le le 29 mai 2019 ( DENIS CHARLET / AFP )

C'est une nouvelle "claque" mais "loin d'être la fin !": alors que des doutes planaient mercredi sur la survie de WN, repreneur de l'ex-usine Whirlpool d'Amiens (Somme), bientôt en redressement judiciaire, les salariés entendaient, eux, "garder espoir" et "se battre jusqu'au bout".

"Ce matin, tout le monde nous enterre, mais on n'est pas morts ! On est là, on bosse. Si on n'y croyait plus, on serait déjà partis !", lance Lionel, salarié de WN après "vingt ans chez Whirlpool", sur le parking encore brumeux du site.

Discutant ou fumant autour de lui, ses quelques collègues en pause sont unanimes: l'annonce mardi de la préfecture de la Somme a fait l'effet d'une "douche froide" et les a "révoltés" mais n'a "pas éteint l'espoir".

A peine un an après la reprise très médiatisée du site par l'industriel local Nicolas Decayeux, l'entreprise "se trouve dans une impasse de trésorerie très importante, qui va la conduire à se placer sous la protection du tribunal de commerce", a indiqué mardi soir la préfecture, notant le "faible chiffre d'affaires généré" par WN et ses difficultés à trouver des "débouchés commerciaux concrets".

WN demandera son placement en redressement judiciaire "en début de semaine prochaine", a précisé mercredi la préfecture, qui a reçu une délégation de salariés, alors qu'une porte-parole de l'entreprise avait affirmé la veille que WN était déjà dans cette situation depuis mardi.

"Il faut nous laisser un peu de temps... Avec WN, on est partis de rien: on faisait des sèche-linge et maintenant, on fait des pylônes d'ascenseur et des casiers réfrigérés !", plaide Lionel, dressé devant les grilles.

"On a fait plein de formations, on commence à développer les produits, mais ça ne se fait pas du jour au lendemain", renchérit Laurent, rajustant son sweat bleu, encore flanqué du logo de Whirlpool.

S'il reconnaît qu'il n'y pas encore "beaucoup de clients" et que tous ne travaillent "pas en permanence", "il y a du boulot: poncer, limer, assembler... Ceux qui disent le contraire nous font du mal", lance encore un salarié, persuadé que l'argent "finira par rentrer".

"Magouille"

Des salariés de WN, repreneur de l'usine Whirlpool placé en redressement judiciaire, sur le site industriel d'Amiens le 29 mai 2019
Des salariés de WN, repreneur de l'usine Whirlpool placé en redressement judiciaire, sur le site industriel d'Amiens le 29 mai 2019 ( DENIS CHARLET / AFP )

Mais, du côté des représentants syndicaux ex-Whirlpool, l'ambiance est toute autre. "Depuis des mois, on tirait la sonnette d'alarme! On s'est rendus au ministère, chez les élus et, huit mois après, on se retrouve avec un dépôt de bilan", déplore Pascal Lefebvre, représentant CFTC.

Selon lui, "la grande majorité des salariés végètent aujourd'hui dans les locaux", "tondent la pelouse ou jouent aux cartes", faute de commandes, et la reprise d'activité promise "n'existe pas".

"C'est sûr, ça finira avec de la casse sociale (...) et ce sont les salariés qui payeront car, contrairement à ceux qui sont partis l'an dernier, ils n'auront droit à rien", tranche-t-il.

Le 31 mai 2018, WN avait repris 162 salariés sur les 282 que comptait l'usine de sèche-linge, les autres étant licenciés dans le cadre d'un PSE. En janvier 2017, au moment de l'annonce de la fermeture, Whirlpool employait encore 300 personnes en CDI, 250 intérimaires en quasi-temps plein et une centaine de personnes chez un sous-traitant.

"Le fautif, c'est Whirlpool qui, de son côté, se porte très bien", accuse Frédéric Chanterelle (CFDT), voyant dans cette "reprise factice" une "magouille orchestrée" par la multinationale pour "se décharger du plan social, sauver son image en refilant le bébé".

Quant aux politiques, "les candidats à la présidentielle étaient venus" dès 2017 promettre "monts et merveilles", lâche encore le syndicaliste, faisant référence à la visite, à l'époque, d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen. Mais deux ans plus tard, "étrangement, on nous annonce la cessation de paiement au lendemain des élections européennes".

Mardi soir, l'avocat des ex-salariés de Whirlpool Fiodor Rilov a annoncé son intention d'attaquer Whirlpool et WN en justice pour réclamer "l'annulation de la cession".

"La reprise était dénuée de business plan et (...) factice", a-t-il assuré à l’AFP, évoquant le "précédent" de l'usine Samsonite d'Hénin-Beaumont, cédée en 2006 et devenue Energy Plast, avant d'être liquidée un an plus tard, entraînant le licenciement de 200 salariés, financé par les fonds publics du régime de garantie des salaires.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/06/2019

Impact positif sur les comptes

Publié le 24/06/2019

Drone Volt, expert en intelligence artificielle embarquée et constructeur de drones civils professionnels, annonce la sortie de sa toute nouvelle solution complète professionnelle PENSAR SDK -…

Publié le 24/06/2019

Implanet a annoncé la réception de ses premières commandes de Kico Knee Innovation sur les implants de genou Madison et de SeaSpine sur la gamme...

Publié le 24/06/2019

Pour le financement d'un démonstrateur industriel de biorecyclage du PET, notamment

Publié le 24/06/2019

Gaussin Manugistique annonce la signature d'une licence exclusive et renouvelable de 2 ans avec la société d'Etat Qatar Railways Company (QRC), couvrant la gestion de flotte de véhicules manuels et…