5 399.45 PTS
-0.51 %
5 385.5
-0.77 %
SBF 120 PTS
4 304.48
-0.47 %
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 761.95
+0.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Washington veut renégocier son accord commercial avec Séoul

| AFP | 249 | Aucun vote sur cette news
L'administration Trump a promis de revoir les accords commerciaux jugés défavorables aux Etats-Unis
Ci-contre le président américain à Hambourg (Allemagne), le 7 juillet 2017
L'administration Trump a promis de revoir les accords commerciaux jugés défavorables aux Etats-Unis Ci-contre le président américain à Hambourg (Allemagne), le 7 juillet 2017 ( Tobias SCHWARZ / AFP/Archives )

Les Etats-Unis ont annoncé vouloir renégocier leur accord de libre échange avec la Corée du sud, dans l'espoir de réduire le déficit qui s'est creusé, selon Washington.

Séoul a réagi jeudi avec scepticisme à cette annonce, en relevant que l'accord commercial ne pouvait être modifié qu'avec le consentement des deux parties.

Partie en guerre contre les déficits commerciaux américains, l'administration Trump a promis de revoir les accords commerciaux jugés défavorables aux Etats-Unis.

La Corée du Sud, dont Washington est l'allié numéro un dans son face-à-face avec le Nord, ne fait pas exception.

Depuis que l'accord de libre-échange entre les deux pays (Korus) est entré en vigueur en mars 2012, le déficit commercial de Washington vis-à-vis de Séoul a plus que doublé, selon les Etats-Unis, passant de de 13,2 milliards de dollars en 2011 à 27,6 milliards.

La Corée du Sud le chiffre de son côté à 23,2 milliards en 2016.

Dans un communiqué, Robert Lighthizer, l'équivalent du ministre du Commerce extérieur des Etats-Unis, a indiqué mercredi soir que Donald Trump lui avait demandé de convoquer une réunion avec des représentants sud-coréens sur le Korus.

Cette réunion devrait se tenir au mois d'août à Washington, à une date qui doit encore être déterminée d'un commun accord.

Elle visera à "commencer le processus de négociation pour supprimer les barrières au commerce américain et envisager les amendements nécessaires à l'accord".

M. Trump a qualifié le Korus d'"horrible" et, dans une lettre au ministre sud-coréen du Commerce, M. Lighthizer a pointé "des problèmes relatifs à l'accès au marché coréen pour les exportations américaines", et expliqué que Washington visait "une relation commerciale plus équilibrée".

Mais Séoul a relevé de son côté qu'une renégociation impliquait son accord.

"Conformément à l'accord de libre échange, nous ne sommes pas nécessairement obligés d'accepter la proposition américaine d'amendement de l'accord", a rétorqué dans un communiqué le ministère sud-coréen du Commerce, de l'Industrie et de l'Energie.

"Avant toute chose", ajoute le ministère, il s'agit d'"étudier, analyser et évaluer les effets du Korus pour déterminer si l'accord est responsable du déséquilibre commercial."

Le commerce n'est qu'un aspect de l'alliance très étroite entre Séoul et Washington, qui compte 28.000 militaires déployés sur la péninsule pour protéger la Corée du Sud de la menace nord-coréenne.

La guerre commerciale lancée par Donald Trump se déroule sur plusieurs fronts allant de la Chine au Mexique en passant aussi par l'Europe, mêlant protectionnisme et mesures fiscales destinées à favoriser les exportateurs américains.

Le but est de réduire le déficit commercial (biens et services) des Etats-Unis avec le reste du monde qui a atteint en 2016 quelque 500 milliards de dollars, au plus haut en quatre ans.

Dès son arrivée au pouvoir en janvier, M. Trump avait retiré son pays du Traité transPacifique (TPP) signé avec 11 pays de la région Asie-Pacifique.

La Maison blanche a aussi récemment croisé le fer avec l'Allemagne, qu'elle accuse de profiter d'un euro sous-évalué pour doper ses exportations et gonfler ses excédents.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS