En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 926.94 PTS
+0. %
4 932.00
-
SBF 120 PTS
3 879.44
+0. %
DAX PTS
12 260.57
-
Dow Jones PTS
25 734.97
-0.3 %
10 279.25
+0. %
1.126
+0.14 %

Washington renforce la pression sur Pékin pour défendre l'autonomie de Hong Kong

| AFP | 537 | 4.57 par 7 internautes
Le Congrès à Washington le 27 mai 2020
Le Congrès à Washington le 27 mai 2020 ( SAUL LOEB / AFP )

Washington a accentué vendredi la pression sur Pékin pour "punir" les "responsables" de la reprise en main de Hong Kong en limitant leur entrée aux Etats-Unis, au moment où le Congrès américain semble décidé à aller plus loin dans les sanctions.

Donald Trump "a promis de punir les responsables du Parti communiste chinois à l'origine du démantèlement des libertés de Hong Kong", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

"Pour faire cela", il a annoncé des "restrictions de visas" pour les membres du tout-puissant parti au pouvoir en Chine "considérés responsables, ou complices, de la remise en cause du haut niveau d'autonomie de Hong Kong" tel que prévu dans les engagements internationaux de Pékin.

Ces mesures visent aussi les responsables impliqués dans "la remise en cause des droits humains et des libertés fondamentales" dans l'ex-colonie britannique.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le 24 juin 2020 à Washington
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le 24 juin 2020 à Washington ( MANDEL NGAN / POOL/AFP/Archives )

Mike Pompeo n'a pas précisé le nombre ni l'identité des personnes visées, mais a souligné que leur famille proche était également susceptible d'être concernée.

"Les Etats-Unis appellent la Chine à honorer ses engagements", a ajouté le secrétaire d'Etat, menaçant de prendre de nouvelles mesures.

"Nous exhortons les Américains à corriger immédiatement leurs erreurs, supprimer ces mesures et arrêter d'interférer dans les affaires intérieures chinoises", a réagi l'ambassade de Chine aux Etats-Unis.

Des militants pro-Chine manifestent devant le consulat américain, le 26 jin 2020 à Hong Kong
Des militants pro-Chine manifestent devant le consulat américain, le 26 jin 2020 à Hong Kong ( Anthony WALLACE / AFP )

"La Chine va continuer à prendre des mesures fortes pour assurer la souveraineté nationale, la sécurité et le développement de ses intérêts", a-t-elle ajouté dans un communiqué.

La Chine a annoncé le mois dernier un projet de loi controversé pour reprendre en main la sécurité à Hong Kong, immédiatement jugé par l'opposition locale et une grande partie de la communauté internationale comme une manière de réduire au silence le mouvement pro-démocratie hongkongais.

"Pas du tout suffisant"

Donald Trump, déplorant une "tragédie pour le peuple de Hong Kong", a ouvert la voie à une remise en cause du statut préférentiel, notamment en matière commerciale, octroyé au territoire par les Etats-Unis.

Le commerce entre Hong Kong et les Etats-Unis
Le commerce entre Hong Kong et les Etats-Unis ( Laurence CHU / AFP )

Aux yeux de l'administration du président américain, il s'agit de faire comprendre à la Chine que Hong Kong, sans autonomie réelle, peut perdre sa prospérité et son attractivité, et donc son rôle de place financière mondiale si important pour l'économie chinoise tout entière.

Mais au sein du Congrès américain, nombre d'élus, républicains comme démocrates, jugent la réponse du gouvernement Trump encore trop timorée pour dissuader les autorités chinoises d'adopter pour de bon leur texte.

"Des restrictions de visas, ce n'est pas du tout suffisant pour dissuader la Chine de poursuivre sa campagne contre les libertés à Hong Kong", a réagi le sénateur démocrate Chris Van Hollen, réclamant des "sanctions supplémentaires".

Le sénateur américain Chris Van Hollen à Washington, le 16 juin 2020
Le sénateur américain Chris Van Hollen à Washington, le 16 juin 2020 ( Toni L. SANDYS / POOL/AFP/Archives )

Cet élu est l'un des auteurs d'une proposition de loi adoptée jeudi par le Sénat, à l'unanimité, et qui prévoit des sanctions automatiques plus sévères.

Si elle est également votée par la Chambre des représentants puis promulguée par le milliardaire républicain, elle permettrait de punir financièrement les dirigeants du Parti communiste à l'origine de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, tout comme les unités de police impliquées dans la répression de manifestants hongkongais.

Surtout, les banques qui mèneraient des "transactions significatives" avec les personnes ou entités sanctionnées seraient à leur tour visées par des mesures punitives.

Ce différend est venu accentuer encore davantage les tensions entre les deux premières puissances mondiales, déjà en pleine confrontation au sujet de la propagation du nouveau coronavirus, dont Donald Trump impute la responsabilité à Pékin.

Initialement volontiers amical à l'égard de son homologue chinois Xi Jinping malgré la guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales, le président américain a durci le ton. Il suit en cela les positions déjà beaucoup plus fermes de son gouvernement, mené par le faucon anti-Chine Mike Pompeo, convaincu que le géant asiatique est le principal adversaire stratégique de long terme des Etats-Unis.

Le chef de la diplomatie américaine a rencontré la semaine dernière le haut responsable chinois Yang Jiechi à Hawaï, mais cette réunion de crise n'a pas permis de stopper l'escalade, et Mike Pompeo a depuis continué à égrener son réquisitoire public contre la Chine.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
7 avis
Note moyenne : 4.57
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/07/2020

En incluant RTG qui fait partie du périmètre de consolidation depuis le 16 octobre 2018, le Groupe Aures a terminé l'exercice 2019 à un niveau de...

Publié le 02/07/2020

Retour à une rentabilité opérationnelle normative Hausse de +11% du chiffre d'affaires Media programmatiqueAppréciation de 7 points de la marge EBE...

Publié le 02/07/2020

La capitalisation boursière de Tesla vient de dépasser celle du leader mondial Toyota, un exploit qui intervient alors que le constructeur californien produit 25 fois moins de véhicules que le…

Publié le 01/07/2020

L'Assemblée générale Altarea approuve l'ensemble des résolutions...

Publié le 01/07/2020

Le financement de 24 ME est étendu en 8 tranches de 3 ME chacune sur une durée totale de 3 ans, sans obligation de tirage. ..