5 383.39 PTS
-0.13 %
5 377.50
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 317.83
-0.13 %
DAX PTS
12 707.70
+0.23 %
Dowjones PTS
24 649.06
-0.21 %
7 278.83
+0.70 %
Nikkei PTS
22 555.43
+1.24 %

Washington ne s'opposera pas au commerce UE-Iran, selon Tillerson

| AFP | 186 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson à Washington, le 18 octobre 2017
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson à Washington, le 18 octobre 2017 ( JIM WATSON / AFP/Archives )

L'administration Trump ne cherchera pas à bloquer le commerce entre l'UE et l'Iran malgré son refus de certifier l'accord sur le nucléaire iranien, a indiqué le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson dans une interview au Wall Street Journal.

"Le président a été assez clair sur le fait que ce n'est pas son intention d'interférer dans les contrats que les Européens peuvent avoir avec l'Iran", a déclaré M. Tillerson au quotidien américain publié vendredi.

"Il l'a dit clairement: +Pas de problème. Vous faites ce que vous voulez faire+", a ajouté M. Tillerson.

L'Union européenne s'est montrée déterminée lundi à préserver l'accord nucléaire iranien après sa remise en cause virulente par Donald Trump, plusieurs capitales jugeant ce compromis historique essentiel pour convaincre la Corée du Nord de venir à la table des négociations sur son programme nucléaire.

L'UE s'inquiète pour les entreprises européennes qui ont, certes timidement, commencé à revenir en Iran après la levée des sanctions internationales liée à l'accord.

Si le Congrès américain réimposait ses sanctions, ces entreprises pourraient encourir des poursuites outre-Atlantique.

Selon le Wall Street Journal, les Etats-Unis, qui ont maintenu au courant les Européens de leurs réflexions ces six derniers mois, vont maintenant entamer une discussion sur la suite des évènements.

"Nous allons commencer un processus plus formalisé avec eux, maintenant que (notre) politique a été définie", a indiqué M. Tillerson au quotidien économique.

Selon le Wall Street Journal, ces commentaires semblent destinés à dissiper des préoccupations européennes, selon lesquelles Washington crée délibérément de l'incertitude sur l'avenir de l'accord iranien pour tenir écartées les banques et les entreprises européennes du marché iranien.

Le président américain a refusé la semaine dernière de "certifier" l'accord sur le nucléaire iranien, plaidé pour son durcissement par le Congrès et menacé d'en retirer les Etats-Unis si ses demandes n'étaient pas satisfaites.

Les autres grandes puissances (Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni) signataires de ce compromis historique en 2015 ont unanimement pris sa défense.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/06/2018

Archos a annoncé un partenariat avec Liberty, décrit comme un précurseur en matière de confidentialité et de sécurité au service des internautes...

Publié le 20/06/2018

Archos a annoncé un partenariat avec Liberty, décrit comme un précurseur en matière de confidentialité et de sécurité au service des internautes...

Publié le 20/06/2018

La balle est dans le camp de Comcast (stable à 32,8 dollars). Le groupe de médias, maison-mère de NBCUniversal, est attendu au tournant d'une éventuelle offre améliorée sur 21st Century Fox…

Publié le 20/06/2018

Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, a nommé Jean-Pascal Tricoire, Président du Global Compact France et PDG de Schneider Electric, en tant que membre du conseil…

Publié le 20/06/2018

L'institution a vendu tous ses titres...