5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Washington ne s'opposera pas au commerce entre l'UE et l'Iran

| AFP | 132 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 18 octobre 2017 à Washington
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le 18 octobre 2017 à Washington ( JIM WATSON / AFP/Archives )

L'administration Trump ne cherchera pas à bloquer le commerce entre l'UE et l'Iran malgré son refus de certifier l'accord sur le nucléaire iranien, a indiqué le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson dans une interview publiée vendredi par le Wall Street Journal.

"Le président a été assez clair sur le fait que ce n'est pas son intention d'interférer dans les contrats que les Européens peuvent avoir avec l'Iran", a déclaré M. Tillerson au quotidien américain, une semaine après l'annonce de ce refus par le président Donald Trump.

"Il l'a dit clairement: +Pas de problème. Vous faites ce que vous voulez faire+", a ajouté M. Tillerson.

L'Union européenne s'est montrée déterminée lundi à préserver l'accord nucléaire après sa remise en cause virulente par Donald Trump, plusieurs capitales jugeant ce compromis historique essentiel pour convaincre la Corée du Nord de venir à la table des négociations sur son programme nucléaire.

Le président américain a refusé la semaine dernière de "certifier" l'accord sur le nucléaire iranien, plaidé pour son durcissement par le Congrès et menacé d'en retirer les Etats-Unis si ses demandes n'étaient pas satisfaites.

Les autres grandes puissances (Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni) signataires de ce compromis historique en 2015 ont unanimement pris la défense de l'accord.

Selon le Wall Street Journal, les Etats-Unis, qui ont informé les Européens de leurs réflexions ces six derniers mois, vont maintenant entamer une discussion sur la suite des événements. "Nous allons commencer un processus plus formalisé avec eux", a confirmé M. Tillerson au quotidien économique.

Selon le journal, ces commentaires semblent destinés à dissiper des préoccupations européennes, selon lesquelles Washington crée délibérément de l'incertitude sur l'avenir de l'accord iranien pour tenir écartées les banques et les entreprises européennes du marché iranien.

L'UE s'inquiète pour ces entreprises qui ont, certes timidement, commencé à revenir en Iran après la levée des sanctions internationales liée à l'accord, alors que le commerce entre les Européens et l'Iran a atteint 16 milliards de dollars (14 milliards d'euros) en 2016.

Lors de son discours, M. Trump a notamment annoncé de nouvelles sanctions "dures" contre les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, accusés de "soutenir le terrorisme".

Les Gardiens, ou des personnes et entités liées à ce corps d'élite, sont déjà visés par des sanctions juridiques et financières des Etats-Unis en raison notamment du programme balistique de Téhéran et d'accusations de violations des droits de l'homme.

Jeudi, deux hauts responsables des services du renseignement américain ont mis en garde les entreprises signant des contrats avec des sociétés iraniennes liées aux Gardiens, qui contrôlent de larges secteurs de l'économie du pays à travers le conglomérat industriel Khatam ol-Anbia, et qui pourraient être poursuivies par le Trésor américain.

"La communauté (américaine) du renseignement travaille dur pour identifier les sociétés contrôlées" par le corps des Gardiens, a indiqué le chef de la CIA Mike Pompeo lors d'une conférence dans un centre de réflexion conservateur à Washington.

"Imaginez que vous êtes un entrepreneur qui doit décider s'il prend le risque ou pas, s'il y a un bénéfice pour sa société. Je pense qu'on peut rendre ça encore plus difficile", a expliqué M. Pompeo, estimant que les Gardiens contrôlaient jusqu'à 20% de l'économie iranienne.

Le conseiller à la sécurité nationale du président Trump, le général HR McMaster, a été plus direct lors de cette conférence. "Le message serait: ne faites pas d'affaires avec l'Iran, n'enrichissez pas les Gardiens, ne permettez pas leur campagne meurtrière, ne permettez pas leur menace sur nos amis dans la région", a-t-il affirmé.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS