En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 484.29 PTS
+0.60 %
5 477.0
+0.46 %
SBF 120 PTS
4 387.91
+0.50 %
DAX PTS
12 407.25
+0.66 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.179
+0.10 %

Washington entrouvre la porte à un dialogue avec Pékin sur le commerce

| AFP | 270 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin lors d'une conférence de presse, le 21 avril 2018 à Washington pendant les rencontres entre le FMI et la Banque mondiale
Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin lors d'une conférence de presse, le 21 avril 2018 à Washington pendant les rencontres entre le FMI et la Banque mondiale ( ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

Les Etats-Unis ont entrouvert la porte à un dialogue sur le libre-échange avec la Chine à l'issue des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale largement dominées par les tensions commerciales qui menacent la solide croissance mondiale.

Il y a eu un "certain progrès vers le dialogue", a estimé samedi Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) lors de la conférence de presse finale, soulignant avec insistance qu'il fallait éviter à tout prix une guerre commerciale.

Au même moment, le secrétaire américain au Trésor a annoncé qu'il envisageait de se rendre en Chine afin de poursuivre des discussions sur le conflit commercial opposant Washington et Pékin après une intensification des tensions depuis début mars.

"Je l'envisage. Je n'en dirai pas plus sur le timing", a déclaré Steven Mnuchin tout en se disant "prudemment optimiste".

Le ministère chinois du Commerce a indiqué dimanche dans un communiqué qu'il "accueille favorablement" l'idée d'une visite du secrétaire américain au Trésor à Pékin.

Bien que laconique, la déclaration de Steven Mnuchin tranche avec la posture qu'il avait adoptée vendredi.

Face à la pression du FMI et de nombreux pays martelant que le protectionnisme n'était pas la bonne méthode pour s'attaquer aux déséquilibres commerciaux, le ministre des Finances de Donald Trump ne s'était en effet pas écarté d'un millimètre du leitmotiv du président "America First" (L'Amérique d'abord).

Il avait alors dit croire "fermement que les pratiques commerciales déloyales dans le monde entravent la croissance de l'économie mondiale et celle des Etats-Unis" et avait pressé le FMI de "parler plus haut et plus fort de la question des déséquilibres extérieurs".

- Lagarde contre une guerre -

"De multiples risques et des incertitudes considérables revêtent la forme de sentiments anti-mondialisation, d'unilatéralisme, de protectionnisme dans le commerce (...)", avait commenté de son côté Zhu Guangyao, le vice-ministre chinois des Finances.

Le gouverneur de la Banque centrale chinoise Yi Gang a également estimé que "l'escalade des frictions commerciales causées par des mesures unilatérales" était l'une des menaces de l'économie mondiale.

Christine Lagarde a souligné avec insistance qu'il fallait éviter à tout prix une guerre commerciale.

Ironiquement, la Chine a annoncé jeudi, pendant les réunions du FMI dans la capitale fédérale américaine, de nouvelles mesures antidumping visant des importations de caoutchouc synthétique provenant des Etats-Unis, de l'Union européenne et de Singapour.

Le gouverneur de la Banque centrale chinoise Yi Gang, le 12 avril 2018 à Pékin
Le gouverneur de la Banque centrale chinoise Yi Gang, le 12 avril 2018 à Pékin ( WANG ZHAO / AFP/Archives )

"Les deux pays (Etats-Unis et Chine) n'ont pas engagé de négociations bilatérales" sur le dossier propriété intellectuelle, "pas plus que sur la liste américaine de produits chinois susceptibles d'être taxés", avait aussi assuré Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du Commerce. "Nous espérons que les Etats-Unis ne sous-estimeront pas notre détermination" à contre-attaquer, avait-il même insisté.

"La Chine va énergiquement aller de l'avant en matière de réformes et d'ouverture du secteur financier, d'assouplissements des restrictions d'accès au marché, (...), de renforcement de la protection de la propriété intellectuelle et d'augmentation active de ses importations", a toutefois affirmé devant le FMI samedi Yi Gang, reprenant des promesses récentes du président chinois.

- 'Que des perdants' -

Au nom de la défense de la sécurité nationale, Donald Trump a imposé le 8 mars, de manière unilatérale, des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium. S'il en a toutefois exempté provisoirement le Canada, le Mexique ainsi que l'Union européenne, il n'a pas épargné la Chine.

L'administration Trump a même multiplié les mesures de rétorsion commerciale contre Pékin qu'il accuse de "transfert forcé de technologies" et de "vol de propriété intellectuelle". Outre l'acier et l'aluminium, elle a dressé une liste provisoire de produits chinois susceptibles d'être soumis à leur tour à de nouvelles taxes pour compenser ces pratiques jugées inéquitables.

Le géant asiatique a répliqué avec l'idée de représailles dans des proportions identiques, ce qui fait redouter une guerre commerciale.

Le commerce est un moteur essentiel de la croissance mondiale, a répété de son côté samedi Lesetja Kganyago, président du Comité monétaire et financier international du FMI (CMFI).

Après avoir progressé de 3,8% en 2017, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait accélérer à 3,9% en 2018 et en 2019, selon les dernières projections du FMI.

"Les tensions commerciales ne peuvent bénéficier à personne. Dans une guerre commerciale, il ne peut y avoir des gagnants, il ne peut y avoir que des perdants", a réagi M. Kganyago.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 24% au premier trimestre, Geci International indique viser des revenus supérieurs à 32 ME sur l'ensemble de...

Publié le 21/09/2018

Fort effet de levier sur les marges

Publié le 21/09/2018

Avec une progression du chiffre d'affaires de 24% au premier trimestre, la croissance permet à Geci d'aborder l'exercice sereinement. Dans un contexte favorable, le groupe envisage un chiffre…

Publié le 21/09/2018

Dans de gros volumes, EuropaCorp s'adjuge plus de 7,5% à 1,73 euro à l'ouverture...

Publié le 21/09/2018

A l'issue d'une procédure négociée avec mise en concurrence préalable initiée en 2014, la Société du Grand Paris, en accord avec Île-de-France Mobilités, a désigné le constructeur…