En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 676.76 PTS
+0.31 %
5 679.50
+0.35 %
SBF 120 PTS
4 478.64
+0.31 %
DAX PTS
12 469.17
+0.09 %
Dowjones PTS
27 094.79
-0.19 %
7 901.79
+0.00 %
1.103
-0.09 %

Wall Street : Trump voit le Dow Jones à 36.000 points sans la Chine

| Boursier | 154 | 3 par 1 internautes

Le président américain a estimé mercredi que sans la guerre commerciale avec la Chine, l'indice-phare américain Dow Jones serait à 10.000 points au-dessus de son niveau actuel.

Wall Street : Trump voit le Dow Jones à 36.000 points sans la Chine
Credits Reuters

Donald Trump accuse régulièrement la Fed d'empêcher Wall Street de progresser, mais il a trouvé un deuxième coupable aux incertitudes qui assaillent des marchés financiers, à savoir la Chine. Le président américain a ainsi estimé mercredi que sans la guerre commerciale avec la Chine, l'indice boursier Dow Jones serait à 10.000 points au-dessus de son niveau actuel, c'est-à-dire à plus de 36.000 points, ce qui correspondrait à une progression de près de 40%. Mercredi soir, le Dow Jones a terminé à 26.355 points (+0,9%) à Wall Street.

S'exprimant devant la presse à la Maison Blanche, Donald Trump a toutefois assumé le fait d'avoir lui-même déclenché les hostilités avec Pékin, expliquant que "quelqu'un devait le faire" (confronter la Chine), car (la situation) était hors de contrôle. Ils étaient hors de contrôle".
"Nous verrons ce qui se passera, s'ils veulent faire un deal, ils le feront, et s'ils ne veulent pas d'un deal, ça ma va très bien" a ajouté le président américain.

Menace de confrontation "encore plus dure"

Dimanche, une nouvelle salve de droits de douane ont été mis en place par Washington et Pékin, tandis que mardi, Donald Trump a mis en garde Pékin contre la stratégie consistant à jouer la montre. Il a menacé la Chine d'une guerre commerciale encore plus dure si aucun accord n'était trouvé et qu'il était réélu en 2020.

"Nous nous en tirons très bien dans nos négociations avec la Chine. Bien que je sois sûr qu'ils aimeraient avoir affaire à une nouvelle administration afin de pouvoir continuer leur pratique consistant à 'arnaquer les Etats-Unis' (de 600 milliards de dollars par an), 16 mois ou PLUS, c'est vraiment une longue période d'hémorragie des emplois et des entreprises. Et ensuite, imaginez ce qu'il adviendra de la Chine lorsque je gagnerai. L'accord sera BEAUCOUP PLUS DUR! Entre-temps, la Chaîne d'Approvisionnement de la Chine s'effondrera et les entreprises, les emplois et l'argent disparaîtront!", a affirmé Trump sur son compte Twitter.

Une rencontre avec Hassan Rouhani en vue ?

Trump n'a pas indiqué si les négociateurs chinois allait se rendre à Washington avant la fin septembre pour reprendre les négociations commerciales. En revanche, le président américain a évoqué un autre dossier brûlant, celui de l'Iran, sur lequel il s'est montré conciliant. Il a affirmé qu'il était "possible" qu'il rencontre le président iranien Hassan Rouhani avant la fin du mois à New York, lors de l'Assemblée générale des Nations Unies.

"Nous verrons ce qui se passera" a déclaré Trump. "Ils veulent parler. Ils veulent faire un deal. L'Iran n'est plus le même pays qu'il était il y a deux ans et demi", lorsque le président américain fraîchement élu avait retiré unilatéralement les Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

Par courrier reçu le 20 septembre 2019 par l'AMF, la société Yacktman Asset Management LP (Austin, Texas), agissant pour le compte de clients et de...

Publié le 20/09/2019

Le Comité des médicaments à usage humain - CHMP - de l'Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable à une troisième indication de...

Publié le 20/09/2019

un PE de 10 sur les attentes 2019

Publié le 20/09/2019

Alten (+6,29% à 110 euros) est solidement installé en tête de l’indice SBF 120, le relèvement de recommandation de Société Générale amplifiant l’impact positif d’une performance…

Publié le 20/09/2019

Au premier semestre, clos fin juillet, ESI Group a essuyé une perte nette de 7,1 millions d'euros contre une perte de 7,9 millions d'euros, un an plus tôt. La perte opérationnelle courante a suivi…