En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 356.75 PTS
-0.53 %
5 299.0
-0.64 %
SBF 120 PTS
4 225.16
-0.64 %
DAX PTS
12 074.89
-0.56 %
Dowjones PTS
25 877.33
+0.77 %
7 451.02
+0.00 %
1.117
+0.12 %

Wall Street sous pression, devant le rétropédalage de la Chine

| Boursier | 187 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine est encore attendue en léger retrait avant bourse ce mercredi, après la sanction de la veille

Wall Street sous pression, devant le rétropédalage de la Chine
Credits Reuters

La cote américaine est attendue en léger retrait avant bourse ce mercredi, après la purge brutale de la veille sur fond de tensions commerciales (-1,79% sur le DJIA et -1,96% pour le Nasdaq). En pré-séance aujourd'hui, le S&P500 est orienté en retrait de 0,5%, comme le DJIA. Le Nasdaq régresse solidairement de 0,6%. L'indice dollar se tasse de 0,1% à 97,5. Le baril de brut WTI perd 0,2% à 61,3$ sur le Nymex.

Le conflit commercial sino-américain pèse de nouveau, les marchés demeurant extrêmement prudents avant la reprise des négociations entre les États-Unis et la Chine. Les chiffres du commerce extérieur chinois n'ont par ailleurs pas réconforté ce jour. Les importations ont augmenté avec la demande intérieure, mais les exports ont corrigé de 2,7%, de manière assez inattendue. L'excédent de la Chine avec les USA a augmenté par ailleurs à 21 milliards de dollars.

Les autorités chinoises ont confirmé que le vice-Premier ministre Liu He allait bien accompagner la délégation se rendant à Washington en fin de semaine, demain jeudi et vendredi. Néanmoins, Pékin n'entend pas faire de concessions dans les négociations futures, malgré ces pressions insistantes de Trump. "Nous ne ferons aucun mouvement en arrière", ont ainsi déclaré les autorités chinoises, rassurant tout de même concernant la poursuite des discussions.

Un pli diplomatique adressé par Pékin serait parvenu à Washington vendredi soir "avec des passages supprimés à quasiment chaque point du projet d'accord de près de 150 pages qui devait couronner des mois de négociations commerciales", croit savoir Reuters, citant trois sources gouvernementales américaines et trois autres personnes au courant des discussions. Dans les sept chapitres du projet, la Chine aurait retiré son engagement à légiférer pour répondre aux griefs qui ont amené l'administration Trump à déclencher une guerre commerciale (vol de propriété intellectuelle et de secrets commerciaux, transfert de technologies, concurrence, accès aux marchés financiers et manipulation de sa devise), ajoute l'agence.

On comprend mieux dès lors les affirmations des dirigeants américains à propos du recul de la Chine. La suppression par Pékin de toute mention relative à une obligation législative aurait été en particulier jugée inacceptable par le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer, qui désire un cadre clair et contraignant évitant les promesses en l'air.

Trump a indiqué dimanche que 200 milliards de dollars de produits chinois importés, jusqu'alors soumis à des prélèvements douaniers de 10% des États-Unis, allaient être désormais taxés à 25%. La 'majoration' doit intervenir dès vendredi.

Le président américain a affirmé par ailleurs que 325 milliards de dollars de produits chinois importés aux États-Unis et actuellement non taxés allaient également l'être à 25%. "Pendant 10 mois, la Chine a payé aux USA des Tarifs de 25% sur 50 Milliards de Dollars de produits High Tech, et 10% sur 200 Milliards de Dollars d'autres produits", a précisé Trump sur Twitter, ajoutant que ces tarifs payés aux États-Unis n'ont eu que peu d'impact sur les coûts des produits, "essentiellement supportés par la Chine". En outre, Trump assure que ces paiements sont partiellement responsables des bons résultats économiques américains. "Les 10% seront relevés à 25% vendredi. 325 milliards de dollars de biens supplémentaires que nous envoient la Chine restent non taxés mais le seront rapidement, à un taux de 25%". "L'Accord Commercial avec la Chine reste d'actualité, mais évolue trop lentement, alors qu'ils tentent de renégocier. Non!".

Trump avait précédemment reporté la hausse des prélèvements sur ces 200 Mds$ d'importations chinoises en évoquant des négociations fructueuses.

Lundi soir, le représentant américain au commerce, Robert Lighthizer, a accusé la Chine d'être revenue sur des engagements pris plus tôt dans les négociations, sans préciser sur quels points Pékin aurait fait volte-face. Il a confirmé que la taxation allait passer de 10% à 25% sur 200 Mds$ de biens chinois importés dès ce vendredi 10 mai.

L'annonce par l'Iran d'une suspension d'une partie de ses engagements dans le domaine du nucléaire représente par ailleurs une surprise et une incertitude supplémentaire pour les marchés ce mercredi.

En Europe cette fois, les opérateurs pourront suivre aujourd'hui (13h30) le compte rendu de la dernière réunion monétaire de la BCE, ainsi qu'une intervention de Mario Draghi.

Lyft, 3D Systems, Cray, Match Group, Western Union et TripAdvisor, ont notamment publié après la clôture de la cote américaine hier soir. Ce mercredi sera marquée notamment par les comptes de Barrick Gold, Chesapeake, Walt Disney, McKesson, Wendy's ou Thomson Reuters...

Lyft a publié mardi soir après la clôture ses premiers comptes trimestriels depuis sa récente et chaotique introduction en mars dernier. La société a presque doublé son chiffre d'affaires au premier trimestre, mais a encaissé de lourdes pertes. Lyft a fait état d'une perte nette de 1,14 milliard de dollars au premier trimestre (48,53$ par action!), a comparer à une perte de 234,3 millions pour la même période de 2018. Cependant, cette perte est essentiellement liée (pour 894 M$) à des compensations en actions consécutives à l'introduction en Bourse. Sur une base ajustée, excluant ce facteur et d'autres éléments exceptionnels, la perte nette s'établit à 211,5 M$, soit 9,02$ par action, ce qui reste tout de même supérieur à la perte de 3,77$ par action attendue par le consensus.

Pour rappel, Lyft avait affiché une perte nette de 911 M$ sur l'exercice 2018, et les analystes s'interrogent sur sa capacité à dégager des bénéfices. La même question se pose pour son principal concurrent, Uber, qui prépare son introduction en Bourse pour les prochains jours. Selon des sources de marché, Uber pourrait être coté dès ce vendredi 10 mai sur le New York Stock Exchange. Le groupe a déposé le 12 avril dernier son projet auprès des autorités boursières, en vue d'une introduction début mai.

Les revenus de Lyft ont de leur côté bondi de 95% pour atteindre 776 millions de dollars, contre 397,2 M$ affichés un an plus tôt, et supérieurs aux 739,9 M$ attendus par le consensus. Les coûts ont cependant fortement augmenté, triplant presque pour atteindre 1,9 Md$ au T1 2019, contre 643 M$ un an plus tôt. La compagnie de véhicules de tourisme avec chauffeur a aussi fait état de 20,5 millions de passagers actifs au 1er trimestre contre 14 millions un an plus tôt, et d'un revenu par passager actif de 37,86$, en hausse de 34%. Pour le 2ème trimestre, Lyft prévoit des revenus de 800 M$ à 810 M$, tandis que pour l'ensemble de 2019, les revenus devraient se situer entre 3,28 Mds$ et 3,3 Mds$, des prévisions toutes deux supérieures aux attentes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

Akka Technologies a été sanctionné à hauteur de 900...

Publié le 22/05/2019

La meilleure notation du secteur !

Publié le 22/05/2019

Qualcomm s'apprête à vivre une séance compliquée à New York après que la justice américaine eut condamné le géant américain des puces pour pratiques...

Publié le 22/05/2019

L'affaire Huawei continue à faire parler aux quatre coins de la planète...

Publié le 22/05/2019

BlackRock s'allège...