Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 617.27 PTS
+0.1 %
5 629.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 460.31
+0.09 %
DAX PTS
13 848.35
+0.44 %
Dow Jones PTS
30 814.26
-0.57 %
12 803.93
+0. %
1.208
+0. %

Wall Street sans tendance, avant le plan Biden

| Boursier | 210 | 4 par 1 internautes

La cote américaine s'affiche relativement stable pour l'heure, avant bourse ce mercredi

Wall Street sans tendance, avant le plan Biden
Credits Reuters

La cote américaine s'affiche relativement stable pour l'heure, avant bourse ce mercredi, à la veille de la présentation du 'plan Biden' et à l'approche des publications financières trimestrielles des entreprises cotées. DJIA, S&P 500 et Nasdaq grappillent 0,1% selon les premières indications de pré-séance. Le baril de brut WTI évolue en faible hausse de 0,3% sur les 53$ sur le Nymex. L'once d'or gagne 0,7% à 1.857$. L'indice dollar se stabilise face à un panier de devises de référence.

L'indice américain des prix à la consommation pour décembre sera annoncé à 14h30 (consensus +0,4% en comparaison du mois antérieur, +0,1% hors alimentaire et énergie). L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour janvier sera communiqué à 16 heures. Le rapport hebdomadaire du Département à l'Énergie concernant les stocks pétroliers domestiques pour la semaine close au 8 janvier est attendu à 16h30. Le Livre Beige économique de la Fed, résumé des conditions régionales, sera publié à 20 heures, en même temps que le déficit budgétaire de décembre (consensus 195 milliards de dollars de déficit). De nombreux responsables de la Fed s'expriment encore ce jour, dont James Bullard, Lael Brainard, Patrick Harker et Richard Clarida.

Les marchés attendent donc la présentation du plan économique du président élu Joe Biden, qui sera dévoilé demain jeudi. Ce plan pourrait atteindre environ 3.000 milliards de dollars. Biden va en profiter pour faire également le point sur sa stratégie de vaccination. Il s'est pour l'heure engagé sur 100 millions d'injections pour ses 100 premiers jours à la Maison blanche.

Dans le même temps, le soutien de la Fed semble acquis, et certains responsables ont d'ailleurs insisté cette semaine sur le caractère prématuré d'un éventuel 'tapering' (réduction du QE). Christine Lagarde, présidente de la BCE, qui s'exprime ce jour, devrait aussi maintenir un ton très accommodant.

L'actualité relative au nouveau coronavirus reste quant à elle préoccupante, malgré l'accélération du déploiement des vaccins. En Europe, les chiffres des infections et décès augmentent. Des restrictions nouvelles sont anticipées, notamment au Royaume-Uni où les services de santé sont sous pression. L'Allemagne devrait pour sa part maintenir au moins jusqu'en avril des restrictions importantes.

L'administration Trump a émis de nouvelles directives ce jour étendant l'éligibilité au vaccin anti-covid à toute personne de 65 ans ou plus, ainsi qu'aux jeunes dont les conditions de santé le justifieraient. Des millions de doses jusqu'alors réservées à la seconde injection seront débloquées afin de rendre plus de doses immédiatement disponibles. Le nombre de sites autorisés de vaccination va également fortement augmenter. De telles actions vont notamment permettre à environ 53 millions d'Américains d'être nouvellement éligibles à la vaccination.

Selon l'Université Johns Hopkins ce jour, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre désormais à 91,6 millions, dont 22,8 millions aux USA, 10,5 millions en Inde et 8,2 millions au Brésil. Le virus a fait 1,96 million de morts depuis son apparition, dont 380.796 aux Etats-Unis.

Depuis le début de la campagne de vaccination, près de 9 millions d'Américains ont reçu au moins une injection (sur les deux nécessaires pour être fortement immunisé) et 25 millions de doses ont été mises sur le marché... Des chiffres impressionnants, mais qui sont inférieurs aux prévisions initiales des autorités américaines.

A l'issue d'une séance hésitante, la Bourse de New York a fini en légère hausse mardi soir, soutenue par la perspective du nouveau plan de relance aux Etats-Unis, qui sera présenté jeudi par le président-élu Joe Biden. Le DJIA a gagné 0,19% à 31.068 points, tandis que l'indice large S&P 500 a pris 0,04% à 3.801 pts et que l'indice Nasdaq a progressé 0,28% à 13.072 pts.

La situation politique tendue à l'approche de la prestation de serment de Joe Biden, le 20 janvier, a cependant limité les gains, de même que l'évolution de la pandémie de Covid-19. Enfin, les marchés sont dans l'attente du coup d'envoi de la saison des résultats du 4e trimestre 2020, qui se fera en douceur cette semaine, avec notamment Delta Air Lines (jeudi) et plusieurs banques vendredi, dont Citigroup, JP Morgan et Wells Fargo.

Plusieurs membres de la Fed s'exprimaient mardi, dont le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan. Ce dernier s'est montré plutôt optimiste sur la reprise en 2021, avec un rebond de 5% du PIB attendu et un recul du taux de chômage entre 4,5% et 4,75%. De quoi commencer déjà à réfléchir, selon M. Kaplan, à un "tapering", c'est à dire une réduction des achats d'actifs par la banque centrale, qui achète massivement des obligations depuis mars 2020 pour soutenir les marchés.

Deux autres responsables de la Fed se sont toutefois montrés bien plus mesurés sur le "tapering". Le président de la Fed de Richmond, Thomas Barkin, a estimé qu'il faudra attendre que la Fed observe des améliorations significatives en termes d'emploi et d'inflation avant de lancer une discussion sur le sujet. Et Raphael Bostic, le patron de la Fed d'Atlanta, ne voit quant à lui pas d'évolution de politique monétaire cette année, et pense qu'il faudra encore observer beaucoup de progrès avant de réétudier la politique de rachat d'actifs.

Sur le plan politique, une semaine après l'intrusion violente de partisans de Donald Trump au Capitole, les parlementaires démocrates poursuivent leur tentative de destitution du président sortant, l'accusant d'"incitation à l'insurrection". Le texte pourrait être discuté mercredi à la chambre et s'il était adopté, il devra encore recueillir une majorité des deux-tiers au Sénat, ce qui sera difficile à obtenir. Une autre résolution demandant au vice-président Mike Pence de démettre prématurément Donald Trump de ses fonctions a été présentée hier à la Chambre, qui l'a votée à 223 contre 205. Il ne s'agit toutefois que d'un acte symbolique, dans la mesure où Pence a jugé déjà qu'une telle décision ne serait pas dans l'intérêt de la Nation ou conforme à la Constitution.

Alors que les émeutes du Capitole n'avaient pas ébranlé les marchés la semaine dernière, certains s'inquiètent d'un climat de violence qui, s'il s'installait durablement aux Etats-Unis serait préjudiciable à la confiance des investisseurs dans le pays. Selon des sources citées par 'Reuters', le FBI s'inquiète du risque de manifestations armées avant le 20 janvier, jour de la cérémonie d'investiture de Biden en tant que 46e président des Etats-Unis... Face au risque de troubles liés aux actions de partisans de Donald Trump, la Garde nationale des Etats-Unis a été autorisée à déployer jusqu'à 15.000 membres dans la capitale fédérale pour contribuer au maintien de l'ordre lors de la cérémonie d'investiture.

La maire de Washington, Muriel Bowser, a demandé que l'état d'urgence soit déclaré en amont dans la capitale fédérale afin d'obtenir des fonds supplémentaires pour la sécurité, ce que Donald Trump a entériné lundi soir. Toutefois, la démission, lundi soir, du ministre par intérim de la Sécurité intérieure, Chad Wolf, a ajouté aux inquiétudes sur cette période de transition difficile. Rappelons que Donald Trump, qui n'a reconnu sa défaite qu'à demi-mot, a annoncé qu'il ne participera pas à la cérémonie de prestation de serment de Joe Biden, contrairement à la tradition américaine.

Les investisseurs sont aussi focalisés sur l'évolution de la crise sanitaire et sur le nouveau plan de soutien très attendu de l'administration Biden. Le président élu a annoncé vendredi qu'il présenterait jeudi son programme économique, et a promis "des milliers de milliards" d'aide. La presse a évoqué un nouveau "package" de 3.000 milliards de dollars, qui ferait doubler environ le montant déjà injecté par l'Etat fédéral, en plusieurs étapes, depuis mars 2020 pour soutenir l'économie.

Joe Biden s'est notamment dit favorable au versement d'un nouveau chèque d'aide de 1.400$ par Américain pour surmonter la crise actuelle. Ce montant se cumulerait avec les 600$ versés dans le cadre du plan a minima adopté avant Noël par le Congrès pour porter l'aide totale à 2.000$ par adulte.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2021

Le fonds aurait réclamé le départ du PDG du groupe agro-alimentaire, selon le site du magazine 'Challenges'.

Publié le 18/01/2021

Esker fera chaque année l'objet d'un audit de contrôle pour valider sa conformité ISO 14001 dans la durée...

Publié le 18/01/2021

Impacté par les conséquences liées à l'épidémie de Covid-19, le trafic total du Groupe ADP a diminué de 60,4% sur l'année 2020 avec 96,3 millions de...

Publié le 18/01/2021

Ce franchissement de seuils résulte d'une augmentation de capital de la société NR21....

Publié le 18/01/2021

Nexans publiera ses résultats de l'exercice 2020, le mercredi 17 février à 7h, heure de Paris...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne