En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 367.62 PTS
-0.15 %
5 367.0
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 237.09
-0.23 %
DAX PTS
12 096.40
-0.60 %
Dowjones PTS
26 089.61
-0.07 %
7 479.11
-0.42 %
1.121
-0.00 %

Wall Street progresse avant un rapport crucial sur l'emploi

| Boursier | 179 | Aucun vote sur cette news

Le rapport sur la situation de l'emploi aux USA surveillé de près

Wall Street progresse avant un rapport crucial sur l'emploi
Credits Reuters

La cote américaine est attendue encore dans le vert avant bourse ce vendredi, selon les premières indications de pré-séance. Le S&P500 prend ainsi 0,2%. Le Nasdaq affiche un gain comparable. Hier soir, aidée par quelques espoirs commerciaux concernant en particulier les négociations entre les Etats-Unis et le Mexique, la cote américaine avait progressé assez nettement (+0,71% sur le DJIA et +0,53% sur le Nasdaq).

Dans l'actualité économique aux Etats-Unis ce jour, les opérateurs suivront surtout le rapport mensuel du Département au Travail concernant la situation de l'emploi pour le mois de mai 2019 (consensus 180.000 créations de postes non-agricoles dont 173.000 dans le privé, taux de chômage attendu à 3,7%).

Rappelons que d'après la dernière étude de la firme Challenger sur le sujet publiée hier, les annonces de licenciements des entreprises aux Etats-Unis pour le mois de mai 2019 sont remontées. Elles concernent en effet un total de 58.577 postes, contre 40.023 en avril. A ce stade de l'année, les employeurs ont annoncé les suppressions de 289.010 postes, ce qui représente une croissance de 39% en comparaison de l'année antérieure.

Le rapport d'ADP sur l'emploi privé américain publié plus tôt cette semaine avait par ailleurs refroidi les marchés. Les créations d'emplois dans le secteur privé non-agricole américain pour le mois de mai 2019 étaient ressorties en effet extrêmement faibles, au nombre de 27.000, contre un consensus de place de 175.000 et un niveau révisé - en légère baisse - à 271.000 pour le mois d'avril 2019.

Les stocks et ventes de grossistes aux USA pour le mois d'avril 2019 seront communiqués à 16h (consensus +0,3% pour les stocks). Les chiffres du crédit à la consommation du mois d'avril seront révélés à 21h (consensus +13 Mds$).

Les marchés misent par ailleurs sur une souplesse durable des banques centrales. Les opérateurs espèrent ainsi plusieurs baisses de taux de la Fed cette année... Selon l'outil FedWatch du CME Group, le taux des fonds fédéraux, actuellement logé entre 2,25% et 2,50%, devrait régresser d'ici la fin de l'année. La probabilité d'un taux compris entre 2% et 2,25% (baisse des taux d'un quart de point) d'ici la réunion FOMC du 11 décembre (dernière de l'année) est actuellement de 14,1%, contre 32,5% pour la probabilité d'une fourchette de 1,75-2% (baisse d'un demi-point) et 33,6% pour une fourchette 1,50-1,75% (baisse de trois quarts de point). La probabilité attribuée à une fourchette de 1,25-1,5% est de 15,3% (baisse des taux d'un point d'ici la fin de l'année).

Sur le front commercial, Donald Trump a constaté des progrès avec le Mexique, sans accord pour l'heure avant la mise en application lundi des tarifs douaniers portant sur les importations de produits mexicains. Sans accord, Trump rappelle que des 'tarifs' au niveau de 5% seront donc mis en place lundi, avec des augmentations mensuelles comme attendu. "Plus hauts seront les Tarifs, plus élevé sera le nombre de compagnies retournant aux USA!", a lancé hier sur Twitter le président américain. Trump a également réitéré sa menace de taxer au moins 300 milliards de dollars supplémentaires d'importations chinoises, tout en affirmant que la Chine désirerait un accord, comme le Mexique...

Lors de la réunion qui s'est tenue hier à Vilnius, le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a pris des décisions de politique monétaire conformes aux attentes de marché. Le taux d'intérêt des opérations principales de refinancement ainsi que ceux de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt demeureront inchangés, à respectivement 0,00%, 0,25% et -0,40%. Le Conseil des gouverneurs prévoit désormais que les taux d'intérêt directeurs de la BCE resteront à leurs niveaux actuels au moins jusqu'au premier semestre 2020 et, en tout cas, "aussi longtemps que nécessaire pour assurer la poursuite de la convergence durable de l'inflation vers des niveaux inférieurs à, mais proches de 2% à moyen terme".

Le Conseil des gouverneurs entend par ailleurs poursuivre les réinvestissements, en totalité, des remboursements au titre du principal des titres arrivant à échéance acquis dans le cadre du programme d'achats d'actifs ('asset purchase programme', APP) pendant une période prolongée après la date à laquelle il commencera à relever les taux d'intérêt directeurs de la BCE et "aussi longtemps que nécessaire pour maintenir des conditions de liquidité favorables et un degré élevé de soutien monétaire".

Enfin, s'agissant des modalités de la nouvelle série d'opérations trimestrielles de refinancement à plus long terme ciblées ('targeted longer-term refinancing operations', TLTRO III), le Conseil des gouverneurs a décidé que le taux d'intérêt de chaque opération allait être supérieur de 10 points de base au taux moyen appliqué aux opérations principales de refinancement de l'Eurosystème sur la durée de chaque TLTRO. Pour les banques dont les prêts nets éligibles dépassent une valeur de référence, le taux appliqué aux TLTRO III sera plus bas et pourra être aussi bas que le taux d'intérêt moyen de la facilité de dépôt sur la durée de l'opération, majoré de 10 points de base.

Le patron de la BCE, Mario Draghi, a profité par ailleurs de l'occasion pour fournir au marché les nouvelles prévisions économiques de l'Institution. Du côté de l'activité, la BCE anticipe désormais une hausse du PIB de 1,2% cette année (contre 1,1% en mars) et de 1,4% en 2020 et 2021, contre respectivement 1,6% et 1,5% prévu précédemment. Concernant l'évolution des prix, la BCE voit désormais l'inflation atteindre 1,3% en 2019 (contre 1,2% anticipé précédemment), avant une accélération à 1,4% en 2020 (contre 1,5%) et à 1,6% en 2021. Mario Draghi précise que l'inflation globale va probablement fléchir dans les mois à venir avant de repartir vers la fin de l'année. Les mesures d'inflation sous-jacentes restent relativement modérées mais les tensions sur la main d'oeuvre se manifestent. Le patron de la BCE apparaît toutefois confiant. Les risques pesant sur les perspectives de croissance restent orientés à la baisse du fait de la présence prolongée d'incertitudes liées notamment à la hausse du protectionnisme, au Brexit et à la vulnérabilité des marchés émergents, souligne le patron de la BCE.

En outre, le dirigeant répète que l'Institution est déterminée à agir en cas d'événements défavorables même si à l'heure actuelle il n'y a pas de détérioration nette des indicateurs économiques. Ainsi, un degré élevé de soutien monétaire reste nécessaire pour assurer la convergence durable de l'inflation vers des niveaux inférieurs mais proches de 2% à moyen terme... Draghi affirme par ailleurs que certains membres du Conseil ont évoqué la possibilité de nouvelles baisses de taux, d'une extension de la 'forward guidance' mais aussi l'achat de nouveaux actifs.

Cal-Maine Foods publie ses comptes trimestriels ce vendredi à Wall Street. SeaChange publiait après bourse hier soir.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2019

Manutan annoncé avoir financé cette acquisition essentiellement sur ses fonds propres

Publié le 14/06/2019

Par l'acquisition d'actions auprès d'ABN AMRO et Société Générale

Publié le 14/06/2019

Manutan a annoncé l'acquisition de 100 % des titres de la société Kruizinga, acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au Benelux. Basée à Wapenveld (au…

Publié le 14/06/2019

Dans le cadre du programme de rachat d'actions annoncé le 29 octobre 2018 avec l'objectif de racheter jusqu'à 1 % de son capital social sur une durée de 12 mois, Kering a mis en place un nouveau…

Publié le 14/06/2019

Acquisition de la société KRUIZINGA, Acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au…