5 352.38 PTS
-0.58 %
5 354.00
-0.54 %
SBF 120 PTS
4 273.95
-0.64 %
DAX PTS
12 956.26
-0.67 %
Dowjones PTS
23 157.60
+0.70 %
6 114.35
-0.13 %
Nikkei PTS
21 448.52
+0.40 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wall Street secouée par les incertitudes sur les banques centrales

| AFP | 444 | Aucun vote sur cette news
Wall Street baisse à la mi-séance
Wall Street baisse à la mi-séance ( / AFP/Archives )

Wall Street a terminé nettement dans le rouge jeudi, bousculée par un regain d'interrogations sur les politiques monétaires des deux côtés de l'Atlantique: le Dow Jones a perdu 0,74% et le Nasdaq 1,00%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 158,13 points à 21.320,04 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 61,39 points à 6.089,46 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,94%, ou 22,79 points, à 2.409,75 points.

"C'est la continuation d'une tendance engagée il y a un peu plus d'une semaine", a avancé Karl Haeling de LBBW.

Principale raison: "des inquiétudes sur le fait que la Banque centrale européenne (BCE) pourrait commencer à alléger son programme de soutien à l'économie et que d'autres banques centrales, dont la Banque d'Angleterre, la Banque du Canada et la Réserve fédérale, pourraient se décider à durcir leur politique monétaire de façon plus ou moins synchronisée", a-t-il expliqué.

Le compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la BCE diffusé jeudi "a confirmé que le sujet était vraiment sur la table", a ajouté M. Haeling.

Or les marchés actions ont grandement profité ces dernières années des largesses des banques centrales.

A la veille du rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis, un indicateur majeur pour jauger la santé de la première économie mondiale, les statistiques sur le marché du travail n'ont pas apporté d'éléments décisifs.

Les créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont selon ADP progressé en juin, mais à un rythme plus lent que prévu par les analystes.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont quant à elles augmenté plus fortement que prévu.

Toutefois, a souligné Bill Lynch de Hinsdale Associates, "le marché du travail continue bien à se tendre, ce qui devrait finir par faire monter les salaires, et donc l'inflation", un élément surveillé de près par la Fed.

"Certains se disent que les taux d'intérêt pourraient monter rapidement", comme en témoigne la forte progression du rendement des bons du Trésor à 10 ans, a-t-il ajouté.

Ce dernier montait vers 20H40 GMT à 2,364% contre 2,323% mercredi soir et celui des bons à 30 ans à 2,902% contre 2,847% précédemment.

- GM devant Tesla -

Autres indicateurs positifs sur l'économie américaine, et donc penchant en faveur d'un tour de vis prochain de la Fed: le déficit commercial des Etats-Unis a légèrement reculé en mai grâce à des exportations plus fortes, et la progression de l'activité dans les services a accéléré plus que prévu en juin, selon l'indice ISM.

Alors que le président américain Donald Trump a promis jeudi à la Corée du Nord une réponse "sévère" après son tir d'un missile balistique intercontinental, "l'ombre du problème avec la Corée du Nord plane aussi sur le marché", selon Bill Lynch.

La mauvaise performance du secteur énergétique a également pesé sur la Bourse: l'indice regroupant ses valeurs au sein du S&P 500 a reculé de 1,79%.

Les cours du pétrole ont certes terminé en hausse jeudi après l'annonce d'un recul des réserves pétrolières aux Etats-Unis, mais ils ont concédé une grande partie de leurs gains en fin de séance, inquiétant les observateurs.

Parmi les autres valeurs du jour, General Electric (GE) a lâché 3,80% à 26,31 dollars. Le conglomérat industriel a été plombé par une note d'analystes de JPMorgan mettant en avant les incertitudes entourant son avenir.

Tesla a chuté de 5,56% à 308,89 dollars après avoir essuyé un nouveau revers, sa berline "Model S" échouant à passer haut la main des tests de sécurité d'un organisme indépendant. Ce repli a permis à General Motors (-0,40% à 34,87 dollars) de redevenir le premier groupe automobile américain par capitalisation boursière.

  1. Nasdaq
  2. Nyse

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2017

Renault (-2,73% à 83,99 euros) creuse ses pertes à la Bourse de Paris alors que son partenaire Nissan a annoncé la suspension de la production dans toutes ses usines japonaises alimentant son…

Publié le 19/10/2017

Le groupe doit rappeler plus d'1 million de véhicules...

Publié le 19/10/2017

Inside Secure annonce la sortie d'Inside Secure Mobile Payment Server, une solution unique capable de gérer entièrement l'écosystème de paiement...

Publié le 19/10/2017

La société de gestion pointe à 5,22% du tour de table

Publié le 19/10/2017

La nouvelle croissance à deux chiffres de Supersonic Imagine ne suffit pas au titre pour décoller en bourse...

CONTENUS SPONSORISÉS