En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.139
-0.03 %

Wall Street, nerveuse sur le commerce et les taux, ouvre en baisse

| AFP | 362 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de New York nerveuse démarre en baisse
La Bourse de New York nerveuse démarre en baisse ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )

Wall Street a démarré en baisse mardi, inquiète de l'ampleur des progrès à réaliser dans la guerre commerciale entre Pékin et Washington, et observant nerveusement les taux d'intérêt sur le marché obligataire.

Vers 14H50 GMT, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,39%, à 25.726,93 points.

L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 0,33%, à 7.417,18 points.

L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,25%, à 2.783,27 points.

La veille, la place new-yorkaise avait salué la trêve de 90 jours décrétée par les deux capitales dans leur bras de fer commercial, bien que cette mesure ne règle pas encore les désaccords de fond entre les deux économies: le Dow Jones avait pris 1,13% et le Nasdaq 1,51%.

"La réaction instinctive des marchés au cessez-le-feu entre Trump et Xi s'est éteinte", a observé Patrick O'Hare de Briefing.

Après avoir applaudi les avancées sur le dossier, les courtiers s'inquiétaient de ses nombreuses zones d'ombre, du déséquilibre massif des échanges, des accusations américaines de violation de la propriété intellectuelle et de transferts forcés de technologies.

L'appréhension des investisseurs face à la situation est d'autant plus grande que l'économie mondiale montre déjà des signes de ralentissement.

A quelques jours d'un rapport mensuel très attendu sur l'emploi américain, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell a par exemple exprimé lundi des doutes sur le fait que la hausse des salaires des moins favorisés, observée récemment aux Etats-Unis, puisse se poursuivre.

Or faute d'accord entre les deux pays, une accélération des sanctions commerciales aggraverait la situation.

"Un indicateur suggère que l'activité américaine est davantage susceptible de ralentir que d'accélérer, c'est la courbe des taux d'intérêt" sur la dette américaine, a affirmé Karl Haeling de LBBW.

En temps normal, plus la durée d'un emprunt est longue, plus les taux d'intérêt augmentent, dans l'objectif de récompenser les investisseurs de long terme et de les protéger contre une hausse de l'inflation.

Mais lundi, le taux d'intérêt à cinq ans sur la dette des Etats-Unis est passé en dessous de celui à trois ans, une situation communément appelée "inversion de la courbe des taux".

Davantage scruté par les investisseurs toutefois, l'écart entre le taux d'intérêt de la dette à dix ans et à deux ans évoluait à son plus bas niveau depuis 2007. Le passage du premier sous le second a historiquement été un signal avant-coureur de récession, ce qui n'est pour le moment pas le cas.

Bien que la capacité de cet indicateur à prédire les récessions soit aujourd'hui remise en question par de nombreux analystes et économistes, dont Jerome Powell lui-même, "l'aplatissement de la courbe des taux n'est certainement pas en train de refléter l'anticipation d'une hausse de la croissance ou de l'inflation" a affirmé M. Haeling.

Le taux d'intérêt de la dette à 10 ans évoluait mardi à 2,952% contre 2,970% la veille à la clôture et celui à 30 ans à 3,220% contre 3,254% lundi soir.

  1. Nasdaq

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…