Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 696.43 PTS
+1.11 %
6 684.00
+0.92 %
SBF 120 PTS
5 235.04
+0.92 %
DAX PTS
15 731.94
+0.51 %
Dow Jones PTS
34 751.32
-0.18 %
15 515.91
+0. %
1.177
+0.05 %

Wall Street : l'heure de la pause ?

| Boursier | 300 | Aucun vote sur cette news

La tendance désormais très prudente se confirme sur la cote américaine, avant bourse ce jeudi, le DJIA cédant 0,1%, le S&P 500 0,1% également et le...

Wall Street : l'heure de la pause ?
Credits Reuters

La tendance désormais très prudente se confirme sur la cote américaine, avant bourse ce jeudi, le DJIA cédant 0,1%, le S&P 500 0,1% également et le Nasdaq 0,2%. Le baril de brut WTI prend 0,7% sur le Nymex à 69,8$. L'once d'or avance de 0,5% à 1.802$. L'indice dollar abandonne 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin peine à se remettre de sa récente correction, reprenant ses appuis autour des 46.000$ ce jour.

Sur le front économique à Wall Street ce jeudi, les inscriptions hebdomadaires au chômage, le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers US, mais aussi de nombreuses interventions de responsables de la Fed... Le Département au Travail publiera à 14h30 les chiffres des inscriptions au chômage pour la semaine close au 4 septembre (consensus 344.000). Le rapport hebdomadaire du Département à l'Énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 3 septembre, sera révélé à 17 heures (consensus -6 millions de barils pour les stocks de brut).

En outre, les responsables de la Fed sont encore nombreux à se relayer ce jour. Charles Evans (patron de la Fed de Chicago), Mary Daly (présidente de la Fed de San Francisco), Robert Kaplan (Fed de Dallas), Michelle Bowman (gouverneure), John Williams (Fed de New York), Neel Kashkari (leader de la Fed de Minneapolis) et Eric Rosengren (Fed de Boston), interviendront ainsi durant la journée.

Le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan (membre non-votant), a déclaré hier qu'il avait réduit ses prévisions de croissance du PIB américain cette année en raison de la résurgence de Covid-19, mais a réitéré son soutien à un début de réduction des achats d'actifs de la Fed en octobre, en l'absence de changement fondamental dans les perspectives. Kaplan voit maintenant une croissance de 6% cette année, en baisse par rapport à sa prévision précédente de 6,5%, mais a noté que son point de vue n'avait pas fondamentalement changé.

Le président de la Fed de Saint-Louis, James Bullard (membre non-votant lui aussi), avait déclaré plus tôt cette semaine que la banque centrale américaine devrait se hâter de mener son plan de réduction du programme de rachat d'actifs obligataires, ce malgré un ralentissement brutal de la croissance de l'emploi aux États-Unis le mois dernier. Selon lui, le tapering "démarrera cette année et se terminera au cours du premier semestre de l'année prochaine". Commentant les données sur l'emploi plus faibles que prévu, Bullard a rejeté les inquiétudes selon lesquelles la reprise du marché du travail vacillait. Il note plutôt que la croissance de l'emploi est toujours en moyenne d'environ 500.000 par mois cette année. Il admet que les préoccupations liées au variant Delta ont un impact, mais souligne que d'autres problèmes du côté de l'offre - y compris des allocations de chômage améliorées (qui ont expiré cette semaine) - empêchaient également les gens de retourner sur le marché du travail. Une augmentation de l'épargne personnelle et des chèques de relance signifie que les gens peuvent se permettre de faire attention aux emplois qu'ils acceptent, résume Bullard, qui voit le taux de chômage tomber en dessous de 5% d'ici la fin de l'année.

Les opérateurs ne semblent pour l'heure pas considérer non plus que les créations de postes US très inférieures aux attentes du mois d'août (235.000 contre 750.000 de consensus) modifient réellement l'agenda de la Fed. Un 'tapering' est donc toujours anticipé sous peu, peut-être avant la fin de l'année. Une annonce officielle pourrait avoir lieu dès la réunion FOMC de novembre, en vue d'un lancement en décembre. La BCE se réunit pour sa part jeudi et pourrait également annoncer son intention de réduire ses achats d'actifs obligataires.

Suite à la faiblesse du rapport sur l'emploi d'août, les experts ont jugé peu probable que ce manquement modifie le calendrier de réduction des achats d'actifs de la Fed. Après le rapport, Goldman Sachs et Bank of America ont tous deux laissé leurs attentes de réduction des achats obligataires inchangées, prévoyant une annonce officielle en novembre. Le consensus semble toujours pencher en faveur d'allusions explicites à une diminution des achats d'actifs lors de la réunion du FOMC de septembre, suivies d'une annonce formelle en novembre. La Fed pourrait alors commencer à réduire les achats d'actifs en décembre à un rythme de 15 milliards de dollars par mois. Cependant, des doutes demeurent concernant l'engagement de la Fed à un cadre cible d'inflation moyenne flexible, avec un scepticisme croissant quant à la capacité des banques centrales à dénouer de manière significative les mesures de relance déclenchées en réponse à la pandémie.

La croissance économique a ralenti aux Etats-Unis pour revenir à un rythme "modéré" début juillet et en août, a constaté la Réserve fédérale dans son dernier Livre Beige, une enquête qui compile les rapports des services des Fed des 12 principales régions américaines. En parallèle, la hausse des prix et des salaires s'est poursuivie, sur fond de pénuries de composants et de main d'oeuvre. Ce rapport publié hier soir servira de base à la réunion de la banque centrale américaine dans deux semaines, les 21 et 22 septembre, au cours de laquelle les responsables débattront du calendrier de réduction des achats d'obligations de la Fed, actuellement de 120 milliards de dollars par mois.

La Fed a souligné que les inquiétudes concernant la propagation rapide du variant delta du covid-19 ont entraîné une baisse des sorties au restaurant, des voyages et du tourisme, ce qui a pesé sur l'ensemble de l'économie américaine cet été. La croissance a aussi été perturbée par les pénuries et les problèmes d'approvisionnement, notamment dans le secteur automobile et de la construction. Cependant, les entreprises ont indiqué à la Fed qu'elles avaient moins de mal à transférer leurs hausses de coûts aux consommateurs via des hausses de prix. La banque centrale a estimé que l'inflation était désormais "stable à un niveau élevé"...

Tous les districts ont mentionné une hausse de l'emploi allant de "légère à forte" selon les régions. Les entreprises ont aussi été nombreuses à signaler "d'importantes pénuries de main d'oeuvre", et ce malgré une "forte" hausse des salaires, et notamment des bas salaires.

Les dirigeants de la Fed débattent depuis des semaines du moment auquel il sera opportun de réduire le programme d'achats d'actifs de la banque centrale des Etats-Unis, qui atteignent 120 milliards de dollars par mois. Le président de la Fed, Jerome Powell a déclaré à la fin août qu'il était en accord avec la majorité de ses collègues sur le fait qu'une réduction des achats d'actifs pourrait être appropriée "cette année".

"Le variant Delta pèse sur les dépenses des consommateurs et l'emploi, et le rythme de la croissance semble ralentir", a commenté pour sa part mercredi le président de la Fed de New York, John Williams. "Il conviendra peut-être de commencer à réduire le programme d'achat d'actifs cette année, mais il est clair que la pandémie est loin d'être terminée, à la fois en termes de conséquences sur la santé, et de conséquences sur l'économie", a-t-il ajouté...

La BCE a pour sa part décidé ce jour, sans attendre son homologue américaine, de réduire un peu son soutien. La Banque centrale européenne va ralentir ses achats d'obligations sur les marchés, un premier pas vers le retrait des mesures exceptionnelles mises en oeuvre au début de la crise sanitaire. Le Conseil des gouverneurs estime que des conditions de financement favorables peuvent être maintenues avec un rythme légèrement plus faible d'achats nets d'actifs au titre du programme d'achats d'urgence face à la pandémie (PEPP), par rapport aux deux derniers trimestres. Le PEPP, créé en mars de l'an dernier, reste doté d'une enveloppe de 1.850 milliards d'euros au total. La BCE a par ailleurs laissé ce jour ses taux inchangés, le taux de refinancement restant à zéro et le taux de dépôt à -0,5%. Les marchés prévoyaient un statu quo sur les taux et une baisse des achats d'actifs à 70 milliards par mois... Les annonces du jour de la BCE ne surprennent donc guère.

Le large écart entre les modérés et les progressistes au sein du parti démocrate au sujet du plan 'd'infrastructure sociale' complique la voie vers des mesures de relance budgétaire supplémentaires. Axios a rapporté que le sénateur Joe Manchin avait averti en privé la Maison Blanche et les dirigeants du Congrès qu'il avait des préoccupations politiques spécifiques concernant le plan d'infrastructure sociale de 3.500 milliards de Joe Biden. Il n'en soutiendrait qu'une part représentant 1.000 milliards, ou au plus 1.500 milliards environ. De leur côté, des progressistes comme le sénateur Bernie Sanders ont souligné que la proposition de budget de 3.500 milliards de dollars des démocrates était... trop faible. Les marchés s'attendent toujours à davantage de mesures de relance de la part de Washington, même si les chiffres du projet de loi 'de réconciliation' devraient baisser étant donné la nécessité de rallier les démocrates centristes du Sénat. Le plus gros problème pour les marchés financiers est le risque de hausse des impôts. Des rapports récents ont confirmé que les démocrates étaient susceptibles de s'accorder sur un taux d'imposition des sociétés de 25%, contre 21% actuellement.

S'exprimant sur CNN, le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, a exprimé sa confiance il y a quelques jours quant au fait que le sénateur démocrate Joe Manchin se prononce ultimement en faveur de l'enveloppe de dépenses de 3.500 milliards de dollars du président Biden. Manchin s'est dit préoccupé par l'inflation et l'augmentation de la dette, bien que Klain pense qu'il pourrait être persuadé par l'argument que le projet de loi n'augmentera en fait pas la dette nationale.

Les progressistes de la Chambre ont refusé de soutenir le 'paquet' d'infrastructures bipartite sans le soutien des modérés du Sénat sur le projet de loi de réconciliation de 3.500 Mds$. Cependant, le WSJ a souligné de quelle manière les progressistes pourraient devoir tempérer leur ambitieux programme d'augmentation des impôts au milieu des objections des modérés, en particulier aux propositions de gains en capital et de hausse des impôts internationaux. Cela pourrait finalement obliger les démocrates à se contenter d'un budget de dépenses plus petit ou à emprunter plus d'argent.

Goldman Sachs a réitéré vendredi qu'il s'attendait à ce que le Congrès adopte environ 3.000 milliards de dollars de mesures de relance budgétaire supplémentaires, dont 2.500 milliards de dollars pour les dépenses sociales et 500 milliards de dollars pour une proposition d'infrastructures bipartite.

Le Département US au Trésor a publié pour sa part une lettre que la Secrétaire Janet Yellen avait adressée aux leaders du Congrès, avertissant que sa dernière estimation suggèrerait que des mesures de financement "extraordinaires" (en place depuis que la limite de la dette fédérale a été rétablie le 1er août) pourraient être épuisées en octobre, plus tôt que la période d'octobre/novembre estimée par le CBO dans son analyse de juillet. Yellen a également averti que le fait que le Congrès ne relève pas le plafond de la dette faisait courir le risque d'un premier défaut des États-Unis. Elle a ainsi encouragé les législateurs à résoudre ce problème plutôt tôt... qu'en dernière minute. Les démocrates ont jusqu'à présent résisté à l'inclusion d'une augmentation du plafond de la dette dans leur projet de loi de réconciliation budgétaire de 3.500 milliards de dollars, mais le GOP a également hésité à négocier une solution bipartite...

American Outdoor, Hovnanian et Zscaler, publient notamment leurs derniers comptes trimestriels ce jeudi à Wall Street. GameStop et Lululemon annonçaient hier soir.

Les valeurs

GameStop retombait de près de 9% après bourse à Wall Street hier soir, suite à sa publication financière trimestrielle. Le groupe texan de distribution de jeux vidéo et matériel technologique, devenu LE 'meme stock' vedette à Wall Street ces derniers mois avec le mouvement massif des traders sociaux américains, a annoncé pour son deuxième trimestre fiscal des pertes réduites (sur une base ajustée) et un chiffre d'affaires amélioré, mais ces performances ne sont évidemment pas à la hauteur du rallye incroyable de l'action, passée de 19$ environ fin 2020 à près de 199$ hier soir. Durant la période la plus folle de la 'GameStop mania' en janvier, le titre avait même approché des 350$. La capitalisation boursière actuelle se situe à plus de 14 milliards de dollars.

Le détaillant a annoncé pour le deuxième trimestre une perte nette ajustée de 76 cents par titre, pour des revenus de 1,18 milliard de dollars, tandis que le consensus FactSet était de 67 cents de perte par action pour 1,12 milliard de dollars de facturations. La perte ajustée par action se situait à 1,40$ un an plus tôt. Les revenus ressortaient à 942 millions de dollars sur la période correspondante, l'an dernier. Le groupe a terminé le trimestre avec un niveau de cash et équivalents de 1,78 milliard de dollars, sans dette long terme significative.

Lululemon Athletica s'envolait de près de 14% après bourse à Wall Street hier soir. Pour le deuxième trimestre, le groupe canadien coté sur la place américaine, spécialiste de l'habillement sportif et en particulier du yoga, a annoncé un bénéfice ajusté par action de 1,65$, supérieur de près de 30% au consensus de marché. Le bpa ajusté a pratiquement triplé en glissement annuel, par rapport au deuxième trimestre de l'an dernier. Les revenus trimestriels ont totalisé quant à eux 1,45 milliard de dollars, en croissance de 61% en comparaison de l'année antérieure, contre 1,34 milliard de consensus. Le groupe table, pour l'exercice, sur un bénéfice ajusté par action allant de 7,38 à 7,48$, contre 6,91$ de consensus de marché.

Ford va arrêter de produire en Inde et passer une charge de 2 milliards de dollars environ, le constructeur automobile du Michigan ne voyait pas d'issue du point de vue de la rentabilité sur ce marché dominé par la concurrence asiatique.

Humanigen. La Food and Drug Administration américaine a rejeté la demande d'autorisation en urgence du lenzilumab pour le traitement du covid chez les patients hospitalisés.

T-Mobile perd du terrain avant bourse à Wall Street, suite à l'annonce de la mise en vente par JP Morgan d'un bloc de titres avec une décote de près de 3%.

Alphabet. Google serait visé par une nouvelle enquête antitrust des autorités européennes, qui porterait sur des soupçons de pressions sur des constructeurs de matériel électronique utilisant le système d'exploitation Android. C'est du moins ce qu'a indiqué un journaliste de 'MLex'.

United Airlines, transporteur aérien américain, a prévenu à son tour que le fléchissement de la demande et l'impact du variant Delta allaient peser sur ses revenus et capacités au troisième trimestre.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2021

Face à la montée des prix du pétrole et du gaz

Publié le 17/09/2021

A la suite de la promesse signée en décembre 2019, Icade Santé a finalisé le 16 septembre 2021 l’acquisition d’une maison de retraite située à Grosseto en Toscane, après livraison et…

Publié le 17/09/2021

Suite à l'accord conclu le 8 juillet dernier, Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a annoncé jeudi soir la finalisation de la cession de l'immeuble 7 Adenauer, situé à Paris, à un acheteur…

Publié le 17/09/2021

Stellantis a annoncé aujourd’hui que Carlos Tavares, son directeur général, a décidé de quitter le Conseil d’administration d’Airbus à la fin de son second mandat en 2022. « Cette…

Publié le 17/09/2021

Dans des volumes toujours limités, Bassac, qui affiche un parcours boursier impressionnant cette année (+70% environ), redonne 3,4% à 73,2 euros en...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne