En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 069.35 PTS
-
6 085.50
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 799.31
+0. %
DAX PTS
13 744.21
-
Dow Jones PTS
29 398.08
-0.09 %
9 623.58
+0. %
1.084
+0.07 %

Wall Street grimpe, les craintes se dissipent sur Covid-19

| Boursier | 253 | Aucun vote sur cette news

Wall Street devait s'offrir de nouveaux records en début de séance ce mercredi...

Wall Street grimpe, les craintes se dissipent sur Covid-19
Credits Reuters

Wall Street devait s'offrir de nouveaux records en début de séance ce mercredi, le S&P500 s'adjugeant 0,3%, le Nasdaq 0,5% et le DJIA 0,4% en pré-séance. L'indice dollar se stabilise à 98,7. Le baril de brut WTI gagne 1,4% à 50,6$ sur le Nymex, avant le rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains (semaine close au 7 février) qui sera publié à 16h30. L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois de février sera communiqué à 16 heures, alors que l'excédent budgétaire de janvier sera connu à 20 heures (consensus 11,5 Mds$).

Jerome Powell interviendra encore ce jour. Hier, la bourse de New York avait progressé pour la 2ème séance consécutive, les investisseurs digérant les propos du président de la Fed devant le Congrès et les dernières remarques de l'OMS concernant une possible stabilisation du coronavirus. Powell s'est montré plutôt optimiste pour la croissance américaine, tout en estimant que le coronavirus chinois aura des effets temporaires sur la croissance américaine. Les marchés espèrent cependant que l'épidémie est en train d'atteindre son pic et apprécient le fait que les entreprises commencent à redémarrer leur production en Chine, après deux semaines de paralysie.

A la clôture hier, le Nasdaq et le S&P500 ont inscrit de nouveaux records historiques, mais ont réduit leurs gain après les propos de Jerome Powell. Le Dow Jones a fini parfaitement stable à 29.276 points, tandis que l'indice large S&P500 a avancé de 0,17% à 3.357 pts et que le Nasdaq a gagné 0,11% à 9.638 pts.

Les marchés semblent rassurés depuis peu par la relative stabilisation du nombre de cas journaliers de coronavirus en Chine, même si cela n'assure pas que la fin de l'épidémie soit proche.

Le Covid-19 a fait 94 morts supplémentaires hier mardi dans la province du Hubei, portant le total des décès à plus de 1.100 depuis le début de l'épidémie selon Reuters. 1.068 nouveaux cas ont été confirmés dans l'épicentre de l'épidémie, contre un pic de plus de 3.000 le 4 février. Il s'agit par ailleurs du plus faible nombre de nouveaux cas depuis la fin du mois de janvier. Au niveau du pays entier, Pékin fait état de 97 morts supplémentaires pour un total de 1.113, avec 2.015 nouveaux cas de contamination, le plus bas niveau depuis le 30 janvier. Un peu plus de 43.000 cas ont été recensés depuis le début de l'épidémie.

Les experts s'inquiètent cependant des cas de transmission à l'étranger entre personnes ne s'étant pas rendues en Chine... Mardi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a ainsi qualifié le Covid-2019 de "menace très grave" pour le monde. Toutefois, son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, a estimé lors d'une conférence de presse qu'il y avait une "chance réaliste de stopper" sa propagation si les pays font preuve de "solidarité" en partageant les données dont ils disposent.

Les ministres européens de la Santé se réuniront en urgence jeudi à Bruxelles pour discuter de mesures coordonnées contre l'épidémie.

Les retombées économiques de l'épidémie de coronavirus étaient aussi au coeur d'une audition du président de la Fed Jerome Powell, hier mardi, devant la commission des Services Financiers de la chambre des représentants à Washington. Le banquier central a affiché un optimisme prudent, tout en reconnaissant que l'épidémie aura des effets sur la croissance mondiale et américaine. Pour Jerome Powell, les risques liés aux tensions commerciales ont diminué et la croissance mondiale se stabilise, ce qui ne donne pas de raison à la Fed de modifier ses taux d'intérêt, à condition que de nouveaux éléments ne conduisent pas à "une réévaluation importante" des perspectives.

Il a cependant ajouté cependant que "nous surveillons étroitement l'émergence du coronavirus, qui pourrait conduire à des perturbations en Chine se répercutant au reste de l'économie mondiale". Répondant à une question posée par la Chambre des représentants, il a ajouté que "nous savons qu'il y aura des effets sur la Chine, ses voisins et sans doute ses principaux partenaires commerciaux, en Europe notamment. Il y aura quelques effets aux Etats-Unis aussi, mais il est trop tôt pour les mesurer. Il faut résister à la tentation de spéculer", a ajouté Jerome Powell.

Powell a aussi cité des défis nationaux pour les Etats-Unis, s'inquiétant de gains de productivité "inférieurs à la normale tout au long de cette expansion économique". La recherche de moyens permettant d'augmenter le taux de participation de la population active et la productivité "doit rester une priorité nationale" aux Etats-Unis, a ajouté le patron de la Fed, qui s'exprimera une nouvelle fois mercredi, cette fois devant le Sénat.

En Chine, les entreprises sont désormais encouragées à reprendre leur production par les autorités. Selon l'agence Bloomberg, le président chinois Xi Jinping aurait averti les responsables chinois que les mesures pour combattre de virus (restrictions de circulation, mises en quarantaine) étaient allées trop loin et menaçaient désormais l'économie du pays.

Xi Jinping est apparu lundi à la télévision chinoise, et s'est voulu rassurant, affirmant que l'impact du virus serait "de courte durée". Il a aussi appelé à "faire très attention à la question du chômage" et à "éviter des licenciements à grande échelle".

Le cabinet d'études 'Bloomberg Economics' estime que si Pékin parvient à maîtriser l'épidémie, son impact sur l'économie chinoise sera brutale mais de courte durée. La progression du PIB pourrait tomber à seulement 4,5% au 1er trimestre (contre 6% au 4e trimestre 2019) avant de rebondir et de se stabiliser au second semestre.

Parmi les difficultés économiques provoquées par le virus, figurent les problèmes des salariés à regagner leurs lieux de travail après les congés du Nouvel An lunaire ainsi qu'un bond de l'inflation en janvier. Les prix à la consommation ont ainsi grimpé de 5,4% le mois dernier en Chine, et les prix alimentaires se sont même envolés de 20,6% par rapport à janvier 2019. Aux blocages routiers imposés face à l'épidémie de Covid-19 se sont ajoutés les conséquences d'une autre épidémie, celle de peste porcine qui ravage les cheptels chinois depuis 2018.

L'indice boursier composite chinois SSE a gagné 0,87% à 2.926,9 pts ce matin. Il faut dire que l'optimisme ambiant des opérateurs est stimulé également par les anticipations d'assouplissement de la politique monétaire de Pékin.

Dans l'actualité des entreprises outre-Atlantique ce mercredi, Applied Materials, Altice USA, Avon Products, Molson Coors, CVS Health, DISH Network, Interpublic, Moody's, Cisco, Corning ou TripAdvisor, publieront leurs derniers comptes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/02/2020

Faurecia a réalisé en 2019 un résultat opérationnel de 1,283 milliard d’euros, en hausse de 0,7%, en ligne avec la guidance d’augmentation en valeur. La marge opérationnelle de 7,2%, est…

Publié le 17/02/2020

Icade présente ses comptes 2019 globalement bien orientés marqués par un Chiffre d'affaires 2019 de 1,52 MdE...

Publié le 17/02/2020

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir...

Publié le 17/02/2020

Orchestra-Premaman (FR0013190410 - KAZI) annonce avoir demandé à Euronext la suspension de la cotation de ses actions sur Euronext Paris à compter du...