En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 838.0
-1.04 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 152.52
-1.81 %
6 637.87
-1.92 %
1.130
-0.51 %

Wall Street grimpe avant Powell, avec les espoirs commerciaux

| Boursier | 220 | Aucun vote sur cette news

Des commentaires de Larry Kudlow suscitent l'espoir

Wall Street grimpe avant Powell, avec les espoirs commerciaux
Credits Reuters

La cote américaine progresse avant bourse ce mercredi, soutenue essentiellement par les espoirs commerciaux, dans l'attente d'un hypothétique compromis entre Washington et Pékin, avant la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping à l'occasion du sommet argentin du G20. Les opérateurs suivront attentivement ce soir l'intervention du Président de la Fed Jerome Powell, encore copieusement enguirlandé cette semaine par Donald Trump. Le S&P500 est attendu en hausse de 0,4%, tandis que le Nasdaq prend 0,6% en pré-séance.

Sur le marché des changes, l'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de six devises, se stabilise actuellement à 97,3.

Sur le Nymex, les prix du brut peinent toujours, le baril de brut WTI cédant 0,2% à 51,5$ (contrat de janvier) avant le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques. Les craintes relatives à la surabondance de l'offre plombent les cours, Trump insistant pour sa part pour que l'Arabie saoudite et l'OPEP ne coupent pas dans leur production.

C'est encore la fête de Powell

Le Président américain a maintenu ses critiques à l'encontre du Président actuel de la Fed, Jerome Powell. Trump juge toujours que la hausse des taux de la Fed freine et pèse sur l'économie américaine. "Jusque là, je ne suis pas, ne serait-ce même qu'un peu, satisfait de la nomination de Jay (Powell)", a même précisé Donald Trump, cité hier par le Washington Post. "Même pas un peu. Et je ne blâme personne, mais je dis juste que je pense que la Fed est loin de faire ce qu'il faut", a-t-il encore taclé. "Je fais des affaires, et je ne veux pas être incommodé par la Fed", a aussi glissé le Président américain, qui ajoute fonctionner à l'instinct.

Trump a régulièrement critiqué, ces derniers mois, la Fed de Jerome Powell. Le Président US juge que les durcissements monétaires de la Banque centrale américaine limitent l'impact de ses mesures de relance et affectent donc l'économie américaine. Trump a notamment qualifié par le passé de ridicule la hausse des taux, et jugé que la Fed était folle de procéder à de tels tours de vis.

Cap maintenu du côté de la Banque centrale US

Richard Clarida, le Vice-Président de la Fed, qui s'exprimait hier à propos de politique économique et monétaire, a confirmé pour sa part la posture de la Fed. Il constate la durée exceptionnelle de la phase actuelle d'expansion outre-Atlantique, et avertit concernant les risques d'une augmentation des taux trop rapide... ou trop lente ! Il soutient évidemment la politique actuelle de hausse graduelle des taux. "Agir trop lentement pourrait provoquer une hausse de l'inflation et des anticipations d'inflation", prévient Clarida, qui estime que cela pourrait alors présenter des risques pour la stabilité financière. Clarida espère également que les investissements des entreprises américaines vont progresser, afin de soutenir le rythme d'amélioration de la productivité observé durant les récents trimestres...

Une réponse ce soir ?

Ce soir, Jerome Powell en personne livrera un discours sur 'le cadre offert par la Federal Reserve en matière de gestion de la stabilité financière', devant l'Economic Club de New York. Les noctambules pourront suivre l'intervention en direct.

Quelles prévisions pour les taux ?

La Fed devrait rehausser ses taux pour la quatrième fois de l'année 2018 le 19 décembre prochain, la probabilité d'un taux des fonds fédéraux logé entre 2,25 et 2,50% à cette date étant actuellement de 79,2%, selon l'outil FedWatch du CME Group. Un nouveau durcissement serait possible le 20 mars 2019. Il s'agirait alors de la première hausse de taux d'un quart de point de l'année 2019. La probabilité d'un taux des 'fed funds' de 2,50 à 2,75% le 20 mars se situe à 38,1%, alors que celle d'un taux de 2,75-3% est de 3,2%.

Compromis commercial... ou pas ?

Larry Kudlow, conseiller économique de la Maison Blanche, a évoqué hier la possibilité que les USA et la Chine parviennent enfin à un accord commercial. Pourtant, peu avant cette confrontation tant attendue de Trump et Xi, le Président américain a refroidi l'ambiance en confirmant vouloir taxer 200 milliards de dollars supplémentaires de produits chinois importés. Ainsi, D'après des propos tenus à l'occasion d'un entretien accordé au 'Wall Street Journal', Trump entend toujours appliquer des prélèvements douaniers majorés (passant de 10% à 25%) sur 200 Mds$ d'importations chinoises. Le Président américain a jugé "hautement improbable" qu'il accède à la demande éventuelle de Pékin de reporter la mesure.

Trump a demandé par ailleurs que la Chine s'ouvre à la concurrence américaine, "seul accord possible" selon lui. En cas d'échec des discussions, le Président US envisage toujours de taxer le reste des produits chinois importés aux Etats-Unis, qui représentent environ 267 milliards de dollars de marchandises. Ces prélèvements douaniers pourraient aussi s'appliquer aux ordinateurs et aux iPhones provenant de Chine, a même assuré Trump, qui n'anticipe qu'un impact limité sur la consommation si les droits ressortent à 10%. "Cela dépendra du taux", a glissé le Président américain, à propos des taxes éventuelles sur les smartphones et ordinateurs importés.

Commentaires contradictoires

Trump et Xi semblaient prêts, tout récemment, à de réelles avancées. Cité par Bloomberg, Trump avait ainsi dernièrement déclaré que la Chine voulait conclure un accord. "Nous sommes très heureux de cela", avait ajouté le dirigeant américain, qui indiquait : "Je suis très préparé, je m'y suis préparé toute ma vie". Les deux dirigeants doivent se rencontrer en marge du sommet du G20 en Argentine, à Buenos Aires. Washington et Pékin n'ont cessé la surenchère ces derniers mois sur le plan commercial. Ainsi, les Etats-Unis ont déjà infligé à la Chine des taxes supplémentaires portant sur 250 milliards de dollars d'importations, alors que Pékin a répliqué par des prélèvements additionnels sur 110 milliards d'imports US. Trump a même menacé de mettre en oeuvre des taxes additionnelles portant sur la totalité des importations chinoises aux USA, ce qui représente des produits d'un montant total de plus de 500 milliards de dollars.

En fin de semaine dernière, Trump affirmé devant les journalistes que la Chine désirait "très méchamment" conclure un accord... Le Vice-Ministre aux Affaires étrangères, Wang Chao, a précisé pour sa part que la Chine espérait que la rencontre Xi-Trump "se déroule en douceur".

Wang Shouwen, Vice-Ministre du Commerce, a ajouté que les équipes 'commerciales' de Washington et Pékin avaient déjà été "en contact étroit". Larry Kudlow avait déjà tenu des propos comparables plus tôt ce mois, affirmant que les négociations avaient repris à tous les niveaux. Wang a également "constaté que les USA désiraient conclure un accord afin de mettre un terme aux frictions commerciales avec la Chine. Pékin entend ainsi "travailler avec les USA afin de contenir ces conflits", a affirmé le responsable, qui admet évidemment que les décisions commerciales américaines affectent la Chine, mais aussi l'Amérique et le reste du monde.

Programme économique chargé

Les chiffres préliminaires (seconde estimation sur trois) du PIB américain pour le troisième trimestre 2018 seront communiqués à 14h30 ce mercredi (consensus +3,5% en rythme annualisé, +1,7% pour l'indice des prix et +3,7% pour les dépenses réelles de consommation).

La balance du commerce international de biens pour le mois d'octobre sera communiquée à la même heure (consensus -76,9 Mds$).

Les ventes de logements neufs du mois d'octobre 2018 seront publiées à 16 heures (consensus 575.000 unités), en même temps que l'indice manufacturier de la Fed de Richmond pour le mois de novembre (consensus 15).

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 23 novembre, sera révélé à 16h30 (consensus +0,6 million de barils en comparaison de la semaine antérieure).

Les valeurs

General Motors a subi hier soir les attaques du Président américain Donald Trump sur le réseau social Twitter. "Très déçu par General Motors et leur CEO (directrice générale), Mary Barra, pour la fermeture d'usines dans l'Ohio, le Michigan et le Maryland. Rien n'est fermé au Mexique & en Chine. Les U.S. ont sauvé General Motors, et voilà le MERCI que nous recevons! Nous envisageons maintenant de couper toutes les subventions de GM, y compris pour les voitures électriques. General Motors a fait un grand pari sur la Chine il y a des années lorsqu'ils y ont construit des usines (ainsi qu'au Mexique) - je ne pense pas que ce pari sera payant. Je suis ici pour protéger les Travailleurs d'Amérique!", a asséné Trump, provoquant une baisse prononcée de 2,6% du cours de bourse hier soir à Wall Street.

GM a annoncé lundi son intention de couper dans ses effectifs et sa production en Amérique du Nord. Ces actions représentent, estime Reuters, la plus importante restructuration du groupe automobile de Detroit depuis la faillite intervenue il y a dix ans déjà. Le groupe pourrait stopper l'année prochaine la production de cinq usines situées aux USA et au Canada (Ohio, Michigan, Maryland et Oshawa). GM va par ailleurs arrêter la production de plusieurs modèles actuellement fabriqués sur ces sites, comme la Buick LaCrosse, la Cadillac CT6 ou la Chevrolet Cruze...

Les mesures concernent 15% des effectifs salariés du constructeur en Amérique du Nord. 14.700 emplois sont menacés, dont 8.100 'cols blancs' ! Le groupe estime que le nombre de cadres diminuera de 25%. Les mesures devraient coûter entre 3 milliards de dollars et 3,8 milliards de dollars en charges avant imposition, mais améliorer le free cash flow annuel de 6 milliards de dollars d'ici la fin de l'année 2020. Les opérations du site d'Oshawa seraient abandonnées en 2019. Il en sera de même fin 2019 pour le site d'assemblage de Lordstown, dans le nord-est de l'Ohio, pour celui de Detroit-Hamtramck dans le sud-est du Michigan. Un sort comparable pourrait être réservé aux opérations de Warren dans le Michigan et au site de Baltimore (Maryland).

Tesla. Les informations relayées plus tôt dans la semaine à propos d'une possible chute de 70% des ventes chinoises du groupe en octobre pourraient être trompeuses. Hier, un responsable de la China Passenger Car Association (la fédération automobile chinoise) avait fait état à Reuters de ce possible effondrement des ventes. A l'occasion de la conférence East Tech West de CNBC se tenant en Chine, Freeman Shen, directeur général de WM Motor, a qualifié de "trompeuses" ces informations évaluant à seulement 211 le nombre de véhicules électriques écoulés par Tesla sur le marché chinois en octobre. Freeman Shen déclare ainsi : "Je doute de ces chiffres car, en tant que personne ayant travaillé dans l'industrie automobile chinoise durant de nombreuses années... (je sais que) la Chinese Passenger Car Association n'est pas toujours précise".

Pour Shen, les ventes de véhicules en Chine "sont toujours une sorte de mystère", car les constructeurs automobiles dévoilent leurs données à travers un certain nombre de canaux différents. Il ajoute que les compagnies peuvent annoncer leurs ventes de voitures "selon leur volonté" à la Chinese Passenger Car Association. "Cela peut être n'importe quel nombre que vous voudriez", s'amuse Shen, ancien dirigeant de Fiat Chrysler qui a fondé l'acteur de l'automobile électrique WM Motor en 2015. Tesla a également démenti ces chiffres hier mardi. Un porte parole du groupe cité par Reuters a estimé que les informations concernant une chute des ventes en Chine étaient "sauvagement inexactes".

Tiffany a dévoilé ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices s'élèvent à 94,9 M$ (0,77$ par action), contre 100,2 M$ (0,80$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 1,01 Md$, contre 976,2 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,77$, pour des ventes de 1,05 Md$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 2%, contre plus de 5% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 4,65 et 4,80$.

Salesforce a présenté ses résultats du troisième trimestre. Les revenus s'élèvent à 3,39 Mds$, en croissance de 26% en glissement annuel. Le résultat net est de 105 M$, contre 107 M$ un an plus tôt. Le bénéfice par action ressort à 0,13$, contre 0,14$ un an avant. En non-GAAP, le bpa s'affiche à 0,61$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,50$, pour des revenus de 3,37 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise des revenus compris entre 13,23 et 13,24 Mds$, pour un bpa entre 2,60 et 2,61$.

J.M. Smucker a annoncé ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 188,5 M$ (1,66$ par action), contre 194,6 M$ (1,71$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 2,17$, contre 2,02$ un an plus tôt. Les ventes montent de 5% à 2,02 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,29$, pour des ventes de 2,05 Mds$. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bpa compris entre 8 et 8,20$, contre une précédente fourchette de 8,40/8,65$. Les ventes sont quant à elles attendues à 7,9 Mds$, contre 8 Mds$ jusqu'ici.

Dick's Sporting Goods a publié ses résultats du troisième trimestre. Les bénéfices sont de 37,8 M$ (0,39$ par action), contre 36,9 M$ (0,35$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 1,86 Md$, contre 1,94 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,26$, pour des ventes de 1,9 Md$. A magasins comparables, les ventes reculent de 6,1%. Sur 2018, le groupe vise désormais un bpa compris entre 3,15 et 3,25$, contre une précédente fourchette de 3,02/3,20$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...