En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-
4 774.5
-0.62 %
SBF 120 PTS
3 769.59
-
DAX PTS
10 622.07
-1.54 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+1.05 %
1.136
+0.05 %

Wall Street garde son sang-froid, malgré les luttes commerciales

| Boursier | 239 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est attendu en territoire légèrement positif...

Wall Street garde son sang-froid, malgré les luttes commerciales
Credits Reuters

Wall Street est attendu pour l'heure en territoire légèrement positif, avant bourse ce jeudi, le S&P500 et le Nasdaq grappillant encore 0,1%. Les opérateurs relativisent l'affrontement commercial entre les États-Unis et la Chine, qui viennent pourtant de s'infliger cette semaine de nouvelles sanctions réciproques. Sur le marché des changes, l'euro progresse de 0,3% à 1,171$. Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de novembre) s'adjuge 0,3% et franchit les 71$, au plus haut depuis le mois de juillet.

Washington a annoncé lundi soir la création de taxes de 10% sur 200 milliards de dollars supplémentaires d'importations chinoises. Ces taxes prendront effet dès le 24 septembre, et il est prévu qu'elles montent à 25% au 1er janvier 2019, selon un communiqué de Donald Trump... "Si la Chine venait à prendre des mesures de représailles contre nos agriculteurs ou autres industries, nous mettrions en oeuvre immédiatement la phase 3, à savoir des tarifs douaniers sur quelque 267 milliards de dollars d'importations supplémentaires", a ajouté Trump. En comptant les 50 Mds$ de bien chinois déjà taxés cet été, cette phase 3 reviendrait à taxer la totalité des importations chinoises, qui ont atteint plus de 500 Mds$ en 2017.

La Chine a annoncé par la suite son intention d'imposer à partir du 24 septembre de nouvelles taxes douanières portant sur 60 milliards de dollars d'importations américaines. Ces taxes iront de 5% à 10%, contre 5% à 25% initialement envisagés. Elles s'appliqueront à plus de 5.200 produits américains importés, selon le ministère chinois des Finances. Des produits qui devaient être taxés à 25%, comme le GNL, le seront à 10%. Tout comme les Etats-Unis, la Chine procède donc pour l'heure à des taxes minorées en comparaison des précédents taux évoqués.

La Chine a livré ce jeudi sa petite leçon de morale, face aux assauts des États-Unis de Trump sur le front commercial. Ainsi, le Ministère chinois au commerce enjoint Washington à la "sincérité", et demande aux États-Unis de prendre des mesures afin de corriger leur comportement ! "La Chine a été forcée de prendre des mesures de représailles et elles sont entièrement destinées à protéger les intérêts de la Chine", a assuré le porte-parole du ministère, Gao Feng, lors d'une conférence de presse à Pékin. Le responsable chinois n'a pas répondu aux questions concernant l'éventuel nouveau volet de discussions entre les Etats-Unis et la Chine.

Même Jack Ma, le milliardaire cofondateur d'Alibaba, semble désormais très préoccupé par ce conflit commercial. Selon lui, cette guerre commerciale est un gâchis. "La situation économique actuelle n'est vraiment pas bonne, et cela pourrait durer plus longtemps que les gens ne le croient", a déploré Ma, interrogé durant le forum économique mondial de Tianjin. "Les gens devraient se préparer pour les 20 prochaines années", a assuré le cofondateur du géant du commerce en ligne, à propos de ces frictions entre USA et Chine. Ma avait rencontré Trump il y a deux ans et échafaudé alors avec lui des plans destinés à amener les petites entreprises américaines sur sa plateforme, afin de vendre aux consommateurs chinois. Le leader d'Alibaba avait aussi promis de créer... 1 million d'emplois aux USA, promesse désormais intenable selon lui. "Il n'y a aucune manière de tenir la promesse", a confié Ma à l'agence Xinhua, évoquant la situation actuelle...

Sur le front économiques aux USA ce jour, les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 15 septembre seront communiquées à 14h30 (consensus 210.000, contre 204.000 une semaine avant).

L'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour le mois de septembre sera révélé à la même heure (consensus 19,6, ce qui représenterait une forte progression par rapport au mois antérieur).

Les reventes de logements existants du mois d'août seront dévoilées à 16h (consensus 5,36 millions d'unités, contre 5,34 millions un mois avant).

Enfin, l'indice des indicateurs économiques avancés du Conference Board pour le mois d'août sera annoncé à 16h (consensus +0,5% en comparaison du mois de juillet 2018).

Quelques publications trimestrielles sont également à suivre à Wall Street. Herman Miller et Red Hat annonçaient hier soir, après bourse. Darden Restaurants publie avant bourse ce jour. United Natural Foods, Steelcase et Micron communiquent ce soir, après la clôture.

Amazon envisagerait d'ouvrir jusqu'à 3.000 nouveaux magasins Amazon Go dans les années à venir, a précisé hier mercredi l'agence Bloomberg, citant ses fameuses 'sources proches du dossier'. Ces magasins Amazon Go sont des points de vente sans caissier, dans lesquels les clients peuvent acheter des produits grâce à leur smartphone. Le concept fait plutôt peur, évidemment, aux acteurs traditionnels de la distribution.

la Commission européenne a annoncé de son côté avoir lancé une enquête préliminaire, afin de déterminer si le colosse de Seattle utilisait des données de commerçants partenaires pour favoriser ses propres ventes. Cette enquête informelle sur la collecte de données de vendeurs et son utilisation ne fait donc pas les affaires du groupe, d'autant que le 'Wall Street Journal' avait déjà révélé dimanche des éléments peu favorables. Selon le WSJ, des salariés d'Amazon auraient ainsi proposé des données internes et d'autres informations classifiées, via des intermédiaires, à des marchands indépendants qui commercialisent leurs produits sur le site d'Amazon, afin de doper leurs ventes en contrepartie d'un paiement... Cette pratique concernerait en particulier la Chine. Le géant du commerce électronique enquête sur ces cas...

Tesla clôturait finalement en vive progression de 4,9% hier soir à 299$ dans un marché actif à Wall Street, après avoir décliné de 3,4% la veille avec la révélation d'une enquête criminelle du Département américain de Justice sur les déclarations d'Elon Musk. Ainsi, le titre a plus que récupéré ses pertes. Pourtant, le groupe, qui dit coopérer avec le 'DoJ', est loin d'être tiré d'affaire.

D'anciens procureurs précisent, cités par Bloomberg, que les enquêteurs pourraient élargir leur champ d'investigation. Pour l'heure, l'attention du Département de Justice a été attirée par un simple tweet de Musk. Le DoJ américain veut déterminer s'il y a eu fraude lorsqu'Elon Musk a publié le 7 août dernier un tweet, dans lequel il faisait état de ce projet de retrait de la cote. Le patron de Tesla y assurait que le financement de cette opération, d'un montant évalué alors à 72 milliards de dollars (cours de 420$), était garanti. "J'envisage une sortie de la cote de Tesla à 420$. Financement sécurisé", avait tweeté le leader de Tesla. Toutefois, ce projet avait finalement été abandonné dès le 24 août.

Le Département de Justice pourrait ne pas s'arrêter en si bon chemin et rechercher d'autres signes d'inconduite chez Tesla. L'enquête criminelle en est pour l'heure à un stade initial, relève Bloomberg, qui juge qu'il est trop tôt pour déterminer où elle mènera. "Les régulateurs de marché, cependant, se penchaient déjà sur les prévisions de production de la société avant que M. Musk ne tweete à propos de la possibilité de sortir la société de la cote", constate l'agence, faisant allusion aux investigations de la SEC - gendarme américain des marchés financiers.

"Les investigations criminelles ne sont jamais bonnes si vous êtes une compagnie cotée, parce qu'ils ouvrent la boîte de Pandore et que les enquêteurs vont suivre les fils partout où ils mènent", juge un ancien du Département de Justice, Paul Pelletier, cité par Bloomberg.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

CS a des objectifs de croissance ambitieux dans l'industrie spatiale en Europe. Moltek serait un complément idéal aux activités de CS Space...

Publié le 10/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 10 décembre 2018 Albioma cède son activité de méthanisation en France à Evergaz   Biométhanisation Partenaires, société…

Publié le 10/12/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 10/12/2018

Global Ecopower a affiché des résultats semestriels en progression. Ainsi, le groupe a fait état d’un résultat net, part du groupe de 2,024 millions d'euros au premier semestre, contre -0,659…

Publié le 10/12/2018

Compagnie des Alpes vient de lever le voile sur ses résultats 2107/2018. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié un résultat net part du groupe en hausse de plus…