En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
+2.15 %
4 901.0
+2.15 %
SBF 120 PTS
3 905.70
+2.24 %
DAX PTS
10 949.51
+1.57 %
Dowjones PTS
24 670.72
+1.23 %
6 843.94
+2.08 %
1.136
+0.39 %

Wall Street, fragilisée par Donald Trump, ouvre en petite baisse

| AFP | 378 | Aucun vote sur cette news
Wall Street ouvre en baisse
Wall Street ouvre en baisse ( SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Wall Street, affectée par de nouveaux commentaires de Donald Trump sur l'Iran, a démarré en petite baisse lundi, au début d'une nouvelle semaine chargée en résultats d'entreprises.

Vers 14H20 GMT, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,05% à 25.044,91 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, abandonnait 0,18% à 7.805,90 points.

L'indice élargi S&P 500 lâchait 0,05% à 2.800,39 points.

La place new-yorkaise, accueillant diversement de nombreux comptes trimestriels de sociétés et déjà inquiète de propos du président américain, avait évolué en ordre dispersé sur l'ensemble de la semaine dernière: le Dow Jones s'était apprécié de 0,15%, le S&P 500 de 0,02% tandis que le Nasdaq avait perdu 0,07%.

Les marchés demeuraient fragilisés lundi par l'"empiètement apparent (de Donald Trump) sur l'indépendance de la banque centrale américaine" après les critiques lancées vendredi par le président américain à l'encontre de la décision de la Fed de remonter ses taux d'intérêt, a noté Patrick O'Hare de Briefing.

Le locataire de la Maison-Blanche a de nouveau attiré l'attention dimanche après "un tweet provocateur (...) à destination de l'Iran", a ajouté M. O'Hare.

Alors que le président iranien Hassan Rohani a prévenu le dirigeant américain de "ne pas tirer les moustaches du tigre", assurant qu'un conflit avec l'Iran serait la "mère de toutes les guerres", Donald Trump a averti Téhéran de ne "jamais plus menacer les Etats-Unis" sous peine de "conséquences telles que peu au cours de l'Histoire en ont connues".

- Grave maladie -

L'inquiétude des marchés sur le front géopolitique intervenait au début d'une semaine qui sera marquée par la publication de très nombreux résultats trimestriels d'entreprises américaines, à l'instar de General Motors, Alphabet (maison mère de Google), Facebook, Starbucks, Chevron ou Fiat Chrysler (FCA).

Le titre coté à New York de cette dernière société était chahuté lundi peu après l'ouverture (-2,07%) après le départ de son patron emblématique Sergio Marchionne pour grave maladie, et la démission de son responsable pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique (Emea), Alfredo Altavilla.

Le patron de Jeep, Mike Manley, qui a fait du constructeur américain le joyau de FCA, prend la tête du groupe automobile.

Ferrari, également dirigée par M. Marchionne jusqu'à présent, chutait de 4,66% dans les premiers échanges.

Louis Camilleri, ancien patron de Philip Morris (-1,13% à 83,36 dollars), devient administrateur délégué de Ferrari, dont John Elkann, président de FCA et petit-fils d'Umberto Agnelli, prend la présidence.

Parmi les autres valeurs du jour, le constructeur américain de véhicules électriques haut de gamme Tesla reculait nettement (-4,91% à 298,19 dollars). La société dirigée par Elon Musk a demandé à des fournisseurs de lui reverser une partie de l'argent payé pour des contrats passés, affirme le Wall Street Journal.

Le groupe spécialisé dans les jouets Hasbro bondissait de 13,04% à 106,18 dollars après la publication d'un bénéfice par action supérieur aux anticipations pour le deuxième trimestre 2018.

Le groupe de services pétroliers Halliburton plongeait (-7,50% à 41,81 dollars) malgré un bénéfice net trimestriel conforme aux attentes des analystes. Le Venezuela, pays confronté à des difficultés économiques et à des tensions politiques, continue à peser sur les comptes de l'entreprise.

Au 20 juillet, la croissance trimestrielle du bénéfice par action des entreprises américaines a été en moyenne de 20,8%, au-dessus des anticipations des analystes, a observé Sam Stovall de CFRA, citant les chiffres de S&P Capital IQ.

Le marché obligataire se tendait: le rendement sur la dette américaine à 10 ans montait à 2,929%, contre 2,893% vendredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,069%, contre 3,026% en fin de semaine.

  1. NYSE

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 12 décembre 2018 Impala reprend la participation d'Altamir au capital d'Albioma     Albioma a pris note de l'annonce,…

Publié le 12/12/2018

Sodexo annonce la mise en place d'un partenariat d'open innovation avec la filiale indienne de Zone Startups, accélérateur technologique mondial,...

Publié le 12/12/2018

Consolidation à exploiter

Publié le 12/12/2018

Pernod Ricard a pris note du communiqué du fond activiste Elliott. Le numéro deux mondial des vins et spiritueux a rappelé que le dialogue avec ses actionnaires demeurait une priorité pour lui.…

Publié le 12/12/2018

A l’issue de la réunion qui s’est tenue hier à l’Elysée et dans un effort de solidarité nationale, Société Générale a annoncé la mise en place des mesures suivantes : le gel de ses…