En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 340.02 PTS
+0.45 %
5 327.00
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 279.91
+0.24 %
DAX PTS
12 514.97
+0.02 %
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
+0.00 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Wall Street, en baisse, s'interroge sur les délais d'adoption de la réforme fiscale

| AFP | 506 | Aucun vote sur cette news
Wall Street ouvre en baisse mardi
Wall Street ouvre en baisse mardi ( Bryan R. Smith / AFP )

La Bourse de New York a terminé en baisse mardi, affectée par les incertitudes concernant les délais d'adoption de la future réforme fiscale américaine, actuellement en discussion au Sénat: le Dow Jones a perdu 0,13% et le Nasdaq 0,29%.

Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 30,23 points à 23.409,47 points

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 19,72 points, à 6.737,87 points.

L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,23% ou 5,97 points à 2.578,87 points.

Promise par Donald Trump, l'adoption de la loi fiscale avant la fin de l'année s'annonce serrée.

Alors que la chambre des représentants doit adopter sa version du texte jeudi, les sénateurs débattent cette semaine des arbitrages budgétaires indispensables pour un vote à la majorité simple, leur souhait pour ne pas être contraints de recourir à des voix de l'opposition démocrate.

"Nous devons adopter la réforme fiscale cette année", a assuré Gary Cohn, le conseiller économique du président Donald Trump, mardi lors d'un entretien avec le Wall Street Journal.

"Il semble difficile qu'un vote des sénateurs survienne avant Thanksgiving (le 23 novembre)", a remarqué Peter Cardillo de First Standard Financial. "Ensuite, un texte commun aux deux chambres du Congrès devra être adopté avant la fin de l'année. Autrement il faudra attendre la rentrée 2018, ce qui risque d'être sanctionné par les marchés."

Plusieurs mesures sont à l'étude au Sénat, outre le potentiel report d'un an de la baisse d'impôt pour les entreprises de 35 à 20%: la suppression d'une disposition de la loi Obamacare, envisagée mardi, qui permettrait d'économiser environ 300 milliards de dollars sur les dix prochaines années, ou une baisse moins ambitieuse de la taxe sur les entreprises, à 21%.

- Plongeon d'Altice USA -

Cette dernière hypothèse a toutefois été balayée lundi par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

Egalement source d'inquiétude pour les investisseurs, la production industrielle chinoise a progressé de seulement 6,2% en octobre, contre une hausse de 6,6% en septembre, moins qu'attendu par les analystes sondés par Bloomberg (+6,3%).

"La production industrielle chinoise est importante" pour l'économie américaine et "ces chiffres ont également un effet sur les secteurs pétroliers, miniers et sur l'agriculture", a rappelé Chistopher Low de FTN Financial.

Lesté par la Chine et la chute du prix du pétrole, l'indice qui regroupe les valeurs énergétiques au sein du S&P 500 a perdu 1,54%, de loin la plus forte baisse au sein des 11 compartiments qui composent le S&P 500.

Le marché obligataire montait: le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,377% contre 2,400% la veille, et celui des bons à 30 ans baissait à 2,834%, contre 2,869% lundi soir.

Sur le front des valeurs, Altice USA a fortement chuté (-8,06% à 19,40 dollars) dans le sillage du plongeon de plus de 13% du titre de la maison-mère Altice cotée à Amsterdam et de la liquidation par le fonds Jana Partners de sa participation au capital de l'entreprise.

Home Depot a avancé (1,64% à 168,06 dollars), après un relèvement des prévisions annuelles, le groupe expliquant tabler sur une hausse des dépenses des ménages dans les zones affectées par les ouragans durant l'été.

General Electric a poursuivi sa descente aux enfers (-5,89% à 17,90 dollars) au lendemain de l'annonce d'un plan de restructuration prévoyant pour 20 milliards de dollars de cessions d'actifs et des milliers de suppressions d'emplois qui avait déjà fait plonger le titre de 7,17% à la clôture lundi.

La chaîne de magasins de vêtements TJX Cos a reculé (-3,99% à 67,94 dollars) après la publication de perspectives de bénéfices largement inférieures aux anticipations.

  1. Nasdaq
  2. Nyse

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

Des comptes gonflés par l'exceptionnel

Publié le 22/06/2018

Etapé clé franchie dans le programme Isoprod...

Publié le 22/06/2018

ArcelorMittal évolue autour de l'équilibre peu après l'ouverture alors que Moody's a relevé sa note crédit long terme à 'Baa3'...

Publié le 22/06/2018

EDF retombe de 1,1% à 11,7 euros en début de séances, la spéculation liée à une éventuelle scission de l'électricien s'essoufflant après les propos de...

Publié le 22/06/2018

Somfy annonce qu'il va sortir la société chinoise Dooya, qu'il contrôle à 70%, de son périmètre d’intégration globale pour la consolider selon la méthode de la mise en équivalence. Les…