En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 850.43 PTS
-0.95 %
4 840.0
-1.00 %
SBF 120 PTS
3 851.92
-1.04 %
DAX PTS
10 846.51
-0.72 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.128
-0.63 %

Wall Street encouragée par des propos du patron de la banque centrale américaine

| AFP | 371 | Aucun vote sur cette news
La Bourse de New York en hausse en attendant Powell
La Bourse de New York en hausse en attendant Powell ( Bryan R. Smith / AFP/Archives )

La Bourse de New York a amplifié ses gains mercredi après un discours du président de la Banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, qui a estimé que les taux d'intérêt étaient proches d'un niveau neutre pour l'économie.

Après avoir franchi la barre des 2% vers 18H30 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, continuait de grimper: il s'appréciait de 2,18%, à 25.288,82 points, vers 18H45 GMT.

L'indice élargi S&P 500 montait de 1,87% et l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 2,40%.

Devant le Club économique de New York, le patron de la Fed "a dit les mots magiques" que le marché attendait, a commenté Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

"Si on est presque à un niveau neutre, cela veut peut-être dire qu'on y sera après la hausse (des taux) de décembre et qu'ensuite la Fed peut y rester un certain temps", a-t-il avancé.

De quoi rasséréner les investisseurs de Wall Street, qui ont beaucoup bénéficié ces dernières années de la politique accommodante de la Banque centrale. Ils redoutent depuis plusieurs mois une remontée trop rapide des taux d'intérêt qui pourrait, à leurs yeux, ralentir la croissance en rendant notamment plus chers les emprunts pour les particuliers et les entreprises.

"Pas de dérives dangereuses"

Les acteurs du marché avaient été troublés quand M. Powell avait estimé début octobre que la Fed était "encore très loin" du taux "neutre" auquel elle aspire, celui qui favorise la croissance sans nourrir de hausse des prix. Ces propos avaient largement participé à déclencher une période de fortes turbulences à Wall Street.

Les observateurs du marché scrutent depuis toute référence des responsables de l'institution à ce taux neutre, tentant d'y déceler le nombre de hausses de taux d'intérêt à venir.

Le vice-président de l'institution, Richard Clarida, avait déjà estimé mardi que les taux d'intérêt étaient "plus près" du taux neutre. "Près jusqu'à quel point est une question de jugement, et il y a une variété de points de vue au sein du FOMC", le Comité monétaire de la Banque centrale, avait-il toutefois ajouté.

Les commentaires de M. Powell mercredi ne sont toutefois "pas aussi prudents que ce que le marché pense", a estimé Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

Le patron de la Fed a en fait estimé que les taux étaient juste en-dessous "de la fourchette d'estimations" du niveau auquel ils peuvent être considérés comme neutres, a-t-il souligné.

Si on considère que cette fourchette est actuellement comprise entre 2,5% et 3,5%, "il reste encore trois hausses avant de parvenir au milieu", a-t-il avancé. Et cette fourchette en elle-même pourrait être amenée à augmenter au cours des prochaines mois si la productivité continue à augmenter, a-t-il ajouté.

Le dollar, qui devient plus rémunérateur quand les taux d'intérêt montent, a, à l'inverse, nettement reculé, notamment face à l'euro: la monnaie unique valait 1,1381 dollar vers 18H45 GMT, contre 1,1286 dollar juste avant la diffusion du discours.

Sur le marché obligataire, le taux de la dette à 10 ans des États-Unis est descendu à 3,045%, contre 3,068% juste avant l'intervention de M. Powell.

Il a par ailleurs assuré qu'il ne voyait pas de "dérives dangereuses" dans les valorisations à la Bourse.

"Aujourd'hui, les prix des marchés des actions correspondent globalement aux références historiques" comme le ratio entre le prix d'une action et les bénéfices futurs de l'entreprise qui l'a émise, a souligné M. Powell. "Du point de vue de la stabilité financière, nous ne voyons pas aujourd'hui de dérives dangereuses sur le marché des actions", a-t-il souligné.

  1. Nasdaq

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Les marchés actions se replient nettement en raison de craintes sur la croissance mondiale. En Chine, la croissance de la consommation en novembre est au plus bas depuis 15 ans à +8,1% et la…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

La situation demeure toujours délicate pour Ford Motor en Chine. Le constructeur automobile américain vient d'y constater un recul de ses ventes de 55% à 52 434 véhicules pour le mois de novembre…

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…

Publié le 14/12/2018

LVMH a frappé un grand coup. Le groupe français a conclu un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels haut de gamme Belmond. La transaction valorise les fonds propres de Belmond 2,6 milliards de…