Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 686.17 PTS
-
6 721.00
+0.59 %
SBF 120 PTS
5 233.71
-
DAX PTS
15 472.56
-
Dow Jones PTS
35 603.08
-0.02 %
15 489.59
+0. %
1.163
+0.06 %

Wall Street : déjà le rebond ?

| Boursier | 291 | Aucun vote sur cette news

La cote américaine semble déjà vouloir remonter, après la purge de la veille (-2,2% sur le Nasdaq et -1,8% sur le DJIA)...

Wall Street : déjà le rebond ?
Credits Reuters

La cote américaine semble déjà vouloir remonter, après la purge de la veille (-2,2% sur le Nasdaq et -1,8% sur le DJIA). Le Dow Jones reprend 0,9% avant bourse et le S&P 500 0,8%, tandis que le Nasdaq avance de 0,7%. Le baril de brut WTI gagne 1,3% sur le Nymex à 71,1$. L'once d'or grappille 0,1% à 1.766$. L'indice dollar régresse de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin trébuche encore de plus de 3% sur les 43.000$.

Les marchés semblent donc désormais relativiser la situation du Chinois Evergrande et repousser l'idée de similarités avec Lehman Brothers. L'exposition pour les institutions globales semble limitée, et la Chine serait prête à orchestrer une restructuration, sans forcément qu'elle prenne la forme d'un sauvetage. En attendant, plusieurs agences de notation ont bien évidemment dégradé leurs notes du colosse chinois aux pieds d'argile.

Les inquiétudes concernant le variant Delta persistent, de même que celles relatives aux dynamiques de la supply chain. Les risques d'inflation pèsent toujours. En outre, les marchés adoptent une attitude prudente avant le verdict de la Fed, à l'issue de sa réunion des 21 et 22 septembre. Néanmoins, l'annonce officielle du 'tapering', réduction des achats d'actifs obligataires de la Fed, ne devrait probablement intervenir qu'à la réunion suivante. D'autres facteurs affectent les marchés, comme la question du relèvement du plafond de la dette, la Secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, se montrant de plus en plus pressante sur le sujet, et avertissant des risques conséquents si le Congrès tarde trop à agir. Enfin, la chute des bourses ce jour est surtout déclenchée par les difficultés d'Evergrande, qui pose un risque systémique.

Evergrande s'est stabilisé ce jour à Hong Kong après être tombé hier, en séance, au plus bas depuis mai 2010. Sur un an, le cours a plongé de 85% du fait du risque d'un défaut du groupe immobilier chinois sur ses dettes, estimées à près de 300 milliards de dollars. Le groupe, numéro deux chinois de l'immobilier, peine à céder des actifs et payer ses fournisseurs. Evergrande discuterait avec les banques pour étendre ou reporter certaines échéances de dette. La Banque populaire de Chine procède quant à elle à des injections de liquidités pour faire face...

Sur le front budgétaire, c'est toujours l'incertitude qui persiste aux USA. Axios rapporte, citant des personnes proches de la question, que le sénateur Joe Manchin en appelle à une 'pause stratégique' concernant le plan d'infrastructure humaine et sociale de 3.500 milliards de dollars de l'administration Biden jusqu'en 2022, alors même que les démocrates espèrent un vote le 27 septembre. Politico note que les progressistes considèrent l'éventualité de bloquer le plan d'infrastructure bipartisan, à moins qu'ils n'obtiennent des assurances sur le package d'infrastructure humaine. Les modérés demeurent sceptiques concernant la détermination des progressistes. John Yarmuth, le président du Comité budgétaire de la Chambre des représentants, a indiqué à Fox News que la Chambre prévoyait toujours un vote le 27 septembre sur le plan d'infrastructure physique.

Du côté de la Fed, des allusions plus explicites au 'tapering' sont donc attendues demain. Le Financial Times rappelle les indications récentes de Jerome Powell, président de la Fed, à propos des progrès substantiels supplémentaires vers l'objectif d'inflation et de progrès clairs concernant le marché du travail. L'annonce formelle du tapering est toutefois désormais attendue en novembre, du fait notamment du variant Delta, et après un récent rapport sur l'emploi très mitigé. Bloomberg explique de quelle manière l'incessant débat sur le tapering de la Fed détourne l'attention des vents contraires budgétaires via une relance décroissante, qui devrait avoir un impact beaucoup plus important sur la croissance économique l'année prochaine. Le plan de dépenses de 3.500 milliards de dollars du président Biden (montant probablement amplement réduit) ne ferait pas beaucoup de différence en 2022, étant donné qu'il sera étiré sur des années et financé en partie par des augmentations d'impôts.

Alors que la Fed doit décider du timing de la réduction des achats d'actifs, la politique budgétaire a déjà commencé à agir comme un frein. L'impact économique des taxes et des dépenses fédérales, étatiques et locales serait devenu négatif au deuxième trimestre et le resterait jusqu'en 2023. Le plafond de la dette reste également un problème. Yellen a fait valoir dans le Wall Street Journal qu'une autre hausse du plafond était cruciale pour éviter une catastrophe économique généralisée.

Dans l'actualité économique aux États-Unis ce jour, en dehors de l'ouverture de la réunion FOMC, on pourra suivre à 14h30 les mises en chantier de logements et permis de construire du mois d'août 2021 (consensus FactSet au rythme de 1,56 million pour les mises en chantier, 1,6 million pour les permis). La balance des comptes courants sera annoncée à la même heure (consensus -193 milliards de dollars).

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2021

La bonne tendance sur les marchés devrait se traduire par une ouverture dans le vert pour le CAC40 parisien, vraisemblablement au-dessus...

Publié le 22/10/2021

UV GERMI, spécialiste de la décontamination de l'eau, de l'air et des surfaces par UV, annonce avoir réalisé au cours du 1er semestre 2021, un chiffre...

Publié le 22/10/2021

Groupe ADP confirme ses hypothèses de trafic et prévisions pour 2021...

Publié le 22/10/2021

Le chiffre d'affaires du groupe Air Liquide s'établit à 5...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne