En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 826.50
-0.38 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 433.67
+0.12 %
6 612.82
-0.51 %
1.139
+0.24 %

Wall Street corrige, Donald Trump en mode panique ?

| Boursier | 688 | 3.67 par 3 internautes

La cote américaine reste sous pression avant Noël

Wall Street corrige, Donald Trump en mode panique ?
Credits Reuters

Wall Street corrige encore avant bourse ce lundi, effaçant ses gains initiaux à la veille de la fermeture de Noël. Le S&P500 cède maintenant 0,8% en pré-séance, alors que le Nasdaq perd pratiquement 1%. La cote américaine ne parvient donc toujours pas à se reprendre après la chute récente. Le DJIA s'était encore effondré vendredi de 1,81%, contre une baisse de 2,99% sur le Nasdaq...

Sur le marché des changes ce jour, l'indice dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, se replie de 0,2% actuellement à 96,2... Du côté des matières premières, les prix du brut restent sous pression, puisque le baril de brut WTI pour février régresse encore de 1,8% sur le Nymex à 44,7$ (-1,1% pour le Brent de la mer du Nord).

La séance boursière sera écourtée ce jour à Wall Street, la clôture étant avancée à 19 heures.

Donald Trump s'inquiète de son influence sur les marchés

Cette remontée timide intervient alors que Trump, inquiet des soubresauts récents des marchés, aurait consulté ses conseillers à propos de l'impact boursier de ses différentes interventions. Le Président américain serait en effet préoccupé par les récentes performances de la cote américaine, au terme de l'un des pires mois de décembre pour Wall Street depuis la crise de 1929... L'indice Standard & Poor's 500 a subi en décembre sa plus forte baisse en pourcentage depuis la Grande Dépression des années 1930-1931, calcule Reuters.

Le Nasdaq est 'bear' !

Sur le seul mois de décembre, le S&P500 perd pour l'heure 12,5%, alors que le Nasdaq décroche de 13,6%. Le Nasdaq vient par ailleurs d'entrer en phase de 'bear market' (marché baissier), puisqu'il a perdu environ 22% en comparaison des records de la fin du mois d'août.

Pas de volonté d'écarter Powell ?

Le secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin a quant à lui affirmé avant-hier sur Twitter que Donald Trump lui avait indiqué qu'il n'avait jamais évoqué la possibilité de limoger le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell. "Je suis en complet désaccord avec la politique de la Fed. Je pense que l'augmentation des taux d'intérêt et la réduction du portefeuille de la Fed sont des choses absolument terribles dans cette période, particulièrement en regard des mes négociations commerciales majeures en cours. Mais je n'ai jamais suggéré de limoger le Président Jay Powell, et je ne crois pas avoir le droit de le faire", écrit ainsi Mnuchin sur le réseau social Twitter, citant Donald Trump.

Trump critique régulièrement Powell et sa politique de resserrement monétaire. Des sources interrogées par Reuters ont précisé quant à elles que le Président américain aurait en fait bien discuté en privé de la possibilité de limoger Jerome Powell, qu'il a lui-même nommé à la tête de la Réserve fédérale. Dans une interview accordée il y a quelques jours à Reuters, Trump jugeait "ridicule" le relèvement des taux, compliquant le financement des déficits creusés par la politique fiscale et économique. Powell, nommé par Trump en novembre 2017, a succédé à Janet Yellen à la tête de la Fed en février.

Une rencontre pour apaiser les tensions ?

Les conseillers de Trump auraient par ailleurs discuté ces derniers jours de l'éventuelle organisation d'une rencontre entre le Président américain et Powell, croit savoir le 'Wall Street Journal', citant une source.

Mnuchin sonde les grandes banques américaines

Mnuchin a déclaré par ailleurs qu'il s'était entretenu dimanche avec les principaux banquiers américains afin de tenter de calmer la nervosité des marchés. Il a ainsi organisé des entretiens téléphoniques individuels avec les PDG des six plus grandes banques du pays. Le département du Trésor a précisé dans un communiqué que Mnuchin s'était entretenu avec les patrons de Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, JP Morgan Chase, Morgan Stanley et Wells Fargo. Les dirigeants consultés ont affirmé disposer des liquidités nécessaires et suffisantes pour prêter.

Shutdown pesant

Ces entretiens interviennent également dans un contexte de 'shutdown' paralysant les administrations américaines. Donald Trump et le Congrès américain ne parviennent pas, en effet, à s'accorder sur la loi de finance du fait des exigences du Président américain concernant la construction du mur à la frontière avec le Mexique. Ce blocage (partiel) des administrations fédérales pourrait se poursuivre jusqu'en début d'année prochaine.

La Plunge Protection Team à la rescousse ?

Le département du Trésor a indiqué que Mnuchin avait prévu d'appeler lundi le groupe de travail présidentiel sur les marchés financiers, qui comprend des responsables de la Réserve fédérale américaine et de la Securities & Exchange Commission. Ce groupe est parfois surnommé 'Plunge Protection Team' par les esprits taquins (équipe de protection des plongeons... boursiers). Il s'était par exemple réuni en 2009, au coeur de la crise financière.

Du changement à la tête du Pentagone

Trump a 'accéléré' quelque peu le remplacement de James Mattis à la tête de la Défense américaine, annonçant que Patrick Shanahan, son adjoint au Pentagone - par ailleurs ancien cadre dirigeant de Boeing -, allait lui succéder à titre intérimaire dès le 1er janvier. Mattis a démissionné jeudi, protestant contre le retrait des forces américaines de Syrie. Il devait de toute manière quitter ses fonctions à la fin du mois de février. Trump devrait désigner très prochainement le successeur définitif de Mattis.

Efforts de Pékin

La Chine a annoncé pour sa part des ajustements sur certains droits de douane, qui prennent effet au 1er janvier. L'objectif est de stimuler le commerce chinois, actuellement en phase de ralentissement avec une croissance locale au plus bas depuis 2008. Les produits concernés sont notamment les alternatives au soja pour l'alimentation animale (colza, coton, tournesol et palme), ainsi que certains ingrédients entrant dans la composition de produits pharmaceutiques. Pékin entend prélever temporairement des droits sur plus de 700 produits l'année prochaine, tout en conservant des droits à l'importation réduits sur les réacteurs d'avion. A propos des exportations, la Chine n'imposera pas de droits sur 94 produits l'an prochain, indique Reuters, citant le ministère des Finances. Les fertilisants, les minerais de fer, le laitier, le goudron de houille et la pâte de bois sont ainsi concernés. La Chine va aussi abaisser encore ses droits sur des produits liés aux technologies.

Programme économique et financier réduit

Sur le front économique aux USA ce lundi, l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago pour le mois de novembre 2018 sera communiqué à 14h30 (consensus 0,19, contre 0,24 un mois avant)... Aucune publication trimestrielle notable d'entreprise cotée sur la place américaine n'est attendue.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…