En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Wall Street corrige, avant un G6+1 sous haute tension

| Boursier | 222 | Aucun vote sur cette news

Wall Street fléchit avant bourse ce vendredi, sous pression avec le retour des craintes relatives à la guerre commerciale...

Wall Street corrige, avant un G6+1 sous haute tension
Credits Reuters

Wall Street fléchit avant bourse ce vendredi, sous pression avec le retour des craintes relatives à la guerre commerciale. Le S&P500 abandonne donc 0,5% et le Nasdaq près de 1%, les opérateurs jouant visiblement de nouveau à se faire peur, après avoir ignoré quelques jours durant les échanges de menaces commerciales entre Washington et ses partenaires... Sur le marché des changes, l'euro perd 0,5% ce jour à 1,1742$. Sur le Nymex, le baril de brut pour juillet fléchit de 0,5% à 65,6$.

Il n'y aura pas de statistiques économiques notables outre-Atlantique ce vendredi, en dehors des stocks et ventes de grossistes du mois d'avril, dont les marchés se fichent éperdument. Il n'y aura pas non plus de publications financières notables d'entreprises cotées à Wall Street.

Les dirigeants de 7 des plus grandes économies mondiales se retrouvent ce vendredi pour deux jours à Québec. Ce G7 s'annonce sous haute tension, alors que Donald Trump a déjà annoncé qu'il repartirait plus tôt samedi matin du Canada... Le président américain se présente particulièrement isolé face à ses partenaires commerciaux ulcérés par les taxes sur les métaux infligées depuis le 1er juin par les États-Unis.

Un communiqué final signé par 6 pays seulement ne semble plus être un tabou, la France et l'Allemagne ayant prévenu les USA qu'ils ne signeraient pas d'accord commun sans concessions. De son côté, le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a averti que Donald Trump n'allait pas revenir sur ses positions... L'ambiance est donc posée.

Sur le réseau social Twitter aujourd'hui, Trump ne desserre pas les dents. "Dans l'attente de redresser les accords commerciaux injustes avec les pays du G-7. Si cela n'arrive pas, nous en sortirons encore mieux!"

"Veuillez dire au premier ministre Trudeau et au président Macron qu'ils facturent des prélèvements massifs aux États-Unis et créent des barrières non monétaires. L'excédent commercial de l'UE avec les États-Unis est de 151 milliards de dollars, et le Canada empêche nos agriculteurs et les autres d'en sortir", avait déjà lancé hier Donald Trump. "Réduisez vos prélèvements et barrières, ou nous ferons plus que compenser!", a menacé le président américain, qui évoque une taxe de...270% imposée par le Canada sur les produits laitiers...

Emmanuel Macron est arrivé dès mercredi soir à Ottawa, où il a rencontré le Premier ministre canadien Justin Trudeau... Les deux dirigeants ont affiché jeudi un front uni face à Trump, prévenant qu'ils étaient prêts à signer un communiqué final à 6, au lieu de 7, si Donald Trump persistait à vouloir taxer les importations d'acier à 25% et d'aluminium à 10%... La brouille entre l'Europe et Donald Trump porte non seulement sur le commerce, mais aussi sur le nucléaire iranien ou le changement climatique... Mercredi, la chancelière allemande Angela Merkel avait d'ores et déjà déclaré qu'elle était prête à ne pas adopter de communiqué commun au G7, si ce sommet devait acter de nouveaux reculs sur le commerce ou le climat.

MM. Macron et Trudeau ont prévenu en outre que les taxes douanières américaines allaient "faire du mal" aux Etats-Unis eux-mêmes... "Ces actions inacceptables sont en train de faire mal à ses propres citoyens. Ce sont des emplois américains qui vont être perdus", a affirmé M. Trudeau. Invoquer la sécurité nationale pour justifier ces taxes, imposées aux alliés de Washington, est "risible ", a renchéri le dirigeant canadien. Emmanuel Macron a souligné que "le marché des six autres pays du G7 est plus grand que le marché américain". Rappelons que le Groupe des sept (G7) est un groupe informel qui comprend le Canada, la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, le Japon et l'Italie. L'Union européenne participe également aux rencontres du G7.

La Commission européenne a déjà annoncé mercredi la création de taxes additionnelles, dès le 1er juillet, sur une liste de produits fabriqués aux Etats-Unis, allant de l'acier et l'aluminium aux jeans, en passant par les motos ou les cranberries. Le montant des importations visées est de 2,8 milliards d'euros, un niveau toujours inférieur aux marchandises européennes concernées par les taxes Trump (environ 6,4 MdsE). De son côté, le Canada a annoncé des taxes de 16,6 milliards de dollars canadiens (12,8 Mds$ américains) sur des produits américains, un montant équivalent à ses exportations d'acier et l'aluminium vers les Etats-Unis... Quant au Mexique, il a lui aussi prévenu de la mise en place de taxes sur une série de produits américains.

Pour le mois de mai, la Chine a de son côté fait état d'un excédent commercial avec les États-Unis en croissance de 12% à 24,6 Mds$. Ces chiffres devraient conforter Donald Trump dans son opinion et sa résolution à imposer au pays de nouveaux prélèvements douaniers.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…